DOCUMENT SYNTHÈSE ÉCONOMIE ET DÉVELOPPEMENT
14 pages
Français

DOCUMENT SYNTHÈSE ÉCONOMIE ET DÉVELOPPEMENT

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • revision
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009. 1 DOCUMENT SYNTHÈSE ÉCONOMIE ET DÉVELOPPEMENT Les Premiers occupants (1500 - 1608) Des sociétés autosuffisantes ALGONQUIENS Chasse, pêche et cueillette Nomades : En saison chaude, ils s'installent près des  rivières et des cours d'eau.  En saison froide, ils parcourent le territoire québécois. Le gros gibier assure leur subsistance : nourriture, vêtements et matériaux de construction.
  • colonie-comptoir en amérique du nord
  • monopole du commerce des fourrures
  • colonie de peuplement
  • québec avec champlain
  • puissant levier du développement économique du québec
  • montée des états-unis
  • produit
  • produits
  • québec

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 957
Langue Français
DOCUMENT SYNTHÈSE ÉCONOMIE ET DÉVELOPPEMENT Les Premiers occupants (1500 - 1608) Des sociétés autosuffisantes ALGONQUIENS IROQUOIENS Chasse, pêche et cueillette Agriculture et cueillette Nomades :(Maïs, courge, haricot, eau d’érable, En saison chaude, ils s’installent près destabac, etc.) rivières et descours d’eau.En saison froide, ils parcourent le Hommes : défrichent la terre, chassent et territoire québécois. pêchent.  Femmes : sont en charge des récoltes et Le gros gibier assure leur subsistance : du campement. nourriture, vêtements et matériaux de construction. Entre ces nations, un important réseau d’échangede biens et d’alliances est entretenu.Les Amérindiens se Ces échanges servent à : procurent ce qu’ilsne peuvent produire Établir des alliances dans leur milieu. entre nations.  Maintenir la paix Ils viennent entre voisins (car il Ils utilisent des voies compléter leur est interdit de faire d’eau qu’ils ont tracées production. du commerce avec sur des cartes les ennemis). géographiques faites d’écorce.Ils peuvent parcourir 1 presque tout le continent à l’aide de leur canot.
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
Les Européens et les produits de la mer Bien avant l’arrivée de Jacques Cartier en 1534, les Amérindiens avaient déjà eu des contacts avec certains pêcheurs européens. Cependant, après l’arrivée de Jacques Cartier, le nombre de pêcheurs européens fréquentant les côtes du continent nord-américain augmentera considérablement. En Amérique du Nord, le Contexte de dépendanceGolfe du St-Laurentest européenne avec le très riche en poissons, poisson : principalement enmorue,  poisson très populaire en  La population en Europe. Europe est enhausse. Les villes prennent de l’expansion.religion catholique La interdit, plusieurs À partir de 1540, les expéditions de pêche en jours par année, la Amérique font naître des rivalités consommation de internationales. viandes. En plus des Français qui sont présents sur le territoire depuis plusieurs années, les Portugais, les Anglais et les Espagnols se disputent ces riches eaux poissonneuses.
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
2
Le Régime français : une économie basée sur la fourrure (1608-1760)La naissance d’une colonie-comptoir Pour exploiter de manière plus importante les fourrures, les Français doivents’établir sur le territoire. Ceci amène donc la métropole à fonder une colonie-comptoir en Amérique du Nord. OBJECTIF: BESOINS :  Population sur le territoire Exploitation des (soldats et agents de ressources naturelles commerce).  Construction de postes de traite. Peu d’investissements de la métropole.  Principalement des hommes. Exige la construction d’établissements permanentsen Nouvelle-France, comme : 1608 :Québec avec Champlain En1627, la France (traite des fourrures) accorde le monopole du commerce des fourrures à 1634: Trois-Rivières avec la compagnie des Laviolette (traite des fourrures) Cent-Associésqui, en retour, est tenue de 1642: Montréal avec peupler le territoire. Maisonneuve (conversion des Amérindiens) CONSÉQUENCES DU COMMERCE DES FOURRURES : du territoire Agrandissement de population sur un territoire très vaste (3000 habitants en N-F / 100 000 Peu dans les Treize colonies)  Conflits avec les colonies anglaises (concurrence)
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
3
Le mercantilisme, système économique de l’époqueDoctrine économiqueselon laquelle la colonie doit servir à enrichir la métropole. MERCANTILISME une Avoir balance commerciale positive(vendre plus de bien à l’étranger et en acheter le moins possible) COLONIE-COMPTOIR Colonie dont la principale fonction est d’assurer à sa métropole leRôle de la métropole: ravitaillement en divers produits. COMMERCE DES Rôle de la colonie: FOURRURES Reprise de la colonie en main (colonie de peuplement) En 1663, la métropole prend en charge le développement de la colonie et instaure une colonie de peuplement. Lemercantilisme est rigoureusement pratiqué. Jean Talon est donc envoyé en Nouvelle-France, non seulement pour peupler la colonie, mais également pour stimuler l’économie.Des tanneries, des brasseries, des scieries et des savonneries voient le jour. Un chantier naval se développe également à Québec (1732). 4 L’exploitation du minerai de fer voit également le jour en1738 aux Forges du Saint-Maurice.
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
L’essor du commerce triangulaireEn 1669,Jean Taloninstaure le commerce triangulaire. Ce système commercial relie la Nouvelle-France, les Antilles et la France, et il a pour but de diversifier les activités économiques avec la France (dominées par la fourrure). LorsqueGilles Hocquart sera nommé intendant après Jean Talon, il poursuivra ce système et les efforts de diversification économique. Ces deux personnages ont donc un rôle très important dans le développement de l’économie en Nouvelle-France.
CONSTAT: Malgré tous les efforts de diversification, 70% du commerce est toujours associé à la fourrure, à la fin du Régime français.
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
5
Le Régime britannique : de la fourrure au bois (1760-1867) Le commerce des fourrures sous le régime britannique En1763, le monopole du commerce des fourrures est à la Compagnie de la Baie d’Hudson.Cependant, des marchands anglais arrivent à Montréal et fondent la Compagnie du Nord-Ouest en 1783. DÉBUT DE LA CONCURRENCE! En 1821 : fusion des deux compagnies et fermeture du poste de traite à Montréal. Les changements économiques dans le Bas-Canada entre 1800 et 1840 CAUSESPolitique commerciale de la Grande- Bretagne (GB) : LePROTECTIONNISME.besoins de la Les Grande-Bretagne Avantages pour les colonies : augmentent à cause Diminution des taxes anglaises sur les P L US de la révolution produits importés. industrielle en Europe.préférentiels accordés aux Tarifs  Le blocus de napoléon produits des colonies, empêchant la entre 1806 et 1814. concurrence. L’augmentation de la population Inconvénients pour les autres pays du monde : de taxes sur les produits Imposition étrangers importés dans la métropole. CONSÉQUENCES SUR LE BAS-CANADA :  Exportation debois et de bléen GB. de nombreuses Création scieries. de nouveaux Création emplois.  Défrichement de nouvelles terres et  Augmentation de la ouverture denouvelles régions. population.  Nouvellesculturesau Québec du commerce des Déclin 6 (patate) fourrures.  Développement des moyens de L’épuisement des sols transport(chemin de fer et canaux, provoque une crise dont le canal Lachine en 1825). agricole (1830)  Création de la «Bankof Montreal ». | Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
Après l’Acte d’union, en 1840, l’Angleterre adopte de nouvelles politiques économiques1810 1846 1854 PR O T E C T I O N N IS M E L I B R E -ÉT R A I TC H A N G E ÉD E R É C I PR O C I T É Tarifs préférentiels pour les Libre circulation de tous les produits canadiens vendus produits. Aucune préférence. Libre circulation des matières en Angleterre. premières entre les États-Unis Fin des tarifs et le Canada-Uni et partage des Bois et blé : de pêche.préférentiels droits principaux produitsLes produits d’exportation.ne sont canadiens Favorise la création de Construction de pas compétitifs sur le chemin de fer vers les canaux pour marché anglais. États-Unis. favoriser leNouveaux marchés commerce avec la pour les produits GB. canadiens. Abolition des tarifs douaniers sur les matières premières.
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
7
La Période contemporaine: l’industrialisation(1867 à aujourd’hui)L’industrialisation au Québec s’amorce vers1850.Lanouvelle confédération canadienne, composée de sept provinces en 1873, représente unpuissant levier du développement économique du Québec. CRÉATION D’UN VASTE MARCHÉ INTÉRIEUR DE 1867 À 1900 Les chemins de fer se développent La modernisation de l’agriculturelien direct avec la confédération. En blé québécois est incapable Le fédérales importantes. Subventions de concurrencer celui de provinces du Canada et les Les l’Ouest canadien. nouvelles régions sont maintenant gouvernement encourage Le reliées. l’industrie laitière (beurreries et fromagerie naissent). de Fin l’agriculture de subsistance.  Début de la mécanisation (plus performant).  Diversification de la production : élevage, horticulture, culture la colonisation du Favorise maraîchères, etc. Nord du Québec. de nouvelles régions Ouverture  Favorise les échanges pour encourager l’agriculture.commerciaux.
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
8
PR E M IÈR E I N D US T R I E L L EP H A S E L’industrialisation est lepassaged’uneéconomie fondéeessentiellementsur l’agricultureà uneéconomie fondéesur laproduction mécaniséeet à grande échellede biens manufacturésdans les entreprises. Source d’énergie: Vapeur (charbon) Secteurs industriels: Alimentation, cuir, bois, textile, vêtement, fer et acier. Lieux: Montréal, Québec, Estrie. Provenance des capitaux: Britanniques et bourgeoisie anglophone de Montréal. Main-d’œuvre: francophone non qualifiée. Conditions de travail Accélération de l’urbanisationSemaine de 60 heures, amendes qui réduisent les salaires, inégalités salariales importantes, beaucoup d’accidents de travail. Condition de vie des ouvriers Logements chers, maladies,problèmes d’eau potable, dedéchets et d’hygiène, taux deNaissance du syndicalisme mortalité infantile très grand.
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
9
DE 1900 À 1930 (Deuxième phase industrielle) Les trois grandes caractéristiques de la deuxième phase industrielle au Québec 1- L’industrialisation est axée surl’exploitation des ressources naturelles. 2-Elle nécessite la construction d’usines de grandes dimensions que seul degros investissementspouvaient financer. 3- Elle répond davantage auxbesoins des autres paysqu’à ceux du marché québécois et canadien. L’exploitation des ressources Le grand capital naturelles : Première 1898 centrale de grandes Usines hydroélectriqueau Québec dimensions. (Shawinigan). coûteuses Machines Pâtes et papiers: Besoin  Main-d’œuvre spécialiséeimportant de papier journal des États-Unis Montée au États-Unis. comme puissance mondiale : Mines: Amiante en Estrie, le capital américain envahit autres métaux dans le le Québec. bouclier canadien (cuivre, or, zinc, argent) Besoin pour la CAPITAUX ÉTRANGERS guerre. Industrie chimique: Besoin pour la guerre. Développement axé vers l’exportation Demande de papier journal aux États-Unis.  Guerre en Europe. Apparition de l’automobile.chemins de fer et routes. Nouveaux  Développement des régions. et commercialisation Urbanisation de l’agriculture. Marché intérieur : augmentation de la population (immigration). Cette croissance spectaculaire de l’économie a entraîné unesurproductionde biens de consommation qui n’a pu être absorbée par le marché…ça sent la crise économique!
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
10
LES EFFETS DE LA CRISE ÉCONOMIQUE DE 1929 Conséquences Contexte  Baisse des prix et des salaires  24 octobre 1929 : Panique à Baisse du nombre d’emploisWall Street (Bourse de NY)  Partout dans le monde, les Le prix des actions s’effondre.gouvernements tentent de  Ceux qui ont emprunté sont protéger leurs industries incapables de rembourser. nationales en diminuant  Les banques font faillite. considérablement les exportations (tarifs protectionnistes). FERMETURE DES FRONTIÈRES Mesures d’urgence mises sur pied par les gouvernements Secours directs: Bons pour acheter de la nourriture et du charbon. Travaux publics: Construction de parcs et de terrains de jeux, amélioration du réseau routier, etc. (afin de faire rouler l’économie).Camps de travail: Chômeurs célibataires sous la conduite de l’armée (20¢/jour.) pour effectuer des travaux publics. Colonisation: Inciter les chômeurs à coloniser de nouvelles régions comme l’Abitibi (retour à la terre). Création de la Banque du Canada
| Document de révision élaboré par Mylène Nadeau et Véronique Denis, enseignantes HEC. ESCC. Novembre 2009.
11