Université Paris IV Sorbonne

-

Documents
3 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
Université Paris-IV Sorbonne Ecole Doctorale V : concepts et langages Camille Riquier Le temps et la méthode chez Bergson Sous la direction de monsieur le Professeur Jean-Luc Marion Résumé de thèse : Si les considérations méthodologiques sont nombreuses dès 1889, c'est avec L'Évolution créatrice que sa philosophie remonte résolument de ses points d'applications à l'esprit général qui y préside, prenant alors pleinement conscience d'elle-même comme méthode1. Une déclaration devrait suffire à accréditer l'intention véritable de Bergson, quand il rédigeait L'Évolution créatrice, de proposer, non pas une métaphysique de la vie, ni même une théorie de la connaissance, bien qu'il y apportât sa contribution, mais avant tout une méthode, celle-là même dont l'application généralisée à tous les chercheurs aurait pour nom celui de philosophie : « Aussi le présent essai ne vise-t-il pas à résoudre tout d'un coup les plus grands problèmes. Il voudrait simplement définir la méthode et faire entrevoir, sur quelques points essentiels, la possibilité de l'appliquer »2. L'ouvrage de 1907 affine la méthode déjà utilisée dans les ouvrages précédents, intègre l'histoire de la métaphysique et précise les rapports entre science et philosophie, c'est-à-dire après la première formulation qu'il en proposa dans son Introduction à la métaphysique de 1903 et qu'il ne republiera qu'une fois amendée par des notes décisives intégrant les vues de 1907, mais avant la grande majorité des essais et conférences qui composent La pensée

  • liberté dans le monde

  • élan vital

  • résumé de la thèse

  • politiciens de la vie spirituelle

  • métaphysique


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 73
Langue Français
Signaler un problème
Université Paris-IV Sorbonne
Ecole Doctorale V : concepts et langages
Camille Riquier
Le temps et la méthode chez Bergson
Sous la direction de monsieur le Professeur Jean-Luc Marion
Résumé de thèse :
Si les considérations méthodologiques sont nombreuses dès 1889, c’est avec
L’Évolution
créatrice
que sa philosophie remonte résolument de ses points d’applications à l’esprit général qui
y préside, prenant alors pleinement conscience d’elle-même comme méthode
1
. Une déclaration
devrait suffire à accréditer l’intention véritable de Bergson, quand il rédigeait
L’Évolution
créatrice
, de proposer, non pas une métaphysique de la vie, ni même une théorie de la
connaissance, bien qu’il y apportât sa contribution, mais avant tout une méthode, celle-là même
dont l’application généralisée à tous les chercheurs aurait pour nom celui de philosophie :
« Aussi le présent essai ne vise-t-il pas à résoudre tout d’un coup les plus grands problèmes.
Il
voudrait simplement définir la méthode et faire entrevoir
, sur quelques points essentiels,
la
possibilité de l’appliquer
»
2
. L’ouvrage de 1907 affine la méthode déjà utilisée dans les ouvrages
précédents, intègre l’histoire de la métaphysique et précise les rapports entre science et
philosophie, c’est-à-dire
après
la première formulation qu’il en proposa dans son
Introduction à
la métaphysique
de 1903 et qu’il ne republiera qu’une fois amendée par des notes décisives
intégrant les vues de 1907, mais
avant
la grande majorité des essais et conférences qui composent
La pensée et le mouvant
et qui « portent principalement sur la méthode » en tant qu’il la
recommande « au philosophe »
3
. Les chapitres que Bergson lui réserve, notamment les deux
essais composant l’introduction de
La Pensée et le mouvant
, s’employait d’ailleurs moins à définir
la méthode dont « l’extrême complication » n’était abordée, selon l’aveu de Bergson, que « très
1
Bergson,
L’Évolution créatrice
, ch.III, p.209 : « Il faut considérer que la philosophie, telle que nous la
définissons, n’a pas encore pris conscience complète d’elle-même » - non seulement celle qui précède
l’entreprise bergsonienne mais également en un sens celle de Bergson avant
L’Évolution créatrice
.
2
EC
, idem, p.X (nous soulignons).
3
La Pensée et le mouvant
, avant-propos.