Pierre VEIIMI KEN la formation des élites niarocaines et tunisiennes Iles nationalistes aiix islamistes la Découverte

-

Documents
32 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
FORUM DES LIVRES Pierre VEIIMI~KEN, la formation des élites niarocaines et tunisiennes. Iles nationalistes aiix islamistes 1920-2000, la Découverte 2002. L'aiiteur étiidie les groupes sociaux qiii, dans le Maroc et la Tunisie du ';xr siècle, ont pii placer leur progéniture clans des filières tle formation concluisant a des fonctions dirigeantes. Autrenient dit, Pierre Vernieren s'inté- resse à la forniatioii, au clouble sens du termc, des élites marocaines et tuni- siennes. Dans une perspective d'histoire sociale fortement imprégnée par les theses de Pierre Bourdieu sur la reprocluction, l'auteur tente d'appréhender dans quelle mesure les classes dirigeantes pré-coloniales ont pii, en dépit des transformations profondes engeiiclrées par la colonisation, se perpctuer. Il s'agit égaleiiieiit de montrer qiie ces pays, et pliis particiilièrement la Tunisie, ont ni l'émergence d'une «élite con~posite )) intégrant par osmose les « héritiers )) des Elmilles « d'Ancien Réginie )) et la génération issiie tic la méritocratie scolaire. Aiissi l'histoire cles politiques éducatives et leurs effets constitiie-t-il le fil conducteur de l'ouvrage. Pierre Vermeren distingue quatre générations d'étiidiants. La première, celle des « pionniers )) issue de I'ensei- gnenient mis en place par le protectorat, aurait constitiié le vivier du nationa- lisiiie anticolonial. La seconde, celle de l'indépendance, aurait occupe les fonctions dirigeantes ilLi sein de ces deux nouveaux États-nations.

  • erreurs dans la description du système de foimation des ingénieiirs

  • côté de la réforme du ciirsiis de i'ingéniorat

  • filières d'excellence réserv6es aux nieilleiirs étudiants

  • dii berberisnie colonial

  • étiide d'iin ctal

  • élève de collège

  • terminus dans la formation

  • iniinédiatemciit post-coloniale envisageant l'école coloiiiale

  • élite con


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 42
Langue Français
Signaler un problème
FORUMDES LIVRES
Pierre la formation des élites niarocaines et tunisiennes. nationalistes aiix islamistes 1920-2000, la Découverte étiidie les groupes sociaux dans le Maroc et la Tunisie du siècle, ont placer leur progéniture clans des filières formation des fonctions Autrenient dit, Pierre Vernieren s'inté-resseàla au clouble sensd udes élites marocaines et tuni-siennes. Dans une perspective d'histoire sociale fortement imprégnée par les d e Pierre Bourdieu sur la reprocluction, l'auteur tente d'appréhender dans quelle mesure les classes dirigeantes pré-coloniales ont pii, en dépit des transformations profondes par colonisation, se s'agit de montrer qiie ces pays, et pliis la Tunisie, ont l'émergence d'une intégrant par osmose les héritiers des d'Ancien et la génération issiie la méritocratie scolaire. politiques éducatives et leurs effets constitiie-t-il le fil conducteur de l'ouvrage. Pierre distingue générations La celle des pionniers issuede gnenient mis e n place par le protectorat, aurait le vivier anticolonial. La seconde, celle de l'indépendance, aurait les fonctions dirigeantes sein de ces deux nouveaux États-nations. La des années 1960 et d e la contestation, serait la premièreà avoir connu une démocratisation sociale dans son recnitenicnt. Enfin, la et dernière, la génération d e la crise serait le prodiiit de et la massification progressive système éducatif dans les 1970 et d e la politiqiie de l'enseignement auraient sur du d e formation. Ainsi, dans le Maghreb d e la fin des années 1990, une minorité d'héritiers des filières étrangères, et iine moindre locales, coexis-terait avec une masse de diplômés de rang déclassés oii Pour appuyer sa thèse, l'auteur, dans la partie d e l'ouvrage traitant la coloniale opère des effectués sur le éducatif des protectorats, notamment celui de Nourredine sur le collège Sadiki et celui d e Mekki sur le collège de Fès. Siir la qui des indépendances début tle la décennie 1970, Pierre
de du Nord,tomeS L .20002,ÉDITIONS
DES
réinterprète les recherches effectuées par l'éqiiipe sur les élites politiques maghrébines, ainsi que les données collectées par sociologues Lilia pour la période plus récente (les années etilles résultats de ses propres la démonstration emporte la conviction. Toutefois, la de traite de la Tunisie est incontestablenient plus celle porte sur le Maroc. On sent que n'a pas pu y toutes les investigations nécessaires pour appuyer sa Aussi, Pierre les erreurs factuelles, voire d'interprétation phénomènes récents ce qu'il appelle la criseII propose, par d'analyser entre les réseaux et la méritocratie scolaire.1rep nortedm ne teu ar jlp etnet emèrlicutiar pus d'alliance et de stratégies éducatives, les de Ancien intégré les de noiivelle élite issue de la décolonisation. affirme, dans le cas tunisien, que les familles plus déstabilisées par le protectorat français que marocaines, se sontà montantes.de nouvelles En fait, ce n'est pas tant cette que la dont la provoque une gêne le averti.À on a l'impression que les indilire les généalogies familiales,-vidus en des stratégies complètement cons-cientes de intérêts d'élites. Pierre Vernierenatendance négliger les effets de pouvant rendre compte du des relations Par les erreurs que avons dans de ses arbres généalogiques donnent l'inipression que l'auteur force le trait pour confirmer sa dit, par estàSalwa fille tiinisois, cousin des familledupremierXOr, si l'on cn croit l'intéressé, sa n'était pas apparentée seraient d'ailleurs originaires de la région de Bizerte et non point de traite de nationale(ENA)et de son cycle d'études de superficielle.En prenuer lieu,ilse trompe siir le d'études nécessaires pour devenir des services publics (sept et non six ans). Ensuite, du simple de la des par décroissante, les la présidence,du Premier ministère, du de du Affaires étrangères,iltirela cerclesconclusion que les CSP se trouvent dans les élevés du pouvoir Or, la présence d'un corps de fonctionnairesdans de centrales signifie pas que ses s'intègrent les cerclesdupoiivoir d'ailleursilne définit pas). En d'un de sa Iuérarchisationde lesprésence dans différents est partiellement erronée. Les agents de provenant de l'ENA se concentrent par ordre décroissant, selon dans le ministère des Finances (30 en et 27 en au (12 en et au de(6en
1.de l'appareil le des d'étudesde de p. 29.
FORUM
et7 et (7 lesen dans4en 2002).au développement économique(5en 1993 et en et au ministère des Affaires étrangères(4en et 2001). en se propose de faire sociologie des filières au Maroc et en Tunisie. Là encore et raccourcis viennent Sans entrer dans le des critiqiies force est de s'appuie sur les du d'orientation des bacheliers établir les établissements tunisiens. Rappelons que ce système repose sur une affectation desdu scoreen fonction obtenuà série toiite faisant la basecet sur de exemple, la obteniie et les exprimés par les bacheliers. Bien sûr, un tel d'affectation avantage les élèveset celleproduit une forte filières. des-ci est difficileàétablir de manière dans la mesure les publications supérieur ne donnent pas le score néces-saire pour avoir le droit de dans une dans le score du dernier orienté de Par ailleurs, sa description de la filière en Tiinisie est partiel-lement tronquée. Certes, il montre bien la dualité existant sein la d'ingénieurs entre et petites écoles ou et entre petite porte et grande porte pour reprendre la terminologie sienne. opposition prend en Tunisie, comme au une spéci-dans la mesure où filières d'excellence aux étudiants sont localisées l'étranger (en lieu, en Frrince, avec les grandes écoles En revanche, Pierre fait tle erreurs dans la description du système de des ingénieiirs tunisiens. notamment les écoles d'ingénieurs avaient créé leur propre centre Nabeul Cela n'est pas possible, car la du cursus au début des années 1990, les cycles étaient écoles d'ingénieurs. En fait, ce centre de Nabeul tout simplement le cycle préparatoire de l'École nationale nicurs de Tunis dans la capitale de la poterie. ajoute que les tunisiennes ne que des d'application Or, le dispositif de formation par Latiri était censé, dans les années 1970 et répondre besoins de tunisienne en d'« deA et bac+6dans les écoles production de ainsi et de maintenance (bac+dans les établissements tunisiens ou étrangers). Par son analyse des origines sociales des publics des d'ingé-nieurs en se rapporteà d'uneou deux école d'un prbparatoire, ce limite la Mais plus I'auteiir passeàcôté de la réformedude engagéeau des années 1990. Or, cette des enjeux et très l'important contingent des ingénieurs fonctionnaires: Pourtant, en dépitde est cetses multiples erreurs pionnier dans la oùil dela première de la formation des élites ÉtatsduMaghreb. Éric