Topologie et Calcul Di érentiel F Rouvière Septembre

Topologie et Calcul Di érentiel F Rouvière Septembre

Documents
3 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Topologie et Calcul Di?érentiel (F. Rouvière) Septembre 05 CORRIGÉ DE L?EXAMEN DE SEPTEMBRE 2005 1. Racine cubique d?une matrice. a. Soit X 2 E une matrice carrée quelconque. Comme I et X commutent on a par la formule du binôme f(I + X) = (I + X)3 = I + 3X + 3X2 + X3 . Au second membre ?gurent successivement I = f(I), le terme 3X linéaire par rapport à l?ac- croissement X de la variable, et le reste R(X) = 3X2+X3 qui est d?ordre supérieur à 1. D?après les propriétés des normes d?applications linéaires on a kR(X)k kXk2 k3 + Xk donc kR(X)k = kXk tend vers 0 quand X tend vers 0, autrement dit R(X) = o(kXk) et f(I + X) f(I) = 3X + o(kXk) . Ceci montre, par dé?nition de la di?érentielle, que l?application f est di?érentiable au point I et que sa di?érentielle est l?application linéaire X 7! 3X de E dans lui-même, i.e. Df(I)X = 3X. Variante. On peut aussi, si on préfère, écrire R(X) = kXk (X) avec (X) = 1 kXk(3X 2 + X3) si X 6= 0 , (0) = 0 .

  • c?est l?analogue matriciel de la formule classique

  • l?équation de départ z

  • propriétés des normes d?applications linéaires

  • solution de l?équation aux dérivées partielles

  • linéaire df


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 19 juin 2012
Nombre de lectures 21
Langue Français
Signaler un abus
Topologie et Calcul Di¤érentiel(F. Rouvière)
CORRIGÉ DE LEXAMEN DE SEPTEMBRE 2005
Septembre 05
1. Racine cubique dune matrice. a.SoitX2Eune matrice carrée quelconque. CommeIetXcommutent on a par la formule du binôme 3 23 f(I+X) = (I+X) =I+ 3X+ 3X+X. Au second membre gurent successivementI=f(I), le terme3Xlinéaire par rapport à lac-2 3 croissementXde la variable, et le resteR(X) = 3X+Xqui est dordre supérieur à1. Daprès les propriétés des normes dapplications linéaires on a 2 kR(X)k  kXk k3 +Xk donckR(X)k=kXktend vers0quandXtend vers0, autrement ditR(X) =o(kXk)et f(I+X)f(I) = 3X+o(kXk).
Ceci montre, par dénition de la di¤érentielle, que lapplicationfest di¤érentiable au pointIet que sa di¤érentielle est lapplication linéaireX7!3XdeEdans lui-même, i.e.Df(I)X= 3X. Variante.On peut aussi, si on préfère, écrireR(X) =kXk"(X)avec
1 2 3 "(X(3) =X+X)siX6= 0,"(0) = 0. kXk
On ak"(X)k  kXk k3 +Xkdonc"(X)tend vers0avecX.
11 b.Lapplicationfest de classeC(et mêmeC) sur lespaceEtout entier, puisque les éléments 3 matriciels deXsont des fonctions polynomiales (de degré3) de ceux deX. De plus lapplication 1 1 linéaireDf(I) :X7!3Xest évidemment inversible, dinverseDf(I) :X7!X. On peut 3 donc appliquer àfle théorème dinversion locale au voisinage deI. Par suite il existe un voisinage 1 ouvertVdeIdansEtel que lapplicationf, restreinte àV, soit unC-di¤éomorphisme deV sur louvertW=f(V)deE, voisinage def(I) =I. Notonsg:W!Vlapplication réciproque. On a donc 3 (X2VetY=X)()(Y2WetX=g(Y)); lapplicationgdonne une "racine cubique locale" pour les matrices carrées proches deI.
c.En particuliergest di¤érentiable enI, ce qui sécrit
g(I+X) =I+Dg(I)X+kXk"(X),
1 "(X)tend vers0avecX. OrDg(I) = (Df(I))(on retrouve cela en di¤érentiant enIla fonction composée(gf)(X) =X), doù
1 g(I+X) =I+X+kXk"(X). 3 p 3x Cest lanalogue matriciel de la formule classique1 +x+= 1+o(x)lorsquexest une variable 3 réelle.
1