AHMED BENBITOUR AU SOIR D
21 pages
Français

AHMED BENBITOUR AU SOIR D'ALGÉRIE

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction
  • prépa - matière potentielle : rer
  • revision - matière potentielle : futures de la législation
  • exposé
MARDI 27 DÉCEMBRE 2011 - 2 SAFAR 1433 - N° 6445 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 LE BONJOUR DU «SOIR» Récemment, dans les environs de Béjaïa, une voiture, percutant un dos-d'âne à toute vitesse, s'est envolée littéralement de la chaussée, se renversant et causant la mort de six personnes.
  • chef du département comptabilité
  • allocations de retraite
  • collecteurs des produits de l'artisanat
  • wilaya
  • wilayas
  • opinions publiques
  • opinion publique
  • ministre
  • ministres
  • nationales
  • nationaux
  • national
  • nationale
  • tion
  • politique
  • politiques
  • algérie

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 221
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

LE BONJOUR DU «SOIR»
AHMED BENBITOUR AU SOIR D’ALGÉRIE :
Les bourricots
ont bon dos !
Récemment, dans les environs de
Béjaïa, une voiture, percutant un dos-d’âne
à toute vitesse, s’est envolée littéralement
de la chaussée, se renversant et causant la
mort de six personnes. «Je ne créeraiS’il est utile de freiner la folle course des
automobilistes — notamment dans les
agglomérations —, par des ralentisseurs
qui peuvent prendre plusieurs formes, il est
criminel de les poser n’importe comment
car, parfois, ils deviennent un danger
mortel !
Quant à l’appellation de ces
ralentisseurs, on comprend pourquoi on les
appelle «dos-d’âne» et ça n’a rien à voir
avec les pauvres bipèdes du même nom, pas de parti»
d’ailleurs en voie d’extension dans notre
PAGES 4 et 5pays. On sait qui sont les ânes ! Ceux-là
sont aussi de terribles assassins !
maamarfarah20@yahoo.fr
«Un jour, on aura besoin d'un visa pour
erpasser du 31 décembre au 1 janvier.»
(Jacques Sternberg)
IMPOSANT
RASSEMBLEMENT DES
CADRES SYNDICAUX
DE ROUIBA
L’ultimatum
de l’UGTA aux
pouvoirs publics
PAGE 3 Photo : DR
MARDI 27 DÉCEMBRE 2011 - 2 SAFAR 1433 - N° 6445 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Photo : Djellal B.
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074Il s’agit ERISCOOPde Tlemcen
Soirperiscoop@yahoo.frPDans notre édition d’hier, on P
Mardi 27 décembre 2011 - Page 2
évoquait un directeur des œuvres
universitaires dont, par miracle,
l’ensemble des plaintes déposées
contre lui finissent par être clas- Signature de la loi
sées sans suite. En fait, il s’agit
du directeur régional de finances demaindes œuvres uni-
versitaires de La cérémonie officielle de signature de la loi
Tlemcen. de finances 2012, programmée initialement pour
Certains
jeudi prochain, a été avancée pour demain mer-
pensent qu’il
credi. Ce cérémonial officiel, qui aura lieu en pré-bénéficie du
sence de l’ensemble des membres dusoutien d’un
gouvernement, sera la derniè-ministre FLN de
l’actuel gouver- re activité publique de Bou-
nement. teflika pour l’année 2011.
Report de la réunionUn groupement Les dérives
du gouvernementd’intérêts d’un sénateur Prévue hier, la réunion duOn croit savoir que les entre-
Des cadres de la wilaya de Aïn-Defla, dont gouvernement, la dernièreprises algériennes qui ont partici-
le chargé du protocole du wali, ont fait l’objet de l’année, aura finalementpé à la construction du tramway
d’insultes de la part du sénateur et mouhafed lieu aujourd’hui, mardi. Ced’Alger vont se constituer en
FLN de cette wilaya, lequel, selon une plainte report est dû à la venue d’ungroupement d’intérêt commun en
adressée au président du Sénat, se prévalant émir koweïtien qui a étévue de postuler à l’extension du
de son immunité parlementaire, aurait défié reçu, hier, par tous les hautsréseau qui va de Bordj El-Kiffan à
les concernés de porter plainte contre lui. responsables, dont Boutefli-Dergana.
Des faits également condamnés par le pré- ka et Ouyahia. Pour rappel,A noter que
sident de l’APW loca- la réunion du gouvernementces entre-
le et des se penchera sur l’examen deprises ont
cadres du plusieursacquis une
FLN dans un décretsexpérience
rapport en suset un savoir-
adressé à d’unefaire inesti-
Abdelaziz Bel- commu-mables.
khadem. nication
sur le
Nepad.
Qui a de l’influence sur le
ministre du Tourisme ?
Un jour, un sondage
Un membre de la SGP Gestour
clame haut et fort qu’il a pu exer- Pensez-vous que la participation des magistrats
cer une influence sur le ministre à l’opération de contrôle du vote va assurer
du Tourisme pour nommer un DG une meilleure transparence ?
à l'extrême ouest du
OUI pays. Rappelons
que l’heureux NON
nouveau DG Sans opinion
occupait le
poste de... Résultats du dernier sondage
directeur d’un
Lorsque vous achetez un billet d’avion pour aller
petit établisse-
à l’étranger, pensez-vous à la préférence nationale ?
ment à l’est
OUI : 33%
d’Alger. NON : 62,49%
Déposez votre réponse sur le site du Soir d’AlgérieS. OPINION : 4,51%
www.lesoirdalgerie.comLe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 27 décembre 2011 - PAGE 3
IMPOSANT RASSEMBLEMENT DES CADRES SYNDICAUX DE ROUIBA
L’ultimatum de l’UGTA aux pouvoirs publics
«Ceux qui engagent la moindre agression à l’endroit C’est dans cette optique que question, si quelque part, il y a une Cela dit, la réunion qui s’est
Sidi Saïd a tenu à rappeler en la volonté délibérée de casser le sec- tenue au siège du secrétariatd’une section syndicale, qu’ils sachent qu’il s’agit d’une
circonstance que son «organisa- teur public et de procéder à la fer- national, en présence de plusieursattaque à l’adresse de l’UGTA. A ces derniers, nous
tion est solidaire des actions et des meture des entreprises qui sera secrétaires nationaux dontdisons, faites attention, notre réaction sera dure.» Les
luttes que mènent les travailleurs suivie par le licenciement des tra- MM.Telli, Djenouhat, Malki,
propos tenus par le secrétaire général de l’UGTA, lors de au niveau de la base». «La solida- vailleurs?» s’est interrogé le Seguer et Guettiche, était un mes-
sa rencontre avec les cadres syndicaux de la zone indus- rité syndicale est le point cardinale secrétaire général de l’UGTA. sage fort adressé «à qui de droit
trielle de Rouiba, en présence des cadres syndicaux de la de la lutte que mène l’UGTA. Au Sidi-Saïd, qui a réitéré pour la pour mettre fin à cette situation
sein de notre organisation, il y a énième fois son soutien au combat aux conséquences inestimables». Centrale, attestent de la «détermination» de l’UGTA à croi-
l’expérience et le savoir-faire. que mènent les travailleurs au Cela dit, lors de son interven-ser le fer avec les pouvoirs publics.
Nous avons exprimé du respect niveau de la base pour «arracher tion à la fin du rassemblement, le
Abder Bettache - Alger (Le Le rassemblement, qui a duré envers tous les cadres gestion- leurs droits», a porté à la connais- secrétaire général de l’Union loca-
Soir) -Démonstration de force plus d’une heure, a été suivi par naires, et ce, qu’ils soient du sec- sance des concernés que le le de Rouiba a porté à l’attention
réussie pour les cadres syndicaux une rencontre qui a eu lieu au teur privé ou public. Mais il y a ministre de l’Industrie «est disposé des syndicalistes qui l’attendaient
de la zone industrielle de Rouiba. siège du secrétariat national. Une ceux qui nous agressent et agres- aujourd’hui à recevoir une déléga- qu’«un délai de dix jours est accor-
Le rassemblement observé hier réunion présidée par le premier sent les travailleurs. tion des représentants des tra- dé aux pouvoirs publics pour le
responsable de la Centrale syndi-dans la matinée au siège de la Et pourtant nous leur avons vailleurs de la zone industrielle de règlement des problèmes posés,
Maison du peuple Abdelhak-Ben cale et lors de laquelle, il a tenu à tendu la perche et nous les avons Rouiba, accompagnés des cadres sinon la zone industrielle aura son
Hamouda a été un succès total. écouter les doléances des cadres aidés dans l’exercice de leur fonc- mot à dire».syndicaux de l’Union de wilaya
syndicaux de la base. Les centaines de cadres syndi- tion. Aujourd’hui, moi je me pose la d’Alger. A. B.
caux représentant la zone indus-
trielle de Rouiba ont crié haut et REDRESSEURS DU FNA
fort leur colère à l’adresse des
cadres gestionnaires des entre-
prises situées au niveau de ladite
zone. Congrès extraordinaire
Ainsi, tour à tour, le secrétaire
général de l’Union locale de
Rouiba, le secrétaire général du à haut risque à Boumerdèssyndicat d’entreprise de la SNVI et
le secrétaire général de l’Union de ganiser un congrès extraordinaire. Et ne s’at- se retrouver le même jour au même endroit, lesLe vent de redressement qui souffle
wilaya d’Alger ont pris la parole tendant certainement pas à une réaction dili- premiers pour tenir un congrès extraordinairesur le Front national algérien (FNA) de
pour exprimer leur «opposition» et gente du ministère de l’Intérieur, Moussa Touati du parti et les seconds pour leur contester laMoussa Touati risque de faire l’effet
leur «colère» face à ce qu’ils quali- a décidé d’opérer une démonstration physique prérogative d’agir ainsi. On se rappelle que le
d’une bourrasque dévastatrice. Alorsfient d’«agressions caractérisées» de la représentative. Pour ce faire, il a rendu FNA a déjà vécu une contrainte organique simi-
que Moussa Touati et ses partisansà l’endroit du monde du travail, l’ensemble des présidents des bureaux de laire par le passé, lorsque les redresseurs
d’une manière générale et les projettent d’organiser le 31 décembre wilaya destinataires d’une note à travers avaient tenté en vain d’organiser un congrès
représentants des travailleurs laquelle il convie les membres du conseil natio- extraordinaire dans une ville de l’Ouest algé-une mégaconférence nationale à la
d’une manière particulière. nal du parti à se rendre sur les lieux du congrès. rien. La tentative n’avait pas alors abouti. coupole Mohamed-Boudiaf, les
En cette occasion, les syndica- «Je suis désolé de vous demander de Le parti de Moussa Touati s’est distinguéredresseurs du parti travaillent active-
listes de l’Union locale de Rouiba convoquer vos collègues membres du conseil ces temps derniers par une franche opposition
ment à tenir, les 30 et 31 décembre, unont dénoncé «le recours systéma- national accompagnés chacun de 10 militants, aux projets de loi intégrant les réformes poli-
congrès extraordinaire à l’hôteltique de l’administration à la justice et ce, pour que vous puissiez palper de plus tiques promises par le chef de l’Etat. Du coup, il
contre les travailleurs, alors que Soummam de Boumerdès. près ce qui se trame autour de la stabilisation n’est plus en odeur de sainteté avec les pou-
dans le même temps, les décisions Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir) -Jamais du parti et de la démoralisation de ses militants. voirs publics. Illustration de cette situation, le
de justice rendues en faveur des les redresseurs du FNA n’ont été aussi proches Aussi, il nous est recommandé de défendre comportement de l’animatrice de l’émission
travailleurs ne sont pas systémati- de porter le coup de grâce à Moussa Touati. Le notre droit militant et politique et de ne pas per- «Hiwar Saâ» de la Télévision nationale envers
quement suivies d’exécution». ministère de l’Intérieur leur reconnaît la qualité mettre à l’administration d’exercer sa tutelle sur le chef du groupe parlementaire du parti,
Mokdad Messaoudi, de l’Union statutaire d’appeler et d’organiser un congrès notre parti», écrit-il aux présidents des bureaux Abdelkader Drihem, en l’occurrence. Ce dernier
locale de Rouiba, évoque une extraordinaire du parti. de wilaya, ajoutant : «Je demande aux a, dimanche soir, quitté le plateau en plein
«certaine complicité» entre les res- L’administration a, en effet, délivré l’autorisa- membres du conseil national de rejoindre l’hôtel débat pour protester contre l’animatrice de
ponsables des SGP et des direc- tion nécessaire à l’organisation du conclave. Soummam de Boumerdès jeudi soir afin d’y l’émission qui lui coupait la parole systémati-
teurs d’unités qu’elles chapeautent Mis devant cette réalité, le président du parti, passer la nuit. Ceci pour participer à la confé- quement. Hier, le député a protesté par courrier
qui est également décriée par les Moussa Touati, a introduit avant-hier dimanche rence qui s’y tient le lendemain à partir de auprès du Premier ministre, du ministre de la
syndicalistes qui accusent ces res- un recours auprès du ministère de l’Intérieur. 9 heures.» Le risque d’une confrontation phy- Communication et du directeur général de la
ponsables de «pourrir le climat Dans son recours, il a contesté aux redres- sique entre les redresseurs et les partisans de Télévision.
social». seurs la légalité statutaire leur permettant d’or- Moussa Touati est bien réel, tant est qu’ils vont S. A. I.
COMPTES D’AFFECTATIONS SPÉCIALES DU TRÉSOR
Karim Djoudi nie toute gestion opaque
cice à un autre, contrairement à la dépense s’opère selon la règle de N-3, c'est-à-dire département réfléchit au passage à la règleLe ministre des Finances, Karim
budgétaire. que ce sont les budgets de 2009 que de N-2, voire N-1. «Notre souhait est d’allerDjoudi, a affirmé hier, en marge de
Interrogé sur la gestion et le contrôle de l’Assemblée populaire nationale est appelée à N-2, nous avons mis en place un proces-la journée parlementaire sur la loi
ces comptes spéciaux, le président de la à contrôler cette année. sus de modernisation du système budgétai-de règlement budgétaire, que les
Cour des comptes, Abdelkader Benmarouf, Les différents intervenants lors de cette re qui intègre la comptabilité et nous atten-comptes d’affectations spéciales a, pour sa part, souligné que leur gestion est journée d’études sur la loi de règlement bud- dons la généralisation du système informa-
du Trésor, en somme les comptes «normale». Il faut dire que la gestion des gétaire ont, au demeurant, souligné la tique intégré pour pouvoir réaliser cet objec-
spéciaux, sont gérés et contrôlés comptes spéciaux a été mise à l’index à nécessité de revoir la règle de N-3 et de rap- tif.» En attendant, les députés présents à la
maintes reprises par des entités de la socié-au même titre que les dépenses procher l’examen des budgets consacrés journée parlementaire ont souligné la néces-
té civile ainsi que par des institutions inter-budgétaires. Une affirmation corro- par les lois de finances. sité d’étendre le contrôle, jusque-là limité
nationales qui jugent cette gestion ineffica-
La préoccupation se trouve être égale- aux dépenses budgétaires, aux objectifsborée par le président de la Cour
ce.
ment celle des pouvoirs publics, puisque le assignés. des comptes, Abdelkader Notons que ces comptes spéciaux sont
ministre des Finances a fait savoir que son S. A. I.Benmarouf, qui, lui, a parlé d’une au nombre de 70 et sont créés pour des
gestion normale. objectifs ou des politiques sectorielles pré-
cises. Cela étant, Abdelkader Benmarouf a,«Qui a parlé de gestion opaque des DOSSIER DJEZZY
par ailleurs, indiqué que, dans le rapportcomptes spéciaux ?», a rétorqué, un brin
surpris, le ministre des Finances. d’appréciation de la Cour des comptes sou- L’accord de confidentialité signé
mis au gouvernement, il est fait mentionSelon lui, les comptes d’affectations spé-
ciales du Trésor sont «soumis aux règles de d’observations en matière d’exécution de avant la fin du moiscontrôle et de maîtrise budgétaire et gérés certains budgets.
Parmi ces observations, a-t-il précisé,de la même manière que le budget de Le ministre des Finances a affirmé hier que l’accord de confidentialité, étape préa-
l’Etat». quelques anomalies relevées en matière de lable à l’ouverture du data-room devant permettre l’évaluation des actifs de Djezzy en
Karim Djoudi devait, au passage, relever consommation des budgets ainsi qu’en vue de son rachat par l’Algérie, sera signé avant la fin du mois avec la société russe
la différence entre la dépense budgétaire et matière de respect de la réglementation. Le Vimpelcom.
celle des comptes spéciaux. Celle-ci consis- président de la Cour des comptes n’a pas «Les négociations avancent normalement. L’accord de confidentialité sera signé
te, a-t-il souligné, en ce que la dépense des fourni de détails. Mais au-delà du contrôle avant la fin de l’année», a indiqué Djoudi.
comptes spéciaux n’est pas clôturée avec des comptes spéciaux, c’est tout le contrôle S. A. I.
un exercice précis, mais reportée d’un exer- budgétaire qui pose problème. Ce dernierLe Soir
d’Algérie Entretien Mardi 27 décembre 2011 - PAGE 4
AHMED BENBITOUR,
«Je ne créerai
Plusieurs fois ministre puis chef de gouvernement, Ahmed Benbitour est ce que l’on pourrait appeler le par-
fait fonctionnaire, sérieux, studieux, homme des grands dossiers et de missions délicates. Il a chuté dans le
sérail politique sans parrainage ni sponsors comme l’exigent les us et coutumes en vigueur. Il démissionne en
2000 suite à un désaccord avec Abdelaziz Bouteflika et — fait nouveau — le fait savoir dans une lettre rendue
publique le lendemain même de cette grave décision et se retrouve mis à la retraite à l’âge de 54 ans ! Mais il
n’est pas resté dans son coin à ronger son frein. Bien au contraire, il fait preuve d’une grande activité… poli-
tique lui que l’on peut assimiler plutôt à un technocrate, commis de l’Etat. Pour lui, le pays tel que gouverné
actuellement fonce droit vers le précipice, «la nation est en danger». Par la faute d’un «pouvoir autoritariste et
rpatrimonialiste». Dans cet entretien exclusif au Soir d’Algérie, le D Ahmed Benbitour revient sur de nombreux
sujets de l’actualité politique et économique du pays dans un ton mordant sans être vindicatif pour autant. Il
rejette d’un revers de la main la création d’un parti politique et toute participation aux prochaines élections :
«Je n’ai pas l’intention de créer un parti, ni d’appeler à la participation aux élections.» Il ne croit pas non plus
à la capacité des partis politiques d’être une alternative pour le changement.
publié en 1998, nous pouvons lire : «Aujour- par ma génération auprès de celle qui l’a pré-Entretien réalisé
d’hui, le pays vit une expérience douloureuse cédée. C’est pourquoi, aux premiers mois de
par Brahim Taouchichet parce que le système politique en place l’indépendance, je me suis engagé dans une
depuis l’indépendance, marqué par la coopta- course effrénée pour rattraper le retard accu-Le Soir d’Algérie : De «L’enfance stu- né de mon poste de ministre des Finances
tion, c’est-à-dire la fidélité au chef au détri- mulé dans les études pendant la guerre dedieuse et militante» durant la période colo- parce que le gouvernement n’a pas retenu ma
ment des principes, a empêché l’installation Libération nationale.niale à l’homme dans la force de l’âge proposition de restructuration du secteur ban-
de la compétence aux niveaux élevés de la Par la suite, je me suis lancé le défi de réa-engagé dans les affaires de l’Etat algérien caire. J’ai démissionné du poste de chef du
hiérarchie de l’Etat.» Ou encore : «Ainsi par liser un cursus universitaire dans les branchesindépendant, voilà une bien singulière tra- gouvernement, lorsque le chef de l’Etat a
l’incompétence, la corruption, la prébende, la les plus difficiles et les plus utiles, pour l’étapejectoire… décidé de légiférer par ordonnance. J’ai refu-
r mauvaise gestion des affaires économiques de développement que traversait mon pays :D Ahmed Benbitour : Je suis né dans la sé d’entrer dans le gouvernement en juin
et la cooptation, le système politique prévalant mathématiques, gestion, économie etpériode immédiate de l’après-Seconde Guer- 1991. J’ai refusé la proposition de chef de
a créé un contexte où se côtoient la misère finances, afin de répondre aux exigences lesre mondiale dans une famille de commerçants gouvernement en 1998. J’ai accepté d’entrer
sociale et l’humiliation, bien mises en éviden- plus contraignantes de mon métier. Dansnationalistes. Orphelin de père, j’ai été élevé pour la première fois dans le gouvernement
ce par l’expression hogra.» Dans Radioscopie l’exercice de mes fonctions, aux différentspar ma mère. Mon oncle maternel a été arrê- en février 1992 avec l’arrivée de feu le prési-
de la gouvernance algérienne, je publie en niveaux de la hiérarchie de l’Etat, j’ai rarementté en 1941 «pour détention illégale d’armes dent Boudiaf, parce qu’alors un grand espoir
annexe II, le texte du projet de réformes que pris des vacances. de guerre» et emprisonné à la prison de Ber- nous était permis.
j’ai proposé au chef de l’Etat en 1995 ; il est Mais, ironie du sort, et à l’instar de beau-rouaghia. Il est mort en 1943, à la suite d’une
intitulé : «Elections présidentielles et Pacte coup de compétences, je me suis trouvé à latuberculose qu’il a contractée dans les condi- Voulez-vous dire que le système – à tra-
national politique et social pour le progrès et la retraite à l’âge de 54 ans. Au moment où letions pénibles de son emprisonnement. Mon vers ses hommes – vous utilise puis vous
prospérité». Il s’agit d’une feuille de route dont pays avait le plus besoin de savoir et d’expé-oncle paternel est arrêté en 1948 une premiè- jette comme un citron pressé quand il n’a
l’application aurait permis la mise en place de rience.Vous constatez que je ne critiquere fois «pour atteinte à la sécurité extérieure plus besoin de vous ?
tous les instruments d’une république moder- jamais les personnes mais j’analyse les pro-de l’Etat» et, en 1957, une dernière fois. Il a Le système est plus intéressé par la docili-
ne à fin 1998. grammes, les missions et les institutions. Laété jeté d’un avion dans le désert de la région té et la soumission que par la compétence et
mission définit un profil de compétence pourde Timimoun, la même année. la fermeté. Il peut, momentanément, accepter
Justement, Radioscopie de la gouver- la réaliser. Lorsque cette compétence n’existeUn moudjahid, ancien ministre, qui a en situation de grandes difficultés la compé-
(*)nance algérienne , un constat sans com- pas, je le signale. Ce n’est pas attaquer cesconnu ma mère dans l’action militante pen- tence, mais jamais la fermeté. Dans mon tra-
plaisance, peut être aussi amer et à la limi- responsables, mais juste leur dire qu’ils n’ontdant la guerre de Libération nationale l’a qua- vail, je suis poli mais ferme sur les principes et
te de l’alarmisme de la réalité économico- pas le profil nécessaire !lifiée dans un livre qu’il vient de publier de l’avenir des générations futures. Beaucoup de
epolitique de l’Algérie de ce 21 siècle.«passionaria d’El-Goléa». C’était cela l’am- gens confondent politesse et laxisme.
Il ne s’agit pas d’alarmisme, mais d’une En même temps, le livre donne l’im-biance militante dans laquelle j’ai grandi.
analyse lucide et responsable qui décrit l’Al- pression d’un plaidoyer pour le «mea-Les bons résultats scolaires ont fait le En même temps, vous dénoncez «l’in-
gérie avec, d’un côté, ses atouts et ses poten- culpa» d’Ahmed Benbitour qui avait quandreste pour déterminer cette trajectoire singu- culture et l’incapacité des dirigeants suc-
tialités et, de l’autre, ses faiblesses et ses même la charge de nombreuses et déli-lière. En réalité, c’est une expérience où pour- cessifs à construire un Etat avec des insti-
dérives. cates affaires de l’Etat.rait se retrouver toute une génération. Celle tutions crédibles et fortes».
Dans ce livre écrit en 2006, je disais que Le «mea-culpa» de ce que l’on a fait parqui a vécu son enfance pendant la guerre de Nous assistons à la centralisation du pou-
l’économie algérienne est vulnérable, volatile rapport à ce que l’on pouvait faire. En fait, leLibération nationale et sa vie active dans la voir de décision entre un nombre réduit d’indi-
et dépendante et que l’Etat régime en place, caractéri-période d’après-indépendance. vidus en lieu et place des institutions habili-
algérien dérivera durant la sé par le clientélisme,Une génération qui a porté les espoirs «Aujourd’hui, l’Etat tées. Par exemple, plus de 50% de la fiscalité
décennie 2000-2010 vers entre autres, n’accepted’une Algérie de progrès et de prospérité, pétrolière n’est pas inscrite dans la loi dealgérien répond auxun Etat défaillant. Qu’en pas le changement, mêmedigne de la grandeur de son peuple et des finances et échappe de ce fait au contrôle, a
est-il aujourd’hui ? pas dans les limites depotentialités de son pays. priori, du Parlement. Il faut noter que l’institu-cinq critères d’un Etat
L’économie est plus votre mission.L’espoir était fondé au départ : une Révo- tionnalisation du pouvoir est contrebalancée
vulnérable, plus volatile et Pour moi, c’est unelution prestigieuse, des opportunités de car- défaillant et il dérivera, par la personnalisation du pouvoir, le culte de
plus dépendante, comme question d’ambition pourrière formidables. Dès la fin des études supé- la personnalité, la généralisation de la corrup-à moins d’unle confirment ces chiffres : mon pays, parce qu’il a lesrieures, on est propulsé à de hautes respon- tion, l’institutionnalisation de l’ignorance et de
les importations sont pas- potentialités humaines etsabilités. J’ai commencé ma carrière comme l’inertie. Les expériences dans d’autres payschangement, durant la
sées de 20,68 milliards de matérielles pour être unprofesseur de management et directeur de la prouvent que la réussite de sortie de crise
dollars en 2006 à 38,89 en grand pays. C’est aussiplanification et du contrôle de gestion dans décennie 2010-2020 dépend essentiellement de la qualité des ins-
2010, soit une augmenta- une question de recon-une entreprise publique qui employait 16 000 titutions et de celle des responsables qui doi-vers un Etattion de 88%, presque le naissance vis-à-vis detravailleurs. vent y faire face. C’est pourquoi je dis : com-
doublement. Il y a une ceux qui ont donné leur viedéliquescent.» prendre les raisons de la dérive ne suffit pas,
accélération de la volatilité, pour l’indépendance de ceVous faites partie des hauts cadres de il faut les compétences et les institutions adé-
lorsque nous comparons pays. C’est, enfin, unel’Etat appartenant à une génération, pur quates pour y faire face.
les budgets de l’Etat de 2010 et 2011. question de responsabilité vis-à-vis des géné-produit de l’école algérienne, qui critiquent
En 2010, les recettes courantes plus la fis- rations futures, puisque nous exploitons desviolemment le système une fois libérés de Fréquemment, vous exprimez votre
calité pétrolière à 37 dollars le baril couvraient ressources non renouvelables (pétrole etl’obligation de réserve. Règlement de reconnaissance et vos remerciements à
à peine le budget de fonctionnement et il ne gaz).comptes ou conviction que vous pouviez ceux de vos collaborateurs et à des per-
reste que 172 milliards de dinars pour le bud-faire plus et mieux ? sonnalités de haut rang du pouvoir. N’est-
get d’équipements ! A chaque étape de votre itinéraire, vousC’est la conviction que le pays pourrait ce pas préserver l’avenir, votre avenir poli-
En 2011, les recettes courantes et la fisca- affirmez refuser des postes au sein desfaire beaucoup plus et bien meilleur, s’il était tique ?
lité pétrolière à 37 $ ne couvrent plus que 74% institutions et vous donnez l’impressioncorrectement gouverné. Je n’ai pas attendu Mon avenir est dans le changement de
du budget de fonctionnement et il ne reste que l’on vous force la main mais vousde quitter le système pour exprimer mes tout le système de gouvernance et pas seule-
rien pour le budget d’équipements. Donc, la acceptez finalement après un «thé» à lacraintes. J’ai écrit un premier livre en 1992, ment de ses dirigeants actuels. Le seul avenir
situation ne fait que s’aggraver. Le dire avec présidence...alors que j’étais membre du gouvernement qui nous attend, si ce système de gouver-
les chiffres n’a rien d’alarmiste ! Quand il fallait être ferme, je l’ai été. Maisqui commençait par : «En début de cette der- nance concentre toutes ses forces à maintenir
e Aujourd’hui, l’Etat algérien répond aux cinq je ne suis pas têtu au point de ne pas prendrenière décennie du XX siècle, la situation éco- le statu quo nécessaire à sa survie, est une
critères d’un Etat défaillant et il dérivera, à en compte les arguments que m’expose celuinomique et sociale apparaît bien préoccupan- société déstructurée, appauvrie dans tous les
moins d’un changement, durant la décennie qui m’appelle à une fonction, d’autant pluste.» sens du terme, sans repères et sans valeurs.
2010-2020 vers un Etat déliquescent. s’agissant de personnalités au sommet de laOn y trouve également, en parlant des
hiérarchie de l’Etat. Je voudrais préciser qu’ilélections de 1991 : «Les résultats des élec- Des rumeurs circulent quant à l’invita-
Certains parlent de réminiscences d’un faut faire la différence entre assumer des mis-tions, aussi bien par l’abstention que par les tion d’Ahmed Benbitour à «prendre un thé
homme déçu et aigri qui a tout donné et sions au service de l’Etat et «appartenir auvoix exprimées, confirmaient le désir d’un à la présidence», c’est-à-dire revenir aux
qui n’a rien obtenu en retour. système».changement radical. Ce changement radical affaires...
Un homme déçu, oui, aigri, pas du tout. Dans les faits, j’ai démissionné de monsignifie un changement de la gestion écono- Je ne fais pas attention aux rumeurs. Mais
J’ai toujours considéré chacune de mes mis- poste de directeur des études et de la prévi-mique, sociale et politique qui était totalement comme je viens de le dire, j’ai la plus forte
sions au service de l’Etat algérien comme un sion au ministère des Finances à la suite desdéfaillante et qui est responsable de la situa- conviction que le pays est à la dérive et la
acte de remboursement de la dette contractée événements d’Octobre 1988. J’ai démission-tion actuelle du pays.» Dans le deuxième livre nation en danger.
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Entretien Mardi 27 décembre 2011 - PAGE 5
AU SOIR D’ALGÉRIE :
pas de parti»
La seule issue est le changement de tout durable sur le pouvoir en place et réclamer le tion et l’augmentation de la demande nationa- elle aux prochaines élections électorales ?
le système de gouvernance. Nous sommes à changement du système de gouvernance et le. Dans El Moudjahid du 29 janvier 2006, le Au demeurant, votre parti sera-t-il agréé à
un carrefour qui nous mènera vers le modèle pas seulement le changement des dirigeants. ministre de l’Energie prévoyait la production la lumière de votre participation avortée à
des pays émergents : Chine, Brésil, Tur- 2- Une alliance stratégique entre les forces du de 2 millions de barils/jour en 2010 et l’expor- la présidentielle du fait du nombre insuffi-
quie…, s’il y a le changement désiré. Nous changement pour construire une capacité tation de 85 milliards de mètres cubes de gaz sant de signatures ?
irons fatalement vers une situation semblable viable de propositions, de négociations et de en 2010 et 100 milliards de mètres cubes en Merci pour cette question parce qu’elle me
à la Somalie avec le statu quo. mise en œuvre du changement. 3-Se prépa- 2015. Les réalisations de 2010 sont à 70% donne l’occasion de corriger pas mal de
rer à profiter d’un événement déclencheur. pour le pétrole et 67% pour le gaz ! fausses informations. D’abord, en ce qui
Le «clash» avec le président Bouteflika Les expériences tunisienne et égyptienne concerne l’élection présidentielle de 2004,
— parce que vous refusiez le «jeu de du début de l’année 2011 ont prouvé que des Quelle serait alors selon vous l’alterna- j’avais écrit un article en avril 2003 où j’affir-
l’ombre»— sanctionné par une lettre de citoyens réunis avec persévérance en un tive pour éviter les conséquences catas- mais qu’en Algérie, tout comme dans n’impor-
démission rendue publique, par ailleurs, le endroit stratégique de la capitale, sans lea- trophiques de la «politique désastreuse» te quel système autocrate, lorsque le prési-
26 août 2000, vous conforte-t-il aujourd’hui ders, sans programme politique préétabli et menée actuellement ? dent en exercice se présente aux élections, il
encore dans cette décision ? face à des forces de répression importantes, La situation de l’Algérie de la baisse sen- ne laisse aucune chance à tout autre candidat
Il n’y a pas eu de «clash» entre le prési- sont capables de faire partir les chefs d’Etat. sible des capacités d’exportation d’hydrocar- de réussir. Quand le président a annoncé offi-
dent et moi. Nous avons des conceptions dif- Ils ont démontré que les dirigeants actuels ne bures que je situe en 2018-2020 dépendra ciellement sa candidature, j’ai retiré la mien-
férentes de l’Etat. Moi je suis pour un Etat peuvent plus bénéficier du paradis de l’exil, ni essentiellement de deux facteurs : 1- La qua- ne. Quant à votre question sur l’ANC, je vou-
appuyé sur des institutions fortes, lui croit pour eux-mêmes, ni pour leurs familles, ni lité des politiques de substitution entre les drais préciser que j’ai lancé en novembre
dans un Etat centralisé, entre les mains d’un pour leurs proches collaborateurs. hydrocarbures et le savoir, c’est-à-dire la 2009, le programme des CICC. Après une
nombre restreint d’individus. Le temps a mal- Donc, l’objectif primordial de mon travail transformation d’une économie malade de la année, j’ai fait le point de notre expérience et
heureusement confirmé mes craintes. Je dis est la mobilisation pacifique pour le change- malédiction des ressources en une économie j’ai vu que le moment était venu de passer à
qu’il n’y a pas de «clash» ment. Pour les autorités de protection et de développement ; autre- la création des conditions d’alliances entre les
parce que, lorsque le pré- en place, le choix est clair : ment dit, la transformation du capital naturel forces du changement pour définir une capa-«Plus de 50% de la
sident m’a reçu pour lui 1- Laisser faire et vendre non-renouvelable en capital humain généra- cité de proposition de négociations et de mise
fiscalité pétrolière n’estprésenter la démission de des réformes cosmétiques teur de flux de revenus stables et durables en œuvre.
mon gouvernement, il m’a et alors, elles subiront ce (investissements de qualité dans les res- C’est alors que j’ai lancé en novembrepas inscrite dans la loi
retenu pendant plus d’une qu’ont subi les dirigeants sources humaines : éducation, santé, savoir, 2010 le Manifeste pour une Algérie nouvelle
heure pour me parler de de Tunisie, d’Egypte, de compétences …). 2- La qualité des politiques et appelé à une mobilisation des Amis dude finances et échappe
son expérience politique et Libye, du Yémen et de d’intégration dans une économie mondiale de Manifeste. La construction des alliances s’im-
de ce fait au contrôle, aon s’est quittés à ma Syrie, en mettant le pays plus en plus globalisée, où les frontières natio- pose comme une solution viable parce que :
demande, en se donnant dans le chaos. 2- Etre par- nales seront totalement perméables. 1- Après vingt années de divisions idéolo-priori, du Parlement.»
un rendez-vous pour un tie prenante de la prépara- Face à ces deux facteurs et la caractérisa- giques qui nous ont dressés politiquement,
dîner ultérieurement afin tion du changement en tion de l’économie algérienne que je viens de physiquement, moralement et intellectuelle-
de prendre le temps de continuer notre dis- négociant avec les forces du changement une faire, l’Algérie se distinguera par l’un des deux ment les uns contre les autres, les blessures
cussion. Le rendez-vous n’a pas eu lieu. feuille de route et un agenda pour la mise en scénarios suivants : 1- Une économie de sont encore profondes et douloureuses au
œuvre du changement du système de gou- développement et de protection qui a éliminé sein de la société. 2- L’incapacité des cou-
De par votre expérience approfondie vernance. Ce sera la concrétisation d’une la malédiction des ressources dans sa poli- rants politiques continuellement divisés à pro-
des rouages de l’Etat et du sérail politique, période de transition. tique intérieure ; doublée d’une économie bien poser une alternative crédible risque de pro-
vous en êtes arrivé à conclure qu’il faut intégrée à l’économie mondiale qui a su profi- voquer la lassitude et la démotivation d’une
«casser» le système de l’extérieur… Votre vision de l’Algérie de demain ter du rattrapage technologique. Ce sera l’Al- population fatiguée et désabusée. 3- Les ten-
En quittant le gouvernement, je me suis donne froid dans le dos compte tenu de gérie de nos rêves. Pour cela, il faut un chan- tatives répétées de fractionnement, divisions
posé la question suivante : que faire pour le notre dépendance pratiquement totale des gement de système de gouvernance dans les et manipulations de la part de certaines
changement ? J’ai fait une analyse compara- hydrocarbures dont «la totalité des meilleurs délais. 2- Une économie malade de franges du pouvoir rendent impossible un tra-
tive des expériences de l’Algérie, des pays réserves sera extraite en 2050», dites- la «malédiction des ressources» sans res- vail d’union des forces du changement dans
d’Amérique latine, de l’Europe du Sud vous. Le pire est à venir ? sources naturelles parce que épuisées ; dou- le court terme. D’où l’appel à l’alliance qui ne
(Espagne, Portugal, Grèce), de l’Europe de Oui, très froid. J’ai signalé la dérive fiscale blée d’une économie marginalisée par la signifie ni union, ni fusion, mais, simplement,
l’Est et de l’Asie. J’en ai retenu trois hypo- dans une question précédente. Il en est de contagion au niveau de l’économie mondiale. la mise en commun des moyens de mobilisa-
thèses de travail, fiables. 1- Le régime algé- même pour le commerce extérieur. Les tion pacifique pour le changement. C’est à la
rien travaille à sa propre destruction. Mais recettes d’exportations hors hydrocarbures Vous avez déclaré ne pas avoir été suivi suite de cet appel que certains partis poli-
avec la rente, le chemin de la dérive est lent. couvraient à peine 5% des importations en par la société civile et la population lors du tiques, associations et personnalités ont orga-
Du fait de la lenteur de ce processus, lorsque 2006. C’était déjà très inquiétant. En 2010, ce lancement des initiatives citoyennes. nisé une rencontre à Zéralda pour discuter
le régime se détruit, il détruit avec lui toute la chiffre est tombé à 2%. Lorsque nous impor- Qu’est-ce qui a changé aujourd’hui ? des conditions d’alliances. J’y étais invité en
société par un mélange détonant de pauvreté, tons 75% des calories que nous consommons Le train de changement est en marche tant qu’initiateur du manifeste. La rencontre a
de chômage chez les jeunes, de corruption et vous avez une idée de notre dépendance. Au dans toute la région, le freiner ou le retarder conclu à la préparation d’un congrès national
de perte de morale collective. 2- Le change- niveau politique, la force d’inertie démobilisa- ne fera qu’aggraver la pour la création de l’Allian-
ment pacifique ne peut venir de l’intérieur du trice qui gangrène le pays le mènera lente- situation et en premier lieu ce nationale pour le chan-«Moi, je suis pour un
système, ni des appareils officiels entièrement ment mais sûrement à la régression. Ce serait le salut des autocrates. gement. Les conditions
Etat appuyé sur dessoumis au contrôle du pouvoir en place (Par- la marginalisation des compétences natio- Hier, la lutte pour l’indé- d’organisation de ce
lement, partis politiques de l’Alliance ou de nales présentes dans le pays ou à l’étranger. pendance s’est appuyée congrès ne sont toujoursinstitutions fortes, lui
l’opposition), ni de la société civile telle qu’elle Notre économie se limiterait pour l’essentiel à sur le nationalisme au pas réunies. Il n’y a pas de
est organisée par le pouvoir. exploiter une ressource non renouvelable (le niveau local et la décoloni- président, c’était un travail(Bouteflika) croit dans
Il ne viendra pas davantage via l’agenda gaz et le pétrole) au détriment des généra- sation au niveau internatio- d’équipe, j’en étais le cata-
un Etat centralisé,gouvernemental (élections, référendum, tions futures. Ce sera le basculement dans nal. Aujourd’hui, la mobili- lyseur. J’ai clairement
assemblée ad hoc…). 3- La décennie 2010- une anarchie rythmée par les révoltes de sation pour la libération de démontré que le change-entre les mains d’un
2020 enregistrera la dérive de l’Etat algérien gens assoiffés de vengeance, à la recherche l’individu s’appuie sur la ment désiré ne viendra ni
de sa situation actuelle de défaillance vers de têtes, décidés à détruire, faute de perspec- citoyenneté au niveau local des partis politiques, ni denombre restreint
une nouvelle situation de déliquescence, tives solides de changement, tout ce qui et sur les droits universels l’agenda gouvernemental
d’individus.»c’est-à-dire un Etat chaotique, ingouvernable. représente une référence au régime préda- à la liberté et à l’émancipa- (élections ou autres). En
Face à une telle conviction, le choix est clair : teur responsable de leur misère. tion au niveau internatio- cohérence avec cela, je
ne rien faire et subir la dérive avec tous les nal. Les temps, les espaces, les environne- n’ai pas l’intention de créer un parti, ni d’ap-
risques de dérapage ou profiter de l’éveil poli- Selon vous, l’Algérie enrichit l’Europe ments sont différents, mais les processus sont peler à la participation aux élections.
tique mondial pour préparer le changement et les Etats-Unis en leur fournissant le gaz les mêmes. Hier, c’était la lutte armée pour
dans le calme et la sérénité afin de placer le et le pétrole contre des «devises volatiles» chasser l’occupant sourd à toute idée de Un dernier mot pour clore cet entretien
pays dans la voie du progrès et de la prospé- que confirmerait la crise financière inter- négociation ; aujourd’hui, c’est le combat et à la veille de la nouvelle année ?
rité. nationale en vigueur ? citoyen pour changer le système autocrate, J’aimerais souhaiter à toutes les Algé-
Ce que j’ai dit, c’est que l’économie algé- répressif, sourd à toute idée de dialogue, par riennes et à tous les Algériens mes meilleurs
Cela vous a amené à entrer de plain- rienne se spécialisait dans la transformation une mobilisation pacifique qui s’exprime par vœux de bonheur et de prospérité dans une
pied dans l’opposition et vous développez d’une réserve non renouvelable (le pétrole et les marches, les rassemblements, les mani- Algérie où ils pourront vivre leur modernité
un impressionnant activisme par le le gaz) en une réserve volatile (les devises festations et les grèves. Plus que jamais, le dans la paix et la sérénité. Pour que cela ne
recours à différents canaux de communi- déposées à l’étranger). Par exemple, en peuple exige le changement et veut éradiquer reste pas un simple vœu, il faudrait intérioriser
cation, comme internet et aussi Facebook, 2007, sur 59,61 milliards de dollars de les stigmates des malheurs qu’il a endurés. le fait que la sauvegarde de la Nation algé-
mis à la mode par les événements de Tuni- recettes d’hydrocarbures, 28,27 sont allés De fait, tout est déjà en place pour assurer la rienne devrait devenir, par delà les vicissi-
sie et d’Egypte. Pour quels résultats ? gonfler un niveau de réserves déjà élevé. En fin de partie pour les gouvernants reniés par tudes du moment, l’objet principal de notre
Vous constatez que j’ai utilisé le mode de d’autres termes, sur 100 dollars de recettes leurs peuples. La suite des événements pour- mobilisation et de nos préoccupations quoti-
communication des TIC, plus d’une année d’exportations, 47 dollars sont restés à l’exté- ra alors s’envisager dans un esprit nouveau, diennes et nous incite à préparer, dans les
avant les expériences en Tunisie et en Egyp- rieur inutilement! Aujourd’hui, des experts d’ouverture, de justice et de sagesse. Une plus brefs délais, la transition que le peuple
te qui sont venues confirmer nos hypothèses reconnus et ayant occupé des responsabilités transition sera instaurée, comme diverses algérien, dans son ensemble, souhaite voir
de travail. J’ai lancé mon programme Cercles importantes dans le secteur de l’énergie pré- personnalités n’ont pas manqué d’y faire réfé- s’installer.
d’initiative citoyenne pour le changement voient la fin des exportations d’hydrocarbures rence. B. T.
(CICC) en novembre 2009. Il s’agit d’appeler dans 25-30 ans ! Mais les problèmes com-
à une mobilisation pacifique pour le change- mencent bien avant cette date ; avec la bais- L’ANC — Alliance nationale pour le Radioscopie de la gouvernance algériern-
ment en réunissant trois facteurs : 1- Une se sensible des capacités d’exportation sous changement — que vous avez créée et ne - (Edition revue et corrigée) - 280 pages -
pression des citoyens forte, croissante et l’effet de la baisse de la capacité de produc- dont vous êtes le président participera-t- Edif 2000 - 800 DALe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 27 décembre 2011 - PAGE 6
EN GRÈVE DEPUIS LE PRÉSIDENT DE LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE DES PHARMACIENS AU SUJET
PRÈS DE TROIS MOIS
DU RETARD DANS LA MISE EN PLACE DE L’AGENCE NATIONALE DU MÉDICAMENTLa police intervient
pour rouvrir «Des ministres y voient un empiètementla laiterie de Draâ
Ben Khedda
La tension était grande, hier, à sur leurs prérogatives»
Draâ Ben Khedda, à une dizaine de
du médicament est plurisec- exhortant à la promulgation Et à Farid Benhamdine dekilomètres à l’ouest de Tizi-Ouzou, Farid Benhamdine est le président de la Société
toriel –, et son directeur est des textes réglementaires, répliquer : «L’Agence n’a pasoù depuis le mois d’octobre dernier, algérienne des pharmaciens (SAP), et son nom
un haut fonctionnaire de mettant en place l’Agence besoin d’un pharmacien oul’attention est résolument tournée revient avec insistance dans les milieux pharmaceu-
l’Etat nommé par le président nationale du médicament, a d’un médecin mais d’un ges-vers la laiterie Le Tassili, secouée tiques pour prendre les destinées de l’Agence natio-
de la République et dispo- recommandé de «profiter de tionnaire, d’un manager quipar une grève qui est en train de nale du médicament qui peine, jusque-là, à être mise sant donc d’un pouvoir de la copie revue et corrigée de sait mener des équipes.» boucler allègrement son troisième
en place. Il a longuement disserté, hier, sur les ondes décision. Or, les ministres l’Agence française de sécuri- Le président de la SAP (àmois.
de la Chaîne III de la Radio algérienne, justement sur pensent qu’elle va empiéter té sanitaire des produits de ne pas confondre avec leEu égard à la tournure prise par
l’utilité de cette agence dans la régulation du marché sur leurs prérogatives», santé (AFSSPS)». SAP, Syndicat algérien desle conflit, puisque même les déci-
du médicament. C’est même la panacée à ses yeux. avance-t-il. Et d’asséner :sions de justice n’ont pu y mettre fin, «L’Agence française a paramédicaux) a, par
«C’est la solution pour finir peut-être des travers à cause ailleurs, pris la défense desil fallait s’attendre à voir la force Lyas Hallas - Alger (Le en place de l’Agence natio-
avec ces pénuries récur- de l’affaire du Médiator (un opérateurs algériens enpublique un jour ou l’autre débarquer Soir) - Selon Farid nale du médicament, instau-
rentes de médicament. Unafin de déloger les travailleurs ayant antidiabétique mis sur le pharmacie, qui sont dans leBenhamdine, la Commission rée par la loi 08-13 du 20
ministre est de passage,décidé d’occuper les lieux, et ce, marché par le laboratoire collimateur du ministère de lanationale consultative du juillet 2008. Cela fait mainte-
mais la politique de santé Servier en 1976 et n’a été Santé à cause de pratiquesmalgré les mises en demeure de la médicament et des produits nant trois années et demie et
doit être pérenne. Nos retiré du marché qu’en 2009 frauduleuses relevées audirection de l’entreprise, et une déci- pharmaceutiques est, elle n’a toujours pas vu le
ministres se croient les seulssion du tribunal de Tizi-Ouzou ren- malgré les alertes sur ses bout d’une enquête internecomme son l’indique, jour. Il affirmera que ce
à détenir la vérité mais ladue en sa faveur au détriment des «consultative» et n’a aucun retard résulte plutôt d’une effets au tout début des menée pour déterminer les
vérité doit être partagée. années 90, alors qu’il a été responsabilités dans la pénu-travailleurs qui ont entamé leur mou- pouvoir de décision pour «volonté délibérée». «C’est
Trois années et demie aprèsvement pour, entre autres revendica- retiré du marché bien avant rie encore perceptible durégler quoique ce soit. «C’est qu’il n’y a aucun lien hiérar-
son instauration par la loi, iltions majeures, la renationalisation par la plupart des pays déve- médicament. «Il y a des bre-bien de s’offrir un tel cadre chique entre le ministre de la
n’y a même pas un chef dede la laiterie, privatisée en 2008. Une de concertation, de dialogue. Santé et l’Agence, qui est loppés, ndlr). bis galeuses, certes, mais
projet pour préparer sa miserevendication qui, soit dit en passant, C’est un cadre qui nous man- indépendante dans sa ges- Mais ça va nous servir pas 38 opérateurs. Il faut les
en place de cette agence.» est jugée «aberrante» par plus d’un. d’exemple pour éviter leurs aider à produire, à faire de laquait, c’est vrai, mais j’espè- tion, assurée par un conseil
Hier, il a donc fallu recourir à la police re que ça ne va pas durer d’administration où sont erreurs», a-t-il suggéré. recherche et non les diaboli-
pour déloger les grévistes auxquels «Il ne faut pas diaboliserlongtemps. Parce que ce représentés plusieurs minis- «Votre nom revient avec ser. Nous avons plutôt
se sont joints des jeunes des quar- sont toujours les autorités qui tères : la Santé, la Sécurité les laboratoires insistance depuis un moment besoin d’une politique de
tiers environnants, et ce, pour per- décideront», souligne-t-il. sociale, les Finances, le pour que vous prendre la santé claire, affichée et sur-pharmaceutiques»
mettre aux travailleurs ne se sentant Ainsi, il s’est interrogé sur le Commerce, les Affaires Dans le même sillage, direction de l’Agence algé- tout appliquée», dira-t-il.
plus concernés par la grève de causes ayant retardé la mise étrangères… – le domaine Farid Benhamdine, tout en rienne», lui dira l’animatrice. L. H.
reprendre désormais leurs postes. AYANT REVENDIQUÉ LE RENOUVELLEMENT DE LA SECTION SYNDICALE DE L’ENTREPRISEOn rappellera que ni les appels à
la sagesse émanant de l’UGTA, qui
avait décelé une «récupération» du Cinq travailleurs de la Reelec mouvement de grève par des parties
fort intéressées, ni les tentatives de
médiation du président de l’APW «abusivement» licenciés n’avaient réussi à faire revenir les tra-
vailleurs à la raison. Des interven- Pour avoir revendiqué le que nous avons prévu de tenir en Ils sont revenus, ensuite, sur les l’entreprise parce que nous sommes
tions initiées du fait que progressive- octobre pour désigner une commis- conditions dans lesquelles ils ont été licenciés», s’offusque M’hamadrenouvellement de la section
ment, comme on pouvait s’y sion électorale en vue de renouveler informés de leur licenciement, signé le Moumen. «Moi je n’ai reçu aucunesyndicale de l’entreprise, cinq
attendre, une crise du lait sévissait le bureau du syndicat. Ces éléments, 17 novembre, soit quatre jours après mise en demeure», renchérit Kamelemployés de l’Entreprise de réa-dans l’ensemble de la wilaya de Tizi- des agents de sécurité membres du le sit-in. «La deuxième mise en Haddad, lui qui s’attendait à la notifica-lisations électriques (Reelec) –Ouzou, bien que d’autres entreprises bureau sortant, et avec la bénédiction demeure me sommant de regagner tion de sa retraite. Et de conclure :une entité publique du porte-tentent depuis le début du conflit de l’administration, ont saboté ces mon poste m’est parvenue par cour- «L’administration s’arrangeait avec led’assurer les besoins en produits lai- feuille géré par la SGP Cabileq – assemblées en empêchant le SG de rier une semaine après la lettre de
bureau syndical gelé en juin derniertiers. Avec une production quotidien- ont été tout simplement licen- l’Union de la wilaya d’Alger de l’UGTA, licenciement.
ne de 300 000 litres, couvrant un fort parce qu’il est docile. Et ils nous ontciés. L’un d’eux avait déjà dépo- venu superviser les travaux», avance Le hic est que pendant tout ce
pourcentage de la demande des ciblé pour faire l’exemple. Ils craignentsé son dossier de retraite au le chef du département comptabilité. temps, nous travaillions régulièrement.
wilayas de Tizi-Ouzou, Bouira, que des élections portent une compo-Et d’ajouter : «C’est vrai que j’affiche Jusqu’à ce qu’ils nous aient signifié,mois d’octobre dernier, et au
Boumerdès et une partie de Béjaïa, mon soutien au mouvement, mais je par le biais des agents de sécurité, sante qui risque de les déranger.»lieu de recevoir sa «notifica-la laiterie de Draâ Ben Khedda est le n’étais pas dans le rassemblement.» que nous sommes interdits d’accès à R. N.tion», il reçoit une lettre de licen-leader incontesté sur le très prospère
ciement. «C’était pour casser lemarché du lait et ses dérivés. COLLECTEURS DES PRODUITS DE L’ARTISANAT
M. Azedine mouvement des travailleurs de
l’entreprise», soulignent ces tra- Concertation autour d’une stratégie Précisions de la section vailleurs qui se sont rapprochés
ordinale régionale hier de notre rédaction.
Il s’agit de Khaled Younsi, chef du pour le secteurde Sétif du CNOP
département comptabilité, M’hamad
La Direction de la santé et de la dinars en 2011 a consacré une enve- matières premières afin de réduire laLes collecteurs des produitsMoumen, Kamel Haddad, lequel apopulation de la wilaya de Bordj loppe de 4 millions de dinars pour la dépendance à l'importation ainsi quede l’artisanat se sont réunis,déposé sa demande de retraite enBou-Arréridj a répondu à notre inser- filière de la collecte des produits de la création d'espaces de commerciali-hier, à Alger. Ils se concertentoctobre, Boualem Ouarem ettion du 15/12/2011. l’artisanat. Le défi du secteur, selon sation des produits artisanaux à tra-pour tracer un plan stratégiqueRadouane Moudjari. A l’exception duAussi nous souhaiterions préciser Smaïl Mimoune consiste à améliorer vers le territoire national et internatio-jeune comptable (5 ans de service), du secteur à l’horizon 2020. quatre points : le produit artisanal à travers notam- nal. A l’occasion, cette rencontre
les autres ont passé entre 30 et 33 Les artisans sont exposés à de1- Nous persistons et nous ment la modernisation des techniques servira à collecter des informations
ans au sein de l’entreprise. Dans lessignons, Mme la Directrice de la nombreux obstacles dans leur activité. de production et l'adoption de nou- pour la construction d’un annuaire et
lettres de licenciement, le signataire,santé et de la population de la wilaya Absence d’une politique de promotion, velles méthodes afin de mieux un guide de procédures pour la com-
plutôt le directeur des réalisations,de Bordj Bou-Arréridj a violé la lettre de stratégies d’intervention bien éta- répondre aux besoins du marché. Il a mercialisation des produits de l’artisa-
et l’esprit de la réglementation en Messaoud Boulkadid, 69 ans, retraité blies, rupture de circuits d’approvision- appelé à cette occasion à l'élaboration nat.
matière d’installation et transfert de de Ediel et ramené dans les bagages nement, manque de disponibilité de
d'une étude sur les collecteurs de S. A.pharmacies. du P-dg Khaled Lezzar, parce qu’il matières premières, problème d’écou-
2- Le Conseil de l’ordre n’a été était intérimaire au moment des faits, lement des produits et absence d’une COMMUNICATION PUBLICITAIREdestinataire d’aucune invitation à une ce dernier étant allé effectuer un pèle- stratégie claire pour le développement
séance de concertation. rinage à La Mecque, précise les motifs et la commercialisation des produits es
3- Il n’est, en effet, pas nécessai- : «Abandon de poste et initiateur d’un de l’artisanat. Afin de faire le point et La publicité à l'honneur des 6
re de nous rappeler que la tutelle de arrêt collectif et concerté de travail en établir un état des lieux sur la situa-
la Direction de la santé et de la violation des dispositions législatives tion, la Chambre nationale de l'artisa- Journées euromaghrébinespopulation est Monsieur le Ministre et réglementaires en vigueur». Les nat a regroupé à l’occasion d’une jour- esLes 6 Journées euromaghrébines de la communication publicitaire quide la Santé et Monsieur le Wali de la travailleurs licenciés crient, néan- née d’étude les différents intervenants se tiendront les 23 et 24 avril prochain à Alger au Sofitel sous le patronagewilaya de Bordj Bou-Arréridj. Quant
moins, au «licenciement abusif.» dans le secteur de l’artisanat. Une du ministre de la Communication porteront très certainement un cachetà nous, nous en avons appelé à
Documents à l’appui, ils nous ont occasion pour échanger des expé- exceptionnel au regard de l'actualité qui vise à donner une autre visibilité àMonsieur le Président de la
d’abord montré qu’ils ne se sont pas riences et établir des recommanda- la communication publicitaire dans notre pays. République garant de l’application
absentés pour une durée qui justifie tions pour améliorer la qualité et la Les organisateurs RH.International Communication annoncent la confir-des lois.
cette déclaration d’abandon de poste. commercialisation des produits de l’ar-4- Nous ne sommes ni «tuteur» mation de la présence d'éminentes personnalités maghrébines et euro-
«Nous nous sommes absentés le 13 tisanat. selon le ministre du Tourismeni «censeur autoproclamé», nous péennes à cette édition qui aborderont le fonctionnement de la régulation
novembre 2011 de 8h à 12h. Nous et de l'Artisanat, M. Smaïl Mimounesommes responsable d’une institu- du marché de la publicité, comment réussir la relation annonceurs-agences
«l'Etat veille à la mise en place deavons pris part à un rassemblement àtion qui est en charge de la gestion et médias et comment protéger les consommateurs et les annonceurs des
l’intérieur de l’entreprise, devant le moyens nécessaires pour le dévelop-d’un service public et nous assu- pratiques déloyales.
mons notre mission en toute respon- bâtiment administratif, avec des pement du secteur à travers notam- Une manifestation qui contribuera à décortiquer les sujets qui bouscu-
mesabilité n’en déplaise à M la ment la mise à niveau et l'accompa-dizaines d’autres travailleurs, juste- lent la publicité et à comprendre l'impact continu de la télévision par câble,
Directrice de la santé. ment pour demander la sanction des gnement des intervenants». Le le marketing direct, l'internet et l'industrie de la publicité et notamment les
Le président, secteur de l'artisanat qui a réalisé unéléments ayant causé des troubles dernières stratégies pour s’adapter au nouvel environnement.
Nabil Trabelsi chiffre d'affaires de 150 millions delors des deux assemblées généralesLe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 27 décembre 2011 - PAGE7
SECTEUR AGRICOLE À TIZI-OUZOU
Des regroupements
pour «désenvelopper» la loi 10/03
banque et demander des prêts enPour expliquer aux éleveurs et autres agriculteurs la loi
fonction des besoins de chaque éle-10/03, les circulaires 108, 542 et 522 et la note 942, la
veur avec qui elle travaille.
Chambre d’agriculture et la Direction des services agri- De son côté, le délégué de la
coles, en collaboration avec l’Office national des terres CRMA a donné, dans toutes les loca-
lités où il est passé, un aperçu sur lesagricoles (ONTA), la BADR (Banque de l’agriculture et du
assurances. A titre d’exemple, dansdéveloppement rural) et la Caisse régionale de la mutuali-
le cas d’un bétail atteint de tuberculo-
té agricole (CRMA), ont organisé, à travers le territoire de se, un éleveur qui aurait souscrit un
la wilaya, pas moins de quatre assemblées. contrat d’assurance verra sa Caisse
l’indemniser aux alentours de 60% deLes localités de Draâ-El-Mizan, de 1% pendant trois à cinq ans, le
la valeur de son cheptel perdu.Azazga, Tigzirt et Tizi-Ouzou ont bénéficiaire devra, toutefois, se sou-
Au cours de ces rencontres, nousreçu, tour à tour, les responsables mettre à un cahier de charges.
avons appris que la BADR pourdes secteurs concernés, et ce, du 21 Au profit des éleveurs et agricul-
accorder un prêt pour l’achat d’undécembre 2011 au 26 du même teurs qui n’arrivent pas à bénéficier
tracteur par exemple, exige une par-mois. d’un prêt à titre individuel puisque,
celle d’au moins 15 ha. La superficieLa principale disposition de la loi jusque-là, les terrains exploités sont
exigée avant, et selon les représen-10/03 datant du 15 août 2010 fixant au nom d’une EAC, «la wilaya est en
tants de ladite banque, était de 25 ha.les conditions et modalités d’exploita- train de recenser, les terrains et une
On apprend, par ailleurs, que sur lestion des terres agricoles relevant du circulaire est venue pour y remé-
26 retenues collinaires proposées àdomaine privé de l’Etat concerne, «la dier».
la réhabilitation, la Direction de l’hy-préservation des terres agricoles En outre, et au sens de la présen-
draulique en aurait refusé huit. Rienconcernées en tant que propriété te loi, il est entendu par «exploitation
que pour Makouda, les quatre rete-pérenne de l’Etat, leur exploitation agricole d’un seul tenant», toute
rencontres avec les éleveurs et agri- cation d’un terrain, ne veut pas dire nues collinaires proposées ont étédevant se faire sous le régime exclu- exploitation agricole dont les diffé-
culteurs. Répondant à un intervenant hypothèque. C’est juste une assuran- toutes refusées. La raison invoquéesif de la concession d’une durée de rentes parcelles sont contiguës et ne
qui prétendait que l’Etat aurait attri- ce. par la Direction de l’hydraulique est le40 ans renouvelable, moyennant sont pas séparées les unes des
barrage de Oued Stita, toujours enredevance versée au Trésor public». autres par d’autres parcelles, appar- bué les terres de ses aïeuls à une Le crédit se fait par tranches,
tierce personne, le cadre de l’agricul- mais si l’agriculteur ou l’éleveur n’ho- projet, qui irriguerait, une foisLe représentant de l’ONTA, a tenant à d’autres exploitations agri-
ture lui a conseillé d’aller au ministè- nore pas son crédit de campagne qui construit, les plaines de Makouda etexplicité ladite loi tout au long des coles.
re des Moudjahine et de demander est de 12 mois, il ne pourra pas béné- Sebaou.regroupements, mais aussi les diffé- La loi 10/03 précise également
une attestation de participation à la ficier d’une autre créance. Enfin, au terme de ces assem-rentes circulaires, notamment la 108, que nul ne peut, à quel titre que ce
blées avec les agriculteurs et les éle-qui concerne ceux qui ont des ter- soit, acquérir des droits de conces- Révolution de son ascendant. Pour ce qui est de la création
Pour la BADR, qui a expliqué le d’une nouvelle exploitation ou d’une veurs, lesquelles ont touché l’en-rains non exploités», les exhortant à sion sur des terres agricoles relevant
mode de financement et son rôle qui extension, l’intéressé, et dans le semble des 67 communes que comp-formuler une demande auprès de du domaine privé de l’Etat, s’il est
consiste en l’assistance, «la totalité cadre dit fédératif, peut bénéficier te la wilaya de Tizi-Ouzou, une ren-l’Office et/ou aux subdivisions agri- établi qu’il a eu un comportement
du crédit est pris en change par la d’un crédit de 1 000 000 DA. Aussi, si contre avec les propriétaires de laite-coles relevant de leurs régions res- indigne durant la guerre de Libération
ries, abattoirs et huileries est prévuepectives. Pour ce faire, un justificatif nationale». C’est, d’ailleurs, sur ce BADR. Seulement, il faut justifier la auparavant, c’est l’éleveur ou l’agri-
possession du terrain». Et au prési- culteur qui demandait un prêt bancai- pour aujourd’hui à l’Itmas dede la propriété est exigé. Aussi, et passage de la nouvelle loi que s’est
dent de la Chambre de l’agriculture re, avec ce nouveau dispositif, une Boukhalfa.même si les prêts sont sans intérêt penché un responsable d’une subdi-
d’expliquer, à son tour, que la justifi- laiterie, par exemple, peut solliciter la K. B.durant les trois premières années et vision agricole lors de l’une de ces
CHERCHELL
Un port de pêche aux ambitions légitimes
vers un nouveau plan d’eau de 6 hectares. Au lendemain de l’indépendan-
Cette entreprise, qui a déjà procédé à lace, Cherchell disposait dès 1968
mise en place de plus de 110 000 tonnes ded’une flottille de 40 unités compo-
rochers coulés dans 16 500 mètres cubes de
sée de 7 chalutiers, 9 lamparos, 4 béton, a aménagé, grâce à deux autres
ring nets et 20 petits métiers, lui enveloppes budgétaires totalisant plus de
permettant de pêcher une moyenne cent milliards de centimes, plusieurs quais
en plus des quatre existants de 520 mètresannuelle de 1 400 tonnes, se pla-
linéaires, pour être portés à plus de 1 120çant en troisième position, derrière
mètres. Alger, Bou Haroun et Zemmouri,
Le revers de la médaille de ces gigan-
mais devant Béjaïa, Ténès et tesques travaux est attristant pour les
Dellys, dont la production moyen- Cherchellois car le site féerique et panora-
ne, en cette période, avoisinait 600 mique de Cherchell d’antan a disparu à tout
jamais. On ne verra ni les plages «Scafon» nitonnes/an.
«la plage aux restaurants sur pilotis».L’autre caractéristique du port de
Cette nouvelle opération d’extension duCherchell, durant les décennies 1960 et
port, a porté l’actuelle cale de halage de 201970, fut marquée aussi par sa performance
mètres à plus de 420 mètres carrés, et a vudans la pêche du poisson bleu (250
la construction d’une digue de protection entonnes/an) et crustacés (100 tonnes/an). Il
pieux de 170 mètres carrés avec le dragagese plaçait alors en deuxième position des 7
de l’actuel bassin ainsi que le déroctage duports de pêche du Centre algérien.
nouveau bassin sur une surface de 20 000Ainsi, ce port orienté vers le nord-est se
mètres carrés.destine uniquement à la pêche. Il se situe à
Ces travaux herculéens viennent d’êtreproximité d’une falaise haute de plusieurs
accompagnés récemment d’un projet appelédizaines de mètres, le séparant du centre
de protection du rivage, qui avait démarré en se d’un quai utilisable de 615 mètres de long «parachèvement de la protection et dehistorique de la ville.
l’aménagement du port» doté d’une envelop-Jusqu’en 2005, ce port ne disposait que 1991 et forte d’une enveloppe initiale de 50 avec 14 000 mètres carrés de terre-plein et
pe financière de 180 milliards de centimes,d’un seul bassin ayant une capacité théo- milliards de centimes, l’accès à ce port se fai- de 6 500 mètres carrés réservés au port de
sait par une passe de 250 mètres de lon- pêche avec une cale de halage de 20 mètres dont les travaux d’étude devraient démarrerrique de 64 unités de pêche (21 chalutiers, 9
incessamment. Dans cette attente, ces tra-senneurs et 34 petits métiers). Il se trouvait gueur, puis par une passe intérieure de 24 de largeur, dont l’équipement est mis à la dis-
alors encombré par un parc halieutique qui mètres de largeur. position des embarcations de pêche et de vaux et la réception définitive doivent avoir
Le récent aménagement et l’extension de plaisance. Rappelons que les travaux de lieu en septembre 2013.dépasse de très loin sa capacité d’accueil.
Ce projet portera la capacité d’accueilPlus de 100 unités de pêche y stationnent, ce port viennent d’offrir plusieurs centaines protection de ce port, confiés à une entrepri-
dont 18 chalutiers, 14 senneurs et 68 petits de postes de travail.au sein de 43 chalutiers, se spécialisée dans les travaux maritimes, actuelle du bassin lui permettant d’accueillir
31 sardiniers, 96 petits métiers. La capacité ont permis de procéder à la réfection de l’ac- dans le futur 1 328 unités, dont 380 chalu-métiers. L’encombrement au sein de ce petit
bassin fut affligeant. Se côtoyaient alors des moyenne de pêche annuelle est ainsi portée tuelle jetée principale en portant son enver- tiers, 344 sardiniers et 604 petits métiers
sardiniers de faible envergure avec des à 2 000 tonnes de poisson, dont près de gure à 412 mètres et la création d’une jetée auxquels s’ajouteront six unités semi-indus-
70% en poisson bleu, 20% en poisson blanc secondaire de 60 mètres ayant permis l’ex- trielles. La production halieutique sera por-supers chalutiers de plus de 30 mètres. Des
géants, dont le seul accès au port effraie. et le reste réparti entre les crustacés, les tension du plan d’eau initial de 2 hectares tée à… 13 000 tonnes de poisson/an.
Rappelons par ailleurs qu’avant l’opération squales et les espadons. Ce faisant, il dispo- disposant d’un terre-plein de 2 300 mètres Larbi Houari
Photos : DRLe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 27 décembre 2011 - PAGE8
EN RAISON DE L’OPPOSITION DU COMITÉ DE VILLAGE AGOUNI-BOUFAL
Le projet de gaz naturel temporairement
compromis à Souk El-Ténine
Nonobstant les assurances du premier magistrat de la est finalisée et déposée et l’avis Boufal effectué par le bureau Sonelgaz et la DME et non par les
d’appel d’offres sera incessam- d’études retenu. élus. C’est pour cette raison qu’il ycommune de Souk El-Ténine (daïra de Maâtkas) au sujet
ment lancé pour confier les tra- Il mérite de rappeler qu’en a eu toutes ces rumeurs autour dedu prochain raccordement du village Agouni-Boufal au
vaux de raccordement des vil- 2007, le «poste de détente» de la ce chantier. En somme, ce n’estréseau de gaz de ville, il n’en demeure pas moins que le
lages précités. Nous tenons enco- conduite devant alimenter la qu’une question de temps pour
projet en question risque d’être temporairement compro- re une fois à rassurer la population région devrait être érigé au village enfin voir ce projet tant attendu
mis en raison, précisément, de l’opposition du comité de que tous les villageois bénéficie- Aït-Ahmed, dans la commune voi- par des milliers de ménages dans
village précité au passage de la principale conduite qui ront du gaz de ville sans exception sine de Maâtkas, mais après le cette contrée se réaliser.
ni distinction», a dit avec beau- changement opéré dans l’itinérai- Souhaitons, donc, que tous lesdevra alimenter toute la circonscription de Maâtkas.
coup de conviction M. Mohamed re pour des raisons purement malentendus soient dissipés et les
Ce comité revendique légitime- de l’énergie et des mines, ex-DMI) Klalèche, l’édile de Souk El- techniques et la décision prise par équivoques levées pour que ce
ment le raccordement du village en 2007, mais le plaidoyer effec- Tenine, qui venait de terminer de les autorités compétentes d’ali- rêve de gaz de ville dans les vil-
au réseau, car initialement seuls tué par le président de l’APC de rédiger un communiqué à l’endroit menter la daïra de Maâtkas lages soit effectif et qu’on en ter-
le village de Tighilt Mahmoud, le Souk El-Ténine au sujet justement des Téninois pour précisément les depuis Beni-Douala, il a été mine une fois pour toutes avec
lotissement Fekrane, le chef-lieu du raccordement des villages informer que tous les villages convenu d’implanter le DP (poste ces indésirables bonbonnes de
communal et une partie des vil- Agouni-Boufal, Aït-Izid, la partie seront concernés par cet ambi- de détente) au village Agouni- gaz butane, qui sont de surcroît
lages de l’aârch Sidi Ali Moussa non concernée de Sidi Ali Moussa tieux projet. Il a tenu même à nous Boufal. onéreuses et rares en pareille
sont retenus, comme cela avait et Ighil-Boulkadi, auprès de la montrer dans son bureau le plan La délimitation est conçue par période.
été conçu par la DEM (Direction wilaya a été fructueux : «L’étude d’alimentation du village Agouni- les services techniques de la Amayas Idir
L’ODEUR QUI SE DÉGAGE DE LA DÉCHARGE PUBLIQUE EST INSUPPORTABLE
Des familles à Ras Bouira réclament
leur délocalisation
wilaya avaient délocalisé l’école primaire quiDepuis dimanche, des familles
existait sur les lieux depuis 2008 mais «elleshabitant près du centre d’enfouis-
ont oublié que les élèves pour lesquels ellessement technique de Ras Bouira,
avaient pris cette précaution vivent dans le
situé à la périphérie est de la ville même endroit», a dit un autre père de famil-
de Bouira, ont décidé d’interdire le rencontré sur les lieux, tenant entre ses
aux camions des éboueurs tout bras un bébé de quelques mois.
D’après ces citoyens, les maladies duesaccès à cette décharge afin d’attirer
à ces odeurs nauséabondes qui se déga-l’attention des pouvoirs publics sur
gent sont multiples. «Il y a eu ici, chez cesleur situation.
familles, plusieurs cas de maladies, dont leLe mois de mars dernier, le ministre de
cancer qui avait, emporté quatre personnes,l’Environnement et de l’Aménagement du
ainsi que plusieurs cas d’asthme, dus auxterritoire, en visite d’inspection à Bouira, a
émanations de gaz toxiques». subitement changé de programme pour
Ces humbles citoyens, qui endurent cemettre le cap sur le centre d’enfouissement
calvaire depuis une dizaine d’années, c’est-
technique de la ville de Bouira. Sur place,
à-dire depuis l’inauguration de cette déchar-les appréhensions du ministre quant à la
ge devenue plus tard un CET (centre d’en-situation de ce centre se sont avérées fon-
fouissement technique), lancent un appeldées : la délégation ministérielle a été
pressant au wali pour leur venir en aide.accueillie par une odeur des plus insuppor-
Quant aux autres responsables de
tables qui se dégageait de cette décharge.
l’APC, de la daïra et de la DLEP, ces habi-Ce jour-là et aux familles riveraines qui
tants leur lancent plutôt une invitation :lui faisaient part de leur calvaire enduré
«Que ces responsables envoient leurs pro-
quotidiennement et depuis des années à
génitures passer 24 heures avec nous dansDes familles réclament leur délocalisation.cause de cette odeur, M. Rahmani devant
ce milieu pollué à en mourir et nous pour-l’engagement du wali à trouver un terrain adéquat. Soit l’Etat nous dégage un terrain pour les autres familles qui se trouvent dans rons, après cela, patienter même desdans les plus brefs délais pour délocaliser et nous allons construire des logements la même situation de précarité que nous. années.» ces familles, s’était engagé à apporter, en avec les aides qui nous sont octroyées, soit Les logements sont disponibles.» Cela Y. Y.
plus des 700 000 DA offerts dans le cadre la wilaya nous recase comme elle l’a fait étant, rappelons que les autorités de la
de la CNL par le ministère de l’Habitat et de
l’Urbanisme, une aide supplémentaire de
récemment la campagne «un hiver au l’environnement et du gaspillage de cette
300 000 DA pour chaque habitation. Un marché fantôme chaud avec Ness el Khir». Ce groupe denrée précieuse, mais également les
Malheureusement, depuis ce jour, et Le marché local du quartier de Draâ el s’est fixé comme objectif de collecter portefeuilles des locataires de ces loge-
malgré les engagements du ministre, les 50 Bordj de Bouira, ayant englouti un bud- des couvertures et des vêtements ments qui payent cette eau dans leurs
familles de cette localité de Ras Bouira se get conséquent et inauguré en grande chauds afin de les distribuer aux SDF et factures ADE.
sont retrouvées ballottées entre les diffé- pompe au début du mois de Ramadan aux mal-logés durant cette saison hiver-
rentes directions de la wilaya, l’APC et la dernier, demeure au point mort. Déserté nale. Des actions qui suscitent de plus Un combat au sabre daïra. par les commerçants qui lui préfèrent les en plus l’intérêt des jeunes de tous hori-
Ce dimanche, lasses d’attendre une étals de la rue, ce grand point commer- zons ralliant en nombre les rangs de la fait un mort
issue à leur calvaire qui n’a que trop duré, cial est réduit à un marché fantôme où solidarité, au grand bonheur des Un jeune homme de 21 ans, habitantces familles ont décidé de passer à l’action seuls six commerçants continuent de pauvres, des malades et des orphelins dans le quartier de Farachati, à l’ouest de
en interdisant carrément l’accès aux faire bonne figure en attendant que qui retrouvent le sourire grâce à eux. la ville de Bouira, est mort suite à un
camions de l’APC à cette décharge. quelques responsables interviennent combat au sabre, une arme que les
Hier, lors de notre déplacement, nous enfin pour lui redonner vie.
jeunes fabriquent de façon artisanale etLe gaspillage avons été accueillis une nouvelle fois par
arborent comme un accessoire de mode.
les mauvaises odeurs qui se dégageaient de l’eau continueActions de solidarité Une bagarre qui a mal tourné et qui a atti-
de cette décharge.
Les fuites d’eau potable dans la ville ré une grande foule de jeunes des quar-
Sur place, l’un des représentants de ces avec les SDF de Bouira, dont l’une dure depuis plus tiers populaires environnants, venus
familles nous a dit : «Depuis plusieurs mois, Le groupe de jeunes bénévoles Ness d’une année sous l’œil passif des habi- apprécier le spectacle sans aucun état
les responsables nous ballotent entre eux el Khir de Bouira, ainsi que ceux des tants du quartier des 280 logements, d’âme. C’est dire la banalisation alarman-
sans qu’une solution définitive soit trouvée à autres wilayas du pays continuent de sans que les autorités concernées dai- te de la violence dans nos sociétés,
notre problème. Nous ne réclamons pas la mener des campagnes de bienfaisance gnent y remédier, touchent non seule- notamment chez les jeunes générations.
lune. Nous demandons seulement notre dans les villes et villages algériens, avec ment les âmes sensibles à la question de Katya Kaci
transfert en urgence vers un autre endroit
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 27 décembre 2011 - PAGE 9
ALGERTRAFIC
DE STUPÉFIANTS Les vendeurs de friperie réclamentÀ MOSTAGANEM
De la drogue et des
la levée de son interdictionpsychotropes saisis
Les éléments de la police ont réussi Plusieurs dizaines de
un véritable coup de filet en intercep- détaillants du commerce
tant deux dealers notoires à bord d’un de friperie, venant de
taxi collectif en provenance de la ville
toutes les wilayas du
d’Oran et avec en prime la saisie de
pays, se sont rassemblésdeux plaquettes de kif traité évaluées à
hier rue Bachir-Attar à190 g. Après la fouille corporelle des
Alger, devant la maisondeux individus, la drogue a été retrou-
vée chez l’un deux, dissimulée dans de la presse Tahar-
son slip. Les deux mis en cause ont été Djaout. Ils entendent
traduits dimanche dernier devant la jus- ainsi transmettre leur
tice et écroués. Une autre opération a «détresse» aussi bien
été rondement menée par la police de aux plus hautes autorités
recherche et d’investigation (BRI) dans
du pays qu’à l’opinionle souk d’Aïn Sefra, où des trafiquants
publique nationale. de tout poil ont pris possession de ce
Les protestataires revendi-marché pour se livrer à leur juteux com-
quent la levée pure et simplemerce. Deux revendeurs de psycho-
de l’interdiction sur les importa-tropes, âgés de 48 et 54 ans, ont été
tions de la friperie, plutôt leurappréhendés en flagrant délit dans un
gagne-pain. Selon leurs pro-stand de friperie et 62 comprimés de
pos, les détaillants seuls sontdifférentes marques furent trouvés. Ils
plus de 50 000 à l’échelleont été présentés ce dimanche devant
nationale, pour ne compter quele magistrat instructeur et mis sous
les commerçants répertoriésmandat de dépôt.
A. B. sur le fichier des registres du tion des industriels de la fripe- ment de protestation qui n’a pu taines de milliers de familles
commerce. rie de Tébessa, rappellent-ils, apporter grand-chose jusqu’ici. qui vivent de ce commerce. La
Outre les 3 200 travailleurs après moult rassemblements à Hier, les protestataires se marchandise se fait de plus enMILA
des unités de traitement épar- travers plusieurs wilayas et sont adressés à la presse. plus rare et nous nous sentons
pillées à travers plusieurs même à Alger où une déléga- «C’est notre dernier recours. Si menacés dans notre survie»,Arrestation de délin-
wilayas, dont Tébessa. Ce sit- tion des protestataires a été l’interdiction n’est pas levée déplore un jeune vendeur
in intervient justement en reçue à l’Assemblée nationale avant la fin de l’année, ce sera d’Oran. quants et saisie de
réponse à l’appel de l’associa- populaire (APN). Un mouve- une catastrophe pour des cen- L. H.
quantités de drogue
BOUMERDÈSLes brigades de la police judiciaire
relevant de la Sûreté de wilaya et des
daïras de Tadjenanet, Téleghma et
Oued Athmania, dans la wilaya de Mila, Le tueur de Ouled Moussa
chargées de lutter contre la délinquan-
ce et la criminalité de tous genres, ont
neutralisé, au courant de cette semai- et sa complice arrêtésne, plusieurs trafiquants de boissons
alcoolisées prohibées, drogue et psy- H. R., 44 ans, habitant Haï Amamar, dans la ville de
chotropes. Ainsi, il a été procédé à la Ouled Moussa, wilaya de Boumerdès, qui a commis,
saisie de 839 bouteilles de différents avec la complicité de son épouse, un meurtre sur la
types de boissons alcolissées, 240 personne de B. A., 27 ans, citoyen de la même locali-
comprimés de psychotropes et 99,4
té, a été arrêté. L’épouse du meurtrier a été également
grammes de kif traité. Ces opérations
arrêtée. coup-de-poing ont permis l’arrestation
L’assassin et sa complice ont vant avaient, rappelons-le, misde neuf individus qui ont tous été pla-
été déférés devant le procureur en émoi toute la ville de Ouledcés sous mandat de dépôt, sur instruc-
du tribunal de Rouiba qui les a Moussa. tion des magistrats instructeurs auprès
inculpés de meurtre avec pré- «Les meurtriers regardaientdes tribunaux de Mila et de Chelghoum
méditation, complicité de sûrement beaucoup les sériesLaïd.
meurtre et dissimulation de policières à la télévision. Ils ontA. M’haïmoud
preuves. cependant oublié qu’il n’existe
Dans cette affaire, la police pas de crime parfait, surtoutAPC DE SKIKDA scientifique a joué un rôle avec les nouveaux moyens
essentiel pour élucider ce crime
scientifiques dont nous dispo-Vol de trois et mettre l’assassin et sa com-
sons», ironise un policier. Ainsi,
plice devant les preuves maté-
l’assassin et sa complice n’ontrielles irréfutables les impliquantmicro-ordinateurs
pu échapper à la vérité de ladans cette sinistre besogne. De
Après les villas et les appartements, science. Les agents de la police traces de sang et même l’ADN police judiciaire ont égalementtoute évidence, la victime, qui
c’est autour des administrations scientifique ont découvert à l’is- de la victime sur la femme de mis la main sur l’arme du crime.avait des relations intimes avec
publiques d’être la cible des voleurs. sue de leurs investigations des l’assassin. Les enquêteurs de la Abachi L.l’épouse de l’exécuteur de ce
Cette fois-ci, c’est la direction des res- crime, est tombée dans un véri-
sources humaines de l’APC de Skikda, table traquenard. Le bilan des arrestations située au Sélect, dans la même bâtisse En effet, le couple a monté
que la Direction des douanes, à une un véritable scénario pour élimi-
ercentaine de mètres du 1 arrondisse- ner ce personnage trop encom- de délinquants s’élargit
ment de la police à la résidence, de se brant pour la réputation du Après l’accalmie constatée ces dernières teurs constituées et spécialisées dans des
voir subtiliser trois micro-ordinateurs. ménage. Selon des sources semaines sur le front de la lutte antiterroriste, les agressions suivies de vol de portables et de vols
Selon des sources concordantes, policières, l’époux est allé jus- divers services de la police de Boumerdès trou- par effraction, des consommateurs et des trafi-
cinq personnes se sont introduites dans qu’à distiller une rumeur, selon vent du temps à consacrer à la lutte contre la quants de drogue et des personnes impliquées
le siège de cette direction, aux environs laquelle des étrangers viennent délinquance et la criminalité. dans un détournement de mineurs ont été neu-
à Haï Amamar pour commettrede 5 heures, et ont subtilisé les équipe- Un bilan établi de 18 décembre fait état de la tralisés.
des crimes de sang.ments informatiques après avoir cassé neutralisation de 17 délinquants dans la wilaya Par ailleurs, les services de police de
Ils ont tenté d’effacer toutesles vitres des bureaux ciblés. Le gar- de Boumerdès. Seulement, 4 jours plus tard, Boumerdès ont célébré, ce dimanche, la
les traces de leur crime qu’ilsdien, enchaîné et roué de coups, a été soit le 22 du même mois, un autre bilan fait état Journée de la police.
ont perpétré dans la cour de leurtransféré en urgence à l’établissement également de l’arrestation de 17 malfaiteurs. A l’occasion, 101 policiers, qui ont fourni des
domicile. Une fois le forfaithospitalier de Skikda. Il s’en est sorti Ce dernier bilan concerne l’activité de la poli- efforts méritoires dans leur mission de maintien
accompli, H. R. est allé voir leavec de légères blessures. Une enquê- ce des communes de Bordj Ménaïel, Zemmouri, de l’ordre public et de la sécurité des citoyens,
père de la victime, l’informantte a été ouverte pour déterminer les Thénia, Aït Amrane, Dellys, Hammadi, Chabet ont reçu des promotions, allant du grade de
qu’il vient de découvrir son filscauses exactes de cet acte. El-Ameur et les services de la police judiciaire commissaire à celui de brigadier de police.
mort sur le lieu. Cette découver- de la Sûreté de wilaya. Des bandes de malfai-Zaïd Zoheir A. L.
te et la rumeur distillée aupara-
Photo : DR. Photo : New Press.Le Soir
d’Algérie Soir Retraite Mardi 27 décembre 2011 - PAGE 10
Le Soir d’Algérie - Espace «Retraite» — E.mail : soiretraite@hotmail.com
RELÈVEMENT DES PENSIONS ET ALLOCATIONS DE RETRAITE
A la charge du budget de l’État
Faisant la promotion de la mesure prise par le Conseil des ministres le 18 décembre dernier, le ministre
du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a considéré que le relèvement du montant minimum de
la pension de retraite à 15 000 DA et la revalorisation des pensions étaient des «décisions exception-
nelles» du président de la République. Rien que ça !
e ministre a précisé lors d’un les pensions et allocations de la fiscalité pétrolière. Commen-
point de presse que ces aug- retraite dont le montant est supé- tant ces nouvelles mesures deL mentations, qui seront appli- rieur à 30 000 et inférieur à 40 solidarité de la nation envers
ercables à compter du 1 janvier 000 DA, et une augmentation de ceux qui ont consacré leur vie à
2012, sont établies selon un taux 15% pour celles dont le montant la servir, le chef de l’Etat a souli-
dégressif variant entre 30% et est égal ou supérieur à 40 000 gné que celles-ci ne doivent pas
15% et en fonction du montant de DA. Ces mesures qui feront l’ob- occulter la nécessité de conforter
la pension et de l’allocation de jet d’une large explication par le dispositif national de retraite
retraite. Ainsi, l’augmentation des l’administration en charge des pour en assurer la pérennité et le
pensions et allocations de retrai- retraites bénéficieront à près de niveau des prestations qu’il sert
te est de 30% pour celles égales 2 400 000 de retraités salariés et à ses bénéficiaires.
ou inférieures à 15 000 DA, de non salariés. A ce titre, le président de la
28% pour celles se situant entre Elles entreront en vigueur à République a chargé le gouver-
er15 000 DA et 20 000 DA, de 26% partir du 1 janvier 2012 et seront nement de veiller à l’amélioration
pour la tranche allant de 20 000 financées par le budget de l’Etat de la lutte contre la fraude dans
DA à 25 000 DA, de 24% pour les avec un impact annuel de plus les déclarations d’emplois qui
25 000 DA à 30 000 DA, de de 63 milliards DA. Pour rappel, prive le système de protection
22% pour les 30 000 DA et 35 ces mesures constituent la troi- sociale de recettes appréciables,
000 DA, de 20% pour les 35 000 sième intervention du budget de et de prévoir, dans les révisions
DA à 40 000 DA et de 15% pour l’Etat au profit des retraités sur futures de la législation du régi-
les plus de 40 000 DA. décisions du président Abdelaziz me des retraites en concertationConseil des ministres du 18 amélioration de leur pouvoir
Le nombre de bénéficiaires de Bouteflika, après celles de 2006 avec les opérateurs et les repré-décembre 2011 relatif au relève- d’achat. A l’issue du débat sur laces mesures est estimé à près de et 2009 qui ont notamment per- sentants de travailleurs, desment des pensions et allocations communication du ministre char-
2 400 000 retraités (régimes des mis de relever successivement mesures à même de poursuivrede retraite. «Le Conseil des gé de la Sécurité sociale, le
salariés pour la CNR et non-sala- les plus faibles pensions de la sauvegarde de l’avenir de laministres a poursuivi ses travaux Conseil des ministres a décidé,riés pour la Casnos), alors que retraite à un minimum de 10 000 Caisse nationale de retraites.»par l’audition d’une communica- au titre de la solidarité nationale,l’impact annuel est de 63 mil- DA puis de 11 000 DA, et d’insti- Fin de citation de l’extrait dution du ministre chargé de la de revaloriser les pensions deliards de dinars à la charge du tuer un fonds national de réserve communiqué du Conseil desSécurité sociale relative au dos- retraites des salariés et non-
budget de l’Etat. Pour le des retraites financé par 3% de ministres.sier des retraites. salariés, ainsi qu’il suit : le relè-ministre, ces augmentations vont
A la veille de la tripartite du vement à 15 000 DA de toutesdans le sens des mesures ini-
mois de septembre dernier qui a les pensions et allocations detiées depuis l’année 2000 en L’APN décide d’interpellernotamment abouti au relèvement retraites inférieures à ce mon-faveur des retraités, avec comme
du salaire minimum garanti tant, l’augmentation de 30% desobjectif d’améliorer le pouvoir le gouvernement sur la situation(SNMG), dans le sillage des dif- pensions de retraite dont le mon-d’achat des citoyens et des
férentes augmentations de tant est égale à 15 000 DA, uneretraités. des retraités et de la caisse des
rémunérations intervenues dans augmentation variant par paliers
la Fonction publique et dans le de 28% à 24% pour les pensions retraites L’intégralité de la décision
secteur économique, le prési- et allocations de retraite dont le Le bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) a décidédu Conseil des ministres dent de la République avait montant est supérieur à au cours d’une réunion tenue le 18 décembre (le jour où le ConseilPour permettre aux lecteurs ordonné au gouvernement de 15 000 DA et inférieur à 30 000 des ministres décidait d’augmenter les pensions de retraite) d’in-de prendre connaissance de la préparer un dossier pour faire DA, une augmentation variant former le gouvernement d’une résolution portant son interpellationdécision, nous publions ci-des- bénéficier les retraités d’une par paliers de 22% à 20% pour sur la situation des retraités et de la caisse des retraites. Pour rap-sous l’extrait du communiqué du
pel, cette interpellation fait suite à une démarche de 34 députés
indépendants (Voir «Le Soir Retraite» du mardi 20 décembreLES QUALIFIANT DE MANŒUVRES 2011). Dans une résolution portant «Interpellation du gouverne-
ment sur la situation des retraités et de la Caisse nationale desLe Snapap rejette les récentes retraites (CNR)», déposée le 14 décembre dernier sur le bureau de
l’APN, 34 députés exigent des explications.
«Nous demandons au gouvernement d’exposer devant l’As-décisions du gouvernement
semblée populaire nationale les mesures qu’il compte prendre
Le Snapap vient de réagir par un communiqué nus de forts taux d’augmentation (30%) et aux caté- pour rendre justice dans les plus brefs délais à cette catégorie de
virulent aux différents taux d’augmentation des gories supérieures un faible taux (15%), le gouver- notre peuple», lit-on dans cette résolution. Affaire à suivre.
pensions de retraite, décidés le 18 décembre der- nement tente de tromper l’opinion publique par une LSR
nier lors d’un Conseil des ministres. soi-disant justice sociale qui l’a guidé dans le calcul
Pour le Snapap, les taux décidés par le gouver- des retraites», note le communiqué signé par
nement ne font que servir davantage et enrichir Malaoui.Et d’ajouter : «En réalité, le gouvernement Bonne année 2012 !
encore plus les catégories aisées, alors que les vient de commettre un hold-up supplémentaire» en
C’est le dernier «Soir Retraite» de l’année 2011 ! Annéecouches les plus démunies ne bénéficient que d’un accordant «aux dignitaires du système (ministre,
riche en rebondissements et en luttes tous azimuts pour de nom-simple alignement sur le SNMG. député, directeur central, etc.) encore plus d’argent
«En accordant aux catégories des petits reve- au détriment des plus démunis.» breux retraités qui n’ont pas hésité à sortir dans la rue pour
faire part de leurs graves problèmes et de leurs revendications.
Ces luttes ont réussi à faire reculer le gouvernement, partielle-
ment et insuffisamment selon les nombreuses réactions de nosSatisfaction de la Fédération
lecteurs envoyées suite aux récentes décisions du Conseil des
ministres du 18 décembre 2011 en matière de relèvement desnationale des retraités pensions et allocations de retraite. Dès le mois de janvier, nous
commencerons à publier les contributions des lecteurs à ce
Dans l’édition du journal gou- revalorisation des pensions et de l'Emploi et de la Sécurité
sujet. Comme j’aurai l’occasion de donner mon point de vue survernemental El Moudjahid, édition allocations de retraite. «Nous sociale. «Nous attendions cette
les limites et les revers des décisions du pouvoir.du 20 décembre 2011, le secrétai- sommes très heureux et contents augmentation depuis quelques
eEn janvier 2012, votre «Soir Retraite» entamera sa 13 annéere général de la Fédération natio- de cette augmentation qui réhabi- mois, mais, franchement, nous ne
: ce serait utile de faire le point, d’avoir les avis et propositionsnale des travailleurs retraités, M. lite la dignité des retraités, les- nous attendions pas à ce taux»,
Smaïl Alaouchiche, s'est dit «très quels peinent à boucler les fins de s'est-il réjoui, «remerciant» le pré- de nos lecteurs, de connaître leurs attentes pour améliorer le
content» du récent relèvement du mois», a déclaré M. Alaouchiche, sident de la République Abdelaziz contenu de cet espace. Je vous souhaite une bonne et heureuse
montant minimum de la pension en marge du point de presse Bouteflika pour ce «geste» année 2012 ! La lutte continue.
de retraite à 15 000 DA et de la animé par le ministre du Travail, envers les retraités. Djilali Hadjadj
Ph.oto DR