//img.uscri.be/pth/9aa9f6162ae0b7c32962c2b3d352b4caa202ce51
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Cours économie - série ES : Travail et intégration sociale

5 pages
Fiche de révision économie: Travail et intégration sociale
1. Notions de base
2. Problèmes économiques et sociaux
3. Théories et auteurs
4. Repères historiques
Comment concilier les multiples besoins de changement d’une société avec la nécessité de règles et d’une homogénéisation sociale indispensables à la durée de cette même société ? Si l’intégration sociale de l’individu passe par la famille, l’école et le travail, comment la réaliser à présent dans une famille qui éclate, une école contestée et un travail qui se précarise ?
Voir plus Voir moins
Nº : 25010
Plan de la fiche
Fiche Cours
ECONOMIE
1. Notionsde base 2. Problèmeséconomiques et sociaux 3.Théories et auteurs 4. Repèreshistoriques
Série ES
Comment concilier les multiples besoins de changement d’une société avec la nécessité de règles et d’une homogénéisation sociale indispensables à la durée de cette même société ? Si l’intégration sociale de l’individu passe par la famille, l’école et le travail, comment la réaliser à présent dans une famille qui éclate, une école contestée et un travail qui se précarise ?
Notions de base
Lasocialisationle processus par lequel l’individu acquiert les valeurs,les normes et la culture d’une société.définit Ce processus s’effectue d’abord au sein de la famille et de l’école,ce que l’on appelle la socialisationprimaireil se poursuit. Puis tout au long de la vie,socialisationsecondaire, àles associations ou les médias.travers l’activité professionnelle, Pour le sociologue EmileDurkheim(1858-1917), le processus de socialisation se compose de deux éléments : • l’intégration par laquelle l’individu se sent solidaire des autres et des objectifs communs de la société ; • la régulation par laquelle l’individu accepte les règles,les usages et les contraintes de la vie sociale,ce qu’il appelle :«l’intériorisation de la contrainteElle varie selon la diversité des groupes». Il faut noter que lasocialisation ne saurait être un mécanisme uniforme. sociaux, etla socialisation féminine à travers les valeurs et les exigences attendues n’est pas la même que la socialisation masculine. D’un côté la poupée,être soignée et serviable pour les filles, de l’autre les jeux de guerre, le négligé et l’ambition pour les garçons conduisent à une socialisation reproductrice des rôles sexuels.
Lelien socialdécoule de la socialisation puisqu’il traduit l’ensemble des relations qu’entretiennent les individus entre eux.
Laconscience collective sedéfinit comme l’ensemble des croyances et des comportements qui constitue la culture d’une société.Véritable système de pensée et d’agir hérité des générations précédentes,elle conduit l’individu à se plier à ses règles et distingue les cultures des différents pays. Elle est à l’origine de la cohésion sociale ou solidarité qui unit les individus et les groupes composant la société.
A l’opposé de la socialisation,on trouve : • l’anomieperte des repères de l’individu.Après un licenciement, un divorce, voire un gros gain au loto, l’individu est, qui est une désorienté, cequi provoque un affaiblissement ou une rupture du lien social ; • ladéviances’apparente donc à la délinquance et se trouve sanctionnéeElle qualifie la transgression des normes sociales établies. puisque l’individu s’affranchit des valeurs du groupe ; • l’exclusionl’individu se détache du lien social et se considère comme ne faisant plus résulted’un lent processus par lequel partie de la société.On observe généralement une accumulation de handicaps pour l’individu comme la perte de son travail,de son logement, deses liens sentimentaux. L’auteur RobertCastel préfèreparler dedésaffiliation socialeà la fois d’une non-intégration de l’individu par le provenant travail et de sa non-insertion dans la vie familiale et sociale.
Lafracture socialeest une expression célèbre prononcée par JacquesChiracau cours de la campagne présidentielle de 1995 pour évoquer la crise actuelle du lien social dans notre société et la montée de l’exclusion.
Lapauvreté absoluesituation d’un individu dans l’incapacité d’assurer la satisfaction de ses besoins primaires.définit la Cette situation se rencontre en particulier dans les PED.
Lapauvreté relativecaractérise l’individu éprouvant des difficultés à satisfaire l’ensemble de ses besoins primaires. En France, un individu est pauvre si son revenu ne dépasse pas la moitié du salaire moyen mensuel des Français.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
1
Nº : 25010
Fiche Cours
ECONOMIE
Problèmes économiques et sociaux
Série ES
La remise en cause du rôle intégrateur du travail Le développement de nos sociétés a fait du travail un puissant facteur d’intégration sociale : • il apporte tout d’abord au travailleur uneidentité socialeson appartenance à telle ou telle catégorie socioprofessionnelle, et définit sa place dans le processus de la production économique ; • ilconstitue la base de ce que l’on appelle lasocialisation secondaire, puisquetout au long de sa vie professionnelle, le travailleur continue à s’intégrer aux valeurs et à la culture de l’entreprise.Le lien social se développe aussi bien au cours des pauses à la cafétéria que dans les relations clientèle ; • le travail apporte aussi lapossibilité de gravir des échelonsgrâce à la formation professionnelle,et permet donc une ascension sociale qui,aussi faible soit-elle, renforce l’intégration dans la société ; • enfin, encontrepartie de son activité,le travailleur perçoit un revenu qui lui permet des’intégrer dans la société de consommation.
Mais de nos jours,le travail joue de moins en moins son rôle intégrateur : • lamontée duchômagela etprécarité de l’emploile rapport travail-entreprise et affaiblissent durablement la fragilisent socialisation secondaire ; • le chômeur et le salarié en emploi précaire voient leurpouvoir d’achat amputéqui les empêche de s’insérer de façon, ce satisfaisante dans l’échange économique ; • certains auteurs,comme JeremyRifkindans son livreLa Fin du travail, développentl’idée quel’informatisationde nos sociétés va progressivement supprimer de plus en plus d’emplois.Comment le travail pourra-t-il jouer son rôle intégrateur si demain les NTIC suppriment les possibilités de travail des individus ?
Car le travail demeure toujours la référence centrale de l’intégration et de la cohésion sociale. Les deux tiers des allocataires du RMI demandent,selon les enquêtes,un emploi ;et les jeunes,pour être reconnus socialement,souhaitent toujours trouver un emploi. Il convient de relever en effet que le travail estau cœur de l’organisation sociale. Quedevient le rôle de l’école si les diplômes qu’elle délivre ne servent pas à trouver du travail ? Comment créer une famille si l’absence de travail ne permet pas d’avoir un foyer pouvant accueillir des enfants ? Enfin comment assurer la légitimité de l’Etat si le gouvernement ne peut assurer un minimum d’emploi et de bien-être économique à ses concitoyens ?
Nos sociétés doivent doncrepenser le cadre du travail. PourDominiqueMeda, dans son livreLe Travail, unevaleur en voie de disparitiontravail ne doit plus être considéré comme «, lede créer et de maintenir le lien socialla manière exclusive ». L’intégration sociale se réalise tout autant «dans la famille[...]l’école[...]les relations amoureuses[...]le sport et le lien politique». Pour d’autres,il faut déconnecter le lien entre travail et production économique et développer la relation travail et collectivité sociale :aide aux personnes âgées ou soutien scolaire des jeunes.
L’affaiblissement du lien social En dehors du travail,le lien social est également fragilisé par la crise que rencontrent les différentes instances d’intégration de la société.
Les mutations de la famille La fonction majeure de la famille consiste à transmettre les valeurs et les normes qui permettent à l’enfant de s’intégrer dans le corps social. Les rôles sociaux, politiques ou religieux sont appris par imitation du modèle parental. Par ailleurs, la famille est un lien de solidarité entre les membres,d’abord des parents envers leurs enfants puis de ces mêmes enfants vis-à-vis de leurs parents quand ces derniers deviennent âgés. Mais depuis les années soixante, la famille connaît de grandes mutations.A côté du couple marié traditionnel avec enfants,on a vu apparaître progressivement : • unrecul du nombre des mariages (taux de nuptialité) et une augmentation du célibat et du nombre des divorces (taux de divortialité) ; un développement des pratiques de cohabitation et des naissances hors mariage ; • une montée de la famille monoparentale où un seul des parents élève les enfants et de la famille recomposée où l’un ou l’autre des nouveaux conjoints a déjà des enfants d’un précédent mariage.
Les raisons de ces mutations sont multiples : l’institution du mariage paraît trop rigide,et on lui préfère des modalités plus souples comme la cohabitation ou la possibilité de le rompre plus facilement avec le divorce par consentement mutuel depuis 1975 ;
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
2
Nº : 25010
Fiche Cours
ECONOMIE
Série ES
• le mariage de raison s’estompe, l’influence religieuse décroît et l’on ne veut plus se marier « pour le meilleur et pour le pire » mais pour l’amour,ce qui peut ne pas dire pour toujours ; • l’accession plus générale de la femme au monde du travail renforce son poids dans le couple et son autonomie financière. Elle hésite moins à demander le divorce ou élever seule ses enfants.
Ces transformations,pour certains sociologues,affaibliraient le rôle de la famille en matière d’intégration et de solidarité : • le primat de l’épanouissement de soi et de la révocabilité du couple désinstitutionnalise la famille qui ne peut plus jouer aussi efficacement son rôle intégrateur ; • la solidarité familiale est moins forte en matière de service ou d’argent lorsque les liens familiaux sont distendus ; • le développement du célibat et des familles monoparentales augmente les risques de fragilité sociale menant à l’exclusion.
Mais, faceau chômage ou à la précarité de l’emploi, on constate un renouveau des fonctions d’entraide de la famille qui reste la valeur refuge dans un premier temps. L’accroissement du nombre de familles recomposées est aussi l’occasion d’augmenter,par le nombre des membres,les relations de solidarité.Enfin, faceaux perturbations conjugales,on assiste au renforcement du rôle intégrateur et de solidarité des grands-parents, cequi est une caractéristique nouvelle de notre société.
Les difficultés d’une école intégratrice e La fin du XIXsiècle a vu l’instauration des lois JulesFerryrendant l’école laïque,Cette institution remplitgratuite et obligatoire. alors un double rôle d’intégration : • l’élève apprend à s’adapter aux règles de la vie collective sous les recommandations du corps enseignant qui diffuse une morale laïque et civique ; • il est formé,par l’acquisition des savoirs,à intégrer ensuite le marché du travail et s’insérer dans la collectivité.
Mais il apparaît que l’école a de plus en plus de mal à assurer une formation citoyenne : • montée des actes d’incivilité et du taux d’absentéisme ; • taux de réussite des classes défavorisées bien inférieur à celui des classes aisées.
L’institution scolaire fait alors l’objet de vives critiques,accusée de développer le maintien d’une « reproduction sociale » plutôt qu’une intégration sociale. L’école demeure cependant l’une des premières garanties contre le chômage et la précarité.L’observation des statistiques montre que le taux de chômage s’amenuise au fur et à mesure que le niveau scolaire progresse.Par ailleurs,face aux difficultés des familles et aux contestations des élèves dans les quartiers les plus touchés par la crise,l’institution scolaire reste la base de transmission d’une éducation civique qui s’avère prioritaire pour restructurer des liens sociaux distendus. L’école doit poursuivre,à l’image de la récente grande réflexion collective menée en 2004, son adaptation aux objectifs d’une plus large intégration.
La montée de l’individualisme L’affaiblissement du lien social s’expliquerait aussi par la montée de l’individualisme dans la société.Considérant les normes et les valeurs du corps social comme un obstacle à l’épanouissement personnel,l’individu choisit ses propres valeurs en s’affirmant indépendant des autres.En ce sens on associe ce comportement au particularisme ou repli sur soi,qualifié de conception pessimiste de l’individualisme.
Dans une société où dominent l’ego et le chacun pour soi,l’individualisme expliquerait le relâchement du lien social : • dans le couple,avec la montée du nombre de divorces et l’apparition des familles monoparentales ; • dans le déclin constant du taux de syndicalisation depuis les années soixante-dix ; • dans la vie citoyenne avec la hausse de l’absentéisme électoral qui traduit un désintérêt pour la vie politique ; • dans la remise en cause même du système de la protection sociale où l’individualisme incite,contrairement au principe même de solidarité, àvouloir percevoir au minimum ce que l’on a donné.
Mais l’individualisme au sens universaliste,c’est aussi : • une liberté de réflexion plus grande et autonome dans nos sociétés que dans les sociétés traditionnelles dominées par le poids de la coutume et de la religion ; • unengagement familial ou associatif qui,puisqu’il est beaucoup plus librement choisi,va créer un lien social plus fort et une solidarité accrue ; une reconnaissance plus grande de la dignité et de la valeur d’autrui,ce qui renforce la cohésion sociale dans la société.
La remise en cause de l’Etat intégrateur Lorsque les relations familiales sont distendues ou inexistantes,et que le lien avec le travail est rompu par le chômage,l’Etat intervient par les allocations chômage ou le RMI pour éviter les risques de l’exclusion et maintenir la cohésion sociale.Face à la maladie, l’invaliditéou la vieillesse, l’Etat assure aussi la protection sociale qui restaure le lien un moment menacé de l’individu avec la collectivité.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
3
Nº : 25010
Fiche Cours
ECONOMIE
Série ES
Mais ces missions intégratrices de l’Etat providence sont de nos jours remises en cause : • d’une part, on critique la réduction du montant des dépenses de l’aide sociale engagées par l’Etat qui affaiblirait le lien social et renforcerait le processus de l’exclusion ; • d’autre part, et selon les économistes libéraux, ces dépenses ne font qu’« assister » les chômeurs et ne les incitent guère à la recherche d’un emploi ; • par ailleurs,ces dépenses,en partie financées par les cotisations sociales,nuiraient à la compétitivité de l’entreprise et à l’ensemble de la croissance dans le pays.
Théories et auteurs
EmileDurkheim(1858-1917), dans son ouvrageDe la civilisation du travail socials’est attaché à étudier le processusparu en 1893, de formation du lien social au cours de l’évolution des sociétés. Dans les sociétés traditionnelles que l’auteur qualifie de «primitives ou inférieures», ilobserve que l’intégration de l’individu dans la société repose sur l’absence de différenciation entre les êtres humains.Tous doivent obéir et respecter les mêmes valeurs et normes du groupe, ce que l’on appelle la conscience collective, et ainsi «la personnalité individuelle est absorbée dans la personnalité collective». Poursociété survivre, laLene peut tolérer d’individualisme et tous les individus doivent adhérer aux mêmes valeurs. lien social naît de l’homogénéité du groupe,et un droit répressif sanctionne tout écart individuel. Durkheim qualifie cette solidarité du groupe demécanique«, nonNous ne la nommons ainsi que parpar des moyens mécaniques et artificiellement.qu’elle soit produite analogie avec la cohésion qui unit entre eux les éléments des corps bruts. [...]Le lien qui unit ainsi l’individu à la société est tout à fait analogue à celui qui rattache la chose à la personne[...]comme l’objet possédé suit[les mouvements]que lui imprime son propriétaire».
En revanche,dans les sociétés modernes ou «plus élevées »,l’individualisme est reconnu et la solidarité repose sur la division du travail qui rend chaque individu complémentaire des autres.Cette solidarité est qualifiée d’organiquecarpar le sociologue, «chacun dépend d’autant plus étroitement de la société que le travail est plus divisé. [...]La société devient plus capable de se mouvoir avec ensemble, enmême temps que chacun de ses éléments a plus de mouvements propres.Nous proposons d’appeler organique la solidarité qui est due à la division du travail».
La fonction de la division du travail assure tout à la fois le développement de la personnalité individuelle et une cohésion sociale forte entre les individus grâce à la complémentarité des tâches. Dans ce contexte, le droit devient restitutif, c’est-à-dire qu’il répare davantage les atteintes à l’organisation sociale qu’il ne les punit. Pour Durkheim,le travail est donc lefacteur de base de l’intégrationde l’individu à la société,et la division du travail est seule créatrice de la solidarité sociale :«du moins principale de la solidarité socialesinon unique,La division du travail est la source,. » L’auteur distingue cependant trois cas où cette solidarité peut être perturbée dans une société moderne : • en cas de crise économique qui relâche les liens entre producteur et consommateur ; • en cas de dégradation dans l’entreprise des relations travail-capital ; • en cas de division dans la communauté des chercheurs et des scientifiques.
Le sociologue américain Robert KingMerton(1910-2003) analyse la déviance comme un dysfonctionnement entre les valeurs proposées par la société,la réussite professionnelle par exemple,et les moyens dont dispose chaque individu pour y parvenir.
Dans son livreEléments de théorie et de méthode sociologique (1949),il distingue cinq typologies d’adaptation des individus aux valeurs d’une société : • leconformisme, stratégievaleurs de la société et recourt aux moyens légauxoù l’individu accepte les de l’intégration sociale, pour y parvenir ; • l’innovation, qui caractérise uneacceptation des valeurs mais une utilisation de moyens illégaux comme l’escroquerie pour réussir ; • leritualismeune diminution dans l’acceptation des valeurs sociales mais un accord sur les moyens légitimes de les, qui décrit atteindre ; • leretraitouévasion, qui caractérise unrejet des valeurs et des moyens légaux par l’individu qui vit le plus souvent en marge de la société comme le SDF ou le toxicomane ; • larébellionla société et qui recherche par des moyens légitimes ou non à promouvoir d’autresenfin qui refuse les valeurs de valeurs sociales.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
4
Nº : 25010
Repères historiques
Fiche Cours
ECONOMIE
Série ES
Le travail n’a pas toujours été perçu comme une valeur fondamentale devant apporter à l’individu son intégration sociale. Dans l’Antiquité, Grecs et Romains considéraient le travail comme une activité méprisable qui devait être réservée aux femmes et aux esclaves. La société féodale maintient cette conception.Les seigneurs ne travaillent pas et laissent cette activité aux mains des serfs et des manants.
e Au XVIIIsiècle, avec AdamSmith, letravail devient une fonction de production qui apporte une rémunération à l’individu. Mais e il faut attendre le XIXsiècle et KarlMarxle travail épanouit l’êtreDans l’idéologie marxiste,pour voir la glorification du travail. humain et devient l’élément de base de transformation de la société pour construire le communisme. La période desTrente Glorieuses voit l’apogée de la fonction intégratrice du travail.Ce dernier assure la sécurité par la salarisation du contrat à durée indéterminée.Il apporte également la formation professionnelle,un statut social et des revenus qui,indexés sur l’inflation, permettent l’entrée dans la société de consommation.
A l’heure actuelle,comme le souligne DominiqueMedatravail devient une notion ambiguë dans nos sociétés.L’individu ne, le valorise plus le travail,n’y trouve plus son épanouissement et n’y voit qu’un revenu et le pouvoir de consommation qu’il procure.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
5