Les Timbrés de l

Les Timbrés de l'orthographe : la dictée

-

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

L'appel du sucre Très tôt, Stéphane arrive à l'usine. Son labeur consiste à faire redémarrer les machines assoupies depuis la pause nocturne. Les quatre cents cannes récoltées commencent à être livrées. Elles doivent être traitées sur-le-champ, sinon elles risquent de se déshydrater et leur précieuse teneur en sucre n'en serait que diminuée. (fin dictée cadets) À force, Stéphane ne remarque plus l'odeur particulière qui saisit dès l'entrée franchie, composée de relents de mélasse opiniâtres, parfois pestilentiels. L'extraction du jus de canne, obtenu par broyage à travers une série de bruyants cylindres, demande une attention particulière. Dès potron-minet, il lui faut également veiller sur la bagasse, résidu fibreux glané concomitamment au liquide brunâtre. (fin dictée juniors) Quelle que soit l’étape du processus de fabrication, Stéphane s’en occupe avec minutie : l’épuration du vesou additionné de lait de chaux, suivie de l'évaporation, puis de la cuisson et, enfin, de la cristallisation. Mais c'est phase de la centrifugeuse qui a sa préférence, immense essoreuse dont la sourde rumeur l’enivre avec la vigueur exaltante de tambours géants. Exsangue, mouillée par la sueur comme s’il eût plu à verse, le cœur battant au rythme de l'usine qui l’a vue grandir depuis les années quatre-vingt, pleinement dévouée, Stéphane s'affaire à son travail, travail qui par parenthèse ne conviendrait nullement aux sybarites.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 juin 2013
Nombre de visites sur la page 6 810
Langue Français
Signaler un problème






L'appeldusucre


Trèstôt,Stéphanearriveàl'usine.Sonlabeurconsisteàfaireredémarrerlesmachinesassoupies
depuislapausenocturne.Lesquatrecentscannesrécoltéescommencentàêtrelivrées.Elles
doiventêtretraitéessur-le-champ,sinonellesrisquentdesedéshydrateretleurprécieuseteneur
ensucren'enseraitquediminuée.(findictéecadets)

Àforce,Stéphaneneremarqueplusl'odeurparticulièrequisaisitdèsl'entréefranchie,composée
derelentsdemélasseopiniâtres,parfoispestilentiels.L'extractiondujusdecanne,obtenupar
broyage à travers une série de bruyants cylindres, demande une attention particulière. Dès
potron-minet,illuifautégalementveillersurlabagasse,résidufibreuxglanéconcomitammentau
liquidebrunâtre.(findictéejuniors)

Quelle que soit l’étape du processus de fabrication, Stéphane s’en occupe avec minutie:
l’épurationduvesouadditionnédelaitdechaux,suiviedel'évaporation,puisdelacuissonet,
enfin,delacristallisation.Maisc'estphasedelacentrifugeusequiasapréférence,immense
essoreusedontlasourderumeurl’enivreaveclavigueurexaltantedetamboursgéants.Exsangue,
mouilléeparlasueurcommes’ileûtpluàverse,lecœurbattantaurythmedel'usinequil’avue
grandirdepuislesannéesquatre-vingt,pleinementdévouée,Stéphanes'affaireàsontravail,
travailquiparparenthèseneconviendraitnullementauxsybarites.
Sonacolyte,lerondouillardGaspard,vêtud’unsarrauauxstrieskaki,salueStéphanealorsqu'ilsse
retrouventnezànezdansunecoursivetoutenlongueur.
–Çaroule?lanceGaspard,hilare,lesjouesécarlates.
MaisStéphanenemanquepasdeluirappelerlestâchesqu’ilssesontréparties:
–N'oubliepasdevérifierlatempérature.Notetout,sinononvaàvau-l'eau.Fermebienlesas.La
dernièrefois,quelpataquès!
Gaspardsoupire,l'échinelasse.Uncauchemar,cepersonnage!Ç’abeauêtreuncanonmoulé
dansunesalopette,jen’envoudraispas!Cettehurluberlueestmariéeavecsonusine,soudée
corpsetâmeavecelle.Saseuleobsession:lesucre,mêmepaslacaïpirinha!

TatianadeRosnay
FinalenationaledesTimbrésdel’orthographe,15juin2013





Commentairessurlesdifficultiesdeladictée

cent
Ledéterminant(ouadjectif)numéralcardinalcentprendlamarqueduplurielquandilest
multipliéetn’estsuivid’aucunautrenombre,cequiestlecasici.Ilfallaitdoncécrirecents,avecla
marquedupluriels.
opiniâtres,pestilentiels
Cesontlesrelentsquisontopiniâtresetpestilentiels,etnonlamélasse.Ilfautdoncaccorderces
adjectifsavecrelentsetlesmettreaumasculinpluriel,soitavecunsfinal.
concomitamment
Cetadverbe,quisignifie«simultanément,enmêmetempsque»s’écritavecunseult(sans
compterletfinal,bienentendu).Commetouslesadverbesquiseterminentpar[amɑ̃](ceuxqui
rimentavecmaman),ils’écritavecdeuxm.Ils’écritavecunacarildérivedel’adjectif
concomitantquis’écrit,lui-même,avecuna.
quelleque
Onécritquelqueendeuxmotscarl’onaaffaireàlalocutionpronominalequelquesuiviedu
verbeêtreausubjonctif.Ilnefautpasconfondrecettelocutionavecl’adverbeoudéterminant
quelque,qui,eux,s’écriventenunseulmot.Quelesticiattributdusujetétapequiestunnom
féminin,employéiciausingulier.Onécritdoncquelleaufémininsingulier.
vesou
Levesouestlejusquel’onobtientaprèsavoirécrasélacanneàsucre.Vesouestunmotcréole
desAntilles,dontl’origineestinconnue.C’estunnommasculin:ilfallaitdoncmettreadditionné
aumasculin.
exsangue
L’adjectifexsanguesignifieausenslittéral«quis’estvidé(ex-)desonsang».Ilfautdoncbienuns
aprèslex.Notezquel’onpeutégalementprononcer[eksɑ]̃g ,enfaisantentendreles,cequiest
davantageconformeàl’étymologie.Dansletexte,exsangueasonsensparextensionde«pâle,
livide».
mouillée
IlfallaitbiencomprendrequeStéphanen’estpasunhomme,maisunefemme.Certes,ils’agit
d’unprénomportéplussouventparunhomme,maisilexistedesStéphanefemmes:Stéphane
Audran,parexemple.L’indicequipermettaitdeleverledouteestqueStéphaneestuncanon.Or,
d’aprèslePetitLarousse,etlePetitRobertaussid’ailleurs,canonnes’emploiequ’àproposd’une
femme.Ilfallaitdoncécrireauféminin:mouillée,quil’avuegrandir(vue,v-u-e),dévouée,cette,
hurluberlue,mariéeetsoudée.
eût
Lalanguelittéraireutilisevolontierslesubjonctifimparfaitouplus-que-parfaitaulieude
l’imparfaitouduplus-que-parfaitdel’indicatifaprèscommesi.Onadonciciunplus-que-parfait
dusubjonctif(eûtplu)aulieuduplus-que-parfaitdel’indicatif(commes’ilavaitplu).L’auxiliaire
avoirsemetdoncàl’imparfaitdusubjonctifetporteunaccentcirconflexesurleu.

quatre-vingt
Lorsquequatre-vingtsestcardinal(c'est-à-direlorsqu’ilsertàcompter;parexemple,ilaquatre-
vingtsans),onmetunsàvingt.Maislorsqu’ilestordinal(c'est-à-direlorsqu’ilsertàdonnerle
rangoccupédansunesérieetqu’onpeutleremplacerparquatre-vingtième),onécritvingtsanss.
Ici,ilabiensavaleurordinale:lesannéesquatre-vingt,cesontlesquatre-vingtièmesannéesdu
vingtièmesiècle.
parparenthèse
Dansl’expressionparparenthèse,lenomparenthèseresteausingulier.Ilnedésignepasicile
signetypographiquequimarchesouventparpaire,maislecontenuquel’onplace,ounon
d’ailleurs,entrecessignes.
sybarites
Lessybaritessontdespersonnesquirecherchentuneviefaciledansleluxeetleraffinement.Le
nomsybaritevientdunomdeshabitantsdeSybaris,anciennecoloniegrecquesituéesurlegolfe
deTarente,enItalie.Seshabitantsétaientréputéspourleurgoûtduluxeetdesplaisirsainsique
pourleurmollesse.
kaki
Lorsqu’unnomdésignantuneplante,unanimal,unepierre,etc.estemployécommeadjectifde
couleur,ilnes’accordepas.C’esticilecasdekaki.Ilfallaitdoncl’écriresanss.
réparties
Répartiesestleparticipepasséduverbepronominalserépartir.Bienqueceverbeseconjugue
avecl’auxiliaireêtreauxtempscomposés,sonparticipepassénes’accordepasavecsonsujet.Se
répartirseconstruisantavecuncomplémentd’objetdirect,onluiappliquelesmêmesrègles
d’accordquecellesquirégissentl’accorddesparticipespassésconjuguésavecl’auxiliaireavoir:à
savoir,leparticipepasséresteinvariable,saufs’ilestprécédéducomplémentd’objetdirectavec
lequel,danscecas,ils’accorde.Ici,lecomplémentd’objetdirectqu’,mispourlestâches,précède
leparticipepassé(lestâchesqu’ilssesontréparties).Onmettradoncrépartiesaufémininpluriel,
commetâches.
Ç’a
Onaaffaireiciaupronomçaquel’onélidedevantleverbea.Ç’abeauêtreestl’équivalentdeÇa
abeauêtreoudeCelaabeauêtre.Onnepeutécrireçaenunseulmot,cardanscecas,il
manqueraitleverbeavoir.
caïpirinha
Lacaïpirinhaestuncocktailfaitàbased’alcooldecanneàsucre,desucredecanneetdecitron
vert.Lenomcaïpirinhaestunmotbrésilien,diminutifduportugaiscaïpiraquidésigneunpaysan
rustre.Cesontdespaysansquiontcréélecocktail.