Compétence de lecture
5 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Compétence de lecture

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
5 pages
Français

Description

Ce document permet de connaître et définir les principales compétence de lecture comme les figures de styles, les procédés d’interpellation du lecture, les procédés de la persuasion, etc.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 105
Langue Français

Exrait

Révisions BAC Français COMPETENCES DE LECTURE
Les principales figures de style Voici les principales figures de style, classées par ordre alphabétique, que vous allez sûrement rencontrer dans les textes littéraires que vous aurez à étudier. Une figure de stylemet en évidence, donne au lecteur (l’impression, l’illusion,met en valeur, le sentiment de), oppose, témoigne de, souligne, connote, révèle, renforce, appuie,rapproche…Allégorie(féminin): Figuration d’une abstraction (exemples: l’Amour, la Mort) par un être vivant. Allitération(féminin): C’est la répétition de sons identiques. À la différence de l’assonance, le terme « allitération » est réservé auxrépétitions de consonnes. Exemples : « Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? »Ici, on entend presque le serpent siffler en prononçant la phrase. C’est une harmonie imitative.Amplification(féminin): L’amplification se fonde sur unegradationentre les termes d’une énumération ou dans la construction d’un paragraphe. Anaphore(féminin) : Une anaphore est un procédé qui consiste à commencer par le même mot les divers membres d’une phrase. Exemple dansHoraceCorneille (acte IV, scène 6) : « Rome,de l’unique objet de mon ressentiment! / Rome, à qui vient ton brasd’immoler mon amant! / Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore! / Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore! » Antiphrase(féminin)consiste à exprimer une idée par son contraire. L’ironie repose: Procédé qui souvent sur l’antiphrase. Ainsi,« Tes résultats au bac sont vraiment exceptionnels ! » dans le sens de « Tes résultats au bac sont vraiment catastrophiques. » est une antiphrase. Aparté(masculin) Au théâtre, un aparté est un discours qu’un protagoniste se tient à luimême de manière à le faire entendre au seul spectateur (le public). Assonance(féminin): C’est la répétition d’une même voyelle dans une phrase ou un vers. Exemple dansPoèmes saturniensde Verlaine (« Mon rêve familier ») : « Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant[…]». Comparaison(féminin): Une comparaison est une mise en relation de deux termes à l’aide d’unoutil de comparaison (comme, tel, semblable à, etc.). Gradation(féminin) Une gradation est une succession ordonnée de termes, d’idées ou de sentiments.On parle degradationascendantelorsque les termes sont de plus en plus forts et degradation descendantelorsque les termes sont de plus en plus faibles. Hyperbole(féminin) :expression exagérée.Ex.« Je meurs de faim » Ironie(féminin): L’ironie est une figure très courante qui consiste à affirmer le contraire de ce que l’on veut faire entendre. L’ironie repose essentiellement sur l’antiphrase, l’hyperbole.Métaphore(féminin) :La métaphore est une figure qui consiste à désigner un objet ou une idée par un mot qui convient pour un autre objet ou une autre idée liés aux précédents par une analogie. La métaphore fusionne donc en un seul les deux termes de la comparaison; il s’agit d’une comparaisonsans terme comparatif. Ex. Elle a les yeux revolver. more(masculin): L’oxymore est une alliance de mots dont le rapprochement est inattendu.Ex.obscure clarté. Personnification(féminin): La personnification attribue à une chose abstraite les propriétés d’un être animé (homme, animal). Ex. La pluie grignote les carreaux. Stichomythie(féminin) : Succession de répliques courtes au théâtre.
1 A.Laugeois
Les procédés d'interpellation du lecteur L'interpellation est une démarche qui a pour but de faire réagir et de convaincre le lecteur ou l'auditeur. Elle dynamise le texte et engage à la réflexion. Les formules oralesformules orales sont des expressions que l'on emploie dans une: Les conversation pour apostropher l'auditeur. Elles relancent l'attention et visent à rendre le texte plus vivant, par le recours à un ton qui imite l'oralité d'un discours. Ex : « Et je ne vous parle pas de... Qui donc, si ce n'est toi... La ponctuation expressive :Certains signes de ponctuation ajoutent un nouveau sens à la phrase.Le point d'exclamation (!) renforce l'intensité d'une phrase. Le point d'interrogation (?) engage à la réflexion. Les points de suspension (...) créent une attente. Les pronoms et les adjectifs possessifs Les pronoms « nous » et « on » et les adjectifs possessifs correspondants incluent le lecteur dans l'argumentation. Les pronoms de la deuxième personne interpellent directement le lecteur et l'associent à la réflexion. Ils créent également une complicité entre l'argumentateur et l'argumenté. Les fausses questions :une fausse question est une question qui n'appelle aucune réponse, parce qu'elle n'ade sens, ou parce que la réponse fait partie de la question.pas Ex. Ne croyezvous pas qu’on vivrait mieux dans un monde sans pollution? Les procédés de la persuasion (pour convaincre)Les pronoms : de la première personne: l’émetteur s’implique dans l’énonciation à travers la première personne ("je", "moi", "me"). Cette présence traduit une volonté de convaincre. La première personne du pluriel (" nous", "nos") inclut avec lui le destinataire de l’argumentation. de la deuxième personne :l’émetteur emploie la deuxième personne ("tu", "vous", "vos") pour que le destinataire ait le sentiment d’être directement concerné."on"destinataire dans l’énoncé. Mais "on" désigne parfoi: ce pronom sert à inclure le s les partisans de la thèse adverse: il s’oppose alors aux pronoms de la première personneLexclamation:les phrases de type exclamatif traduisent une émotion que l’émetteur veut faire partager au destinataire.
La question oratoire (appelée aussi "fausse question")fournit implicitement la réponse attendue. Elle conduit le destinataire à partager une opinion.
Lapostrophe: l’émetteur interpelle le destinataire pour le faire réagir. L’apostrophe peut prendre la force d’un conseil pressant, voire impérieux. Les termes évaluatifs ou affectifs: l’émetteur utilise un lexique évaluatif qui exprime un jugement ( "bien/mal" ) et un lexique affectif qui traduit des sentiments ( "aimer, "haïr"). L’emploi de termes péjoratifsoumélioratifs souligne cette implication de l’émetteur par la dévalorisation ou la valorisation.
L'insistance: La répétition: la répétition d’un mot ou d’une tournure de phrase donne du rythme au texte. Quand cette répétition porte sur un mot en tête de phrase, on l’appelle une anaphore.Le parallélisme: c’est la construction à l'identique de phrases, de propositions.L'accumulation: c’est l’accumulation de termes synonymes, dans le cadre d’une gradation. Elle permet d'énoncer une idée avec force. L'hyperbole: l’argumentateur exagère pour mieux frapper l'esprit du lecteur. L'euphémismel’argumentateur atténue les éléments choquants, tristes, désagréables, gênants.: La mise en relief : « c'est…quiL'utilisation d'un présentatif : « voici… » ; « voilà » ; ».+ revoir dans le cahier : Les procédés del’éloquence
2 A.Laugeois
Les paroles rapportées Discours directtirets ou des guillemets introduisent les paroles. Elles rendent le discours plus: Des vivant. Ex : Luc dit : « Je viens » Discours indirect: Les parolessont introduites par une proposition subordonneé. Ex. Luc dit qu’il vient. Discours indirect libre: Il mêle les deux formes précédentes. Il correspond souvent à un monologue intérieur du héros. Ex. Je pensais à Luc. Où vatil aller ?
Valeur du « on » et du « je » A.personnels « on » et « je »Les pronoms 1. Le pronom personnel « on » Le pronom personnel « on » s'emploie pour désigner des êtres humains. Il occupe toujours la fonctionsujet. Cependant, il a différents statuts énonciatifs :  on peut signifier tout le monde, n'importe qui ; Exemple : On apprend vite dans ce cours.  on peut signifier quelqu'un, une personne dont on ne connaît pas l'identité; Exemple : On a frappé.  on peut signifier nous, un groupe de personnes dont le locuteur fait partie; Exemple : C'est bon, on avance !  on peut signifier tu, vous ; Exemple : Alors, on est heureux, on a gagné le match. (Tu es heureux, tu as gagné le match.)  on peut signifier je. Exemple : On vous demande de réfléchir. 2. Le pronom personnel « je » Le pronom personnel je désigne la personne qui parle (le locuteur) ou celui qui écrit (le scripteur). Exemple : Je suis parti en vacances. Pour mettre en valeur le sujet, le pronom sujet est parfois redoublé. Le pronom personnel « je » est alors redoublé par le pronom d'instance « moi ». Exemple : Moi, je partirai. ll arrive parfois que le pronom personnel « je » soit remplacé par le pronom « nous » dans des textes ou des déclarations officielles. C'est le « nous » dit « de majesté ». Exemple : Nous allons poursuivre ce discours. (Je vais poursuivre ce discours.) B. Les valeurs des pronoms « on » et « je » Le pronom « on » est placé tantôt dans les pronoms personnels, tantôt dans les pronoms indéfinis. C'est également un pronom ambigu, car il change de valeur selon le contexte. Le pronom personnel « je » ne prête à aucune ambigüité, mais il a également plusieurs valeurs. 1. Les valeurs du « on » L’interprétation du pronom « on » est étroitement liée à une situation ou à un environnement textuel. Ses principales valeurs sont les suivantes :  une valeur générale qui s'applique à tout le monde : on trouve le pronom personnel « on » dans les situations qui indiquent qu'un fait est vrai (règle ou adage) dans sa globalité, quel que soit le moment où on le considère.
Utilisation des temps verbaux  Les temps du récit :Imparfait : Actions qui durent ou se répètent.Il est utilisé dans les descriptions.  Passésimplequi ne durent pas, de premier plan…: Actions brusques,  Présent de narration:pour rendre un fait plus présent à l’esprit du lecteur. Les temps du discours: Les autres temps.
Le point de vue du narrateur ou focalisation Externe ne raconte que ce qu’il voit et entend. Ce: Le narrateur est un témoin externe à l’histoire. Il point de vue laisse le lecteur en attente. Ex. dans les récits policiers. Internepar un personnage interne à l’histoire dont nous connaissons les pensées.: Le récit est raconté Cela accentue l’intensité dramatique.Zéro ou omniscient un dieu. Il connait les pensées de tous tout, partout, comme: Le narrateur voit les personnages. Le lecteur en sait donc plus que chacun des personnages.
3 A.Laugeois
Révisions BAC Français COMPÉTENCESUTERDRIEC
Argumenter e t développer un point de vue personnel (en 40 lignes) I.L'ANALYSE DU SUJET Dégager le thème. Pour trouver le thème du sujet, on se pose la question « De quoi parle le sujet ? » Il peut s'agir d'amitié, de violence, de travail, d'un fait de société comme par exemple,la place de l'art dans la société,oud'une information ... Comprendre la consigne.contient une consigne de travail. Il s'agit d'expliquer et de justifierLe sujet son opinion personnelle. I.LA RÉDACTION DE L'INTRODUCTION ET DE LA CONCLUSION Mettre au point l'introduction.Elle accroche le lecteur, présente le sujet de la réflexion et annonce le plan. Si la consigne pose des questions, cellesci peuvent servir à annoncer le plan. Dans ce cas, respectez bien l’ordre des questions dans votre développement. Mettre au point la conclusion.Elle rappelle les principales idées présentées dans le développement et élargit la réflexion. II.LA MISE AU POINT DU PLAN La mise au point du plan.Chaque paragraphe se centre sur une idée essentielle abordant un aspect de la situation sur laquelle on réfléchit. Chaque idée est développée en quelques lignes. Recherche d’idées pour développer chaque paragraphe.On note les idées que l'on a trouvées spontanément sur le thème ou sur le fait de société. On s'interroge sur les causes et les conséquences possibles. On se demande ce que penseraient d'autres personnes à propos du problème soulevé dans le sujet. III.LA RÉDACTION DES PARAGRAPHES Formuler l'idée essentielle.Chaque paragraphe commence par un mot de liaison:d'abord, par ailleurs, ensuite... verbe d'opinion unpeut affirmer sa prise de position personnelle parOn commepenser, estimer, oupar une expression commeselon moi, à mon avis... Expliquer l'idée.On reformule son idée pour mieux la faire comprendre. On utilise des expressions commec'estàdire, en d'autres termes... Illustrer l'idée.l'idée en ajoutant des exemples introduits parOn donne du poids à ainsi, par exemple, c'est le cas de, comme...
Quelques conseils de rédaction Pour éviter le horssujet,relisez régulièrement la consigne. Surveillez votre montre, etgardez impérativement du temps pour vous relire, et corrigez les fautes dorthographeque vous avez laissées. Références et citations Le titre d’une œuvre est souligné.tion. pe une citation de la manière suivante : « Je veux chercher si[…]il peut y avoir quelque règle » Liens logiquesLes mots de liaison servent à lier les articulations logiques d’un raisonnement.N’oubliez pas de les utiliser. Ex. Tout d’abord, ensuite, enfin… mais aussiDe plus, en raison de, donc, par conséquence, ainsi,: mais, cependant…+ revoir dans le cahier :La présentationd’uncorpus4 A.Laugeois
BAC Français / HistoireGéographie Oral de contrôle Il concernera ceux qui auront obtenu une moyenne générale comprise entre 8 et 10 sur 20,à conditiond'avoir eu au moins 10 sur 20 dans les épreuves "professionnelles". Comme son nom l’indique,il est fait pour contrôler vos connaissances et vous rattraper ! L’oralDurée : 15 mn. Vous aurez à tirer au sort un papier sur lequel sera indiquée une des matières que vous aurez à présenter. Français :Le libellé est ainsi rédigé : «Après avoir présenté une œuvre/un groupement de textes le plus précisément possible (titre(s) d'œuvre(s), auteur(s), époque(s) de publication, propos de l'œuvre/des textes), vous expliquerez ce qui vous a intéressé dans cette étude dont vous présenterez les principales lignes de force. ». Le candidat s'exprime d'abord de façon autonome (exposé). L'examinateur engage ensuite un dialogue avec le candidat, soit en poursuivant sur le même sujet, soit en élargissant le champ de la réflexion à l'ensemble du programme de l'année de terminale. En histoiregéographie, le sujet porte sur le programme de terminale d'histoire ou de géographie. Le sujet peut consister en un commentaire simple d'un document fourni par l'examinateur (texte court, image, graphique, carte thématique, etc.) qui porte sur un des sujets d'étude du programme. En l'absence de document, le sujet consiste en une question assez large portant sur un des sujets d'étude du programme. Le candidat présente un exposé, suivi d'un échange avec l'examinateur qui peut, le cas échéant, élargir le questionnement à d'autres parties du programme. Comment réviser ? Vous pouvez réviser seul ou en groupe. Il peut être bénéfique de travailler en groupe car vous pourrez estimer votre niveau de connaissances par rapport à celui de vos camarades. De même, le travail en groupe va vous permettre de vous « tester» à l’oral: vous verrez que vos camarades vous donneront de précieux conseils et vous connaîtrez les aspects qu’il reste à améliorer avant votre prestation orale finale. Conseils pratiques Assurezvous d’avoir tous les documents nécessaires (convocation, pièce d’identité).crayons (on ne sait jamais). En principe, le brouillon est fourni.Munissezvous de plusieurs Habillezvous correctement. le temps qui vous est imparti ?Avezvous une montre pour respecter Vous ne pourrez pas vous servir de vos fiches de préparation pour la présentation d’une œuvre longue en français. Ayez donc bien en tête le plan afin que les idées vous reviennent rapidement lors de votre oral. Lors de l’épreuve, exprimezvous correctement et corrigezvous si nécessaire. Si vous n’avez pas compris une question de l’examinateur, demandezlui poliment de la répéter / reformuler.
Conseils pour gérer son stress Avant de partir, prenez unneeuéjdrtiteppeut paraître évident, mais il est utile de le. Cela rappeler. Si vous buvez du café, n’en abusez pas le jour de l’examen car vous pourriez être un peu trop agité…Bien entendu, faites tout le nécessaire pourêtre à l’heure. noectnerzovsuCparler de l’examen avec vos amis (même s’il est difficile de, évitez de penser à autre chose). avec le ventre, cela vous détendra.Juste avant l’épreuve, respirez Assurezvous d’avoir bien comprisce que l’examinateur attend de vous; il serait bien dommage, faute d’avoir mal compris, de nepas répondre aux attentes du professeur. En cas de doute, n’hésitez pas à poser des questions pour avoir des éclairages…
5 A.Laugeois