PAGE GABARIT

PAGE GABARIT

Français
20 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction - matière potentielle : maghrebemergent
  • redaction
  • cours - matière potentielle : réalisation
  • cours - matière potentielle : son engagement patriotique
  • redaction - matière potentielle : libre algérie
  • redaction - matière potentielle : en chef de la nation dans les années
  • cours - matière potentielle : du mois d' octobre dernier
  • revision - matière potentielle : la constitution
JEUDI 10 NOVEMBRE 2011 - 14 DOU AL-HIJA 1432 - N° 6405 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 Ph o to : Sa m ir Si d l ANNABAUne femme et sonenfant de 5 ansparmi les harragaPAGE 4 E di tio n d' A lg er - IS SN II II - 00 74 l ILS ORGANISERONTDES SIT-IN AUNIVEAU NATIONALLes adjointsde l'éducationrenouent avecla protesta l AFFAIRE ABMOultache écopede 7 ans de prison RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES92% des installationsindustrielles ne sontpas assurées PAGE 5 PAGE 5 PAGE 4
  • el-biar
  • direction de la distribution de l'électricité et du gaz de blida
  • amoureux de la culture et de la ville
  • véritable poumon de la ville
  • national gallery
  • chef
  • chefs
  • centre culturel
  • centres culturels
  • tion
  • musique
  • musiques
  • algérie

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 11 octobre 2011
Nombre de lectures 71
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo
Signaler un problème

RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES
92% des installations
l ANNABA
Une femme et son industrielles ne sontenfant de 5 ans
parmi les harraga
PAGE 4
pas assuréesPAGE 4
l ILS ORGANISERONT
DES SIT-IN AU
NIVEAU NATIONAL
Les adjoints
de l’éducation
renouent avec
la protesta
PAGE 5
l AFFAIRE ABM
Oultache écope
de 7 ans de prison
PAGE 5
JEUDI 10 NOVEMBRE 2011 - 14 DOU AL-HIJA 1432 - N° 6405 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074
Photo : Samir SidSouakri attend
toujours
Depuis sa nomination comme
ambassadrice de l’Unesco, Salima
Souakri n’a pas encore été reçue par
le ministre des Affaires étrangères et
encore moins par la ministre de la
Culture Khalida Tou-
mi. Selon des
sources, l’ex-
championne de
judo attend de
voir comment
elle peut aider
son pays après sa
nomination en
tant qu’ambas-
sadrice de
l’Unes-
co.
Dans l’attente
de l’abonne- ERISCOOPPment Soirperiscoop@yahoo.fr
Mis en circulation depuis Jeudi 10 novembre 2011 - Page 3
erle 1 novembre dernier, le
métro d’Alger n’a toujours
pas mis en vente les cartes De l’ambassade
d’abonnement, à la grande
déception des usagers.
Ces derniers, qui pen-
saient trouver en la formule aux affaires
d’abonnement mensuel un
e nom d’un ancien responsable de l’ambassade demoyen sûr et apprécié pour
France à Alger est cité fréquemment ces dernierss’assurer du transport sur le Ljours dans les «milieux d’affaires» d’Alger.tronçon inauguré, attendent
Reconverti dans les affaires, ce ressortissant françaisavec impatience cette formu-
est décrit comme étant un «Falcon bis», en raison dele.
son introduction dans le marché du BTPH en Algé-
rie. On raconte avec persistance qu’il a
obtenu, pour des entreprises algé-
riennes et étrangères, de nom-
breux marchés de sous-traitan-
ce chez Alstom, contre des
commissions qui ont été ver-
sées à son entreprise.
Vers une grève
de paiement
des redevances
Les bénéficiaires des loge-
ments AADL des sites de Draria
et Baba Hacène, dans la capita-
le, ont pris la décision de ne
plus s’acquitter de leurs rede-
vances à compter du mois en
cours.
La décision prise par les
représentants des locataires fait
suite au mutisme et à la pro-
messe non tenue par les res- Un jour, un sondage
ponsables de l’AADL concer-
nant la mise en marche des Avez-vous souscrit à une assurance (vol,
ascenseurs,
alors que inondations, incendie…) pour votre logement ?
les sites
ont été OUI
livrés
NON depuis
deux Sans opinion
années.
Résultats du dernier sondage
Pensez-vous que, globalement, nos hadjis n’ont
pas connu de problème cette saison ?
OUI : 17,12%
Déposez votre réponse sur le siteNON : 54,94%
du Soir d’Algérie
S. Opinion : 24,94% www.lesoirdalgerie.com
Concurrence
gouvernementale
Le Complexe islamique de Constantine a récemment annoncé
par voie de presse la création de Dar El Solh, sorte d'institution
de réconciliation.
Le hic est que l'annonce invite les citoyens à se rapprocher de
cette structure pour «éviter de saisir la justice».
Ce qui, du coup, n’a pas manqué
de susciter les commentaires iro-
niques de certaines mauvaises
langues qui pensent que Ghou-
lamallah, le ministre des
Affaires religieuses, entend
concurrencer son homologue de
la justice, Tayeb Belaïz.Le Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 10 novembre 2011 - PAGE 4
RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES
92% des installations industrielles
ne sont pas assurées
Plus de 92% des installations industrielles et commer- immobilier et industriel d’environ
4 trillions de dinars (4 000 mil-ciales ne s’assurent pas contre les risques de catas-
liards de dinars). Durant les troistrophes naturelles (CAT-NAT).
dernières décades, plusieurs
milliards de dollars de pertesChérif Bennaceur- Alger En d’autres termes, ce sont
matérielles ont été enregistrés(Le Soir) - Selon des chiffres plus de 92% des installations
lors des catastrophes naturellescommuniqués par la Compagnie qui ne s’assurent pas, même si
qui ont endeuillé le pays àcentrale de réassurance (CCR) l’infrastructure du marché de
maintes reprises. via l’APS, les installations indus- l’assurance catastrophes natu-
Or, l’Algérie déboursetrielles et commerciales qui relles existe en Algérie.
annuellement 500 millions decontractent l’assurance CAT- «Le produit est testé, les
dinars au titre de la prime deNAT atteignent à peine 8%, un canaux de distribution sont nom-
réassurance CAT-NAT qu’elletaux de couverture très faible. breux et diversifiés, les limites
achète auprès des réassureursEn 2010, 4% des habitations de garanties acceptables et les
internationaux. et 8% des installations commer- conditions «de viabilité finan-
Cette réassurance lui permetciales et industrielles ont été cières garanties», affirme le P-
d'avoir une couverture deassurées contre les catas- dg de la CCR, Hadj Mohamed-
risques à hauteur de 246 mil-trophes naturelles, en dépit du Seba.
lions de dollars en cas de catas-caractère obligatoire de cette Pourtant, la vente annuelle
trophes naturelles. assurance, note-t-on à la CCR. de ces contrats «reste cepen-
Dans ce contexte et à l’occa-Le nombre de contrats CAT- dant bien en deçà des attentes»,
sion de la commémoration duNAT vendus annuellement reste relève M. Seba, dont la compa-
e«bien inférieur aux taux requis», gnie est le seul réassureur en 10 «anniversaire» des inonda-
estime la CCR, selon laquelle Algérie pour les risques CAT- tions de Bab El Oued, la CCR contre, à laquelle participent des objectif de dresser le bilan et de
les contrats doivent raisonnable- NAT. Actuellement, le système organise aujourd’hui un séminai- experts étrangers et des repré- définir les conditions de déve-
ment couvrir au moins 50% des des assurances contre les CAT- re international sur les assu- sentants de l’establishment loppement de ce produit.
biens et risques assurables. NAT couvre un patrimoine rances CAT-NAT. Cette ren- assurantiel national, a pour C. B.
ÉNERGIE SOLAIRE
Des entreprises allemandes
à Alger la semaine prochaine
tion au programme national de dévelop- convention qui ponctue plusieurs mois deL’exploitation de l’énergie solaire en Algérie suscite toujours l’inté-
pement des énergies renouvelables à discussions continues, marquées par unerêt allemand. Huit entreprises allemandes spécialisées dans le domai-
l’horizon 2030, pour lequel plusieurs position officielle enfin conciliante et une
ne seront présentes la semaine prochaine, les 15, 16 et 17 novembre dizaines de milliards de dollars devront réserve de la société Sonelgaz, perplexe
2011, à Alger, sous l’égide de la Chambre algéro-allemande de com- être consacrés. quant aux conditions de faisabilité du pro-
Dans ce cadre, le développement dumerce et d’industrie. jet et soucieuse de l’intérêt national et de
partenariat entre l’initiative industrielleParmi ces entreprises, la société l’occasion d’une conférence sur le parte- la promotion de l’intégration industrielle
Desertec DDI, pilotée par des entreprisesCentrotherm Photovoltaics AG, engagée nariat bilatéral, prévue le 15 novembre à locale dans le domaine du renouvelable.
allemandes et engagée dans la réalisation
dans la réalisation d’une usine de l’hôtel Sofitel, à Alger, et parrainée par un C. B.
de centrales solaires en Afrique du Nord,
modules photovoltaïques pour le compte délégué du ministère allemand de
et les entreprises algériennes dont
de Rouiba Eclairage (filiale de la holding l’Economie, et de rencontres et visite d’af-
Sonelgaz, sera certainement au menu COMMUNIQUÉ
nationale Sonelgaz) et pour un investisse- faires les deux journées suivantes, ces des débats. Et d’autant que la société DII DE PRESSEment de 300 millions d’euros. Les autres entreprises présenteront les dernières et Sonelgaz s’engageront prochainement,
entreprises sont Inventux Technologies innovations technologiques en Allemagne. par le biais d’une convention de partena- Découverte d’huileAG, M+W Group, Flagsol GmbH, Mais, aussi, elles pourront connaître le riat, dans la production d’énergie solaire
RenoSolar GmbH, Manz Automation AG, potentiel algérien existant ainsi que les destinée à l’exportation, à l’instar de ce et de gaz dans le
Solar Millennium AG et Solarhybrid AG. A possibilités de coopération et de participa- qui se fait au Maroc et en Tunisie. Une
bassin de BerkineANNABA
L’Association Sonatrach / E.ON
Ruhrgas E&P Algerien GmbH annonce la
réalisation d’une découverte d’huile et deUne femme et son enfant gaz dans le bassin de Berkine à la suite du
forage du puits YAN-1 (Yacoub Nord-1)
situé dans le périmètre Rhourde Yacoub
(bloc 406a).La profondeur finale atteinte estde 5 ans parmi les harraga
de 4 110 m dans le Famennien.Cette
Dans le lot des candidats à l’émigrationUne jeune femme, accompagnée découverte a été réalisée dans deux réser-
clandestine, certains sont diplômés de voirs qui, à l’issue des tests de formation,de son enfant de 5 ans, faisait par-
l’université mais en chômage depuis plu- ont donné lieu aux productions suivantes :tie des 28 personnes interceptées
Trias carbonaté : débit d’huile desieurs années. Ramenés sur la terrepar les gardes-côtes aux premières 3 39.65m /h et de 5 604m /h de gaz, sousferme, les harraga ont été auscultés par le
heures de la journée d’hier mercre- duse 32/64’’ avec une pression en tête demédecin de la Protection civile qui les a
di à quelque 10 milles marins (près 1 577psi. Trias argileux gréseux supérieur :déclarés en bonne santé. Appelé à cet
3 3débit d’huile de 6,7m /h et de 895,7m /h dede 19 kilomètres) au large de Ras effet par les gardes-côtes vers 6 heures du
gaz avec une pression en tête de 457psi.El Hamra (Annaba). matin, ce corps de secours a mobilisé une
Cette découverte confirme le potentiel
ambulance médicalisée avec médecin etAgés de 16 à 35 ans, les 27 harraga, en hydrocarbures de ce périmètre que les
plusieurs autres éléments pour assister lesdont un mineur, outre la jeune femme et parties au contrat envisagent de dévelop-
son enfant de 5 ans, ont pris la mer de la malheureux harraga. Notons que les per conjointement une fois les travaux de
plage de Sidi Salem, daïra d’El Bouni, gardes-côtes de Annaba se refusent à délinéation destinés à en apprécier l’éten-
dans la wilaya de Annaba, à bord d’une communiquer avec la presse pour éclairer due effectuée.Pour rappel, le contrat
barque artisanale, mardi vers 23h 30 mn. l’opinion publique sur un phénomène pour- Rhourde Yacoub a été signé en janvier
er2009 dans le cadre du 1 Appel à laLa jeune femme, âgée de 32 ans, et son tant connu de tous depuis de longues
Concurrence.enfant viennent de la wilaya d’El Tarf au années déjà. Nos multiples tentatives de
E.ON Ruhrgas E&P Algerien GmbH estmême titre que trois autres personnes les joindre au téléphone sont, de ce fait,
opérateur dans ce contrat à hauteur dealors que le reste, soit 24 harraga, sont restées sans aucune réponse.
49%, en partenariat avec Sonatrach (51%).
tous originaires de la wilaya de Annaba. A. Bouacha
Photos : DRLe Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 10 novembre 2011 - PAGE 5
ILS ORGANISERONT DES SIT-IN AU NIVEAU NATIONAL
Les adjoints de l’éducation
renouent avec la protesta
Les adjoints de l’éduca- et de perspectives d’évolution
de carrière en raison de la non-tion qui avaient, le jour de
valorisation du métier et dela rentrée scolaire, donné
leurs conditions socioprofes-le ton en observant une
sionnelles déplorables. grève, renouent avec la
Le Comité national des
contestation. Mercredi pro-
adjoints de l’éducation réclame
chain, à l’appel du Comité
la reclassification de ce corps,
national des adjoints de la création de nouveaux grades,
l’éducation sous l’égide de la revalorisation de la formation
l’Unpef, ils tiendront des et la création d’une prime d’en-
sit-in devant les Directions couragement.
de l’éducation au niveau de Pour faire aboutir ces reven-
l’ensemble des wilayas. dications, le comité, qui jouit du
soutien indéfectible de l’Unpef,Nawal Imès - Alger (Le
Soir) - Les adjoints de l’éduca- compte organiser le
16 novembre prochain des sit-intion ne décolèrent pas.
de protestation devant lesIls continuent de considérer
que le statut des personnels de Directions de l’éducation de
l’éducation ne leur rend pas jus- l’ensemble des wilayas. Les
adjoints de l’éducation promet-tice.
Le Comité national des tent de recourir à d’autres
adjoints de l’éducation, faisant formes de protestation.
Les dates et la forme quesiennes les préoccupations de
ce corps, considère dans un sur un plan administratif qu’édu- Ce même comité sous l’égi- cation comme «injuste» et esti- prendront ces dernières seront
communiqué qu’en dépit du rôle catif, ce corps n’est pas reconnu de de l’Unpef considère la clas- me que ces derniers souffrent ultérieurement déterminées.
joué par les adjoints aussi bien à sa juste valeur par la tutelle. sification des adjoints de l’édu- d’une absence totale d’horizons N. I.
AFFAIRE ABM
Oultache écope de 7 ans de prison
De lourdes peines ont été pro- Selon l'ordonnance de renvoi, les faits Chouaib a usé de son influence sur la
concernent la passation de marchés commission d'évaluation technique desnoncées, hier en début de matinée,
«douteux» portant sur l'achat de offres où il siégeait pour qu'elle choisissepar le tribunal correctionnel de Sidi
10 300 onduleurs électriques, 300 ordi- la société ABM dans laquelle son gendreM’hamed à l’encontre des mis en
nateurs, 500 PC portables et 9 000 impri- est actionnaire et également directeurcause dans l’affaire opposant la
mantes. La société ABM a obtenu ce général adjoint».
DGSN à la société privée ABM. Les
marché en février 2008. Pour rappel, la représentante du
peines prononcées varient de sept ministère public a requis lors de sonAprès expérimentation du premier lot
à trois années de prison ferme, de ces équipements en juin 2008, le res- intervention dix années de prison ferme
dont la plus lourde a été pronon- ponsable par intérim du service de à l’encontre des vingt-cinq mis en cause
cée à l’encontre des deux ex- comptabilité de la direction des équipe- dans cette affaire, alors que la défense a
cadres de la Sûreté nationale à ments s'était rendu compte de l'absence plaidé la relaxe, arguant qu’aucune preu-
d'un ordre de reconduction du contrat ve de la «culpabilité» des prévenus n’asavoir Chouaib Oultache et Youcef
comme le stipule la règlementation. été apportée par l’accusation.Dhimi respectivement ex- chef de
Selon la même source, «Oultache A. B.la direction aérienne et directeur
de l’administration de la Direction CONFÉRENCE DES CADRES DU MDS DEMAIN
générale de la Sûreté nationale
(DGSN).
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - L’administration refuse de l’autoriser
Les deux principaux mis en cause dans Comme pour attester de l’illusoi- central du parti, sis boulevard Krim-
cette affaire étaient poursuivis pour les Belkacem, à Alger. C’est, donc, au siègere dans la promesse de réformes
chefs d’inculpation de «dilapidation de
central du parti que le MDS donne ren-politiques, les autorités ne man-deniers publics et trafic d'influence».
dez-vous à ses cadres militants. «Lequent aucune opportunité d’enPour leur part, Mohamed-Antri
MDS prend à témoin l’opinion publique etdonner la preuve par l’acteBouzar, P-DG d'ABM et Toufik Sator,
l’informe qu’il maintient sa conférenceconsommé. Le Mouvement démo-directeur général-adjoint d'ABM (gendre
pour le 11 novembre 2011 à 10 heurescratique et social (MDS) vient de sed'Oultache) ont écopé de six ans de pri-
et qu’il tiendra au siège central du mou-voir refuser l’autorisation de tenirson ferme chacun, alors que Chorfa
vement et appelle l’ensemble des cama-
Achour, Hafid Youcef et Yahiaoui une conférence des cadres au
rades à participer activement à ce ren-
Abdelmadjid, fonctionnaires à la DGSN, Centre familial de Zéralda.
dez-vous.» Rongé par le passé par deet Djeider Zerouk, directeur commercial Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir) -
profonds remous internes qui ont culmi-d'ABM, ont écopé de cinq ans de prison Cet entêtement de l’administration à
né en dissidences, le Mouvement démo-ferme. bâillonner l’expression politique, celle
cratique et social estime l’heure venueUne peine de quatre ans de prison démocratique surtout, intervient à un
de ressouder ses rangs. La conférenceferme a été prononcée à l'encontre de moment où le laïus officiel se décline en
de ce vendredi se veut d’ailleurs un pré-Daâs Omar, Benchaâbane Mohamed, mode «réformes» et «ouverture démo-
lude à un congrès de refondation démo-Bouraouia Abdelhak, Boubekeur cratique.» Un discours que la pratique mépris trahit les intentions réelles et les
cratique. Le Mouvement affiche égale-Abdelhalim, Boukhechna Amine, travaille cependant à démentir à chaque plans du pouvoir en totale contradiction
ment l’ambition d’aider à l’unité d’actionAbdelghafour Rachid, Kerker Samir, avec son discours d’ouverture», aopportunité offerte. Preuve, s’il en est
des forces démocratiques. «Dans unNacef Abdelhakim, Abdelli Mohamed, dénoncé le parti, hier, dans un communi-besoin, le refus d’autorisation de l’activité
monde en crise profonde, les forces poli-Bouzid Rachid, Ghanem Fayez Mehdi, qué public. Pour autant, le MDS nedu MDS. «Le MDS a programmé une
tiques et sociales démocratiques sontLaouali Djamila, Fettal Abdelhakim, Refis renonce pas, loin s’en faut, à son initiati-conférence de ses cadres au Centre
ve. Il ne se résigne pas non plus au plus que jamais interpellées pour agirHakim, Moussa Djamel et Ramdane familial de Zéralda dans la perspective
report. La conférence de ses cadres, il la dans l’union la plus large autour de leurKarim, tous fonctionnaires à la DGSN. d’un congrès de refondation démocra-
tiendra à la date indiquée, soit le vendre-Youcef Khodja Djamel, fonctionnaire à la tique. Dix jours après le dépôt d’un dos- objectif commun : bâtir un Etat républi-
di 11 novembre, quitte, pour ce faire, àDGSN, a, quant à lui, écopé de trois ans sier, l’administration n’a toujours pas cain, démocratique et social moderne.»
s’accommoder de l’exiguïté du siègede prison ferme. délivré d’autorisation. Cette attitude de S. A. I.
Photo : Samir Sid
Photo : Samir Sid
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 10 novembre 2011 - PAGE 6
SANTÉ
Lancement du programme
«conversations sur le diabète»
tra à des groupes de dia- adopté par la Fédération actions de prévention sont activité sportive régulièrePour sensibiliser la population à l’occasion
bétiques de discuter autour algérienne des associa- très peu maîtrisées alors tout en précisant quede la Journée mondiale de lutte contre le diabè-
d’une table et d’échanger, tions. Ceci alors que 1 200 qu’en dépit de l’évolution chaque malade est un caste axée cette année sur l’éducation et la préven-
notamment, expériences et patients ont bénéficié du des médicaments et des particulier. Le but étant,tion, le laboratoire Lilly lance le programme
informations avec l’aide programme conversations traitements, les malades selon le spécialiste, de«conversation sur le diabète» en Algérie.
des équipes soignantes. sur le diabète depuis juillet ne sont pas convenable- réduire la prévalence du
F.-Zohra B. - Alger cinq journées régionales.
Le programme conversa- 2011. Intervenant lors la ment contrôlés. diabète et d’éviter de nou-
(LeSoir) - Pour cette Ces dernières seront orga-
tions sur le diabète s’est rencontre, le professeur Le professeur a aussi veaux cas en vue de traiter
année, le laboratoire Lilly a nisées par les associations
déjà assuré le soutien de Boudiba, médecin chef du expliqué qu’il demeure correctement ceux déjà
opté pour l’interactivité en locales d’aide aux diabé-
94% des médecins qui, service de diabétologie du aussi difficile de réduire les existants.
vue d’attirer l’attention des tiques qui permettront à
selon le laboratoire, sont CHU Mustapha-Pacha, complications alors que Il existe actuellement en
diabétiques sur l’importan- plus de 6 000 patients sur
prêts à utiliser l’outil. Le expliquera que même les tous les organes peuvent Algérie 3 millions de diabé-
ce de la prévention et le territoire national de
programme sera aussi pays en voie de dévelop- être atteints par le diabète. tiques, soit 10% de la
d’une bonne hygiène de bénéficier d’activités de
inclu dans la formation en pement voient leur popula- Il appellera, encore une population. Une large opé-
vie et de l’éducation dans sensibilisation et d’éduca-
postgraduation des rési- tion de diabétiques se fois, à contrôler le mode ration de dépistage est
la prise en charge du dia- tion par l’outil «cartes de
dents de certaines struc- développer et la maladie alimentaire et l’hygiène de ainsi préconisée.
bète. Les responsables du conversations sur le diabè-
tures hospitalières et a été s’alourdir. Il notera que les vie en général avec une F.-Z. B.
laboratoire ont précisé te» pendant tout le mois de
qu’ils programmeront vingt- novembre. L’outil permet- LUTTE CONTRE LE SIDA
Le journaliste Ali Bey Campagne de sensibilisation
Boudoukha est décédé
Boudoukha Ali Bey, BAB, est décédé hier matin dans un au profit des jeuneshôpital à Paris. Il luttait depuis le mois de juillet dernier contre
une rechute d’un cancer des poumons déclaré en 2009. L’association Aids Algérie re les risques de transmission du charge efficace, manque d’informa-
Ali avait 60 ans depuis le 22 octobre dernier. Il est co-fonda- virus, à améliorer l’accès à une tion, autant de problèmes auxquels,organise, dans le cadre de son
teur de l’agence de presse Interface Médias en 2003 et de son information de qualité pour le public dit-il, il faut trouver des solutions.plan d’action de lutte contre le
journal en ligne www.maghrebemergent.info depuis 2009. Il était ciblé, à renforcer la prévention des L’Algérie comptabilise, jusqu’enVIH/sida, une campagne d’infor-correspondant de RFI (Radio France International) en Algérie
IST/VIH sida en direction de la septembre dernier, 6 115 per-mation et de sensibilisation audepuis plusieurs années. Ali Boudoukha a été un grand homme
population ciblée pour un change- sonnes atteintes du virus du VIHprofit des jeunes. de radio et un journaliste d’une densité exceptionnelle. Une voix
ment de comportement et enfin sida depuis 1985, dont 183 jeunes.Lycées, universités, écoles,radiophonique remarquable et une plume d’une précision
impliquer davantage des leaders Cependant, selon l’association, ceredoutable. A la fin d’un premier parcours haut en couleur dédié centres d’information et maisons de
associatifs et communautaires dans chiffre ne reflète pas la réalité natio-au service public de la radio (Chaîne III), Ali Boudoukha a écou- jeunes seront du 12 au 17
la lutte contre le sida. Par ailleurs, nale qui, selon les estimations deté son exigence de liberté. Il a, depuis le tournant d’Octobre 88, novembre en cours, des espaces de
M. Bourouba appelle les pouvoirs Onusida et de l’OMS, l’Algérietravaillé en journaliste free-lance. Il a, dans cet exercice d’indé- prévention contre ce fléau dans la
pendance, choisi ses engagements professionnels. Le plus publics à réaliser une étude pour compte entre 21 000 et 19 000 per-wilaya de Sidi Bel Abbès. Cette
connu est celui de l’hebdomadaire la Nation. Ali Boudoukha faire un état des lieux. Rupture de sonnes infectées par le virus.campagne, explique l’association
assurait la rédaction en chef de la Nation dans les années 90, médicaments, absence de prise en S. A.dans un communiqué, vise à rédui-
au pire moment de l’histoire récente du pays. Une période où il
a fait le choix difficile de défendre la démocratie et les libertés BLIDA
«pour tous» et sans «exclusive». Un engagement qui s’expri-
mera franchement dans le soutien au Contrat national (1995)
que l’hebdomadaire la Nation a défendu en Algérie. Il a égale- 130 milliards de centimes pour l’amélioration
ment dirigé la rédaction de Libre Algérie (FFS) durant deux ans
(1998-2000). En près de 40 années de sa vie de journaliste, Ali
Boudoukha n’a pas été seulement un grand témoin de son de la qualité de service électrique
époque, il en a été aussi un acteur. Issu d’une famille de moud-
jahidine, Ali était à vif contre l’injustice. Syndicaliste à la radio, il pose des câbles souter- dans les prochains mois,130 milliards de centimes, tel est le montant
était de tous les combats démocratiques également. Proche du rains, va causer des désa- nous dira-t-on. Ils aurontconsacré par la Direction de la distribution de
mouvement des droits humains en Algérie, il a participé au pro- gréments aux citoyens aux- pour rôle de minimiser lesl’électricité et du gaz de Blida pour améliorer la
jet de la Maison des libertés de feu M’hamed Yazid (2002), puis quels ce dernier respon- chutes de tension.qualité de service, avons-nous appris auprès deà l’Initiative (ICRC) contre la révision de la Constitution de 2008 sable demande d’être com- Enfin, la Direction de la
Dridi Boularès, directeur de cette entreprise.ouvrant la voie à la présidence à vie. Familles de disparus, vic- préhensifs car au final, affir- distribution de l’électricité et
times du terrorisme, licenciés du travail, victimes de la répres- Le plus grand projet ins- matière de desserte élec- mera-t-il, ils vont sentir une du gaz de Blida a pris en
crit au programme de trique et, partant, la réduc-sion, déclassés de tout type, Ali Boudoukha était devenu le jour- nette amélioration dans charge la réhabilitation de
naliste que les «damnés de la terre» allaient voir pour essayer l’exercice 2012 est celui de tion des récurrentes cou-
l’utilisation de cette énergie 96 kilomètres linéaires de
de se faire entendre dans un média. Il n’en a jamais profité pour la réalisation d’un poste de pures qui ont considérable-
indispensable. réseaux électriques surtoutcéder à la facilité professionnelle. Son dévouement pour la véri- transformation électrique ment affecté le citoyen.
Par ailleurs, 48 postes que les anciennes lignesté l’amenait à toujours creuser un peu plus, à faire entendre de 60 000 à 10 000 volts Toutefois, le caractère MT/BT sont en cours de sont devenues la source detoutes les voix dans un conflit. A la rédaction de dans la localité de Sidi El incommodant des travaux,
réalisation à travers le terri- déclenchement en raisonMaghrebemergent.info, parmi les journalistes qui l’ont côtoyé, Ali Kebir, lequel desservira qui consistent en l’ouvertu-
toire de la wilaya de Blida de leur vétusté.laisse une balise monumentale. Celle d’un homme rigoureux qui exclusivement la ville de re de tranchées pour la
dont 34 seront achevés M. B.ne transigeait pas avec les dominants. Un journaliste qui a inten-
Blida. Pour rappel, cette
sément vécu de son libre talent.
ville a rudement souffert,
l’été passé, des nom- Précisions du rectorat de l’Université d’AlgerCONDOLÉANCES breuses coupures d’électri-
Profondément affectés par la perte cruelle de l’une des cité d’où l’urgence, nous Suite à la publication dans votre jour- prise par notre administration n’est
plus grandes plumes du journalisme en Algérie, dira M. Dridi, de concrétiser nal du jeudi 3 novembre 2011 d’un qu’une traduction administrative de la
rapidement le projet. article intitulé «Enseignement proposition du conseil scientifique extra-M. Ali Bey Boudoukha
Dix départs dériveront supérieur : mouvement de protestation ordinaire de l’Université qui s’est tenu lenous présentons à la famille du défunt et à la corporation de
de ce poste dont la réalisa-la presse nos plus sincères condoléances ainsi que l’expres- après l’Aïd» où il est cité que «les ensei- 26 octobre 2011, en présence du chef
sion de notre profonde estime. Ali Bey Boudoukha était un tion des lignes haute ten- gnants de l’Université de Bouzaréah du département d’anglais et d’un repré-
homme engagé dans les causes qu’il défendait et une voix sion souterraines a été dénoncent l’immixtion de l’administra- sentant des enseignants, lui-même
claire dans le tumulte des opinions. Le décès d’Ali est une confiée à l’entreprise tion dans les délibérations des jurys» et enseignant au département, pour étu-
grande perte, il était aimé et respecté de tous ceux qui l’ont Kahrakib, filiale du groupe que «le recteur de l’Université a affiché dier le taux d’échec trop élevé aux
connu. Une lumière de la presse engagée et professionnelle Sonelgaz. une note permettant le rachat des étu- départements. Sachant que la proposi-
vient de s’éteindre. Une fois achevée, cette diants de quatrième année avec une tion du rachat des étudiants de quatriè-
A Dieu nous appartenons et à Dieu nous retournons.
nouvelle source d’électricité note de 9,20.Les enseignants jugent me année anglais à 9,20/20 de moyen-Que Dieu le Tout-Puissant l’accueille par Sa Sainte
bonifiera, à coup sûr, sou- cette note inadmissible, précisant que ne, qui a été unanimement adoptéeMiséricorde en Son Vaste Paradis.
tiendra le directeur de la les délibérations sont normalement sou- dans ledit conseil scientifique, a été
distribution de l’électricité et veraines…» Nous tenons à préciser que transmise à la tutelle.
du gaz de Blida, l’usage en ce qui a été considéré comme décision Le recteurManel Aït-MekidecheLe Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 10 novembre 2011 - PAGE 7
DÉMANTÈLEMENT D’UN RÉSEAU DE TRAFICSIDI BEL ABBÈS
ET DE VENTE DE PIÈCES ARCHÉOLOGIQUESUn accident de la
route provoque la Des objets datant de l’époque phénicienne,colère des citoyens
de Mezaourou romaine et ottomane récupérésDans la matinée du mardi dernier, les habi-
tants de Qariate Dhaya Khalifa, dans la localité Peugeot 405 et en possession de le local commercial d’un autre indi-Un important réseau de trafic et de vente de pièces
de Mezaourou dans le sud de la wilaya de Sidi huit petits anciens cristaux, trois vidu du groupe, à Bouira, seraarchéologiques vient d’être démantelé par les services de laBel Abbès se sont rassemblés avant de couper anciennes épées décorées, une passé au peigne fin et un autre lotGendarmerie nationale. Des objets historiques de grandela RN94 reliant Mezaourou au chef-lieu de la gaine d’épée traditionnelle, 23 d’objets archéologiques sera récu-valeur ont été ainsi récupérés à la faveur de cette opération. daïra de Telagh et brûler des pneus pour pro- cartes postales portant photos péré. L’individu de Tiaret sera,
tester contre leur marginalisation. Ce mouve- Mehdi Mehenni - Alger (Le qui est la livraison de l’objet désiré. d’objets archéologiques, volées du quant à lui, arrêté quelques jours
ment de colère a été suscité par un banal acci- Soir) - Suite à une information qui Les enquêteurs de la Gendarmerie Musée des beaux-arts, 16 pièces après en possession de 7 pièces
dent à la suite duquel une femme a été percu- leur est parvenue faisant état de nationale sont parvenus, par la de monnaie datant de l’époque archéologiques. Il a avoué que 13
tée par un véhicule. En l’absence d’infrastruc- l’existence d’un groupe d’individus suite, à une importante découverte, romaine. Les investigations ont autres pièces sont chez son neveu.
ture sanitaire, la victime a dû être évacuée vers qui proposent des pièces archéolo- à savoir l’existence d’épées de conduit les éléments de la Des spécialistes de l’Office
l’hôpital de Telagh pour une prise en charge. giques à la vente, les services de la guerre décorées, très anciennes et Gendarmerie nationale chez un national de gestion et d’exploitation
Les manifestants demandent, à travers leur Gendarmerie nationale ont aussitôt des pièces de monnaie chez deux individu à Blida, celui qui a fourni le des biens culturels protégés éva-
contestation, plus de moyens sanitaires pour ouvert une enquête. Il s’agissait, au individus à Bouira, âgés de 23 et CD de présentation des pièces lueront, à la demande de la gen-
leur petite localité afin d’éviter de déplacer les départ, d’un individu de 53 ans qui 58 ans. archéologiques à la bande arrêtée à darmerie, les objets en question et
malades et accidentés vers d’autres localités. présentait les objets historiques en Les trafiquants seront suivis Rouiba. Une fois neutralisé, ce der- révèleront qu’il s’agit de pièces his-
Ils demandent la mise en place des ralentis- question aux clients sur un CD. quelques jours après alors qu’ils se nier passera aux aveux. Les objets toriques d’une grande importance
seurs afin d’éviter les accidents. Une fois le choix du client et la rendaient de Bouira à Rouiba pour archéologiques figurant sur le CD remontant aux différentes époques
Très remontés, les habitants ont aussi somme à payer arrêtés, les trafi- une livraison. Il s’agit de cinq indivi- sont chez un individu âgé de 36 ans phénicienne, romaine et ottomane.
évoqué l’histoire des bus qui dédaignent quants passaient à la seconde étape dus qui étaient à bord d’une et demeurant à Tiaret. Entre-temps, M. M.
leurs localités, obligeant les écoliers et usa-
gers à parcourir plus de 200 m dans la boue CHERCHELLen hiver pour rejoindre d’autres stations. Le
chef de daïra et les autorités locales se sont
rendus sur les lieux pour apaiser la tension
avec des promesses. La RN 94 a été finale- L’ancien Fort turc squatté
ment réouverte à la circulation.
A. M. Le Fort turc, un vestige historique Un jeune Cherchellois, Omar R., s’insurge qui serait, selon eux, la Direction de la culture».
e violemment contre ces faits en martelant : «Non «Cela veut-il signifier que ces responsablesdatant du XIV siècle, qui trône majes-
contents de ces dérives qui insultent l’histoire, s’en lavent les mains ? Est-ce une autre fuite detueusement face à la Méditerranée, sur-110 affaires traitées les responsables de ce massacre viennent de responsabilité?», s’insurge Monsieur Hadjplombe les flancs de l’immense falaise se taire devant la destruction systématique et Mohammed, un octogénaire qui avait jalouse-
adossée au port de la ville depar la police en catimini des sièges bétonnés, en vue de ment et fièrement défendu la culture de
Cherchell. créer un parking illicite sur un patrimoine cultu- Cherchell. Le même phénomène est évoqué
Ce vestige historique classé patrimoine cul- rel.» en octobre quant à la restauration de la porte de Ténès, qui
turel national est parsemé de plusieurs dizaines Rédha M. un enseignant dira, la voix nouée
se trouve en état de délabrement dans sa par-Au cours du mois d’octobre dernier, la sûre- d’arbres belombras, plantés par les colons que «les citoyens de la ville, avaient pourtant
tie supérieure et , bien sûr, le délabrement duté de Sidi Bel Abbès a enregistré 144 affaires français sur toute la superficie de la Place attiré l’attention des responsables locaux sur ce
chapiteau de la fontaine romaine qui trône surliées aux CBV, port d’armes prohibées, vols et massacre, mais en guise de réponse, ces der-romaine faisant partie du décor de la ville, en le
vols qualifiés. Les 110 affaires traitées dont 53 la Place romaine. Que faire ? s’interrogent lesniers avancent l’habituelle rengaine de la res-préservant sentencieusement des vents vio-
CBV, 13 ports d’armes prohibées, 52 vols et 26 amoureux de la culture et de la ville.ponsabilité première de la tutelle de ce vestige,lents. Ainsi, le Fort turc, qui avait été bordé devols qualifiés ont mené à l’arrestation de 221 Larbi Houari chaises en bois dans les années 1950, puis deindividus parmi lesquels 49 ont été placés sous
sièges en béton au profit des touristes venusmandat de dépôt, 99 ont bénéficié d’une cita-
admirer le port et son majestueux phare, futtion directe, 13 mis en liberté provisoire et 4
dans les années quatre-vingt-dix, profané etplacés sous contrôle judiciaire.
bétonné, au grand dam des autorités culturellesDans le volet lutte contre les stupéfiants,
et au mépris de l’histoire et de la culture cher-21 personnes accusées de trafic de drogue et RECRUTEchelloise. Outre ces graves atteintes à ce vesti-de stupéfiants ont été arrêtées et écrouées.
ge historique, ce monument fut tour à tourDes quantités de kif traité et des comprimés
«loué» pour tenir des braderies, puis à un soukde psychotropes ont été saisis dans les
affaires en question. hebdomadaire, à des revendeurs de boissons
A. M. et enfin à des cafés itinérants. Déclarant en Douane
Profil :
MILA - Avoir un diplôme de déclarant en douane
- Maîtrise des différents régimes douaniers
- Avoir une expérience minimum de deux (02) ans et plus dans le domaineUne fresque en bronze, - Avoir un permis de conduire de catégorie B.
Avantages :
- Cadre de travail agréable longue de 85 mètres - Rémunération motivante
- Transport assuré axe Alger-Si Mustapha.
Aïn Essiah, à l’entrée de la
Lieu de travail :REGHAÏAville de Mila, est en passe de
devenir un haut lieu de détente Si vous correspondez au profil, veuillez nous envoyer votre candidature
et de villégiature, au grand bon- par Fax au N° : 021 85 70 85.
heur d’une population qui n’a
que trop souffert d’un manque
flagrant et pénalisant de moyens
de distraction et de loisirs, alors
qu’elle est chef-lieu de wilaya . Anniversaire
Lancés il y a quelques années,
les travaux d’aménagement et C’est le 10 novembre 2011 quede requalification urbains dans
notre belle poupée prénomméecette partie de la ville, sont bien
avancés et commencent, vrai-
ment, à prendre forme. Malak
Des équipements sont réali-
sés et beaucoup d’autres sont soufflera sa quatrième bougie.
prévus ou en voie de réalisation, En cette heureuse occasion,
à l’instar de ce point nodal, situé un peu en retrait, qu’est le réaménagement du cimetière des
toutes les familles Mechti etmartyrs, lié d’une manière significative à la construction d’un complexe historique (galeries),
agrémenté dans sa partie extérieur d’un chef-d’œuvre composé d’une imposante fresque en Boukrika, tes grands-parents, tes
bronze, de 85 m de longueur sur 2 m de largeur, composée de 16 tableaux retraçant le che-
parents, tes tantes, tes oncles, tesminement historique de la ville et de la région, depuis l’époque numide à ce jour. Un travail
gigantesque qui a nécessité, selon concepteur, un travail ininterrompu de 8 mois. cousins, tes cousines et surtout
A cela s’ajoutent la réalisation d’un espace de détente et de loisirs, d’un théâtre de plein air ton petit frère Haythem te souhai-de 8 000 places, de structures d’exposition, de locaux à usage commercial (restauration et
vente de produits artisanaux), deux salles des fêtes et un salon d’honneur, le tout implanté tent un joyeux anniversaire et une
dans un magnifique espace vert et une allée piétonnière à double voie. Cet espace est appe- longue vie pleine de santé, de bonheur
lé à devenir, d’ici quelque temps, le véritable poumon de la ville et le seul lieu d’attraction de
et de prospérité.toute la population locale.
A. M’haïmoudLe Soir
d’Algérie Culture Jeudi 10 novembre 2011 - PAGE 8
lesoirculture@lesoirdalgerie.comLe coup de bill’art du Soir
Par Kader Bakou EXPOSITION
Iguerbouchene La National Gallery sort le grand jeun’est pas le
compatriote de pour célébrer de Vinci, le peintre
Tchaïkovsky
permet de découvrir les techniques utilisées par l'ar-
Quel est la plus grande personnalité Il n'y aura pas la Joconde et son
tiste, mais aussi la «marque d'une œuvre toujours
artistique algérienne ? Très peu de gens
en devenir». L'exposition présente également troisinsaisissable sourire, mais l'ex-autour de nous ont cité le nom de Moha-
portraits considérés comme ayant révolutionné le
med Iguerbouchene. Né le 13 novembre
genre : «Le Musicien», l'unique portrait d'hommeposition consacrée à Léonard de1907 à Aït-Ouchen (Tizi Ouzou), Moha-
réalisé par de Vinci, «La Belle Ferronnière» et sur-
med Iguerbouchene est resté peu de tout «La Dame à l'hermine», une peinture sur boisVinci qui s’est ouvert hier à
temps dans sa région natale. A l’âge de décrite comme le chef d'œuvre de ses années lom-
six ans, il fait ses études primaires à l’éco- Londres est d'ores et déjà bardes et le premier portrait réellement moderne où
le Sarrouy, à la Casbah d’Alger. A 12 ans, l'expression du visage reflète l'intériorité du person-
il apprend le solfège, lui qui est déjà doué célébrée au Royaume-Uni nage. Volée par les nazis, cette toile, qui représente
pour la musique. La famille Iguerbouche- probablement la maîtresse de Sforza, a été restituée
ne avait pour voisin le comte écossais comme «historique». à la Pologne après la Seconde Guerre mondiale.
Fraser Ross. Celui-ci, avec l’accord du Déjà exposée cette année à Madrid puis à Berlin, où
père, inscrit Mohamed au Northern Collè- elle a suscité des queues de huit heures devant lea National Gallery a, il est vrai, réussi un
ge of music de Manchester en 1922. A la Bode Museum, elle regagnera ensuite Cracovie
joli coup : tout à la fois inventeur, anato-
prestigieuse Royal Academy of music de pour ne plus en bouger pendant au moins dix ans,L miste, scientifique, philosophe, architec-L
a averti le ministre polonais de la Culture.Londres, il sera l’élève du professeur te et artiste, de Vinci n'a peint au total qu'une vingtai-
Autre attraction: «Salvator Mundi», une toile repré-Livinngson. Grâce à Ross, il va rejoindre
ne de toiles, dont 15 seulement sont arrivées jusqu'à
sentant un Christ tenant dans une main un globe deen 1924 le Conservatoire de Vienne où il
nous. Le grand musée londonien est parvenu à en
verre et dont on a cru pendant des siècles qu'elleva suivre les cours d’Alfred Kronfeld. réunir neuf, «le plus grand nombre jamais rassem-
était l'oeuvre d'un des élèves du maître. Elle ne lui aUne année plus tard, c’est le triomphe.
blées au même endroit» et les seules que les été attribuée que dernièrement. De quoi assurer auEn effet, le jeune Iguerbouchene donne musées étrangers ont accepté de laisser voyager. Tableau «La Dame à l'hermine». musée l'affluence des grands jours, d'autant que lesson premier concert à Bregenz, sur le lac Certaines n'avaient d'ailleurs jamais encore quitté paysane, fut artiste de la cour du duc Ludovic Sfor- places sont accessibles depuis mai : «Nous avonsConstance. Ce jour-là, il séduit le public et l'Italie ou la France. «C'est un grand triomphe de la za à Milan, libéré des contraintes matérielles. Jus- vendu un nombre de billets sans précédent», recon-
le jury avec ses propres compositions, diplomatie», commente le directeur de la National qu'au 5 février, les visiteurs pourront ainsi voir pour naît la National Gallery. 500 tickets seront toutefois
notamment Rapsodie Kabylia et Arabic Gallery, Nicholas Penny. la première fois côte à côte les deux versions profon- disponibles chaque jour pour les acheteurs de der-
rapsodie qui lui permirent de remporter le De nombreuses expositions ont, bien sûr, déjà dément différentes de la Vierge aux rochers, celle nière minute. Et pour ceux qui ne pourront se rendre
premier prix de composition d’harmonie et été consacrées aux multiples talents de l'artiste ita- appartenant au Louvre et celle de la National Galle- sur place, une projection est organisée dans 40
contrepoint ainsi que le premier prix d’ins- lien. Mais la National Gallery a choisi cette fois de se ry, qui a été restaurée mais qui, comme beaucoup cinémas mardi soir, une première. Soucieux d'éviter
trumentation et de piano. focaliser uniquement sur sa peinture et ses dessins, des œuvres de Vinci, est inachevée. «Quand vous la cohue provoquée par l'exposition Gauguin l'an
En 1934, après plusieurs symphonies dont une cinquantaine sont présentés, mettant en regardez de près le tableau (...), vous vous aperce- dernier à la Tate Modern, le musée a décidé de limi-
à succès, Iguerbouchene est admis à la exergue l'intense travail de préparation de ses vez que certaines parties ont à peine dépassé le ter le nombre de visiteurs simultanés à 180, au lieu
Société des auteurs, compositeurs et édi- toiles. Des œuvres datant des 17 années durant les- stade de l'ébauche», souligne Larry Keith, le conser- des 230 habituellement autorisés. Conséquence : il
teurs de musique (Sacem) comme auteur- quelles de Vinci, fils illégitime d'un notaire et d'une vateur du musée. «Une bénédiction cachée» qui affiche déjà complet jusqu'à mi-décembre.
compositeur. La même année, il devient
membre de la Société des auteurs et com- MUSIQUE positeurs dramatiques (SACD). En 1937,
il sera invité par la BBC afin de diriger une
de ses symphonies. A Londres, il présen-
ete la «3 rapsodie mauresque». Les Conflit autour de l'héritage de Miriam Makeba
Anglais qui pensaient que le musicien
algérien était russe l’appelèrent «Igor Les petits-enfants de Miriam Make- soient salis», a ajouté Nelson, en réfé- bonne partie de sa vie, peinait à perce-
Bouchen» ba, voix légendaire du continent afri- rence à l'article d'un tabloïd sud-afri- voir des revenus de son impression-
Mohamed (Mohand en kabyle) Iguer- cain et symbole de la lutte anti-apar- cain dans lequel sa sœur et lui était nante discographie, plus d'une trentai-
mebouchene n’est pas talentueux unique- theid décédée il y a trois ans, sont mis en cause par M. Gilfillan. ne d'albums. «M Makeba aimait
ment dans la musique symphonique. entrés en conflit ouvert mardi avec l'ex- «C'est important pour nous de beaucoup ses petits-enfants et arrière-
manager, et toujours légataire de la répondre et d'avoir un environnement petits-enfants», écrit-il, mais elle ne lesAinsi, il a composé une cinquantaine de
chanteuse, dont ils demandent la (juridique) clair», a ajouté le petit-fils, a pas désignés comme légataires carchansons pour Salim Hallali. C’est aussi
démission. Nelson Makeba Lee et sa éditeur de métier. Sa sœur écrit des «elle disait que Nelson menait une vielui qui a composé la musique de la chan-
jumelle Zenzi, 43 ans, accusent Grae- chansons. Interrogé sur les montants désordonnée, ne payait pas sesson patriotique A yemma azizen ur tru
me Gilfillan, 49 ans, d'abus et de en jeu, ils n'ont pas pu donner de impôts et que son principal talent étaitinterprétée par Farid Ali. Il a aussi compo-
fraudes dans une lettre à l'en-tête de la chiffre mais évoqué d'importantes de jouer du piano dans son groupe». sé des musiques de films dont Pépé le
fondation Miriam Makeba, reçue par sommes venant des droits musicaux «Elle faisait encore moins confian-Moko de Julien Duvivier.
l'AFP. Ils lui demandent «d'enregistrer ou encore d'un possible «grand film ce à sa petite-fille», ajoute-t-il dans ceMohamed Iguerbouchene est décédé
sa démission en qualité d'administra- hollywoodien» inspiré de la vie de la document. Nelson et Zenzi sont les
le 23 août 1966 à Alger. Il est l’auteur
teur du ZM Makeba Trust et de Siyan- chanteuse. enfants de Bongi, la fille unique de
d’une monumentale œuvre musicale.
da Music, démission attendue depuis Dans un document adressé à Miriam Makeba décédée en 1985.
Aujourd’hui, près de 600 œuvres du
longtemps, déjà rédigée et signée du l'AFP, M. Gilfillan a affirmé être la victi- Née en Afrique du Sud le 4 mars
«Beethoven algérien» sont éparpillées à vivant de Miriam Makeba, conformé- me d'attaques incessantes depuis trois 1932, Miriam Makeba était l'une des
travers le monde et incomplètement ment aux instructions de celle-ci et de ans de la part des deux jumeaux qui voix sud-africaines les plus connueson ne dit rien, plus il s'installe et conti-
répertoriées. Le plus universel des sa famille», selon ce courrier co-signé n'ont de cesse d’«assassiner (son) dans son pays comme à l'étranger, oùnue de faire des affaires dans le
artistes algériens mérite d’être mieux de Patrice Blanchard, ex-secrétaire personnage et de dénigrer (sa) réputa- elle a acquis la célébrité grâce à desmonde entier», a expliqué à l'AFP
connu dans son propre pays. personnel de la chanteuse. tion». M. Gilfillan, agent musical avec succès comme Pata Pata ou The ClickM. Blanchard, qui soutient que Miriam
MM. Makeba Lee et Blanchard sa société Nisa Global Entertainment, Song mais aussi à travers ses prisesK. B. Makeba «a été victime d'un abus de
menacent d'aller en justice. «On ne rappelle qu'il a connu Miriam Makeba de position contre l'apartheid. Elle estbakoukader@yahoo.fr confiance». «Il est inacceptable que la
veut pas faire de scandale, mais plus en 1999. Celle-ci, qui vécut en exil une morte en Italie le 9 novembre 2008. famille de Miriam Makeba et son nom
eÉGLISE ANGLICANE DE LA TRINITÉ (HOLY débat avec Badr’Eddine Mili autour de son • Du 12 au 14 novembre : 2 édition du CENTRE CULTUREL FRANÇAIS D’ALGER
TRINITY CHURCH) D’ALGER (LES GLYCINES, roman Les Miroirs aux alouettes. concours instrumental classique «Mohand • Dimanche 13 novembre à 17h : Conférence
PLACE ADDIS ABEBA) Iguerbouchène». «A côté du genre, sexe et philosophie de l’égali-
• Jeudi 10 novembre à 20h : Récital d’orgue et LIBRAIRIE GÉNÉRALE D’EL-BIAR (PLACE té» (titre de son dernier ouvrage) par Geneviève
de piano par Daniel Matrone. Au programme : KENNEDY, ALGER) INSTITUT CULTUREL ITALIEN D’ALGER (4 Fraisse, philosophe
Johann Sebastian Bach. • Samedi 12 novembre à partir de 14h : L’écri- BIS, RUE YAHIA-MAZOUNI, EL-BIAR, • Lundi 14 novembre à 19h : Concert de
• Vendredi 11 novembre à 20h : Récital de vain Hamid Grine dédicacera son recueil de ALGER) musique classique avec David Haroutunian :
piano contemporain, par Daniel Matrone. nouvelles Une vie sur la pointe des pieds, paru Cycle «Les protagonistes féminines du cinéma violon, et Lorène de Ratuld : piano
aux Editions Alpha. italien». PALAIS DES RAÏS D’ALGER :
CAFÉ LITTÉRAIRE DE BÉJAÏA Hommage à Margherita Buy, actrice italienne qui • Jusqu’au 15 novembre 2011: Exposition «La
L'écrivain et cinéaste Abderrahmane Bouguer- LIBRAIRIE MULTI-LIVRES ÉTABLISSEMENTS a marqué l’histoire du cinéma contemporain à magie du verre» de Djidjiga Hakem
mouh, auteur du roman Anza (Casbah éditions, CHEIKH (19, AVENUE ABANE-RAMDANE, partir des années 1990. et Khaled Sadi.
2009), est invité au café littéraire le samedi 12 TIZI-OUZOU) • 17 novembre à 18h : Film Maledetto il giorno • Jusqu’au 16 novembre :
novembre à 14h au Théâtre régional Malek-Bou- • Samedi 12 novembre à partir de 14h30 : che t’ho incontrato, de Carlo Verdone (VO- Exposition collective de photographies «Alger :
guermouh de Béjaïa. Séance de vente-dédicace avec l’auteur Malika Comédie, 1992, 112’). regards croisés» organisée par la Délégation de
Un cartoonevent (animation par des dessins) Arabi autour de son livre Eclats de vie, paru aux • 24 novembre à 18h : Film Le fate ignoranti, l’Union européenne en Algérie.
sera assuré par le jeune caricaturiste Ghilas Editions l’Îlot de Ferzan Ozpetek (VOSTF, drame, 2001,
Aïnouche. 106’). PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA
erMAISON DE LA CULTURE MOULOUD-MAM- • 1 décembre à 18h : Film Lo spazio bianco, (KOUBA, ALGER)
LIBRAIRIE GOURAYA (RUE DE LA LIBERTÉ, MERI DE TIZI-OUZOU de Francesca Comencini (VOSTF, drame, 2009, e• Jusqu’au 31 janvier 2012 : 4 «Salon d’au-
BÉJAÏA) • Les 10 et 11 novembre : Hommage à Djamel 96’). tomne» des arts plastiques (à la galerie Baya).
• Samedi 12 novembre à partir de 14h : Le Chir. • 8 décembre 2011 à 18h : Film Matrimoni e
caricaturiste Ali Dilem sera présent pour une Salle de spectacles altri disastri, de Nina di Majo (VOSTF, comédie, MUSÉE NATIONAL DE L'ENLUMINURE,
séance de vente-dédicace de son dernier album • Vendredi 11 novembre à 10h : Projection du 2010, 102’). DE LA MINIATURE ET DE LA
L’Algérie mon humour paru aux Editions Casbah. film d’animation pour enfants Animaux et Cie en CALLIGRAPHIE (PALAIS MUSTAPHA-PACHA,
3D, de Reinhard Klooss et Holger Tappe. CENTRE DES LOISIRS SCIENTIFIQUES (5, BASSE CASBAH, ALGER) :
LIBRAIRIE CHIHAB INTERNATIONAL (10, Salle Zmirli RUE-DIDOUCHE-MOURAD, ALGER) • Jeudi 10 novembre 2011 : Exposition de
AVENUE BRAHIM-GHARAFA, BAB-EL-OUED, • Du 11 au 14 novembre : Exposition de • Jusqu’au 12 novembre : Exposition de pein- l’artiste Amer Hachemi intitulée «Miniatures
elleALGER) tableaux de peintures par M Meddah de ture sur verre «Ô Verre Marine» de l’artiste modernes».
• Samedi 12 novembre à 14h30 : Rencontre- Mostaganem. Farah Laddi. Le Soir
d’Algérie Culture Jeudi 10 novembre 2011 - PAGE 9
Des Oranais fêtent Georges Brassens
Nombreux sont les Oranais qui sont fans et restés
fidèles au chanteur français Georges Brassens, et contrai-
rement à ce que l’on pourrait penser, cette admiration
n’est pas le propre des générations des années 60 seule-
ment. Celle des années 80 lui est tout autant fidèle. Le
secret ? L’un de ses fervents admirateurs, Akram 27 ans,
dira que «ce fut un personnage d’une immense discrétion,
mais qui savait jouer des mots avec une grande intensité
et surtout qui savait si bien rendre grâce à l’être humain
avec une franchise inouïe».
Georges Brassens est né à albums. Il reçut le Grand Prix de
Sète, dans l'Hérault, le 22 octobre poésie de l'Académie française
1921 et mort à Saint-Gély-du- en 1967.» Il est l’auteur des chan-
Fesc le 29 octobre 1981. Poète, sons Les Copains d'abord,
auteur-compositeur et interprète Chanson pour l'Auvergnat, Les
français, cet artiste hors pair a, Amoureux des bancs publics, La
selon ses milliers de fans, su ins- Mauvaise réputation et bien
crire son nom dans le patrimoine d’autres succès à son actif.
artistique français en créant un Ainsi et en hommage à l’artis-
style unique sculpté autour de te et afin de réunir ses nombreux
mélodies simples et de textes qui fans d’Oran, le Centre culturel
sont autant de chefs-d'œuvre français d’Oran a concocté un
poétiques. programme à cet effet pour ce
«Il mit en musique et interpré- samedi 12 novembre. Georges Brassens.
ta, en s’accompagnant à la guita- L’hommage débutera à 17 h au
sition propose un parcours à la A 18 h, la scène du CCF sera ponctuées d’anecdotes et de
re, plus d'une centaine de ses niveau du grand hall du CCF par
fois ludique et didactique, incitant investie par le groupe le Croque- notes biographiques. Le sens de
poèmes et ceux d’autres poètes, une exposition mise en place par
à la déambulation au milieu d’une notes, un trio qui chante et racon- l’humour, de la poésie et de la
dont Paul Fort. C’est en 1942, qu’ la Cité de la Musique, qui, nous
forêt d’arbres, où le public décou- te «Salut M. Brassens !» musique qui se dégage de ces
il réussit à publier deux petits dit-on, «a voulu, au-delà des
vrira des documents inédits, Pour ces artistes, il sera question chansons d’amitié fera de ce
recueils, A la venvole et Des images stéréotypées, le faire
manuscrits et carnets exception- «de rendre hommage au grand spectacle un moment à partager
coups d'épée dans l'eau. Il enre- découvrir sous un angle inédit et
nellement confiés par la famille et poète Georges Brassens, à tra- dans une ambiance chaleureuse».
gistra de 1952 à 1976, quatorze parfois surprenant». «Cette expo-
les proches du chanteur». vers un répertoire de chansons Amel Bentolba
LA LUTTE DE LIBÉRATION DANS ALGER 1954/1957, TÉMOIGNAGE D'AREZKI BASTA
Grandeur et petites misères d’une Révolution
moudjahid ne lésine pas sur l'énonciationL'historiographie de notre révolution ne devait pas se limiter aux faits
des calculs personnels, des conspirations,d’armes et au culte et à l’exaltation des héros. Mais quand cela s'est ainsi
des complots, des acharnements et desfait, on ne s’est pas toujours appuyé sur tous les témoignages et sur
règlements de comptes qui l'ont parsemée.
toutes les connaissances internes de ceux qui ont traversé et marqué
Dans le chapitre des dénis, on apprend, en
cette période. Jusque-là, l’histoire de la lutte de libération dans Alger a particulier pour Alger où l’auteur dirigeait des
davantage obéi à des chaînes d’intérêts et de lobbies locaux qu’au souci groupes armés, que le martyrologe de la
de la vérité et de l'objectivité. guerre de libération exclut de nombreux et
authentiques patriotes, des fedayin tombésArezki Basta est un combattant très qui se tenaient, en principe, à équidistance
les armes à la main ou sous le couperet deconnu à Alger, notamment dans le milieu des belligérants. Arezki Basta en fut un pro-
la guillotine. «Malheur aux vaincus !» avaitdes moudjahidine, et sa probité est aussi tagoniste puisqu’il eut à en découdre physi-
dit Brennus, ils avaient eu le tort de luttersolidement établie que le long cours de son quement avec les nervis du Comité central
sous le bannière messaliste du MNA. Arezkiengagement patriotique. Il milite au PPA à et à s’invectiver avec Boudiaf et Bitat, entre
Basta donne les noms de certains de ceux-l’âge de quatorze ans, et ses qualités autres dirigeants du Crua dont la neutralité
là et les circonstances de leurs sacrifices ethumaines, son charisme précoce et sa avait été prise en défaut quand ils rencon-
détermination lui valent très tôt des respon- il témoigne pour que justice leur soit, un jourtraient secrètement des centralistes pour-
peut-être, rendue.Ce sont près de 400sabilités importantes dans la capitale au tant pas spécialement acquis au passage à
sein de l’organisation indépendantiste puis pages que l’on lit comme on écoute. Cel’insurrection ; ils le faisaient pour s’allier
au FLN pendant la révolution. Il sera ensui- livre, Arezki Basta l'a écrit comme il parle.contre la majorité de la base militante acqui-
te chargé de différentes missions par le FLN Des mots simples qui roulent sur le papierse au vieux lutteur. Basta s’était également
et le GPRA au Caire, à Tripoli et en Europe. refusé d'abattre Ahmed Mahsas, un diri- exactement comme ils sortent de la bouche.insurgé que ces mêmes se montraient car-
Entre le cessez- le-feu et l’indépendance, il geant de la Révolution. Arezki Basta appor- Un témoignage dense, utile, sincère, édi-rément duplices quand certains d’entre eux,
est en charge de l’organisation des sec- te quantités de traits éclairants sur les per-Krim et Ouamrane, en particulier, feignaient fiant et d’une rare liberté.
teurs 1 et 3 de la Zone autonome d'Alger. sonnalités de beaucoup de dirigeants du Noureddine Fethani de soutenir Messali pour circonvenir la base
C’est dans un contexte de pré-insurrection du parti et accéder aux finances que la mouvement national et de la Révolution et
qu’il aura vécu la crise du MTLD et les qui nous feront dire que cette épopée, pour * Arezki Basta : Les tragiques vérités quiquasi-totalité des kasma avaient fermé aux
affrontements qui s'en suivirent entre les centralistes. On verra qu’Ouamrane le pour- grandiose et héroïque qu’elle fût, n’en aura n’ont pas été dites sur la révolution algérien-
partisans de Messali Hadj et la minorité qui suivra de sa vindicte pour cela et pour avoir pas été d’une totale sainteté. Le vieux ne.
a pris parti pour le Comité central, alors que
se profilait de plus en plus distinctement la
troisième voie, celle des activistes du Crua La passion de l’autre, de Amar Belkhodja
Rencontre-débat Un brûlot à la face d’une société bloquée
avec Badreddine Mili
Qui connaît Amar Belkhodja ? Moi non. Du moins pas avant Peut-être tout simplement a-t-il rencontré la sagesse, car qui
Les Editions Chihab organisent, samedi 12
un mois. J’ai eu par des mains douces un de ses livres, pas un mieux qu’un sage peut affronter la société et lui intimer l’ordre
novembre, à 14h30, à la librairie Chihab
livre de sa spécialité, l’histoire. Mais un coup de cœur, un recueil d’arrêter d’importuner les âmes qui se rencontrent, les cœursInternationale, sise 10, avenue Brahim-
de poésie, une mise à nu de ses sentiments les plus crus, les qui s’aiment ? Qui mieux qu’un sage peut avoir autant d’autori-Gharafa, Bab El-Oued (Alger), une rencontre-
plus fous mais aussi les plus doux, les plus tendres. té pour crier «assez» «arrêtez d’interdire l’amour à ceux qui s’ai-débat avec Badreddine Mili autour de son
roman Les Miroirs aux alouettes. Il nous promène entre to...utes ses belles dans des jardins ment» «au diable votre police qui chasse les couples».
fleuris, il réinvente la religion pour elles, il appelle Dieu comme La passion de l’autre, car c’est le titre du recueil, est un tes-
témoin et finit par trouver la foi entre deux étreintes de Badr El tament d’un homme qui a souvent rencontré l’amour et qui sou-VENTE-DÉDICACE
Khouloud, son amour impossible. haite pour tous de le rencontrer.
Les éditions Chihab organisent une vente- Que s’est-il passé dans son esprit ? Qu’est-ce qui l’a poussé Avec son style naïf, il est à lire par tous ceux et toutes celles,
dédicace avec Nacer Djabi pour son essai
à tant de fougue, à braver l’interdit, lui qui est au crépuscule de de 7 à 77 ans qui pensent que l’amour mérite d’être vécu ouver-El Wazir El Djazaïri Oussol wa Massarat,
la vie, j’ai oublié de le signaler, il fêtera bientôt ses 70 ans. tement, loin de toutes les conventions hypocrites de notre socié-le samedi 12 novembre à 14h30, à la librai-
Pourquoi un langage que seuls les jeunes utilisent dans leur té.rie Le Soleil 39, bis rue Ibn-Khamis,
insouciance, leur inconscience, leur révolte ? Hamid FerhiTlemcen.Le Soir
d’Algérie Société Jeudi 10 novembre 2011 - PAGE 10
RESTAURANTS D’ALGER
À la bonne franquette !
L’univers de la restauration retrouve tandem. Penne arabiata, tagliatelles,
grillades, shish taouk, pizzas… de quoienfin son bon coup de fourchette
agrémenter les sorties entre amis ou end’antan. D’aucuns l’auront constaté,
famille. Et pour tous ceux qui n’ont pas lenotamment ces derniers mois, les
temps de s’attabler au premier, ils peuventrestaurants se conjuguent au pluriel
toujours avaler quelque chose sur le pouce,dans la capitale.
au fast-food situé au rez-de-chaussée. LesAux anciennes bonnes tables, sont
serveurs, de dynamiques étudiants
venues s’ajouter une brochette de nouvelles
travaillant à mi-temps, arborent des polos
enseignes gastronomiques. Les chefs
couleur fuchsia, ce qui donne une noteredoublent d’imagination pour un voyage à
supplémentaire de gaieté à ce nouveau
travers les papilles. Toutes les cuisines du
restau.
monde se côtoient dans la plupart des
restaus où nous avons été à la rencontre de
Charme, luxe et volupté ! cordons-bleus. Une chose est sûre,
Au cours de nos pérégrinations, nousl’Algérois aime manger et n’hésite pas à
avons découvert un autre resto original às’offrir une bonne sortie au restau, ne serait-
Ben Aknoun, «J’nane Makley». C’est sonce qu’épisodiquement, faute de mieux.
nom et il a tout d’un véritable petit palais de
l’antique Medina d’Alger. Œuvres d’art,Pas de chichi !
céramique et autres objets de décoration
Rue Sfindja, ex-chemin Laperlier, à El-
confèrent à ce restau un charme indéniable.
Biar, quatre restaurants se déclinent en Des tables pour huit ou quatre personnes
enfilade. On peut y manger libanais, italien, recouvertes de jolies nappes vertes sont
français ou marocain. Ouvert il y a quelques
dressées dans un grand salon, donnant sur
semaines à peine, le Père Gégo, une un patio, rappelant les maisons
enseigne aux couleurs rouge braisé, prêche traditionnelles de la vieille Casbah. Unedouceur, rien de tel que son «tiramisu». Il possession de la cuisine du client en
une toute nouvelle cuisine : «la magnifique qobba sculptée coiffe le plafond.faut cependant réserver à l’avance. Les assurant toute l’organisation du dîner, de la
bistronomie» ! Le chef, la quarantaine, a fait tables faisant face à la baie d’Alger n’ont pas Lors de notre passage, des clientes ynappe à la carafe d’eau. Il y a deux jours, j’ai
ses classes à Paris. Un jour, il a décidé de déjeunaient profitant du calme et de lale temps de dire ouf. Cette enseigne italienne cuisiné un repas d’anniversaire pour les
rentrer au bercail pour développer un sérénité ambiante. La particularité de cea récemment ajouté une corde à son arc. ‘‘t’uitans’’ d’une cliente, dans son propre
concept, initié auprès de son maître en restau de construction mauresque, c’est qu’ilDésormais, la journée du samedi est jardin !»
toque, Stéphane Gégo. Ce gars a n’ouvre ses portes qu’à la gent féminine, duréservée à la gastronomie algérienne,
démocratisé la gastronomie française, en la histoire de marier les deux cultures comme moins à l’heure du déjeuner. «Pour le soir, ilAux couleurs du Sud !mettant à la portée d’une clientèle à petit y a lieu de réserver à l’avance», nousle souligne Z’hor. Au menu, berkoukes au Autre adresse gastronomique, «Lebudget. «C’est justement ce concept de apprend la gérante. Côté cuisine, le chef akadid, mesfouf, l’ham lahlou, galette kabyle Touareg». C’est au chemin Makley encuisine, sans chichi ni fioriture, que je veux mis les petits plats dans les grands enaux plantes, khobz eddar, bourek…, un vrai contrebas du centre sportif féminin de Bendévelopper dans mon enseigne !» confie-t-il. festival pour tous les fins gourmets et la mitonnant une cuisine légère et raffinéeAknoun. Principale attraction de cetteAu Père Gégo, ni nappe ni tralala. Même promesse de bien se régaler. Il faut compter comme la langoustine à la crème ou le rouléenseigne, une kheima plantée dans l’arrière-les serveurs sont en tenue cool. Pas de aux fruits. Ce palace est attenant au centreentre 1 800 et 2 200 DA. Autre enseigne, sur cour. Tapis de Biskra, imzad, épées demenus posés sur la table. Juste des tableaux de bien-être du même nom. Les curistesles hauteurs d’Alger qui a ouvert récemment Touareg, ça respire le grand Sud. Farid, led’écoliers sur lesquels se déclinent, les plats occupent souvent les tables de «J’naneses portes, «Le Pavé Parisien» à Sidi Yahia, patron, originaire de Biskra, joue à fond larédigés à la craie blanche. «Je cuisine au dans le quartier du bas Hydra. Quand il parle Makley». Un petit havre de paix verdoyant,
carte de l’authenticité. «Ma clientèle raffolefeeling. Rien n’est figé et chaque jour est une cuisine, les yeux d’Amine brillent comme des pour les grandes occasions. (A prévoir entre
de plats traditionnels. En même temps, ellenouvelle fête pour les papilles !» indique ce 3 000 et 7 000 DA le menu). petites loupiotes. Ce virtuose des fourneaux recherche le dépaysement, ce que je tentepro de la «bistronomie». Souris d’agneau Retour au centre-ville. Précisément, à laa appris le métier dans les plus grands
de lui offrir à travers Le Touareg. Ici, on peutconfite aux épices douces, foie gras de restaus à Alger et un peu partout en France. rue Belladjel, juste au-dessus du Sacré
apprécier un bon plat de couscous, rechta,canard de Landes, au pain d’épice, saumon Il ne vit et transpire que pour son métier. «La Cœur où un nouvel hôtel restaurant du nom
chakh’choukhet Biskra, de méchoui, defumé sur salade, bar de ligne grillé… le menu cuisine est un art à travers lequel je peux de «Dar El-Ikram» vient d’ouvrir ses portes.
mesfouf aux raisins secs, mais pasest des plus alléchants pour environ 1 200 à Judicieusement décoré en noir et blanc etm’exprimer et donner libre cours à toutes
seulement. La carte réserve une bonne1 800 DA. Envie de voyager en Italie à doté d’un mobilier moderne, Dar El-Ikrammes émotions !» livre-t-il du haut de ses 33
place à la gastronomie universelle, assuretravers ses saveurs et ses couleurs, sonnez ans et une assurance des grands chefs. offre, pour ses débuts, la possibilité de
Farid. Et pour les clients pressés, uneau Zhori Restaurant. C’est juste à côté du Dans cette enseigne dédiée à la savourer une cuisine subtile, faite
formule, plat du jour, est mitonnée auPère Gégo, au chemin Laperlier. «Zhori» est gastronomie française, toutes les viandes d’entrecôtes à la sauce normande, cœurs de
quotidien. Les entrées et les plats affichentle mariage de Z’hor et Rino, un couple de palmiers, assiettes anglaises, tranchessont présentées sous forme de pavé, d’où
entre 400 et 1 500 DA.perfectionnistes dont le rêve était de faire l’appellation de Pavé Parisien. Petit avant- d’espadon au beurre, nougats glacés… Et
découvrir d’authentiques plats italiens aux goût de ce qu’on peut savourer dans ce son menu n’a pas fini de s’enrichir, selon son
A la bonne franquette !friands de la bonne table. Sur les murs, on restau à l’apparence rustique et classique où directeur, M. Guerri, qui compte mettre en
peut y découvrir, entre deux assiettes, des Un peu plus sur les hauteurs d’Alger, à la scène une nouvelle carte. Les tarifsle bordeaux et le jaune dominent. Des cailles
rue Ahmed-Ouked, au carrefour de Dély-photos de stars du cinéma italien des années grillées, des canards façon sud- ouest, des s’affichent aux alentours de 1 200 DA. La
1950 et des tableaux du peintre Sergio Ibrahim, vient d’ouvrir ses portes, uneentrecôtes au fromage bleu et de délicieux cuisine est un art à part entière et chaque
Manzi. «Notre credo est de revisiter la nouvelle enseigne, «Le Pearl». desserts faits maison… Ça vous coûtera enseigne rivalise d’imagination pour
Déco design avec des tons noir, blanc etcuisine italienne en y ajoutant une touche de entre 1 000 et 1 800 DA. Aussi, Amine a satisfaire une clientèle de plus en plus avide
modernité. La cuisine italienne est une prune, cet établissement attire déjà foule. d’une bonne table. Et, aujourd’hui, à Alger, illancé avec réussite un nouveau concept. Le
cuisine de partage et de convivialité.» Au Notamment les familles. Aux manettes, unchef à domicile. Il s’invite chez la clientèle. A est effectivement possible de partager un
mecouple, M. et M Andaloussi. «Il nous tenaitZhori Restaurant, le chef italien vous la demande des clients qui veulent recréer bon repas et il n’y a rien de tel pour une
concoctera des «pasta» (pâtes) à toutes les l’ambiance restau à la maison pour faire à cœur de créer un espace convivial avec bonne humeur assurée !
sauces. Aux fruits de mer, aux langoustines, plaisir à leurs invités, «j’embarque mon des menus rapides et à la portée des SabrinaL
au parmesan… et pour un atterrissage en équipement mobile et hop, je prends bourses moyennes !» nous révèle ce Sabrinal_le soir@yahoo.fr
COMMUNIQUÉ DU PARTI POUR LA LAÏCITÉ ET LA DÉMOCRATIE (P-L-D)
CONFERENCE DEBAT SUR LA SANTE EN ALGERIE
ETAT DES LIEUX DE 1962 À NOS JOURS, QUELLES PERSPECTIVES POUR L’AVENIR
Depuis le 5 juillet 1962, date à laquelle l’Algérie marque son entrée dans le concert des Nations, le secteur de la santé, au même
titre que tous les autres secteurs, vit de graves problèmes. Désorganisation, pénurie grave de médicaments, affectation
anarchique des médecins, grèves à répétition des étudiants, des enseignants toutes catégories confondues. Tout le personnel de la
santé, à l’appel des syndicats autonomes manifestent ou se mettent en grève pour exiger de meilleures conditions de vie et de
travail. Face à l’ampleur exceptionnelle du mouvement, le pouvoir est acculé à la négociation. Il réajuste par opportunisme le
niveau des salaires et satisfait dans la précipitation et la démagogie les revendications du secteur de la santé.
Dans ce climat délétère, le Parti pour la Laïcité et la Démocratie organise le samedi 12 novembre 2011 à 10 heures au siège du
PLD, 8, rue des frères Adders, Alger-Centre, près de la Cinémathèque algérienne, une conférence débat sur l’état de la santé en
Algérie de 1962 à nos jours et ses perspectives.
Le professeur Chaoui Farid -gastro-entérologue, animera cette importante rencontre.
Les militant(e)s, sympathisant(e)s, ami(e)s, du Parti pour la Laïcité et la Démocratie sont cordialement invités.
Alger le 8 novembre 2011,
Le Bureau National du PLD
Photos : DR