//img.uscri.be/pth/46bbcb3569777a676101adc2c2d397a9a66528c0
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Travailler dans le capital investissement éthique après HEC. Par Jérémy Hajdenberg.

De
8 pages
Après deux expériences professionnelles dans le micro crédit au sein d'associations, l'une en France et l'autre aux Philippines, Jérémy Hajdenberg a choisi de continuer dans cette voie, à mi-chemin entre la finance et l'aide au développement, au sein d'une entreprise de capital investissement éthique, I&P. Il est aujourd'hui chargé d'identifier, d'analyser et d'accompagner des projets d'investissements en Afrique.
Jérémy Hajdenberg fait ses études à HEC (promotion 1997). Durant ses études, son expérience au sein de l'association Solidarité France Népal est déterminante pour son orientation professionnelle puisqu'elle lui donne envie de travailler dans le domaine du développement international et de la solidarité au sens large. Jérémy Hajdenberg est aujourd'hui Chargé d'investissement chez Investisseur et Partenaire pour le Développement.
Voir plus Voir moins

Observatoire du Management Alternatif
Alternative Management Observatory
Compte-rendu
Travailler dans le capital investissement éthique après HEC
Jérémy Hajdenberg
Chargé d’investissement, Investisseur et Partenaire pour le Développement (I&P Etudes
et Conseils)
Séminaire HEC Solidarité
Jeudi 12 octobre 2009
Compte-rendu rédigé par Elise Juguet et Maële Pérennès, Majeure Alternative
Management (2009-2010)
Travailler dans le capital investissement éthique après HEC
Résumé : Après deux expériences professionnelles dans le micro crédit au sein d’associations,
l’une en France et l’autre aux Philippines, Jérémy Hajdenberg a choisi de continuer dans cette
voie, à mi-chemin entre la finance et l’aide au développement, au sein d’une entreprise de
capital investissement éthique, I&P. Il est aujourd’hui chargé d’identifier, d’analyser et
d’accompagner des projets d’investissements en Afrique.
Mots clés : « capital investissement », « Afrique », « développement », « investissement »,
« micro crédit », « solidarité »
Working in ethical private equity after HEC
Abstract: After two job experiences in the microcredit sector within two organizations (one in
France and the other in the Philippines), Jeremy Hajdenberg chose to stay on this path, half
way between finance and development, and to work for an ethical private equity fund, I&P.
He is today in charge of identifying, analyzing and following investment projects in Africa.
Key words: “private equity”, “Africa”, “development”, “investment”, “micro credit”,
“solidarity”
Jérémy Hajdenberg – «Travailler dans le capital investissement éthique après HEC» - 12 Octobre 09 1Genèse du document
La Majeure Alternative Management, spécialité de dernière année du programme Grande
Ecole d’HEC Paris, accueille dans le cadre du séminaire HEC Solidarité, des anciens élèves
d’HEC travaillant dans les métiers de la solidarité et venant témoigner de leurs expériences
professionnelles.
Ces séminaires sont organisés sur le campus d’HEC Paris et ont lieu en présence des
étudiants de la Majeure Alternative Management. Ils font l’objet d’un compte-rendu rédigé
par un étudiant de la Majeure. Ce compte-rendu est relu et corrigé par l’invité avant
publication.
Le séminaire HEC Solidarité du 12 octobre 2010 a accueilli Jérémy Hajdenberg,
actuellement chargé d’investissement chez Investisseurs et Partenaires pour le développement
(http://www.ip-dev.com). Son intervention s’est centrée sur son cheminement professionnel,
la présentation de son activité au sein d’I&P ainsi que de les enjeux du capital développement
éthique.
Genesis of the document
During the HEC Solidarity Seminar, The Major Alternative Management, a final year
specialised track in the Grande Ecole of HEC Paris, welcomes alumni that work in the
solidarity field and that want to give a statement of their professional experience.
Students of the Major Alternative Management participate to these seminars on HEC Paris
Campus and one of them writes down a report of the seminar. This report is read and
corrected by the guest before publishing.
The 12th of October, the Seminar welcomed Jérémy Hajdenberg, who is currently
working as an investment manager for Investisseur et Partenaire pour le Développement
(http://www.ip-dev.com/). During his speech he focused on his professional path, on a
description of his function at I&P, and on the issues of ethical private equity.
Jérémy Hajdenberg – «Travailler dans le capital investissement éthique après HEC» - 12 Octobre 09 21. Un cheminement professionnel vers l’alternative management
Jérémy Hajdenberg est un ancien HEC intéressé par les parcours alternatifs. Il s’investit au
sein de l’école pour partager ses expériences de l’économie solidaire. Ainsi, avec Eve
Chiapello, il est à l’origine de la création du séminaire solidarité de la majeure Alternative
Management, qu’il a organisé pendant trois ans. Il fait également partie du groupe HEC
Solidarité de l’association des anciens d’HEC qui organise régulièrement des conférences
(hecsolidarite@hotmail.com). Il est également coresponsable d’un électif de première année,
« Management, entrepreneuriat et solidarité », pour lequel il assure la partie « présentation de
la micro finance ».
2.1 Des expériences « alter » déterminantes
Jérémy Hajdenberg a fait ses études à HEC Paris (promotion 1997). Son action au sein de
l’association Solidarité France Népal a été une étape déterminante : elle a conforté son envie
de travailler dans le monde du développement et de la solidarité, de manière plus profession-
nelle mais toujours avec des « structures légères ».
Il effectue sa dernière année d’HEC à Vancouver. Peu convaincu par les parcours « clas-
siques » proposés à la sortie de l’école, il choisit de continuer ses études dans la recherche en
économie pour acquérir des outils d’analyse économique. Il obtient alors un DEA en Écono-
mie, mais cette année très théorique lui fait prendre conscience qu’il ne souhaite pas être cher-
cheur. Il multiplie alors les contacts, anciens et professeurs, et se crée un réseau pour l’aider
dans sa quête d’identité professionnelle.
2.2 Un cheminement hétéroclite centré sur la question du développement
Un service civil à l’ADIE
Jérémy Hajdenberg fait son service national à l’ADIE, association proposant du micro cré-
dit en France. Pendant un an, il accueille des chômeurs, RMIstes, immigrés, travailleurs au
noir, etc. qui ont besoin de prêts pour lancer leur micro entreprise. Il étudie au cas par cas la
faisabilité et les perspectives de rentabilité de chaque projet.
Ce travail avec des micro-entrepreneurs, avec un fort accompagnement,, est pour lui une
ouverture extraordinaire et lui fait découvrir le monde du micro crédit.
Jérémy Hajdenberg – «Travailler dans le capital investissement éthique après HEC» - 12 Octobre 09 3 Un bref passage en cabinet de conseil qui confirme ses priorités
Après son service, Jérémy Hajdenberg intègre Monitor Company, un cabinet de conseil en
stratégie américain, qui effectue en plus des activités de conseil aux grandes entreprises clas-
siques, des missions pour des gouvernements de pays en voie de développement. Il travaille
essentiellement dans le secteur pharmaceutique, mais ce travail, bien qu’intéressant, ne cor-
respond pas à ses aspirations… Après un an et demi, il réalise qu’il ne se reconnaît pas dans
cette culture d’entreprise et ces objectifs, très, trop « business ».
Une expérience marquante en ONG : 2 ans aux Philippines
Il décide donc de revenir à ce qui lui tient à cœur, le micro crédit. Il rejoint InterAide, une
ONG française, qui lui propose d’intervenir dans un programme de microcrédit qu’elle a lan-
cé à Manille, à vocation très sociale, opérant dans les bidonvilles. Ce fond compte alors 10000
bénéficiaires, mais son organisation interne manque de structuration, Or, pour répondre aux
impératifs de rentabilité, et pérenniser l’activité, il est nécessaire d’appréhender un pro-
gramme de micro crédit comme une entreprise dans laquelle les intérêts récoltés doivent pou-
voir couvrir les coûts de fonctionnement, sans perdre de vue son ibj social primordial.
Deux fois par semaine, il se rend dans les bidonvilles pour accompagner les agents de cré-
dit, effectuer des diagnostiques de besoins, des études de faisabilité… Il met en place des pro-
cédures, des manuels de procédures, forme également des cadres philippins pour essayer de
promouvoir le management local. Il est confronté à de nombreux problèmes, notamment de
corruption et de fraude. Il doit également faire face à une barrière culturelle, qu’il s’efforce de
franchir, par exemple en apprenant le tagalog.
Ces efforts n’ont pas été vains, puisque aujourd’hui, le programme existe toujours et
compte une directrice philippine et un conseil d’administration franco-philippin.
Il rentre en France fort de cette belle expérience, déterminé à poursuivre son parcours dans
le secteur du développement.
2. Le capital investissement en Afrique avec I&P
1.1 Historique du Groupe
Investisseur et Partenaire pour le développement a été créé par P. Hoppenot, qui a été l’un
des pionniers du capital investissement en Europe. En 2002, tout juste retraité, il cherche à
contribuer à sa façon au développement du continent africain. Il fait alors un constat très
Jérémy Hajdenberg – «Travailler dans le capital investissement éthique après HEC» - 12 Octobre 09 4simple : la plupart des économies africaines souffrent d’un manque de PME, qui sont pourtant
l’ossature des économies des pays industrialisés. Ce ne sont pas les entrepreneurs de qualité,
qui manquent, mais les capitaux de long terme et une certaine culture de gestion de
l’entreprise. C’est ainsi qu’il a l’idée de réunir des fonds auprès de ses amis et anciennes
relations professionnelles afin de lancer un fond de capital risque et capital développement à
destination d’entreprises africaines de tous secteurs et d’institutions de microfinance.
Aujourd’hui, ces investisseurs privés ont été rejoints par Essilor, puis deux fondations
d’entreprises et enfin plus récemment par deux institutions publiques (BEI et Proparco), pour
un montant d’investissement total de 19 millions d’euros.
L’entreprise compte 8 salariés, et est aidée par des consultants bénévoles, souvent
d’anciens entrepreneurs ou banquiers. Sur la plupart des dossiers, un chargé d’investissement
et un bénévole travaillent en binôme. I&P prend également en stage de nombreux HEC. Deux
anciens stagiaires HEC viennent d’ailleurs d’être recrutés.
1.2 Mission d’I&P
I&P fait du capital investissement, c’est-à-dire qu’il entre au capital de manière minoritaire
(20% à 30%, pour des montants de 150 000 à un million d’euros) dans des entreprises non
cotées pour en accompagner la création ou le développement. I&P devient donc associé et
siège au conseil d’administration. Plus qu’un apport de fonds, c’est un réel partenariat
stratégique qui s’établit. I&P reste 6 ou 7 ans au capital des entreprises dans lesquelles il a
investi.
I&P tient à être plus qu’un pourvoyeur de fonds. Une fois entré au capital d’une entreprise,
le fonds est à la fois très exigeant et très disponible. Il exige une production et une analyse de
données. Les chargés d’investissement se rendent ainsi au moins 4 fois par ans dans les pays
dans lesquels ils ont investi.
Il existe d’autres fonds de capital investissement spécialisés sur l’Afrique. Jérémy
Hajdenberg a d’ailleurs écrit avec Romais Geiss et Maïa Renchon un essai à ce sujet :
L’Afrique, terre d’investissement (capafrique.org). Mais ces fonds investissent généralement
des montants plus importants (plusieurs millions d’euros) dans des entreprises plus grandes
(et présentant donc moins de risque) dans les pays où il existe déjà un tissus d’entreprises plus
important (Afrique du Sud, Maghreb, Nigeria).
La pauvreté est importante dans les pays dans lesquels intervient I&P (surtout Afrique
Jérémy Hajdenberg – «Travailler dans le capital investissement éthique après HEC» - 12 Octobre 09 5francophone), il va donc falloir beaucoup d’efforts, de temps et d’éducation pour changer la
situation. Cependant, le fonds croit en l’effet d’exemplarité des entreprises qu’il accompagne
et espère montrer aux investisseurs occidentaux que l’on peut faire des plus values en
investissant de manière responsable en Afrique.
1.3 Critères et exemples d’investissements
La vision du développement d’I&P est pragmatique : le fond investit dans des entreprises
respectant certaines valeurs, mais ces entreprises n’ont pas nécessairement un volet
spécifiquement social. Les initiatives sont trop rares en Afrique pour qu’I&P puisse se
permettre de se limiter à des entreprises sociales. La logique est que le développement de
toute entreprise créera de l’activité économique et aura donc un impact positif sur le
développement du continent africain. En effet, toute entreprise crée de l’emploi, des
débouchés, … I&P veille ensuite autant que possible à faire passer aux entrepreneurs des
considérations sociales et environnementales.
Par ailleurs, l’un des rôles d’I&P est d’encourager les entreprises à rentrer dans l’économie
formelle, malgré les contraintes que cela impose aux entrepreneurs.
Il existe une contrainte de rentabilité, même si elle n’est pas la motivation principale des
actionnaires d’I&P. Cette rentabilité est de toute façon un signe que l’entreprise fonctionne et
que l’investissement n’a pas été vain.
I&P s’intéresse à tous les secteurs. Les chargés d’investissement recherchent avant tout des
équipes de qualité. Il faut également que le contact passe bien et qu’ils sentent qu’ils peuvent
apporter quelque chose à l’entreprise et l’aider à progresser.
I&P est souvent sollicité par des entreprises du milieu de la santé : production et
distribution .de médicaments, cliniques…
L’agro alimentaire est également bien représenté dans le portefeuille d’I&P. Par exemple
au Sénégal, I&P a investi notamment aux côtés de Danone dans une entreprise fabriquant et
commercialisant des produits laitiers à partir de lait récolté localement à de petits producteurs.
Ici, l’impact social est fort, ce qui a bien évidemment joué dans la sélection du dossier.
En investissant dans des fonds de micro finance, I&P encourage les organisations qui
choisissent le statut privé pour exercer ce type de service tout en respectant la mission de
solidarité de ce type de « microbanque ».
Jérémy Hajdenberg – «Travailler dans le capital investissement éthique après HEC» - 12 Octobre 09 63. Approfondissements
Exemples d’autres fonds éthiques, différence entre fonds éthique, ISR et micro
crédit.
Il existe d’autres fonds éthiques, en France et dans le monde. Jérémy Hajdenberg n’en a
cependant une connaissance que limitée.
Il ne faut pas confondre fonds éthique et investissement socialement responsable.
Lorsqu’on parle d’ISR, on fait référence à des cabinets qui font des évaluations de grandes
entreprises cotées selon différents critères sociaux et environnementaux et qui construisent
des indices afin de les noter les unes par rapport aux autres pour déterminer dans lesquelles
investir.
Il ne faut pas non plus confondre fond éthique et microcrédit :
• Tout d’abord, I&P n’a pas vocation à faire uniquement des prêts. Sa vocation
première est d’investir en capital, même si ses investissements sont parfois
accompagnés de prêts.
• De plus, tant la logique que les montants sont complètement différents : un
microcrédit est un prêt fait à un entrepreneur ou à un foyer n’ayant pas accès aux
banques par manque de garanties. Les montants de ces crédits diffèrent selon les
endroits et la cible visée, mais sont beaucoup moins importants que les
investissements d’I&P : dans le fond d’InterAide à Manille par exemple, ils sont
de l’ordre de 50 euros.
• I&P agit dans le domaine de la micro finance en entrant au capital de sociétés de
microfinance, mais n’est pas qu’un fond de microfinance, puisqu’il investit
surtout dans des PME de secteurs variés.
Légitimité d’un fond français à faire du capital investissement en Afrique
Il est vrai qu’agir de Paris semble un frein à une action réelle, proche des besoins et
contraintes du terrain. Cependant pour le moment, il y a peu de PME en Afrique et I&P
investit dans beaucoup de pays, très mal reliés les uns aux autres. Les quelques fonds de
private equity basés à Dakar souffrent d’ailleurs de ces problèmes de jonction. De plus, être
localisé en France permet d’être plus proche des investisseurs qui apportent leurs fonds à I&P,
et pour éviter d’être déconnectés de la réalité du terrain, les chargés d’investissements se
rendent en moyenne une fois par mois en Afrique. Enfin, pour accompagner de manière
positive une entreprise, il faut savoir garder ses distances en termes de gestion quotidienne.
Jérémy Hajdenberg – «Travailler dans le capital investissement éthique après HEC» - 12 Octobre 09 7Ceci soulève également la question de la légitimité d’investisseurs français à apporter leur
propre vision de l’organisation et du management à des entreprises africaines. Cependant,
selon Jérémy Hajdenberg, les méthodes de gestion voyagent de toute façon beaucoup, et ce
depuis longtemps.
4. Commentaires et Réflexions
L’intervention de Jérémy Hajdenberg a été très appréciée par les étudiants de la Majeure
Alternative Management.
D’une part, c’est un habitué du séminaire, il sait ce qu’en attendent les étudiants, et laisse
une grande place à l’interaction. Ainsi, la seconde moitié de l’intervention a été guidée par les
questions des étudiants.
D’autre part, il est toujours extrêmement intéressant pour des étudiants HEC, d’avoir le
point de vue d’un ancien ayant une certaine expérience du monde du travail, un certain recul.
En effet, son parcours nous montre qu’il n’est pas nécessaire de savoir exactement ce que
nous voulons faire en sortant de l’école, car les métiers de l’alter management sont nombreux
et encore assez peu connus. Nous avons du temps, et ce sont les expériences et les rencontres
que nous faisons qui nous permettront de déterminer ce que nous voulons faire de notre
diplôme. C’est également pour cela qu’il met également l’accent sur l’importance des
réseaux, de discuter avec différentes partie prenantes (professeurs, amis, collègues, anciens…)
pour pouvoir se trouver et avoir une meilleure idée des possibilités qui s’offrent à nous. Cela
nous permet également de rencontrer des personnes qui partagent les mêmes intérêts que
nous.
Jérémy Hajdenberg – «Travailler dans le capital investissement éthique après HEC» - 12 Octobre 09 8