INFOSPORT 71

INFOSPORT 71

Documents
8 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction
  • leçon - matière potentielle : pour le présent
  • redaction - matière potentielle : novembre - décembre
  • mémoire
  • mémoire - matière potentielle : du sport aux études olympiques
INFOSPORT 71 La Lettre de Liaison du Comité Départemental Olympique et Sportif de Saône-et-Loire Novembre - Décembre 2010 n°44 Photo : CDOS de Saône-et-Loire Ministère des sports : Une nouvelle ministre CRIB : Informations diverses Athlétisme : Championnat de France de CROSS Congrès International Francophone Sport Santé : Les Pubalgies L'olympisme à travers le Monde Tennis de Table : Critérium National en Janvier
  • informations du centre de ressources et d'informations pour les bénévoles de saône
  • service militaire au bataillon
  • cdos de saône
  • projet de loi de réforme des collectivités territoriales
  • comité local d'organisation
  • événements nationaux
  • événement national
  • mouvements sportifs
  • mouvement sportif
  • sport
  • sports

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 54
Langue Français
Signaler un problème
INFOSPORT 71 La Lettre de Liaison du Comité Départemental Olympique et Sportif de Saône-et-Loire Novembre - Décembre 2010 n°44
Sport Santé : Les Pubalgies Athlétisme : Championnat de France de CROSS CRIB : Informations diverses Ministère des sports : Une nouvelle ministre Congrès International Francophone L’olympisme à travers le Monde Tennis de Table : Critérium National en Janvier
Photo : CDOS de Saône-et-Loire
Sport Santé : les Pubalgies chez le sportif DEFINITION La pubalgie est une tendinite d’un des muscles abdominaux (grand droit, oblique) ou de la cuisse (adducteur, abducteur) qui viennent s’insérer au voisinage de la symphyse pubienne ou des muscles ou tendons avoisinants. Elle se traduit par un syndrome douloureux du carrefour pubien et recouvre plusieurs pathologies : - la tendinite des adducteurs, - la pathologie pariétale abdominale, - l’ostéo-arthropathie pubienne, - la pathologie du canal inguinal. LE DIAGNOSTIC Il est souvent simple, puisque le sportif vient consulter pour une douleur d’apparition progressive, rarement brutale, survenant après la pratique sportive siégeant au niveau du bas ventre, du pubis, voire des adducteurs. Les douleurs peuvent irradier vers les muscles abdominaux ou même le périnée ou les testicules. Ces douleurs souvent invalidantes au quotidien sont aggravées parfois par la toux ou les mouvements de flexion. L’interrogatoire recherche les facteurs favorisants : les types d’entraînements, la variation du type de terrain, la préparation physique inadaptée, les problèmes de chaussures.... A l’examen clinique, la douleur est souvent unilatérale mais peut irradier des deux côtés. Elle existe essentiellement à la palpation de la symphyse pubienne à l’insertion des adducteurs et au niveau des orifices inguinaux. Il faut vérifier qu’il n’y a pas un « conflit rachidien ». Des examens complémentaires sont demandés pour préciser le diagnostic : radiographies du bassin de face debout pieds nus, et en appui monopodal, complétées éventuellement par une radiographie du rachis lombo-sacré de face et de profil. D’autres examens complémentaires tels que IRM, scintigraphie osseuse et échographie tendinomusculaire peuvent être envisagés. LES CAUSES Cette pathologie survient plus particulièrement chez les sportifs pratiquant quotidiennement un entraînement intensif. On la retrouve essentiellement chez les joueurs de tennis, les footballeurs, les danseurs, les escrimeurs, les gymnastes, les haltérophiles .... En effet ces sports nécessitent des mouvements particuliers sollicitant fortement et brutalement la région du bassin par des mouvements rapides, des stops et démarrages, des tacles, des écarts latéraux, des microtraumatismes répétés... Les footballeurs viennent largement en tête dans ce type de pathologies, qui favorisent une atteinte des tendons de la jambe, essentiellement les muscles adducteurs et abducteurs au niveau de la symphyse pubienne. LA PREVENTION L’insuffisance des muscles abdominaux obliques étant un des éléments favorisant l’apparition d’une pubalgie, la prévention doit porter essentiellement sur ce facteur. Une musculation adaptée au développement des muscles abdominaux doit être mise en place. Elle concerne tous les intervenants dans la préparation du sportif ! Une séance d’échauffements avant un effort physique et une séance d’étirements après celui-ci permettent de limiter les risques de survenue de la pubalgie. LE TRAITEMENT - Repos complet pendant 3 à 4 mois, associé au besoin à un traitement médical assoc an an a g ques et anti-inflammatoires. - Physiothérapie, mésothérapie, kinésithérapie, infiltrations, techniques de manipulation vertébrale... Ce traitement reprend aussi les recommandations de la prévention avec un renforcement de la sangle abdominale et un rééquilibrage de la balance musculaire pour diminuer la raideur des adducteurs. Une rééducation doit être effectuée en complément du repos, elle est indispensable. Elle doit permettre avec l’aide de l’électrophysiothérapie une cessation des douleurs, mais elle doit rééquilibrer l’ensemble de la sangle abdominale par un renforcement des obliques, transverses et abdominaux, un verrouillage lombaire actif et un travail des adducteurs et des psoas. En complément de la rééducation qui est de deux à trois mois, un réentraînement à l’effort doit être prévu avant un retour sur les stades, les pistes ou les tapis après 8 semaines. En cas de forme résistante une intervention chirurgicale visant à une remise en tension des muscles larges de l’abdomen ou un relâchement des muscles adducteurs doit être discutée ! Là aussi une rééducation allant jusqu’à 60 jours avant la reprise de la compétition est nécessaire pour compléter la chirurgie et éviter la récidive.
CONCLUSION La pubalgie du sportif est une pathologie très invalidante qui est de plus en plus prévenue par une préparation physique adaptée et donc de moins en moins rencontrée particulièrement dans le domaine du football. Il faut toutefois se souvenir que quand elle est constituée elle bloque le sportif de nombreux mois et peut ainsi mettre fin à une carrière de haut niveau, d’où la nécessité d’une bonne prévention qui associe le préparateur physique, l’entraîneur, le kinésithérapeute, le podologue, le diététicien et le médecin du sport.
Source : Docteur Paul CHAUVOT CROS Rhône-Alpes
Les Informations du Centre de Ressources et d’Informations pour les Bénévoles de Saône-et-Loire 16 rue des Prés, 71300 Montceau-les-Mines COFFARD Joël : 03-85-57-63-00 ou 06-30-18-22-57 - crib@cdos71.asso.fr
Loi de réforme des collectivités territoriales : le CNOSF satisfait Le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) se félicite de l’adoption,le 17 novembre dernier, du projet de loi de réforme des collectivités territoriales qui répond aux demandes et attentes formulées par le mouvement sportif français tout au long du processus législatif. La reconnaissance d’une compétence sport partagée entre les communes, départements et régions, d’une part et le maintien de la possibilité d’un cumul entre plusieurs niveaux de collectivités de subventions de fonctionnement et d’investissement jusqu’au 1er janvier 2015, d’autre part, sont perçus comme une volonté forte de permettre aux collectivités territoriales de continuer à soutenir efficacement et durablement le sport français, dont elles sont le premier financeur. Le mouvement sportif français mesure sa responsabilité et le rôle actif qu’il devra assumer, aux côtés des collectivités territoriales, dans la mise en œuvre d’une politique publique dynamique et cohérente en faveur du sport. Le CNOSF souhaite remercier les députés et sénateurs dans leur ensemble et en particulier les deux rapporteurs, MM. Dominique PERBEN et Jean-Patrick COURTOIS, pour leur écoute attentive et la qualité de la concertation menée, permettant d’aboutir à une loi qui répond aux besoins du mouvement sportif français. Source : CNOSF
Signature d’un protocole d’accord entre le CNOSF et l’Association des Maires de France L’AMF et le CNOSF ont décidé de partager, dans un cadre structuré, leurs connaissances des réalités locales, et leurs savoir-faire respectifs, en matière de déploiement des politiques de développement du sport dans les communes et leurs groupements. L’AMF et le CNOSF souhaitent sensibiliser leurs adhérents à l’intérêt de la mise en place d’instances locales de réflexion et de concertation afin de concourir à une perception globale des attentes des différents acteurs territoriaux du sport sur laquelle fonder une politique sportive diversifiée et adaptée aux besoins locaux. Le protocole a pour objet d’instituer une collaboration suivie entre l’AMF et le CNOSF sur les principaux enjeux actuels et futurs du développement des pratiques, en visant à renforcer les échanges et collaborations Denis MASSEGLIA et Jean-Michel BRUN ont travaillé longuement à la préparation de cet accord, en lien permanent avec les dirigeants et services de l’AMF, dans un esprit de structuration des axes possibles de collaboration entre le Mouvement Sportif et les communes et leurs groupements. Source : CNOSF
Financement des stades Euro 2016 de football : le CNOSF satisfait Le CNOSF avait salué avec enthousiasme l’attribution à la France de l’Euro 2016 de football. Dès lors s’est posée la question des sources de financement des 153 millions d’euros promis par l’Etat, pour la construction ou la rénovation des stades. L’incertitude vient d’être levée et un amendement au projet de loi de finances pour 2011 sera prochainement déposé. Le CNOSF se réjouit pleinement de la décision prise au plus haut niveau de l’Etat d’établir un prélèvement complémentaire de 0,3% sur les produits des jeux en dur organisés par la Française des Jeux, afin de permettre au Centre National du Développement du Sport (CNDS) d’assurer le financement précité. Ainsi cette décision permettra au CNDS de disposer des moyens nécessaires à la poursuite de la mission d’animation territoriale et de lien social du mouvement sportif français.
Compétence de l’UE dans le sport : le CNOSF débat avec le Parlement européen Le 26 octobre 2010, une délégation conduite par le président du CNOSF, Denis Masseglia, a participé à Bruxelles à un déjeuner-débat avec plusieurs membres français du Parlement européen :Mme AUCONIE, Mme SANCHEZ-SCHMID, M. AUDY, M. CADEC, M. BENNAHMIAS ET M. FRANCO. La Commission européenne ainsi que la Représentation de la France auprès de l’UE participaient également à cette rencontre qui avait pour objectif d’échanger sur la politique de l’UE en matière de sport. Alors que le cadre de l’action de l’UE dans ce secteur n’est pas encore défini, cet échange fut en effet l’occasion de faire le point sur les initiatives futures de l’UE dans le sport et de présenter les nombreuses attentes du mouvement sportif français. Le mouvement sportif français a présenté ses préconisations Le président Masseglia a rappelé la position du mouvement olympique et sportif français concernant la mise en œuvre de la nouvelle compétence sport de l’UE apportée par le Traité de Lisbonne, sur la base de la réflexion engagée depuis juin 2008 pendant la Présidence Française de l’UE. Il a également présenté les recommandations adoptées en juin 2010 par la Commission sur le Sport professionnel du CNOSF en réponse à la consultation menée par la Commission européenne sur l’impact du Traité de Lisbonne sur le sport. Il a insisté sur la nécessaire reconnaissance de l’autonomie du mouvement sportif, la prise en compte de la spécificité du sport sur la base del’article 165 du TFUE, le dialogue structuré entre l’UE et le mouvement sportif, la sécurisation du financement des organisations sportives (et la reconnaissance du droit de propriété étendu aux paris sportifs) et des mécanismes de solidarité financière, sans oublier le rôle social (santé en particulier) et éducatif du sport. Le président du CNOSF a enfin fait part de ses inquiétudes quant au report de la mise en place du programme de financement de l’UE sur le sport, prévu à partir de 2014 en dépit des annonces faites cette année par la Commission européenne. A la veille de la publication de la Communication sur le sport de la Commission européenne (décembre 2010) et d’un agenda chargé aussi bien au Parlement européen (audition du mouvement sportif le 18 novembre en présence de Patrick Hickey, président des Comités Olympiques Européens) qu’au Conseil de l’UE (réunion des Ministres des sports le 18 novembre à Bruxelles), il était nécessaire que le CNOSF puisse s’exprimer auprès des représentants français élus au Parlement européen. Source : CNOSF
Ministère des sports : Une nouvelle ministre : Chantal JOUANNO Dimanche 14 novembre 2010,Claude GUÉANT, secrétaire général de l’Elysée, a annoncé la composition du nouveau gouvernement mis en place par le Premier ministreFrançois FILLON. Ancienne sportive de haut niveau,Chantal JOUANNO, 41 ans, a été nommée ministre des Sports. Elle prend la charge confiée précédemment au secrétariat d’État deRama YADEet succède par là même à Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports du précédent gouvernement. Le sport retrouve donc un ministère à part entière. Karateka, détentrice de 12 coupes de France, de 12 titres de championne de France en «kata» et d’un titre de championne d’Europe universitaire, Chantal Jouanno avait repris l’entraînement en 2009 et avait remporté, le 7 mars 2010 avec Véronique Mesnil De Vido et Léna Pyrée, le championnat de France de kata par équipes, sa treizième couronne nationale. Entrée en 1997 à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), elle en sort en 1999, sous-préfète puis directrice de cabinet du préfet de la Vienne et de Poitou-Charentes (1999-2001). Après un court passage au ministère de l’Intérieur, elle devient en 2001 directrice de cabinet du PDG de Coframi, SSII spécialisée dans l’ingénierie logicielle. Dès 2002, Chantal Jouanno retourne cependant place Beauvau où elle prend le poste de responsable du bureau des statuts et de la réglementation des personnels territoriaux à la direction générale des collectivités locales. Chantal Jouanno devient rapidement une femme de confiance de Nicolas Sarkozy, ministre en poste, qui lui confie la rédaction de ses discours et la charge officiellement de la communication du ministère, auprès de Michel Gaudin, directeur général de la police nationale. Nommée conseillère technique au cabinet de Nicolas Sarkozy en 2003, elle devient en 2006 sa directrice de cabinet et de communication au Conseil général des Hauts-de-Seine. Après l’élection présidentielle de 2007, Chantal Jouanno est désignée conseillère en développement durable à l’Élysée, en charge notamment des négociations du Grenelle Environnement. Elle est nommée le 6 février 2008 présidente de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), et administratrice de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) le 30 juillet suivant avant, donc, de devenir secrétaire d’État chargée de l’écologie, puis, désormais ministre des Sports. Un retour aux sources en quelque sorte. « C’est important qu’il n’y ait pas deux interlocuteurs : ça va simplifier les choses », a déclaré le président Denis Masseglia sur l’antenne de la radio RMC, dimanche soir 14 novembre. « D’autre part, à l’approche des JO de Londres et avec tous les enjeux que le sport représente, c’est bien aussi qu’il y ait un ministère de plein exercice. Maintenant, il faut souhaiter aussi que ce soit l’occasion d’octroyer plus de moyens au sport français », a-t-il ajouté. Evoquant pour conclure la nouvelle ministre, Denis Masseglia a noté : « C’est quelqu’un qui a su mener en même temps une carrière politique, une carrière dans la société civile, une vie de mère de famille et une carrière sportive. Elle part avec des atouts. Le fait qu’elle soit une sportive accomplie va faire en sorte qu’on soit dans une forme de complicité dans les discussions que l’on aura. »
Serge PERRIER, nous a quittés
Serge PERRIERnous a quittés le 28 octobre suite à une maladie foudroyante. Né le 20 juin 1931, il découvre l’athlétisme à l’école des mines et met ainsi en évidence ses talents de coureur à pied. Avec son 1.85 m de taille et ses 60 kilos, il sera vite surnommé le grand dans le milieu des cross. Athlète de l’EABM, il est champion de France junior et champion UFOLEP sur 5 Km. Avec ce club, Il remporte par équipe le critérium national de cross-country. Il est également recordman de Bourgogne sur la 1⁄2 heure et le 3000 m steeple durant les années 50. Faisant son service militaire au bataillon de Joinville, il est alors licencié au stade Français où il côtoie les meilleurs coureurs du moment dont Alain Mimoun. Parmi les cross les plus prestigieux auxquels il a participé, citons le Championnat international de Bruxelles militaire en 1953, 2ème à Lyon sur 7 Km, 4ème au cross de l’Equipe au bois de Boulogne,1er aux 12 Km à Nantes lors du prénational. En 1954 : 2éme à Villeurbanne sur 5 Km,1er à Saint-Etienne. En 1955 : 9ème mais meilleur Français au cross prénational de Mézidon et 1er à celui de Montargis. Il termine sa carrière sportive à l’EABM. Bernard PONCEBLANC, Président du CDOS de Saône-et-Loire, et les membres du bureau présentent à Solange, son épouse, à son fils Jean-Marc et à ses 6 petits-enfants leurs sincères condoléances.
Les partenaires Institutionnels du Sport en Saône-et-Loire
Ils soutiennent le CDOS 71
Rédaction Novembre - Décembre 2010 : MM.B.Ponceblanc, G.Gueugnon, J. Prost, Mme V.Reb, M. J.Coffard Adresse : Maison des Sports - Espace 71, 16 rue des Prés, 71 300 Montceau-les-Mines Courriel : cdos71@wanadoo.fr, Tél / Fax : 03-85-57-63-00, Site Internet : www.cdos71.asso.fr Ce bulletin a été édité en partenariat avec le CREDIT AGRICOLE Centre est
Athlétisme : Championnats de France de CROSS 2011 à Paray-Le-Monial
Le 27 février 2011, le championnat de France de cross-country aura lieu à Paray-le-Monial. Patrick ROCHETTE, membre du Comité Directeur de la Ligue de Bourgogne et président de la commission presse pour cet événement s’est entretenu avec certaines personnes particulièrement investies dans le comité local d’organisation.
Philippe MÉTROT, Président du Comité des Saône-et-Loire d’athlétisme, on sait déjà qu’aux yeux de la FFA, c’est un de ses trois plus importants championnats. Pouvez-vous nous dire ce que représente pour l’athlétisme bourguignon l’organisation d’un tel événement ? L’organisation d’un championnat de France de cross-country n’a jamais été attribuée sur le sol bourguignon. Après une 1⁄2 finale sur l’hippodrome de Paray-le Monial en 2008, tout semblait réuni pour que cet oubli soit réparé. Au-delà des investissements matériels, humains depuis de nombreux mois, les dirigeants et athlètes de Saône-et-Loire sont très fiers de se fédérer autour de cette mission. Bien sûr il y a la course reine de l’Elite Française du demi-fond, mais aussi beaucoup d’autres dont en matinée le Championnat de France de Cross Handisport catégorie «debout» et certaines courses ouvertes sans qualification. Je crois même savoir que chacun pourra fouler le parcours samedi dans l’après-midi. Pouvez-vous nous en dire plus ? Au-delà des courses officielles, tous les anonymes, même les crossmen d’un jour, pourront effectivement fouler le parcours le samedi. Nous souhaitions que cette organisation, cet accueil des 1ers Championnats de France soit un souvenir gravé dans les mémoires de tous les amoureux de l’athlétisme, et participe au développement de l’engouement pour ce sport tel que nous le ressentons depuis plusieurs mois.
Jean-Louis THIBERT , en tant que Président de l’UACB, vous faites partie des interlocuteurs incontournables pour toute la région. Vous ne partiez pas en terre inconnue, des pré-France de cross organisé sur le même site ayant été le point déclencheur de la candidature. Comment se sont passés vos contacts avec la société Hippique et la ville de Paray? Monsieur le Député-Maire, également Président du «Pays Charolais », a immédiatement analysé et évalué l’ampleur de l’impact touristique et l’importance des retombées économiques d’une telle manifestation pour la ville et la région, c’est donc sans aucune hésitation que la municipalité de Paray-le-Monial a accepté de nous soutenir et de nous accompagner. Nos relations sont excellentes et c’est l’implication totale de toute une ville de 10 000 habitants. Nos remerciements vont donc tout d’abord à notre Député-Maire pour avoir alloué à ces Championnats une subvention non négligeable et fort appréciée, ses mises à disposition de moyens matériels et humains. Mais aussi aux responsables de la Société des Courses hippiques de Paray-Le-Monial avec qui nous avons composé une équipe fiable et solidaire. C’est pour eux l’occasion de s’afficher devant la France entière. Sans oublier la population Parodienne et ses associations qui nous soutiennent et nous encourage pour la réussite de ces Championnats de France. Toute l’équipe d’organisation lui donne donc rendez-vous le 27 février.
Une organisation nationale nécessite aussi une forte implication du Département et de la Région. Quelles ont été leurs réactions à l’annonce de la venue de cet événement phare du premier sport olympique? Sans les aides du Conseil Général et du Conseil régional, attribuées dans une période délicate pour les collectivités, nous serions dans l’impossibilité d’organiser ces Championnats.
Pierre MELINE, en tant de délégué général, vous avez longuement travaillé sur l’infrastructure d’accueil en direction du Public, des Athlètes, des Partenaires.) Quels en sont à ce jour les points forts et quels seraient ceux qui pourraient être encore développés si l’on vous en donnait les moyens ? Les infrastructures qui accueilleront les prochains championnats de France de cross sont, pour l’essentiel, celles qui ont été utilisées lors de l’organisation, en 2008, d’une demi-finale de ce même championnat. Redimensionnées, adaptées à l’évènement, elles devraient permettre un parfait déroulement de la compétition. La volonté du comité d’organisation est de mettre ces équipements au service réel des athlètes, du public et des partenaires. Pour ce faire, le CO peut compter sur l’efficacité des services de la ville et sur la Société hippique, propriétaire de l’hippodrome. L’arrivée de chaque nouveau partenaire nous permet d’amplifier l’image d’une région solidaire. Notre ambition est de faire ressentir la passion avec laquelle nous avons préparé la venue de toute la France « sur nos terres «, notre volonté commune de bien accueillir et notre espérance de donner envie à chacun d’y revenir , dans un contexte sportif, ou non !
Enfin Claude MONNET, président du Comité local d’Organisation.C’est une organisation monumentale ! Pouvez-vous nous donner quelques chiffres à propos du nombre de personnes attendues, de bénévoles, de commissions créées et d’associations impliquées ? Pour la 122ème édition de ce championnat de France de cross, nous attendons plus de 10 000 personnes qui se répartissent de la manière suivante : 5 000 coureurs ou accompagnateurs (3500 coureurs venus de tous les départements et régions de France et 1500 accompagnateurs et entraîneurs) et environ 5 000 spectateurs. Vous pouvez imaginer toute la logistique de terrain que cela représente.
Sans parler des moyens humains : Un comité directeur constitué des représentants de la Ligue de Bourgogne d’Athlétisme, du Comité départemental d’athlétisme et du club support de UACB Paray-le-Monial. Un comité de coordination des commissions composé de membres du club support. 40 groupes de travail, chacun ayant reçu une feuille de route. A noter, simplement pour le président du Comité local d’Organisation, 3000 mails envoyés et autant de reçus, et 12000 km à titre personnel pour concevoir, défendre et coordonner ce projet. Au total, plus de 85 personnes auront participé activement à la préparation de ce championnat. Puis, le jour J, 600 postes de travail seront à tenir par les bénévoles de toute la Bourgogne.
Pouvez-vous nous rappeler depuis combien de temps vous travaillez sur ce projet, votre sentiment sur l’avancée globale? Nous travaillons sur le projet depuis le 18 février 2008 soit 3 ans avant le jour J. Dès le lendemain de l’organisation sur le même site de la demi-finale Nord-Est des championnats de France, nous avons ouvert ce dossier pour en apprécier la faisabilité. Nous vous invitons à visiter le « fil rouge » sur notre site pour vous rendre compte des dates importantes et de l’investissement de tous depuis 3 ans ! Début novembre 2010, le projet repose sur une avancée normale. Je l’estime globalement à 70%. Nous devons poursuivre nos efforts et rester vigilants pour que tout ce qui est prévisible soit anticipé.
L’investissement des Bourguignons pour permettre cet événement national et faire venir 10 000 personnes à Paray a été reconnu par l’appui de beaucoup de partenaires. Quelle est leur implication et la place qui leur est réservée ? Est- il encore temps de participer à cette réussite ? Une de nos plus grandes satisfactions est d’avoir réussi à convaincre un nombre très élevé de bénévoles (650) de nous rejoindre et de participer à ce projet exceptionnel. D’ailleurs, nous ressentons un réel engouement et particulièrement dans le domaine associatif local (sportif et même culturel). Cet élan, que nous avons essayé de créer, motive tous les responsables de groupes de travail qui font le nécessaire pour être à la hauteur des attentes des spectateurs, des coureurs et des partenaires pour que cette journée du 27 février soit réussie. Ce projet n’aurait cependant pas pu exister sans le concours des nombreux partenaires publics ou privés qui ont apporté leur soutien, malgré la conjoncture économique et financière actuelle. Mais comment ne pas être présent sur un tel événement ! D’autres peuvent encore nous rejoindre. Ils disposeront d’une opportunité de communication, selon des modalités variables en fonction de la formule de partenariat souscrite. Tous à l’hippodrome de Paray le 27 février 2011, pour cette fête du cross et fête du sport !
Le CDOS de Saône-et-Loire soutient cette manifestation, la première organisation en Saône-et-Loire depuis la création de cette épreuve.
Pour toute information complémentaire, visitez le site officiel :http://www.francecross2011.eu
Congrès International Francophone - 8 Novembre 2010
Durant deux jours, l’académie olympique organisait au palais du Luxembourg le congrès international francophone. Ci-joint le texte d’ouverture d’André LECLERCQ, Vice-président délégué du CNOSF, Président d’Honneur de l’académie olympique, Président d’honneur de l’AFAO. A cette même époque, se déroulaient les championnats du Monde d’Escrime au Grand Palais. Le sport, un patrimoine culturel au service de l’humanisme
L’origine des Jeux - olympiques ou autres - se situe aux Les hauts faits d’armes des chevaliers et autres paladins confins de l’histoire et de la légende. Les poètes sont les ont inspiré une abondante littérature épique, tels ceux des premiers conteurs de l’histoire du sport puis viendront pairs de Charlemagne avec Olivier et son ami le fameux les historiens, les voyageurs, les biographes. Avec le Roland. Cyrano, d’Artagnan, Lagardère et bien d’autres développement de la pensée analytique, les penseurs - héros légendaires enflamment toujours les imaginations et philosophes ou hommes religieux - interviendront à leur tour. cette richesse littéraire - qui ne relève pas que du roman Au fil des siècles, le sport confirmera sa présence dans la d’aventures - est largement reprise au théâtre et au cinéma. littérature et il a même fini par générer dans la modernité Les collections des musées sont précieuses pour montrer la une foisonnante littérature spécialisée : magazines, revues, présence de l’escrime dans l’art, de plus elles donnent à voir presse (spécialisée ou articles dans la presse généraliste, les reliques qui rappellent l’aventure de leurs propriétaires sans oublier l’abondante presse associative)... - Excalibur et Durandal ont forgé des mythes -, ou bien L’iconographie est tout aussi riche de présence sportive : à des objets dans leur évolution technologique : espadon, l’ornementation des vases et aux statues antiques, les arts colichemarde, briquet ou simple rapière... plastiques ont ajouté de nombreux regards au fil du temps : L’escrime se vit, se voit, se lit, s’expose (comme en ce dessins, peintures, gravures. La philatélie mérite également moment au Palais de la découverte où elle donne des « d’être citée tout comme les médailles ou autres objets de Coups d’épée et touches de science »), mais aussi elle dit. création spécifique qui passionnent les collectionneurs. Pour bretailler, ferrailler, tirer... l’escrimeur allonge, appelle, Peut-être convient-il d’ajouter aussi l’architecture... appuie, bat, croise, dégage, désarme, engage, garde, pare, Mais, pourquoi l’histoire du sport ? Il s’agit de ne pas laisser pointe, rompt, touche... Il utilise tout ce que son prévôt, perdre un patrimoine d’expérience humaine, de démasquer son maître lui a appris avec une incroyable multitude de les mystifications et les contrevérités pas toujours innocentes, techniques désignées par autant de mots. Le champion de comprendre la construction progressive des structures saura faire fructifier toute cette science par son art de la de l’institution sportive, continuités et discontinuités. Saisir maîtrise qu’il en aura. l’origine profonde, les sources culturelles, permet de rendre Le vocabulaire de l’escrime inonde la langue française et se significatives les analogies de situation, de découvrir le sport, popularise dans le langage commun. dans son développement, comme une culture à part entière. Je m’escrime à vous démontrer la richesse d’un patrimoine Le sport est culture parce qu’il déborde du présent et de sportif, mais prenez garde : si l’un d’entre vous veut tailler en l’utilité immédiate ; il est un patrimoine qui se transmet, pièces mon argumentation, je le préviens que le duel ne se ayant un écho dans l’art et la littérature, comportant sa fera pas à fleuret moucheté, et ma parade sera suivie d’une propre esthétique. botte dont j’ai le secret pour porter une estocade qui lui fera Malgré l’abondance des sources, la richesse de l’information, passer l’arme à gauche car je suis certain de faire mouche. il y a encore beaucoup à faire sur le plan scientifique en Je ne suis venu ici pour donner un coup d’épée dans l’eau et, matière d’histoire du sport. Il ne faut pas manquer les bonnes moi aussi, « à la fin de l’envoi, je touche ». Mais la mort sera occasions, celle offerte par la tenue des championnats du évidemment symbolique et, pour conjurer l’adversité, nous monde d’escrime est une magnifique opportunité. boirons ensemble le verre de l’amitié. Je vous déconseille le Sans approche culturelle nous ne pouvons pas comprendre pousse-rapière qui n’est qu’un simple pousse-au-crime car il ce qui fait vibrer le bel écrin qu’est le Grand Palais : vaut mieux rester dans l’élégance de ce sport où le panache l’émotion, cette communication entre le génie de l’athlète s’exprime aussi en sabrant le Champagne. et le goût du public, spectateurs ou téléspectateurs. Sans La langue française, nous y voilà ! La langue exprime une cette approche culturelle, comment expliquer la passion qui culture et l’escrime exprime la sienne à travers le français qui génère un tel événement et plus particulièrement la passion n’est utilisé qu’au niveau international pour la terminologie» de rengagement bénévole ? dé l’arbitrage. Le rôle des académies olympiques est d’appor-Reprenonslesélémentsdudiscoursparl’exempledel’escrime. ter à la connaissance des décideurs par l’exploitation du patri-Le duel d’aujourd’hui n’est plus d’aucune utilité pratique moine sportif afin d’aider, notamment, à distinguer l’essentiel mais il a gardé toute sa signification symbolique. A défaut de de l’inessentiel, à tirer de l’histoire des leçons pour le présent Jugement de Dieu pour régler les contentieux, l’ordalie reste et l’élaboration de la prospective, bref afin de savoir préserver sous-jacente. Elle s’exprime par l’héroïsation et la notion de et faire fructifier les valeurs. Cette analyse s’exprime évidem-«dieux du stade» est une expression qui traduit simplement ment par la langue, c’est pourquoi la proximité des académies que le champion atteint la gloire en guise d’immortalité. olympiques n’est pas la géographie mais la culture et c’est le Ces champions sont inscrits dans l’imaginaire collectif et la sens du regroupement des académies francophones. fédération française a tout lieu d’être fière de son très riche L’escrime a une mémoire et elle est mémoire. Lesporta une palmarès qu’elle ne cesse d’ailleurs de toujours chercher à mémoire et il est mémoire, un héritage à sauvegarder. Il serait embellir. Mais l’imaginaire renvoie au réel et il est paradoxal injuste, à l’heure où la sauvegarde des mémoires constitue de constater que le sportif civil qui se bat à l’arme blanche une priorité dans de nombreux domaines, que celle du sport est applaudi par la foule ! Parce qu’elle s’exprime dans soit délaissée.Voilà un bel enjeu pour aller de la mémoire du une contre société, la contre valeur devient valeur dans la sport aux études olympiques francophones : cette nouvelle société. L’escrime - valide ou handisport - n’a nul besoin dynamique est un élément déterminant pour répondre avec de chercher d’autre valeur qu’en elle-même et c’est parce intelligence bien sûr, mais aussi culture, à la question « Où qu’elle est valeur - avec ses règles éthiques - qu’elle offre va le sport ? ». des valeurs à la société.André Leclercq
L’olympisme à travers le monde
11 novembre 2010:Doha accueillera la Conférence mondiale sur le sport et l’environnement en 2011. Les 30 avril et 1er mai 2011, le Comité International Olympique organisera, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et le Comité National Olympique du Qatar, la 9ème Conférence mondiale sur le sport et l’environnement à Doha. Sur le thème «Pour un avenir plus vert», la Conférence dressera le bilan des réussites du Mouvement olympique sur le plan environnemental, réfléchira aux enjeux à venir et étudiera les possibilités d’intégration de l’environnement dans le domaine du sport.
15 novembre 2010:Beijing (Chine) accueillera la 14ème Conférence mondiale sur le sport pour tous, laquelle se déroulera du 20 au 23 septembre 2011. Cette édi-tion se concentrera sur la mise en œuvre pratique des programmes de sport pour tous. 26 novembre 2010:La 7ème commission de coordination des Jeux Olympiques de 2012 à Londress’est conclue le vendredi 26 après trois jours de réunions avec les repré-sentants et partenaires de Londres 2012. À moins de deux ans des JO, le comité d’organi-sation des Jeux Olympiques (LOCOG) est sur la bonne voie alors qu’il passe de la phase de planification à la phase opérationnelle de ses préparatifs.
5 au 7 décembre 2010 : 7ème Conférence mondiale sur le sport, l’éducation et la culture La 7ème Conférence mondiale sur le sport, l’éducation et la culture s’est déroulerée à Durban, Afrique du Sud, du 5 au 7 décembre 2010, avec pour mot d’ordre «donner la parole aux jeunes». Organisée par le Comité International Olympi-que (CIO), en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), la conférence a réuni des représentants du monde du sport, d’universités, d’ONG, de gouvernements et d’organisations intergouvernementales. Les médias sont invités à assister à toutes les sessions ainsi qu’à la conférence de presse d’ouverture donnée par le président du CIO, Jacques Rogge.
Tennis de Table : Criterium N1 Le Creusot - 7/8/9 Janvier 2011 Halle Des Sports Du Creusot
3 Jours non stop de Ping
Vendredi 7 janvier 2011heures et finales 21h30et 1⁄2 finales vers 20 à partir de 9h Réservé à l’élite masculine avec les meilleurs Français dont Emmanuel LEBESSON Champion de France en titre, Christophe LEGOUT, Damien ELOI et les meilleurs mondiaux jouant dans l’hexagone (142 joueurs)
Samedi 8 janvier 2011à partir de 9h et Finales vers 21H50 avec l’élite jeune française avec Simon Gauzy champion d’Europe cadet,Quentin Robinot champion d’Europe Junior Tableaux - 21 ans (160 joueurs), - 18 (177 joueurs), - 13(117 joueurs), - 14 (142 joueurs)
Dimanche 9 janvier 2011à partir de 8h et Finales vers 17h40 Tableaux - 16 ans ( 155 joueurs), - 15 ( 166 joueurs), - 12 ( 89 joueurs), - 11 ( 49 joueurs) Le digest Pour faire tourner tout ce beau monde (environ 400 joueurs) ,on a besoin : d’un Juge arbitre, d’un Juge arbitre adjoint, d’un responsable des épreuves, d’un responsable des arbitres, d’un responsable et un adjoint SPID
Côté bénévoles 80 personnes prévues, côté jeu c’est 32 tables, et autant de tables d’arbitrages,c’est aussi 400 m de séparations. Cette compétition est un vecteur économique très important pour la ville et les villes environnantes car en fait c’est 1200 personnes (joueurs, entraîneurs, accompagnateurs, arbitres) qui viennent à la Halle des Sports : 500 nuits d’hôtels, 2500 à 3000 couverts dans les restos,cafés,gîtes, 330 repas pour les bénévoles, 200 à 220 repas pour les arbitres.
A vos Agendas
Réunion d’information CNDS en direction des Comités Départementaux :La réunion initialement prévue leSamedi 15 Janvier 2011 de 9h à 12h à la Maison des Sports sera reportée au mois de février 2011.
Réunion d’information CNDS en direction des Clubs Sportifs :Samedi 12 février 2011 de 9h à 12h à la Maison des Sports
L’assemblée Générale du CDOS devrait être programmée fin février - début mars