Corrigé bac S 2014 Pondichéry philo sujet 2

Corrigé bac S 2014 Pondichéry philo sujet 2

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Seul ce qui est démontré est-il prouvé ? À partir d’hypothèse de départ, la démonstration est un type de raisonnement qui permet soit de déduire, soit d’inférer une conclusion. C'est un cheminement, une méthode (voie à suivre, médiation) qui s 'oppose à la monstration immédiate comme l'évidence ou l'intuition. Démontrer est la méthode privilégiée des sciences, car on utilise aucune donnée sensible et trompeuse mais les seules formes rigoureuses de la logique pour construire un raisonnement. La démonstration a pour seul but des vérités nécessaires et universelles et non des cas particuliers ; elle atteste de relations constantes entre les phénomènes et permet donc d'établir des lois. Par exemple ce n'est pas une démonstration que Newton reçoit sur la tête lorsque les pommes tombent de l'arbre mais c'est l'hypothèse qu'il fait pour expliquer ce mouvement qui devra être démontrée pour attester la loi de la chute des corps. Cependant, s'il s'agit bien d'une méthode qui nous assure de la vérité, il semble que dans la démonstration, la vérité soit validée au sens formel du mot, car rien ne garantit que le même raisonnement soit conforme à une réalité extérieure a notre esprit, ce que l’on appelle la vérité matérielle. Si toute démonstration n’est pas une preuve dans la mesure ou elle ne correspond pas à une vérité matérielle, sa valeur est mise en doute. Inversement toute preuve ne peut pas être démontrée dans la mesure ou elle n’admet aucune activité de la raison.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 avril 2014
Nombre de lectures 60 238
Langue Français
Signaler un problème
Seul ce qui est démontré est-il prouvé ?
À partir d’hypothèse de départ, la démonstration est un type de raisonnement qui permet soit de déduire, soit d’inférer une conclusion. C'est un cheminement, une méthode (voie à suivre, médiation) qui s 'oppose à la monstration immédiate comme l'évidence ou l'intuition. Démontrer est la méthode privilégiée des sciences, car on utilise aucune donnée sensible et trompeuse mais les seules formes rigoureuses de la logique pour construire un raisonnement. La démonstration a pour seul but des vérités nécessaires et universelles et non des cas particuliers ; elle atteste de relations constantes entre les phénomènes et permet donc d'établir des lois. Par exemple ce n'est pas une démonstration que Newton reçoit sur la tête lorsque les pommes tombent de l'arbre mais c'est l'hypothèse qu'il fait pour expliquer ce mouvement qui devra être démontrée pour attester la loi de la chute des corps.
Cependant, s'il s'agit bien d'une méthode qui nous assure de la vérité, il semble que dans la démonstration, la vérité soit validée au sens formel du mot, car rien ne garantit que le même raisonnement soit conforme à une réalité extérieure a notre esprit, ce que l’on appelle la vérité matérielle. Si toute démonstration n’est pas une preuve dans la mesure ou elle ne correspond pas à une vérité matérielle, sa valeur est mise en doute. Inversement toute preuve ne peut pas être démontrée dans la mesure ou elle n’admet aucune activité de la raison. Le problème est de réduire la démonstration à la seule fonction de preuve comme d’admettre que cette dernière peut seule fonder l’objectivité d’un discours. En effet la preuve est le moyen de tenir pour vrai ce qui est affirmé. Or la réduire à la seule démonstration, n'est ce pas ne tenir pour vrai que ce qui peut être démontré ? Mais alors n'a-t-on de vérité que formelle ? Afin de considérer le lien entre démonstration et preuve, il faut se demander s'il existe d'autres preuves que celle de la démonstration logique (du logos = la raison) et prendre en compte le cas particulier des preuves dans les sciences expérimentales pour savoir si c'est la démonstration ou l'expérience qui valide la vérité. Enfin, il faudra s'interroger sur les limites de la démonstration comme seule valeur pour établir non seulement une preuve mais une vérité universelle.
Plan possible
I. Démonstration et preuve dans la logique et les mathématiques 1.Le raisonnement qui n’utilise aucune expérience ni données sensibles mais l’application d’une méthode précise, objective et universelle tient lieu de preuve indiscutable. Elle consiste en « une suite de conséquences déduites par raisonnement » qui peut être faite selon Descartes par l'esprit le moins doué de raison « sans nulle crainte de nous y tromper.» 2.La démonstration comme langage formel se distingue de la preuve que nous offre la sensibilité et la sensation. Mais depuis Euclide on reproche aux mathématiques leur caractère formel et artificiel qui ne correspondent à aucune donnée sensible. C'est le cas du syllogisme où ce qui est démontré est prouvé au sens formel mais peu ne pas correspondre à la réalité et donner lieu à des absurdités, par exemple celles que Ionesco dénonce dans Rhinocéros. 3.La démonstration est fondée sur des hypothèses (Construction et valeur de ces hypothèses). La démonstration mathématique s'appuie sur des postulats et des axiomes , des idées premières, car la pensée ne peut pas régresser à l'infini. Ce sont chez Descartes les idées innées qui sont « claires et distinctes ». Or démontrer c'est prouver qu'une conclusion découle nécessairement de ces idées qui elles-mêmes sont admises comme vraies.
II. Démonstration et preuves dans les sciences expérimentales 1.Connaissance empirique et connaissance scientifique : cette dernière n'est pas le prolongement de nos observations ou de nos expériences. Il y a une rupture entre les deux modes de connaissance, comme le remarque Bachelard, dansla formation de l'esprit scientifique,« en science rien n’est donné, tout est construit »), ce n'est pas le phénomène observé qui a valeur de preuve de la théorie mais plutôt un phénomène que l'on construit pour confirmer la vérité des hypothèses et de la déduction. 2.La preuve n’est ni la constatation ni la vérification par une expérience d’une démonstration. C’est la démonstration elle-même qui a une valeur de preuve et non sa vérification. D'autre part, l'expérience scientifique ne précède pas et ne fonde pas la démonstration, Kant affirmait «Si toute connaissance commence avec l’expérience, cela ne signifie pas qu’elle dérive toute de l’expérience » 3.Un critère de démarcation entre démonstration et preuve : la falsifiabilité (Karl POPPER, 1959, La logique de la découverte scientifique). Pour cet épistémologue, l'expérience a le pouvoir non plus de vérifier mais aussi de réfuter une théorie. Cette méthode déductive de « contrôle » montre qu'une théorie est scientifique et confirmée si elle résiste à ce qui aurait pu la réfuter. III. La démonstration n'est pas le seul critère pour prouver la vérité 1.La démonstration est la preuve des vérités de raison mais y a-t-il d'autres moyens d'établir la vérité que le raisonnement scientifique ? Pascal distingue les vérités de raison et les vérités de cœur. « Et c'est sur ces connaissances du cœur et de l'instinct qu'il faut que la raison s'appuie, et qu'elle y fonde tout son discours. » 2.Si Descartes expose sa méthode faite de « longues chaines de raison, toutes simples et faciles » pour rechercher la vérité dans les sciences, la première vérité qu'il découvre est l'évidence du cogitoqui conclut l'épreuve du doute méthodique. Cette vérité indubitable permet de servir de fondement métaphysique de l'arbre du savoir mais nécessite aussi la preuve de l'existence de Dieu, vérité non démontrée. La saisie de ces premiers principes ne sont pas, de l'aveu même du mathématicien Descartes, des preuves démontrables. 3.ne peut pas tout démontrer et le démontrable n'est pas le seul critère de vérité. Si ce qui estOn démontré tient lieu de preuve pour les vérités de raison, il ne peut être le seul critère pour établir la certitude d'énoncés établis de manière intuitive ou par exemple utilisant un raisonnement par l'absurde. L'intuition, la croyance, la vraisemblance ne sont pas démontrées, et peuvent être tenues pour des vérités (par exemple dans le domaine judiciaire, dans le roman policier on a des preuves qui ne sont pas démontrées). Si on peut prouver ce qui n'est pas démontré, il faut alors abandonner l'idéal rationaliste de la connaissance pour affirmer que la démonstration est un type de preuve, mais pas le seul. Florence Begel