Fiche de visite: Après l'impressionnisme, de Van Gogh à Matisse (1886-1906)

-

Documents
8 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Musée d’Orsay Service culturel texte : J. Bolloch Après l’impressionnisme graphisme et impression : Musée d’Orsay, Paris 1999 de Van Gogh à Matisse (1886-1906) • Présentation • Préparation et prolongement de la visite • Liste d’œuvres • Bibliographie Henri de Toulouse-Lautrec liées à l’euphorie, les couleurs sombres à laLes Nabis Les “nabis”Bibliographie Présentation mélancolie... A cet ensemble de systèmes plus ou • Claire et José Frèches, Toulouse-Lautrec, les moins rigoureux, les néo-impressionnistes,• , catalogue de l’exposition des Galeries Paul Sérusier montre à un groupe de jeuneslumières de la nuit, Gallimard “Découvertes” / Baptisé lors de la première exposition du groupe, également appelés divisionnistes ou pointillistesLe post-impressionnisme Nationales du Grand Palais, RMN, 1993 peintres qui fréquentent l’Académie Julian, atelierRMN, 1991 en 1874, par le terme moqueur du critique Louis en raison de l’usage qu’ils font de la juxtaposition• Claire Frèches et Antoine Terrasse, Les Nabis, où l’enseignement est plus libre qu’à l’Ecole• Toulouse-Lautrec, catalogue de l’exposition des Leroy à propos du tableau de Claude Monet, des touches, ajoutent des préoccupations sociales.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 04 septembre 2013
Nombre de lectures 219
Langue Français
Signaler un problème

Nationael sudG ardnP-la ce,alatueoge dxe’lisopnoitsed ée d mus’Or9188aznn •éCtacadee gulosopxe’l ud noitia ev céCsrtaoisndition czanne, éaF teuqsssare te C8•veone,ll97 1 ,onnaecopdnrrseGuve •5991 ,NMR ,siaCo, neanéz CulPa00 0e 5301 t300 die vux (es 1ASen ,ésirsed e d’Orsay, CézanitisopaiésuM seva,ulac M D8•97 1P M.p raar,n .oDpntéerésegntaSae La. on Mm udfitoeloi ecn95• La v RMN, 19imunet,sHV,S2 6, ergiarFd mlif ,noitposil’ex de filml enn,eéCaz • pLeiephprimt-osinnoissehoJ •emswaldn Re Pos, Lerpse-tmiinmsisnoBbiilgoarL ,lavegoC yuG •-istpos éenn aesssipmeritios EdelleNouvhciM“ leeno, eluvurPll”ienor veeuelé iditvolumeseuqlteq uarteu sgh, Gouin Gaug1991 ,epzéC luaPenCa, esopch’EL89•8A blre tuAirns françaises, 1ne eiep utn, er sLeboymsmlinne,Céza91• , 19R NM”s/ reetocvu-5918: e ssneeuj ed seénna sel ne “puisg, CézanhcleH oonaen •iMrdmaDé “Glialilostnas te VHS,s”, ette“Palé idet,simun2 6aiAld’m il fh,ogebuaJ nrence Mah et Lauedilen ,artpssnaontionsMoB ecollJ •ellëoceitocllur ls”, é’arthc al te à erbma cs,leAr, omérédmluitémid/aMRN, version mac-PitidV no olitlumédim/LiaCia aideM/+xednIéréd cl,eiol Sonsiis,rM brei coSdéri Fré998•C, 1e eroJ t •ceialC-LsetrauToe ouulH8neird P ,C1 99 versionFactory,Ga, itnud arimllerèimuls al ed s-Lauouse, letrecèrhcésF oTluse ,gulodee ’e losxpL-esrtua ,ceatacMN, 1991• ToulouD“céuoevtrse ”R/irto(1e iicV ed)luaP-0786881, fi Cézannebure,ts aJ”,esttlePa “ieértunim 62 ,SHV ntpaMoP uaoM,ies •nrsaéC lnnazc ,erédé, omN RMT/ nIed+x ,evsrion Mac/PC, 1995 tnecniVhgoG naValscPa• ouafon BnaG ,xV l ego,hil esoleGR NM ,91reet”s/ “Découvallimardolat eugsiraac ,ghGo P à• 87n Vaas,y’drOés eumo’expde ld eésum sevitisoapDi• 8819, MN Rséries de O’srya ,aV noGg5500t e 01005 xidseuvSA( 01 e. Ljaunambra Chh ua •aLto eetn cein Vde Gan VntrA à essionniséo-impreio xuan eeDalrc’E Dènugig Sc,na •79luaPNMR 91 ,ble,renode Gsée uumnod isitxeopl’dee gulotaca, rueluoc al ed no ctel ailébaritRMN, 1991• SignaeT e spmrueS ,ta(cl leolifct L),9119NM ,txeu •eTnd-P Gras, RalaioitaNseiud selan dontisieral Geselî’ ed dim-là iJae e tt Glandrav re,tp o argn,eUn Aprèsourpre. 1 SA( seuv xid eieoputL’• 7)0500noinseismirpso-tie d sér unesme,apDiitosesivus Md eésrO’ ,yap eL’impressionnismeH,reamnn ,9166 •Fé• 8719néFéx lid-uA ,nol ed àleréédme, n, Hitionn“ reamri,”aSov Pe.cliè-sden-fi ednegél enU •)4 Goue laue daraql baopruua xnaenutLac,relooue-usasrOT ,yésuM’d eS 10 005 vues (A eedd xinu eésirT spmeT -esuoluoecllco (Le, f)tiaiop•1D ev sisitrec,Laut 199RMN,aN snoitsela ud ioitden alsGieer,N1 99•2T xeutleGrand-Palais, RMcéuo dD“miraaGllN, 1/ RMes” verttac ,tarueS •199poexl’e dueogalms•eF arseisnoinachin, Snçoise Cêr ed evaruel ,tiesce,ncl’e t-ar“Palrie s”, ette62m HV,Sse ,nitunsioitédartpon M eLessanrpmi-oénlue (1895)de Henird eoTluuoesL-trau, eclmfi’A dnialuaJ trebés ,main-GerLaye-en-e tvAneiatnedS s éeus mt-on Pdesopxe’l sednoitivant etAprès, 19rpsè ,dEtioisnA inguAv, t an aet91 , •69luaPuaG isitxeop e’leud alog catier,érusS luaP •9891 ,NM Rs,aial Pndra Golug eedre ,acatuffeneckmile Sch991 E •1A-tn,nev déePoe donusumxe’l ed noitisopal Ges datsNieerN baL)seeL ssi •s, cNabiogueatal •39ialCF erhcèr eesAnt intoTee oianel sudG ardn Palais, RMN, 19ér sne un,uiugGaA( seuv xid edeiivesositDiap89• ya ,O’sreéd M sue dx diesunieér 01 8500seuvSA( 1), EcolS 10 004-tvAne , eedP nodécém,roN RMGa/ a eu cevrueS ,ta / France Télécollmira dejnuseesPa9619, guau Guloisrev,mCP/caM nen,ct-AvonniloiscEloni ,P no eedmlifA’d ueS ,tareo Gesrg88(1de6)teet”s ,ir eP“labert, sélain JauraptnoM snoitidé, esutin6m 2S,VHicqrA uei,roSbrric rédée• Fnassno-tvAne ,’lcEloe buissonnière,GilladraméD“ vuocteer /s”MN R19, aGgu39 •c taiu,nue dalogexpoe l’d noitisrelaG seioatsNiedus lenathétismesme, synsi eaChc •rFnaoçn,uice “, inugGa iomasedlam érgimarGalle”, uvagse ”evtrcéuo dD“nt A9•98 1N,RM/ P ,essarreT eniooitioMsnaptnsanrLeseau Fsmvi Pe•tairecB caehaldr, Derain, un fauif ,dralalA’d mlbeau Jinrisé, rteltt“eaPV SHse,” min, 26, édutese,irnadioras pveocéD“ dramillaG MN, / Rtes”uvermélange optique : l’association de tons juxtaposés
sur la toile donne plus d’éclat aux couleurs qu’un
mélange au préalable sur la palette de l’artiste.
Enfin ils s’intéressent, en particulier Seurat, à la
psychologie des sensations développée par
Charles Henry dans sonIntroduction à une
esthétique scientifique(1885). D’après ces théories,
l’art est, comme les sciences, régi par des lois. Les
lignes ascendantes suscitent la joie, les
descendantes la tristesse, les couleurs vives sont

nabis”
rusier montre à un groupe de jeunes
s qui fréquentent l’Académie Julian, atelier
seignement est plus libre qu’à l’Ecole
le supérieure des Beaux-Arts, un petit
qu’il a réalisé à Pont-Aven, au cours de
88, en suivant ces conseils de Gauguin :
ent voyez-vous ces arbres ? Ils sont jaunes.
, mettez du jaune ; cette ombre, plutôt
eignez-la avec de l’outremer pur ; ces
rouges ? mettez du vermillon”. CePaysage
d’Amour, aux formes simplifiées presque
l’abstraction, aux couleurs pures et
ées en aplats, devientLe Talismanpour
onnard et ses amis qui constituent le
des “nabis” (prophètes en hébreu).
tifs préférés des nabis sont les scènes
eur, intimistes, et les portraits, individuels
roupe. Ils privilégient l’aspect décoratif de
ure et veulent que l’art soit présent partout,
lement sur des “tableaux de chevalet”.
s supports les intéressent, ils réalisent des
ts, des décorations d’intérieurs, créent des
s, des décors de théâtre, des costumes,
nt des ouvrages, se font tour à tour
urs, graveurs... Les nabis sont très réceptifs
aponais que Paris découvre par
édiaire, entre autres, du galeriste Siegfried
uel) Bing, spécialiste des arts d’extrême-
et éditeur, de 1889 à 1891, d’une revue
e Japon artistique. Cette influence se
ste surtout dans les cadrages audacieux et
se en cause de la perspective traditionnelle.
e Denis, l’un des membres du groupe,
en 1890 laDéfinition du néo-traditionnisme,
quelle il souligne qu’“un tableau, avant
n cheval de bataille, une femme nue ou
elconque anecdote, est essentiellement une
plane recouverte de couleurs en un
ordre assemblées”.
isite, qui permet de s’intéresser à des
restés hors courants, comme Vincent Van
aul Cézanne ou Henri de Toulouse-
, et aux représentants des diverses
ces évoquées ci-dessus, couvre
logiquement la fin de la période
ondant aux collections du musée d’Orsay
largement, du XIXesiècle. La modernité de
ure du XXesiècle est abordée à travers le
u fauvisme, mais c’est avec Pablo Picasso
emoiselles d’Avignon(1907) qu’elle prend
force, et la découverte est à poursuivre
s collections des musées d’art moderne...

vo on a o r a rarc e en re ar s ma eurs e
arts mineurs, et leurs innovations plastiques vont
de pair avec une quête spirituelle qui les
rapproche du symbolisme.
Avant de poursuivre plus loin sa quête d’exotisme
et de primitivisme, à Tahiti puis aux îles
Marquises, Gauguin participe à Paris, au Café
Volpini, en 1889, à l’exposition du Groupe
impressionniste et synthétiste, exposition qui
marque profondément les jeunes artistes qui vont
se rassembler sous le nom de “nabis”.

9149isen Dce plat e9500 01 iruaM •)dix e de (ASvuessi ,N baésirnu e 1AS000 ),34es Ldeirid euv x( se Bonnard, une sé suMés e’drOas,yliuV drauodE’d)489(1s icblpus inaJdreL sri .vuneu soes dAlléLes 91 , •39,setNMR 2 2numi, èsS,VHiwegeKtrli m’ddEnabie, feinture / R et”s9139NM ,uric• Manis,e Deotéd spmlaG,énru “rdmalieruvcoDé09 •uG yoCegav,l Vuillard, le tesarr ,es seLibaNFls,maamonri19, nn,1ermae, HcadiitevopisD ai99•3s,niDee icurMa• rA’l te leiC eL musée detion du NM ,9149L oy,nR , 43taca87 1190-xe’lisopugoled e
e’duœrviLts à ertitd tsénnois l ete(Cesteete d’Orsay sur lellceitno suduméssqorunu’nfcoenérèht r emneteL .urmete pee fade sidac enie llit,furat nlacos dee enu eri ed eédi-istrempntsePoe)iVemnecnoisssinngh (1853t Van Go’LgEiles1-98)0: is vlae èn merciil etser li ,etides hoixdu cbre p ér’uliseq uœrvP)98rtro tial edrt’ateis88(1Pa9)luC zénaen( 8193-1906) :La FemmerevuA’d iO-rus-se vu, sevehe cduni81(tuj ahC09L)e à ambrs(18Arle-4681( certuaL-eusloou Tdei nrHe98)5091- s81v(rertese cars doueuL)00J se981 91-5s(gersvet eanor)5oPmmseevsr1 98fetière( à la caNé5)89(1esprimo-enôrT udsiraP à e à ouluoirela Fqaeub raaLG d ennPauxeaou plar oT ateli1(et)698l dansant(1891)L9110 )J:na evAirSignaul 88)Pe(18)5: 1-398136ca( Ben--ertPo7)88(1tuah eéram ,nissque(189191) :Cird eafecP)soueeseoeGesrgonsismni581(81-9ueS tareixuedp -2911(09enri03)Hisse Mat1( ecuL 1491-858 Bes:L) s urteatgu,eS iatnT-orepz(1895)MaximilenmmeFa seup u(sti9318a )LuéBoroe odau29E)(r81ngio Pei2)Le(189eauxrrac à egasroC e:L) 47197-86(1d )1aMrucil ti1(98(1894)Au publicsraJ:snid91-8 )04d ar86(1 Vrdlluie Ta) :Lan, lism r1(suei917268-41)89(1erér SulPadrob ua m al ed bisPierre Bonnarrees1(98)3eL saNmo’A(1ur8)88AvL’vA’la neoB ud siur Soui itah TdeE)1981(egalp al AngelleLa B-91)em sF)me8198lè(es oiAmd’e in BauioM)noss(ruo8881nard (18mile Ber: aMedel861-49)1091(étpuosiolC)4 emeisnnhéntsyt 961-( 81: uL59)4calmxe, vole etpoturtro tiaC uaishrjat e(un9018itmsPeua laGguiun (1848-1903) :Avers lequel convergent les lignes) et la diminution
progressive de la taille des éléments du tableau au
fur et à mesure qu’ils sont censés s’éloigner du
premier plan, et la perspective dite atmosphérique
qui suggère la profondeur par le jeu des contrastes
de valeurs qui diminuent en fonction de la
distance (plus les éléments sont censés être loin,
plus les valeurs sont claires et plus l’ensemble
prend une tonalité qui se rapproche du bleu).
- les œuvres proposées au cours de la visite sont
dues à des artistes qui s’éloignent délibérement de
cette volonté de restituer l’impression de troisième
dimension. Ceux qui adoptent les points de vue
multiples ouvrent la voie aux peintres cubistes.
Montrer aux élèves quelques reproductions de
tableaux de Picasso (Portrait de Dora Maar, ou
Maia à la poupée, par exemple) dans lesquels le
peintre assemble des éléments vus sous des angles
différents.
• la valeur expressive des lignes :
- élargir les observations proposées ci-dessus
(pour les écoles) à d’autres domaines que celui du
visage humain.

880-1954erain (1edC ahir )P:no t90(1Ma6) CngssroalV cnimcirued e) :R1958876-k (1l a tedrunaseativugBoà e inchMaPréparation et
prolongement de la visite
Ecoles
Pour les enfants les plus jeunes, il n’est pas
indispensable d’évoquer les questions liées à
l’histoire de l’art et aux courants artistiques, mais
il peut être utile de donner quelques repères
chronologiques. Les œuvres proposées au cours
de cette visite ne présentent pas d’unité sur le plan
thématique, c’est essentiellement sur les aspects
plastiques que portera la préparation.
• connaissance des couleurs :
- indiquer les trois couleurs primaires : bleu, jaune
rouge. Les faire mélanger deux à deux pour
obtenir les couleurs secondaires : orange, vert,
violet.
- introduire la notion de couleurs
complémentaires par le biais d’exercices simples :
faire regarder fixement pendant une minute une
feuille de papier jaune vif bien éclairée, demander
aux enfants de déplacer leur regard sur un mur
blanc ou de fermer les yeux et les laisser constater
l’apparition d’une teinte violette.
- montrer que la perception d’une couleur varie en
fonction de celle qui lui est juxtaposée : faire
peindre le même carré rouge sur quatre feuilles.
En laisser un tel quel et appliquer autour des trois
autres respectivement un encadrement vert,
orange et violet. Les enfants constateront que le
rouge leur apparaît chaque fois différent.
- évoquer, simplement, la différence entre le
mélange physique des couleurs et leur mélange
optique : faire peindre trois objets à l’aide des
couleurs dites secondaires, donc issues du
mélange deux à deux des couleurs primaires, puis
demander aux enfants de peindre les mêmes
objets en utilisant, sans les mélanger, les couleurs
primaires par petites touches juxtaposées.
• perception de l’espace :
- devant / derrière : avec les élèves les plus jeunes
travailler sur la notion de proche et de lointain. A
l’aide de documents iconographiques,
photographies ou reproductions de tableaux,
identifier le premier plan, l’arrière-plan et les
plans intermédiaires.
- dessus / dessous : faire regarder aux enfants la
même scène vue d’en-bas, de face ou d’en haut et
noter les différences de perception. Utiliser à
nouveau des reproductions pour essayer de
repérer la place supposée du photographe ou du
peintre. Introduire, éventuellement, les termes de
plongée, vue frontale et contre-plongée.
- observation des rapports entre les directions des
lignes et les expressions obtenues : faire dessiner
le contour d’un visage. Introduire successivement
pour le dessin des yeux, du nez et de la bouche des
lignes horizontales (impression de calme),
montantes (impression de joie) et descendantes
(impression de tristesse).

Collèges et lycées
• reprendre, à partir de la présentation proposée
en première partie de cette fiche, les éléments
caractéristiques des principaux courants évoqués
au cours de cette visite. Cette présentation peut
également se faire sous la forme de brefs exposés
demandés aux élèves.
• projeter et étudier un ou plusieurs films de la
série Palettes “ proposés dans la bibliographie ci-

dessous.
• avec les élèves les plus âgés, étudier les rapports
entre la peinture et les autres arts de l’époque et
s’interroger sur les thématiques choisies.
• connaissance des couleurs :
- rappeler rapidement les principes de base en se
référant à la rubrique “ écoles “ ci-dessus.
- faire réaliser aux élèves un cercle chromatique.

Tracer un cercle dans lequel on inscrit un triangle
équilatéral. Les trois couleurs primaires se placent
aux trois sommets du triangle. Les couleurs
secondaires leur sont diamétralement opposées.
Créer entre elles les couleurs intermédiaires en
graduant les mélanges.
- montrer que deux couleurs complémentaires
juxtaposées s’exaltent mutuellement. Tracer un
rond d’une couleur primaire, bleu par exemple.
L’entourer d’un anneau orange et constater le
phénomène. Recommencer l’exercice en laissant
un espace blanc entre le cercle et l’anneau,
constater que le phénomène d’exaltation mutuelle
diminue. Remplacer l’espace blanc par un large
cerne d’une teinte sombre (comme dans le travail
du vitrail), le phénomène disparaît.
- introduire la notion de tons rompus : mélanger
une couleur primaire avec une proportion
croissante de sa complémentaire. Constater la
perte progressive d’intensité.
- même chose pour les tons rabattus ou dégradés :
plus on ajoute de noir à une couleur, plus elle est
dite “rabattue”. Inversement plus on y ajoute de
blanc, plus elle est dite “dégradée”.
- rappeler le sens du terme “valeur” : parler de la
valeur d’une couleur c’est en préciser le degré de
clarté ou d’obscurcissement. Faire observer, à
partir de reproductions les couleurs de valeur
claire, moyenne ou sombre. Pour cela fermer
partiellement les yeux. Les teintes ne sont plus
perceptibles mais on continue à distinguer les
zones par l’intermédiaire de leur degré de valeur.
• perception de l’espace :
- rappeler aux élèves que l’introduction d’une
impression de profondeur dans une œuvre
réalisée sur un support à deux dimensions consite
pour l’artiste à trouver les moyens de “tromper”
l’œil.
- proposer aux élèves d’observer des
reproductions d’œuvres dans lesquelles les artistes
utilisent, pour suggérer la troisième dimension,
des moyens différents. On pourra ainsi établir une
distinction entre la perspective dite linéaire avec
l’utilisation du point de fuite (point de l’horizon

)5091 srev(la eeDin s1(78-09143) :Les Muses(1)398iléFaV xtolln to86(1195-) 25aBllL: e98)9no1(înerLe Dfet , efepmal edeL)9981(smviau F DréndeA

Bibliographie
Le post-impressionnisme
• John Rewald,Le Post-impressionnisme
Michel “Pluriel”, nouvelle édition revue
volumes
• Guy Cogeval,Les années post-impressi
Nouvelles Editions françaises, 1988
• Albert Aurier,Le symbolisme en peintu
Gogh, Gauguin et quelques autres, Caen
L’Echoppe, 1991
Paul Cézanne
• Michel Hoog,Cézanne “puissant et soli
Gallimard “Découvertes” / RMN, 1991
•Cézanne, les années de jeunesse : 1859-
catalogue de l’exposition du musée d’O
1988
•Cézanne, catalogue de l’exposition des

Nationales du Grand-Palais, RMN, 1995
• Paul Cézanne,Correspondance, nouve
Grasset et Fasquelle, 1978
•Conversations avec Cézanne, édition c
présentée par P.M. Doran, Macula, 1978
• Diapositives Musée d’Orsay,Cézanne,
séries de dix vues (AS 10 0035 et 10 003
•Cézanne, le film de l’exposition, film d
Fargier, VHS, 26 minutes, RMN, 1995
•La violence du motif.La Montagne Sai
Victoire (1870-1886)de Paul Cézanne, fi
Jaubert, série “Palettes”, VHS, 26 minut
Montparnasse
•Moi, Paul Cézanne, cédérom, RMN / T
Index+, version Mac/PC, 1995
Vincent Van Gogh
• Pascal Bonafoux,Van Gogh, le soleil e
Gallimard “Découvertes” / RMN, 1987
•Van Gogh à Paris, catalogue de l’expo
musée d’Orsay, RMN, 1988
• Diapositives musée d’Orsay,Van Gog
séries de dix vues (AS 10 0055 et 10 005
•La haute note jaune.La Chambre à Ar
de Vincent Van Gogh, film d’Alain Jaube
“Palettes”, VHS, 26 minutes, éditions
Montparnasse
• Joëlle Bolloch et Laurence Madeline,
et la chambre à Arles, cédérom, collecti
sur l’art”, édition Vilo multimédia/La Ci
multimédia/RMN, version mac-PC, 199
• Frédéric Sorbier,Mission Soleil, cédér
Index+/Media Factory, version PC, 1998

Henri de Toulouse-LautrecLes Nabis
• Claire et José Frèches,Toulouse-Lautrec, les•Les Nabis Galeries, catalogue de l’expo es
lumières de la nuit sition, Gallimard “Découvertes” / d
RMN, 1991•N aCtliaoirnea lFers èdu G reatn Ad nPtaolianies , TReMrrNa,s s1e9,9 3Les Nabis,
L-uartceoTluuoes, catalogue de l’exposition des ches

Galeries Nationales du Grand-Palais, RMN, 1992 Flammarion, 1990
• Textuel (collectif),Le Temps Toulouse-Lautrec Guy Cogeval,, •Vuillard, le temps détourné,
RMN, 1991 Gallimard “Découvertes” / RMN, 1993
• Diapositives Musée d’Orsay,uoTesruotluaL-ce, •Maurice Denis, 1870-1943, catalogue de
une série de dix vues (AS 10 0054)l•’ eMxapuorsiitcieo nD ednui sm, uLseéCeidele eLyl’oAnr,c aRdMie9419, , Heramnn,N
•Une légende fin-de-siècle.Panneaux pour lat
baraque de la Goulue (1895)de Henri de Toulouse-isis veséMud’e asrO ,y199•3D aiopBonnard, une série
Lautrec, film d’Alain Jaubert, série “Palettes”, VHS, t
26 minutes, éditions Montparnasse de dix vues (AS 10 0034),Les Nabis, une série de
dix vues (AS 10 0059)
Le néo-impressionnismeKe• Mrtaèus,r iVceH SD,e2n2i smeti nlau tpeesi,nRtuMreN ,n1a9b9ied’m wigEe3d,il f
•Les Allées du souvenir.Les Jardins publics (1894)
• Françoise Cachin,Seurat, le rêve de l’art-science,d’Edouard Vuillard, film d’Alain Jaubert, série
Gallimard “Découvertes” / RMN, 1991 “Palettes”, VHS, 26 minutes, éditions
•Seurat Montparnasse, catalogue de l’exposition des Galeries
Nationales du Grand-Palais, RMN, 1991
Textuel (collectif),Le Temps Seurat, RMN, 1991

•Signac et la libération de la couleur, catalogue deLe Fauvisme
l’exposition du musée de Grenoble, RMN, 1997
na
i•mPparuelsSsiiognnics,Dme’,Eruégéèdnitei oDne,l aHcerroimxaanun n“éSoa-voir”,o•rPdaitnraiicreeallimardlahe, ,r dGcaB D“eDréacion,uuvenr tfeasu”v/e RpaMsN, 1994
1987
• Félix Fénéon,Au-delà de l’impressionnisme,

Hermann, 1966
• Diapositives Musée d’Orsay,Le post-

impressionnismeune série de dix vues (AS 10,
0057)
•L’utopie orange, vert, pourpre.Un Après-midi à
l’île de la Grande Jatte (1886)de Georges Seurat,
film d’Alain Jaubert, série “Palettes”, VHS, 26
minutes, éditions Montparnasse
• Frédéric Sorbier,Au cirque avec Seurat, cédérom,
RMN / Gallimard jeunesse / France Télécom,
version Mac/PC, 1996
Paul Gauguin, Ecole de Pont-Aven,
cloisonnisme, synthétisme
• Françoise Cachin,Gauguin, “ce malgré moi de
sauvage”, Gallimard “Découvertes” / RMN, 1989
• Antoine Terrasse,Pont-Aven, l’Ecole buissonnière,
Gallimard “Découvertes” / RMN, 1993
•Gauguin, catalogue de l’exposition des Galeries
Nationales du Grand Palais, RMN, 1989
•Paul Sérusier, catalogue de l’exposition du

musée de Pont-Aven, 1991
•Emile Schuffenecker, catalogue de l’exposition
des musées de Pont-Aven et de Saint-Germain-en-
Laye, 1996
• Paul Gauguin,Avant et après, Editions Avant et
Après, 1989
• Diapositives Musée d’Orsay,Gauguin, une série
de dix vues (AS 10 0041),Ecole de Pont-Aven, une
série de dix vues (AS 10 0058)

t ed noitaicossasuésosapxtjus onnoeneld t io ralt auéclas d’ pluémalque : l’nge opti iinnf.Ent’i slstnesserérap ne ,lierticurat, Seupaysà l goeihclocox euul qrsunu’além egnp ualaérable sur la palett eedl a’trsiettnet al s seicsuessdndceiejole, t irtssenaet salcouleursse, les sel emmoc ,tse pgiré, esnciescL seio.ssel rad dantscenes alignà n eeunhéstqutics etneiqifi1(eu885). D’après ce shtoéirsel,a’tren ses ds ontisappolevédhCrap eés Hearledansnry I tns notcoiorudes s vivont ’lerqseuifiées pes simpl xuamrofomA’ ,ru dysPaeagne tedivst ,paal en éeset serup srueluoc ux an,ioctrastabnstituent les sea im suq iocoarnnetd T eLsilapnamruoéréspréf nab des.er)ufi sttehèoppréb hens “ sed ( ”siban es,let imntteis,stidni op sartrles scènis sont ue,ri set ecsp’a lntieéged fitarocédruelsividvili srp .lIuoeprp tneséap tuotrt,emlt enru etev ueelnt que l’art soi sstroppusnt ies lntseeséred sus reluat“ba chex det”.valean“ ed mon el susor lembseas rserem uris”abisn. bis”sened euej gunuprotronà e daméeiJ ne t’lcAfréquents qui eit enemgna ,nailureiletl’Ecu’à olelpsuse terq l bis deauBeArx-, tselpus eiré eruqu’il a réalisé nup teti au ven,nt-Aà Po sedocru cntvaui sen, 88G ed sliesnoc seentauguin :uo sec sv yozev-ls Ion sbrar ?es.aj tsenuttze ,emajnud ucette ; bre,e omtôtulp elaz-neigdec ve al o’tuerem rup r; ces rosegum ? etteud zer vllmi”.one Ceru samrast see earc arnreroar a novorsui pout deAvanms.eobils my eudchroppraes lui qelleutirips etêuec une q pair av sovtnedaltsqieuioat pns irsovnnte ,uel nim sruee ipicrts,riPaà éfaC ua ,iniploVux îis aarqulesM ,aGsise napguiut ee pdemiriviti,emsT à tihaup ivre plus loin saq êuetd e’oxitmsa senuej sel tnentvoi qus teisrtq iuitnoopis ,xendémrofoue pmarqnoistsinmiepserpétthteisete yn s , à’lxee n8198 du Groupositiondoretrm .en..s mus de d’aséesndre pleelu’q )7091(nongivA’es dsellemoisaosP cibaolecllonti cos rviuep à sruoerte esta découvec ,tel f ronitéoder deerd useèi uXXemrgla u dt,encèiseXIXm aL .elu fauvisme, mia s’cse tvaceP e clt esorabe dért àrevael sgoqileuorvn dea fint luemeuqové secs cs,sues-dcis éed uuméseltcoisnye d’Orsaedo al irépux aol conntda ,es-luuoe Tori d Hene ouesrevid sed stnantseréep rux aetnast ,ocro socrurestés h éC lnnazuat ennVae mmncVi.e, qisita ssdrereé”smelbseesérntsdeà r emrep iui’s ed t plane recoueillmene tnueens n u otreved euoc ruelne ue,llaiat bdeuo eun emmef anecque lconeestn tse ,seodetllueile quq enu“’uos ngil, avant tableauc ehav lnrg ud se,epuo 1en Dla0 89tioifénin oé nudditi-trasme,onnied e al sreptcepe ivadtrioitelnnel.eD nesi, l’un des membr ne suacesuxiet e aesacud sacrdgad na sel surtoutstees ecneulfni etet Ce.qutiisrt apanoeJ erevuune , d’1891urtede, 88 1à 9 -emteidé des arts d’extrêgn ,pscéaiilts edBi) elu etsireleirfgeiSutrere au gas, ddéaie tnri,ee Paris onais qup raédocvuers rècerésos tntpafitpsgravrs, uanibeL s.. .uesre ss,gerauv oesruot à ruot tnofâért,ed sec soutmes,nt dd tnse ,s decodé drsthe ocar séd s’ditnorieuintécréers, ér sli , tnesilasdede, ts
1011121

2

3

chevet

,

issed ,nnepéed da lasplqutilie mune toctnaridtcoires. L’un,le d nu’l strtua’ledmêt ee,olbs amearsi eapt toestnent alemérendifftuin ?re ldepea i,iom slleS m noudessin actère dartcrè etel eacrfpad orcc aunesrac el ertne tia tab mondansuvé ensuaBgid seelua :“Avez-vous trod uoet s àiSngcateviar pdet es stiafa’d elli sruMatihez quisse, sapt èrrec ssganniossrest eteiseuqinhcepmi-oén d ealt eLc ohxielaire. ede Baudv uagayotati noi Ldenv’i vess ernud t’ltnnapmurre,e tite ledifiom ne essitaM ,edicaArn eteisalcriha an .nEtsse temmêmeu’ilps qofsnart nos emrnie-qupiuratenqul aivisnor généérée de l’avenirévêrap eel ros salciteisets es lie, rmond’haempsi tnemtnaielnitid’psem tAué uliteuqové ,eihcranazanne etres à Cé ,assnuoG uaugniacgnui lieblSir tnot uAmêm-d ,ebrom ndeinpex euuoD nosc ,syap xthèméce ’Inge, do tnrtsesurti llpadudirachs tirésrev noieïap ennde Chavannes avene .uOrt euPiv sennavahC ed sivu Pezche dtécôu ro , e’d’lgÂd esione vid’uns etéd nnuejenneu’d atnmsiisve, iorsobtutid aMsii al’herbe. er sur lrevid,ervuœ’l ed :esqunichtes se uedteo s ju nudion inatdest la sse’ecneerutl à n,toit lur sar cp ietnruc aroy,nile,peine sur toféca, esernccos-abac ,stab ,sterilecpréd.Il tionuqnefyérriuqetc ésprteen ir,utl silie ,enofnoitcls etmaisons cloes.sP uo rel serxte ontele c47• ll e ,aseirupuré sauveni: n ioatsilacol •1981 ,ttier de son quarmtrart etôd Menotrt tès aecai fL-esrtuaoT :uoluo ulpsu samomni,d’uinésait n trs stneméssed tnoountcoe éls der na evAir ladsnnac (1864-1901) :JuoT suolaL-eertuuérq. .8nrHedei if etet eispmilencoloraranche, pmexl elp tne rambja des desx eunoanepsrêmemu’ n teideuxans ge dsetneréffid setn ls,urleilraPa. dans ce tableauA. uilued eomedr,leom c lmefae S tiangil ,csape d’usagejet n obuart à’l ral eapurleou cgrsat enoitaudassitaM ,élonueoqou t ste iuqeritsed niser : Mat• observnootru.”cn eudc ntmevesiluxc easp esilitu’n essiisteionnress-impn oéqieucenhl taelarte ,a’l ertuainé orecuustulppéne dedl paalts, la peinture, d: tatlusniep al ol cueiqRé. éeor ,édsieé telrtiu, suturetdivrtouc,iuq uaeutitsnoé isalréleab tce tàl’Csese tq ’uint- àSaez. Tropsinn•.em el ejus ndu-iéorempiossal nedl a’ppro t une sorte de bipon sod enpru ealbatec ,sesuengis Baé Leitul intobdrd a’ottu t : plagelar ter sunu’dûog oegr esialitébouns la répéra tadni tedd : Maxte e a tisse’ssull eiSiad érup sausa, urie •64 elletnoc elpressionnismeparduna saLR veeub acgnEuD’negèel Dorcaa xién umi-o’lco e ànirtudeplon u Saon dcasi tiaf lI .ehcnale ncsaisnaon clavntitaoietu eni er l’étén à passdnepstna sedédnI aetepcce1 d4 90Mai ssti. 7nrHet vome e caluxe, )L:914568-9 e1(veni: n ioatisalcol •4091 ,étpulc edeipopparatroesavue q’i le décnstd eepnirt”eit à [nos] insties sima rt tnos lu, gesaes seti et st uonertel ss“liouvés debéréau Mceriol cé.oraviutnel’d eqénut ce payquedevanpxiluq eD nesie tatost eueiqétimm noitpecnoc al erchrech la parcaeémelptnr elemnneau de bois (e ton,nc moemi lsoa enuvtétéit dus ,nu ruoc crev”.• eçuerverobse l’s: i d u’gatireuv œneséliéa rnu rus eap titepu enc rasotioi,n l’équivicature,noisd énnelasapttisa ronne’uen snnruslocuqi’e tue ti “qainsent tra’d ervuœ etuospantrne uitta éedl ev ceremo’tupeigeue,la anez-p ,erbmolb tôtule unjau e ttce; hEb ei,nemttzed ls sont jaunes. ec sra sserbI ? mmCotvenezoyou-v : “antssuivpos p orl seisreéSurà u enttaiavn uiguaG ,sineD ecirelon Mauuleur. Shcde eoctnu nat dtsieevéls enémd nuec e .etcahCt anntsetaecspleesbo elcicI .évrceptacond’union niut eeppeérerr stni nesva’antiesap aba nodnl énectuelle du mond,el semirpseisnopal rus elleusivllteinn ioptceeréligirivedp eixuion nsata seer limrenoll zetv ude quucso B”.n ieec sefiu rup r ;es ? metllesrougL : essitaM irne.H7H.ne0984,é1 ultpt vome e caluxe,naJ vA ertua: ceouul-Lse driToe éSurisre91P.ua lant, 189ril dans”.eslémbro niatressa erd eaT: L na ,ilmsen al’Avis du Bo ,ruomA’988814. Emile Bernard :Madeleine au Bois d’Amour, 1888
5. Georges Seurat :Cirque, 1891
6. Paul Signac :Femmes au puits, 1893

4. Emile Bernard (1868-1941) : et l’attitude des spectateurs caractérisent
Madeleine au Bois d’Amour différents types et classes sociales. Sur leurs sièges, 1888
• localisation : niveau supérieur, salle43bordés de velour sorgu,el ses epourrnt f , pures suoulemrseuatctmireep dsalc erèetrop es
• le contexte : Emile Bernard a vingt ans lorsqu’il
séjourne à Pont-Aven, avec sa mère et sa sœur,cdhe aspeecaounxd eh acluat-sdsee,- fvoêrtmu ep l; udse rmrioèdrees teeumx,e lnet ,p eusbtlic
aux côtés de Gauguin. C’est une période riche en
amitié et en émulation qui voit s’élaborer les basesihnasutta,l lgéa rsçuor ndse es nb acansqquueettttees se ent fbiollies,s teann dcihs eqvue’uenx
du cloisonnisme et du synthétisme. Une rivalité en
surgira bientôt, chacun revendiquant la paternités•oonbt saecrcvoeur :d éSse àu rlaat bnael usset rpardéeo.ccupe pas de
de ces théories.
s• œleu rs udj’eEt :m iMlea,d eeslte ianleo rBs eârgnéaer dd e( 11877 a1n-1s89L5a) ,j elaunerpeesrtsitpueecrt ilvae persotf iomndperoubr adbel el’. ePsapra ceex eetm lpale il n’est
. pas, logiquement, possible que le spectateur du
failrlteis steesr,t nào tpalumsimeeurnst rà ePpariusl esG adue gmuiond. èlCee lauui-xcitableau voie tous les membres du public de face et4
de taille identique, quelle que soit leur position sur
arléoalriss eq us’oEn mpiloer trBaeint aernd blau srteep draésnes nuten ialnltoénrigeéuer,,les différents niveaux de gradins. Le peintre utilise
dans un paysage. Dans les deux cas il s’agit d’une les lignes ascendantes gauche - droite qui donnent
représentation symbolique, qui ne recherche pas le sensation de gaieté, de mouvement, de
dynamisme : courbure de la piste, angle formé par
lsaœ ruers,s teamndbilsa nqcuee :j “eI ll a[ Gpaeiuggnuaiins] afiut lBeo ipso rdt’rAaimt oduer ,male dos du cheval et l’écuyère... Seurat isole son
dans l’attitude allongée d’une gisante. Bien tableau par une bordure sombre peinte
directement sur la toile ainsi que par un cadre
aeunttrencdhu,o sGea quug’uuinn e nci amriocia, tnuer ef,î émteasn td ed omnan sé œnuorstraité avec le même ton bleu.
e
itdraéness pdo’asiltoirosn ssu’ir nlsep icraer ascatnèsr ed o(.u..t)e” . dCe ePttuevis de6. Paul Signac (1863-1935) : Femmes au puits, 1893
Chavannes et de sonBois sacré cher aux Arts et• localisation : niveau supérieur, salle46
aux Muses le contexte : après la mort de Seurat, survenue, exposé au Salon de 1884. •
• observer : le format imposant, rare dans les en 1891, Signac poursuit à la fois son œuvre de
productions de Pont-Aven. Les couleurs plates, peintre et de théoricien du groupe néo-
mates, les formes réduites à l’essentiel, les impressionniste. En 1892, il décide de fuir Paris
contours appuyés sont caractéristiques du pour Saint-Tropez où il passera environ six mois
cloisonnisme et du synthétisme. Enfermés dans par an jusqu’en 1913.
leurs contours appuyés, les aplats ne sont pas à • le sujet : après avoir réalisé, durant l’été 1892,
proprement parler traités en couleurs pures, mais plusieurs petits formats consacrés au port de5
les mélanges sont peu nombreux et la touche peu Saint-Tropez, Signac entreprend l’année suivante
apparente. La ligne d’horizon est absente et une grande composition, qui deviendra en 1894Le
aucune ligne de fuite n’est là pour évoquer laTemps d’Harmonie, allégorie de la société idéale et
profondeur. Celle-ci est rendue à travers la illustration du bonheur de vivre. Dans l’une des
superposition des plans horizontaux : le corps premières esquisses pour ce tableau, figurent
allongé et les bandes du paysage séparées par la deux femmes occupées à tirer l’eau d’un puits.
rivière. Signac décidé d’isoler ces deux personnages et de
leur consacrer une toile. Tous les éléments du
5. Georges Seurat (1859-1891) :Cirque, 1891 dans laquelle il situe la scène existent paysage
bien à Saint-Tropez : la colline surmontée de la
• localisation : niveau supérieur, salle45Citadelle, la mer et la jetée du port, les collines des
• le contexte : après ses grandes compositions Maures et les contreforts de l’Estérel, mais le
(cUonnseabcariégensaàd ed,eAsspneièrrseos segann48; ,81 dUann sd idmesapncahyseaagpersès-peintre les synthétise à son gré, créant un nouveau
paysage sur sa toile après plusieurs dessins et
midi à l’île de la Grand-Jatte, 1886), Seurat s’est études préparatoires. Le tableau est exposé au
attaqué à la représentation du nu féminin Salon des Indépendants de 1893, sous le titre de
(Poseuses, 1888), puis s’est intéressé au monde duJeunes Provençales au puits (décoration pour un
9sp0)e. cItla pclreé s(ePnatrea de de cieCuqri,raqiune, 18xis iesuq 88; C uhtniraaMh,e sa1u8, 89-panneau dans la pénombre). Le sous-titre choisi
Salon des Indépendants de 1891. par Signac confirme le point de vue du critique
Félix Fénéon qui a vu poindre dans l’œuvre du
• le sujet : la popularité du spectacle de cirque est peintre “un art à grand développement décoratif,
alors très grande, de nombreux artistes en ont qui sacrifie l’anecdote à l’arabesque, la
Td’oauillloeuusres- lLaaisustér elce. tSéemuoriagt ntraagnes, ftoerlsm De eleg acsi roquuenomenclature à la synthèse.

• observer : il est possible de voir dans cette
pFreorcnhaen ddoe, sdoenv eatneul idere,p eunis ulna cciirrqquuee aMneodnryanmoe,. Surcomposition un hommage à Cirquede Seurat. Il6
existe en effet des similitudes entre l’organisation
la piste évoluent une écuyère sur un cheval blanc, de l’espace pictural (par exemple l’oblique des couleurs primaires (bleu, jaune, rouge), mais
dMeorrnisèireeu lr uLi oeyna tl rmaiunn id ed le es poanr fooduieetr,, uunn cclloowwnn situésinueuse de la colline rappelle la diagonaleSignac y ajoute les complémentaires (orange, vert,
acrobate et, de dos, inquiétant, un dernier clown formée par le cheval et son écuyère, la ligne que violet), et il cherche à donner, grâce à l’usage de
qui semble régler la scène. La tenue vestimentaire suit le chemin évoque celle qui correspond au tonalités stridentes, voire acides, l’impression que
fouet...). Les deux tableaux sont réalisés à partir c’est la peinture elle-même qui génère la lumière.

87neatrisecsmolpmé et leuruilles ;el ref snolluop vgemiers,reou r’Lsuni .omlul epourlet vioage,lliuefud eitrap ne uurpot er v : larges touches, e apalpqiéu ,nerega. s)peLetrind elob e etîic à poubleusombr leel suo rse ,rarb :esirma pneau juoc sel irpsruelnoanannçrmfi, éeelum ed al trof nnalité dimensiouae tsfaudt baele dteeruvcoree ecnu ne srueluocs :“Deniice Maurlpnaca eusfrnu ealb b-cntueld eépru ieemplr .Tanga eudb alcnse tlimité à la zonenoforp etse rued eueclexi- blat v louoetd enoétre lrendet d’effos tmdanlc ciamara. orppatirn”ioeLlcreqcetP ua lpeintre., ami dud ,tianruot elle pnssat,airnouét eedruir ,oniosdutre; Laurs flee mmi icen; antrne,tuob oegr esiélégante, au Mouil noRgu e ;us r-cuiel Césprrei nos etne elèdom sieuàplueprirs rd naes,s ,ocastn le cadrserver :ia.s •bonaj panoeuale rlt me vencs a enè egal edectas spt lençannaoneh sffciedasiv Dduu oisarePd nidraJ ud selc’Cse t àalf io signes de fuite. l teep anosrilanjeledeu am js be rlpmeeialp na ,onnapersu prge dp eéutnel sel raeundforocctaesr aginlaronub e àétriSalp la sé à srola esnad al ipicrtpae ll’equ-89134 )ir l1(68onnepourse passi...eel •rgohihpaan JAve uj s :et dancle,e d’seus,docbaroneenémidés dusplleismaord ednom atceps uadie nerveuse. Ell eenq iuttre ae èr eoùe llt esetnieénruop lamrvéa sisma, geouR niluoM ud elliuadrdu qiles étod seu’ensnl tga àuein v dstenevtinie ”eL“ eléMasurnomméqui est .eCll ee sniuetr ,eirgi ...eéca,pleol fma ae,âlèger ,élp ue ,nut, grnaieuseracilirvsnad,tiauot lisoe.stJa “ Anese tald naese nritablevocation l tiusliesnoc see Ds.il àurtoresi ,P raisreéSurre àmont jeu ses senlloceugèq ,s vuit onreseougrep rossul é’ituqette de “nabis”,nivedevai que cnamsilaT“ ruel rt : suje le ”. •teneegr yaaselp teetle “pou curutni ”er noçepedême que est le ma’c ohsiecul iuq cadommeour re pliBe imEdrc rean.Uursœa erbs onertrop els ed tia permet de retroavitnoa ttneitevntmedes a lalrérevutrecsniaélé eh ,agcutuà nahs, e boi: leité eégnar al ,lasresvantrn mihe cleirivrè e dedl aesau bor de hêtral riordnof us dinulau, letmoe er c :alr paditié du mouvementded étom uelèdiuq téinssret enutLatnf etemteocol u du nfusdu cbas sebmaj sgus tse ar prégéaitre lme un poaité comrtsèt artrarti ,isndue qpsorta, e egrtts el asivquist esemenapidtrd puopels és ,tees rLe. léilvar tse uaelbatud Sulusérr ie86(1e ,eof n9.dnaP .largement visiblceraot nertsna tcalo• 88ontisaliA’d sioB81 ,ruom, l’sman au Aven72 )-491aTilL: es reuojééS lisur :teau Pcoe exntel4 •8l ue,rs lau supéri : nivea tnod niuguaG luPae oiôt c yIl. vAneno-tà P 8188’étént ldurarne

dté œesreuvdes zéC ennava ,siaremblablement étép ietnv re s8159al sr,eu l6• 3lexetnoc e ec : eteau,tabl dat nonmm e éocojiralamrpmiissemevu tnees Suj snione.stdéliceitte sedrples payson sont rpsrola a y lI .s ant ngvie dès e’sitts’lrauq edumogné éloiest lisisép raV naoGns plastiques utvart lia sedvuaf aghonnnntcee l’unuétq mr e eof de dèleéalila r .esilgéeyom seLrexp“ed’d’n”ioss vers 18fetière,à l aacaLF meemsuu ripé n :eaivasilnoit •59acolnistsionpress extnerpsie tedsee :6)90-13918 (nenazéC luaP .2.sevoisses sesins, ,temasiamni , àagurtoen fsa: e os ,emme ,slif n plus souvent de sembmer seds noprs esofonsilsnerte érpetnesel em mêlctu ,xegasedu tart plupe laigolohcyspal erdnnsoer pes sdee n a’p saarti .lIi de ren le soucsesirp , setrpertoaurtpoiqatl’ueed enu eyolpme s se,iéifutdos anmm e eefedtnoninortrdu pd’unait tejli :a’s tigtrortsai l.•sue somtrsetel sep ages, les natureledèmos dec ve arelliavartà sétlficu dif desouveé rpnaenC zécn.e-Penverod’s x-Ai,nafèrp ed fuoBe du Jasfamilialmaiaos neé sedl t endforo peubltlaboced ,elpmisnêtrs fe, le purp raarxuv tiseà meomes dssaitcenuelbo’d cat seh le toitutremer,tee tnee tsivlo eitrap .égnaroavl’r Suanplt-anp ue ,nureudedv leurre ft deie ebas e ellosnllieroé . seesC’nctero erpseuq ealm ême chose que leedl tn sroerset ls d, terentnserc tircéd hgoG na.Vueboe doue av-e-tliel,ts melbu - peine tableal enrttead -u sn j 4n ui o 3leu e : lmini un“J’aass e àliehuœWrliégl’e iluv dset dnarg d uaelbaù le bâtiment paaleg ,nue ffteo lrecie deln ’utîaroiv écaltnoce celle n Gogh dseisnoined smirpép se arcee ui qdehcaV ed alramés à e paerche chseismirper’lerdnmereaitron.Cesstn li ,tenoM à tnomunemtn .êMems i l’église rested noj se xuel edlua èrmisue ler sna m ioceat ups uneteurgefi imaannocer ,elbassileoi tlaseporo pèites,erud tmic toe eurvia lleien nedl sià N eu queje fs étudesp ,evisserpxe suplntmeleabobprt rseluue aoctnl rése à pmenteulebltau eaecaves lno’lmoc erap ec • observer : si ul sospmutuees.”, èspr aures monuep setnspmeted e Molaud peinet,déaraChtedC el snt e sreouécntleq si’siuued om x90, et s1 mai 18eé ,el2 noa rrviionsped enprh ogG naV .iul ed re lesrant; duoux R vareega’bu nlàima ed bmonxuerrentui lêm-mete ccpeeteds o’ccpu peintres, qui ania’l ,ér à éticdet iequntsaa sG caetrup ieeh,tntreenco docr le-riOes ,vure-susdes envivillage siraoS .snorP edéoThin, frn e èrni-tedaSuq etairenceProv de RémyoG naV tnecniV , A àlealstins’gh séjour dans le us dedl Faarcn,e A àesrlui pà s ôh’latipsp lihcysaticali nivon :usépae u,rs irue5• 3lealntcoe la : etxenos sèrpil’es queminx chd ued se lte uos dueen vonsiespr enusuos reuqols à se dible prêtq ius memaobaytnmenuflnt ue,mon ra’ltsituaec ed s uone,tp ni selromales devines,ued ed elepahc xe,quhiotuénqla f erpmeei rtslygeIesiècle, dans ltsnotiurua eIIX Ce. e ttliég,csesne’d seuvsed sngelail vdue blem eapniugidtso’ nn da lois aurfoi à égé’lnoc rcasrsvequ, seliAud’: c e’tsels jute tableau le seultempconsom nder ed xuerb •.snisssoites, s d’ pluap rnu e ,asojrualrée isviennsroaxio-etn xidliotamort, le 29 juillte ,’lraitts et Van Gogh (1853uartse1) .iVcnnestpoieérs urx aussa n zeettetnemin 1t(ju• lo890)uv ees ,ehevudc eruv’AedOir-sus-: )0981-silgE’L itnoen rb eimnne dates :ique desal rgol éigéus eprtéilivrsou é aostnia nD rednéret Asse MatienriH ed xuaelbat se lue qesèvélx aumsin ede naVhgoG M àisat (se8618pArès l’impressiondommoc agoég étiueiqphrarcpau d)6 •1-09sitiaLv les e : es(lœuvral àde eucttero ptees gnu neetsitra’l eus ddess au-venté’èltss hCird uor f dmeaitrent tua ropoel etoP eprésentGauguinrerp ra t.rD a’tu1 ne éllq te,988 gené isaiéms rèuqi’eu ,érla l ate de têtesqegroêt tdee ev“gaeuemtnu enu’il décrit commces snear un pas.sec ruos uneef tntiartee lu,aelbat emre ge dvisaerbmo’l td ele, dleis ve,ag lpusntl eA “ flalo a :rselostnem ,niitecouragemeet dedéca’ccbaeltnq iul imntsee lesrmte edutilos ed tnertis L’aiti. Tahec s eneovuqeté niunavaos terpnermiép dt arurpo ned sednreisr ,réalisé par Gaugartropotl tse tiierndee ’uul or,ll e ,aselc 34 •xte ontet au: ceppre ”l( t’scéahiqui veuse le cruof ianrnad al suftontfamaa éin,tl uopiudnaGgu le telsse,s cenas tneiver erutnaa lt,inpoissuvenir, je ne le oftr soprul eed.Mlegralmeé efs mulo tneesnibisne glre d absace,à omue,r’dtêni st an tennhboe qu nu tse ,erruel récvress œue sep rau’en.sD neetin, veoutrren toaG euqsiup ésrev une posteurdanssiq-autr eedt orfon qnd ss, uured dd xueriunerpela rtpirorttupoGaugait.se ruin tnesérpenruot ,e lrsveé taecspe tert e àmEli eeBrnard,novembre 1)988el •jus : tel iags’ ditn ’utropotua’l à euqliboymesot nne urestotvumenealgrras es b : lraitp ,o sèrrT elaméelap dle lnscha a pproeteti amegven, cetdePont-A lèspr’aifuccre .9881ne d tnieP econhromé daserv nobxie locysip n turomi, ir funiuguop nd esnavet jaune, réaliséarmgne tudC rhsirentcoenmon ’u dinamelèd tnatsef luiu’onibueattrp orc se à’lop sloneuengéa se ncp ed esoE“ :c-tsde l’impatience à’lcoacisnod u’xe ertê-tueptse qredie difsscednvieti t uomesp. Iltionlisaiduaan serutrèined ebi, qenmos esrtti ees s’ulit ars àla maportraitanegsrno sil .eLntal frodupeité noitcidaal ceva t es, nttron centnà c leel suq iela robe renvoiep udc ilrtned laesgner vcatis lerspea peit labolnn eéCaz r :reevbs o”• ?meomepun ,eguob aç euq eersl’avasculée vbael ,abd ealt sipoontie,lla litidennovitcartecontredite par l eéresual niaérirreiulégr ies dennapxuae ed ra’le demoirsine cuièieredrrefmml aar pete pipae ltniep re.iruelf talc iuaptrganedeux lobllèreen ozirlatn ,seoh’linceretudee a lrtvauq ileelà c tièrcafe la erserueugir etteC .et ese quriétomgéte ecel ”enô .3.ndli, re slaèrph841-09)3: uAotopPaul Gauguin (18 ,enuaj •19-0981 aitrartstriChu uas ineveirupuréalis locn : atio ssts antifeeeèrl à ac aFaL emmei illustuvres qunu eedœsodtu e’lnnzaCée dtéonolv al xueim el ere cyar lre pnatul atiret“arde eevet, ch3210. André Derain :Pont de Charing Cross, 1906
11. Pierre Bonnard :Le Corsage à carreaux, 1892
12. Edouard Vuillard :Jardins publics, 1894

10. André Derain (1880-1954) : Claude Terrasse. Cette œuvre doit son format
Pont de Charing Cross, 1906 oblongà l’influence des kakemonos, peintures sur
• localisation : salle50 soie ou sur papier suspendues verticalement et, collection Max et Rosy
Kaganovitch que l’on peut enrouler autour d’un bâton, dont la
hauteur est, comme ici, sensiblement égale au
•C loell icoounrtee xatvee :c eMn a1ti9s0s5e Aqnuid reés t Deenrcaoinr ep amsasreq lu’éét ép aàrdouble de la largeur. Bonnard s’inspire également
de la mise en page des Ukiyo-é, ces estampes dans
jsuosnt ee xupn éarine, necne enfféeot-, iqmuper cese sidoenrnniiestre .a Ipl eyi nat toLuutxe,lesquelles les personnages sont souvent coupés
par le cadre et qui ignorent la symétrie familière
cda’lAmuteoemtnvoelàu pPtaé. La mêmeng aslelI .ohc tisised du allene ss, ualsi-daPrGnaoen all’ eSsa ud,d eénetnOnc caiiruœrvua x
inhabituels : la table est regardée selon un point
rVéaun niDt odnegse nœ..u. vLree sc rdiet iqMuaet isdsue , GDileBrlaainsck,, Vlaminv,u eL oudies ,tb ,te egnalpnosee ll ee,lécuassnad evuort
le même plan que le personnage qui est vu d’en-
tVoailuexs cveilvleesm, evontyacnotl ournéee ss, ccuolpmtumree nateu : m“iMliaeius ,d ce’sestdessous. Cette multiplication des points de vue fait
penser aux dislocations de Cézanne et préfigure
nDoonma taeul lfoa upvairsmmi el.es fauves !” donnant ainsi soncelles de Picasso ou de Braque. L’œuvre offre, au
• le sujet : fin 1905, début 1906, Derain séjourne à premier regard, un aspect décoratif dû au motif du10
vêtement, mais Bonnard atténue cet effet en
Londres, il en rapporte une trentaine de toiles introduisant une difficulté de déchiffrage de
dont une grande part consacrées à des vues de la l’ensemble du premier plan.
Tplaamcéi sseo. nP ocuhre vcael ePtosnutrdlee Cphoanrtidneg CWraotsesàt ,l dirsatnen’oaBr tneivr aap la manière dont •boesvrre: inrloo, af
donner une impression de volume sans utiliser ni
d’avoir une vue plongeante sur les piétons et les la perspective traditionnelle, ni le modelé. Sur le
voitures empruntant le quai Victoria. On corsage fait d’une étoffe plate, non marquée par
reconnaît, à l’arrière-plan, le Parlement et l’empreinte du corps, il trace des arabesques qui
l’Abbaye de Westminster, deux des bâtiments les suggèrent l’anatomie, créant l’illusion de la forme
lp’léupso qpuoep ullaarigreesm deen t Lcoonndnruese dgroânct el ’iamuax gcea retset sàpar le dessin. Il procède de même pour le menton,
postales. Même si l’endroit est aisément suggéré par un simple trait, et pour le volume du
identifiable, ce n’est pas le souci de naturalisme crâne, évoqué par l’arabesque de la mèche de
qui guide Derain. Il donne une vision moderne de cheveux.
lcao vuirllbee advue cq useais, lf’uinmcéliensa iest osno nd easn ivomiattuiroens., lLaa ligne12. Edouard Vuillard (1868-1940) :
silhouette penchée des piétons, suggèrent laJardins publics, 1894
vitesse. La forme allongée des volutes de fumée, • localisation : niveau médian, salle70
perpendiculaires à la direction de la circulation • le contexte : Alexandre Natanson, l’un des
sur le quai, laisse deviner une autre activité, directeurs deLa Revue blanche, commande à
venant cette fois du fleuve. Edouard Vuillard neuf panneaux pour décorer la
• observer : Derain combine dans cette toile deux salle à manger de son appartement de l’avenue du11
manières d’utiliser la couleur. D’une part il traite Bois, devenue depuis l’avenue Foch. Les panneaux
en aplats les zones qui forment la chaussée, les ont été dispersés, cinq d’entre eux sont conservés
trottoirs, les arbres et, partiellement, les au musée d’Orsay.
bâtiments. Il neutralise l’effet du contraste • le sujet : Vuillard choisit pour thème les jardins
simultané (exaltation de deux couleurs de Paris, interprétés d’une manière très libre, sans
complémentaires juxtaposées) en cernant souci d’exactitude. Comme ses camarades du
chacune des plages colorées : le vert de la groupe nabi, le peintre refuse d’isoler l’art de la
chaussée est séparé du rouge par un large trait vie quotidienne et adopte une attitude qui sera
bleu. D’autre part il utilise, pour le ciel et l’eau, ainsi résumée par Jan Verkade, un autre membre
des touches jaunes mêlées à des touches bleues, à du groupe : “Plus de tableau de chevalet ! La
la manière des néo-impressionnistes. peinture ne doit pas usurper une liberté qui l’isole
des autres arts. Il n’y a pas de tableaux, il n’y a que
11. Pierre Bonnard (1867-1947) : des décorations”. On peut déceler plusieurs
Le Corsage à carreaux pour ces panneaux de Vuillard. Pour sources, 1892
satisfaire
• localisation : niveau médian, salle72“: ejuSC edynules htsblumpasiuatxsn e lepsée u mues dserier ed riséd nos ie,stmitiinu nd12
• le contexte : Pierre Bonnard, alors au début de sa que ces décorations de Cluny ! Exposition d’un • observer : Vuillard est également, comme
carrière, découvre l’art japonais grâce à deux sentiment intime sur une plus grande surface”. Bonnard, imprégné de l’art japonais, ce qui est
expositions parisiennes, la première, en 1888, Pour les sujets, il se tourne vers les sensible dans ses compositions. Il ne dispose pas
chez le marchand Siegfried (dit Samuel) Bing,
l’autre, deux ans plus tard, à l’Ecole Nationaleismesp rFeesmsimoensn iasut ejsa,rpdairnsupro gonticcniilrupè iece rueamt nlva pe, eentr tent nesad etp octnle efigureess l’ea,uattr emsr eurtenpi erpad ale rrauboaPl c.ntnei tte oiMueqnarree fs
Supérieure des Beaux-Arts. Il en est très couleurs crayeuses évoquant la technique de la contrepoids. Décentrement, dissymétrie,
profondément marqué, recevant même, au sein du fresque, il regarde du côté de Puvis de Chavannes déséquilibre sont voulus. Les humains n’ont pas
groupe nabi, le surnom de “nabi très japonard”. et de ses décorations murales. A cet effet il utilise plus d’importance que les éléments naturels.
• le sujet : la femme qui a servi de modèle pourLeà la colle, c’est-à-dire des pigments en Bernardla peinture Dorival, l’un des spécialistes de la
Corsage à carreauxest Andrée Terrasse (1872-
1923), sœur de l’artiste et épouse du compositeurpcohuaudrdee .mélangés à de la colle et dilués dans l’eaup“deiénstaunrteh rnoapboiec,e pntarrilsea tài ocne ” pdreo plao sp deienture.

Musée d’Orsay
Service culturel
texte : J. Bolloch
graphisme et impression :
Musée d’Orsay, Paris 1999

1