Sur la lecture - Cas 1€: à partir d
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Sur la lecture - Cas 1€: à partir d'informations orales

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français

Description

Sur la lecture - Cas 1€: à partir d'informations orales

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 94
Langue Français

Exrait

Prendre des notes (1) La prise de notes est un acte d’écriture extrêmement fréquent dans les activités universitaires; il est, en outre, très en usage dans diverses pratiques professionnelles (réalisation de dossiers de synthèse, compte-rendu de réunions, document de travail en équipes, capitalisation de connaissances, etc.) Il nécessite des stratégies d’écriture spécifiques tant sur le plan des compétences linguistiques que sur les aspects pratiques: choix des outils et supports, gestion du temps, mode de diffusion, etc. C’est une activité d’écriture dans laquelle lescripteur n’estpas l’auteur desinformations et des connaissances. Il en est l’interprète: dans le cas d’une prise de notes à partir d’un document oral, il écouteet met en mots pourrestituer; dans le cas d’une prise de notes à partir d’un document écrit, il lit,sélectionneles éléments en fonction de leur degré de pertinence, produit un document abrégé (ilsynthétise, ilrésume) contenant des références, et, s’il y a lieu des citations. Il en est lescribe: il transcrit un contenu sur un support. Cas 1 : à partir d’informations orales 1. Latechnique de rédaction :écrireDeux principes : Ecrire à l’économie;écrire vite (voir infra). Ecrire un document déchiffrable a posteriori : les notes ont une fonction de mémorisation. Les outils, le matériel: choisir et préparer des outils et supports peu encombrants et manipulables : petit carnet, fiches cartonnées, crayons et stylos en bon état, etc. Ecrire uniquement sur le recto ; aérer. Des méthodes : Utiliser des abréviations communes (tjs, qqfs, svt, bcp) Supprimer les articles, les fins de mots, (délocalisat, augmenta, accid, info, motiv..) Utiliser des symboles communs =, >, + 2. Latechnique de prise de notes :comprendreLa difficulté essentielle réside dans le fait qu’il s’agit de mener, en quasi simultanéité (on peut dire « en léger différé »), deux activités :lire et écrire. Or, celui qui parle peut ou non tenir compte du fait que son auditoire prend des notes manuscrites; le bon orateur tient compte plus ou moins consciemment des capacités de réception de l’auditoire. Cependant, lerythme de parole d’un 1 conférencier peut aller de 1 à 4 (nombre de mots prononcés à la minute) . De même, pour la prise de notes, lerythme de productionpeut varier dans les mêmes proportions (nombre de mots écrits à la minute; en moyenne 27). Si l’auditeur doit faire face à un texte savant (c’est souvent le cas en situation universitaire), son rythme de production écrite sera fonction de la plus ou moins grande connaissance qu’il a du domaine traité par l’orateur (proximité avec les concepts, la terminologie, les thèses présentées, etc.). C’est pourquoi, il n’existe ni méthode universelle,ni méthode facile pour prendre des notes. C’est le scripteur qui se crée, en stabilisant et réutilisant sa propre pratique, une stratégie efficace. On peut cependant suivre ces quelques conseils : Ecouter le début de la phrase et noter ensuite ; Prélever ce qui paraît essentiel, les arguments, les grandes idées; Ne noter les exemples que s’ils aident à la compréhension; Ne pas noter les anecdotes; Repérer la structure du discours: les grandes lignes, les mots clés, les idées essentielles… en les marquant directement d’un signe en marge ou en les surlignant (a posteriori); Faire des schémas simples (traits, flèches, ronds) pour indiquer le lien entre les idées; Si l’orateur utilise une formulation complexe ou brillante, la noter intégralement;
1 En moyenne, nous parlons à la vitesse de 9000 mots à l’heure. In RichaudeauSur la lecture. p. 94
1