PAGE GABARIT
20 pages
Français

PAGE GABARIT

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • leçon - matière potentielle : en algérie
  • revision - matière potentielle : constitutionnelle
  • redaction - matière potentielle : rapports
  • cours - matière potentielle : fonds
  • redaction
  • revision - matière potentielle : constitutionnel
  • revision - matière potentielle : concomitante
  • redaction - matière potentielle : nationales
  • redaction - matière potentielle : , d' intervention et de présentation dans le cadre
  • revision - matière potentielle : substantielle
  • revision - matière potentielle : du dispositif fiscal
  • cours - matière potentielle : du pétrole sur les marchés internationaux
MARDI 26 AVRIL 2011 - 22 JOUMADA AL-AWAL 1432 - N° 6241 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 PAGE 5 PAGE 5 PAGE 5 MOHAMEDBENMERADICATÉGORIQUE :«La règle du 49/51sera maintenue» l Le gouvernements'efforcera«d'améliorer» leclimat des affaires,s'engage le ministrede l'IndustriePAGE 3 CRÉATION DU SYNDICATNATIONAL D'ALGÉRIEPOSTESidi Saïd invalideles travaux de laconférence d'Oran l NOUVELLESTECHNOLOGIESDE L'INFORMATIONLe troisième ALSATsera réalisé à Oran l DÉBAT SUR L'OUVERTUREDE L'AUDIOVISUEL ENALGÉRIELa fermeturemenace lasécurité nationale E di tio n d' A
  • oligarchie politique
  • beau- coup
  • beau-coup
  • décharge publique
  • soir d'algérie
  • el watan
  • ouverture
  • ouvertures
  • théâtre national
  • mohamed
  • organisation
  • organisations
  • eaux
  • eau

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 205
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

CRÉATION DU SYNDICAT
NATIONAL D’ALGÉRIEMOHAMED POSTE
Sidi Saïd invalideBENMERADI les travaux de la
conférence d’Oran
PAGE 5CATÉGORIQUE :
«La règle du 49/51
l NOUVELLES
TECHNOLOGIES
DE L’INFORMATION
Le troisième ALSATsera maintenue»
sera réalisé à Oran
PAGE 5
l DÉBAT SUR L’OUVERTUREl Le gouvernement
DE L’AUDIOVISUEL ENs’efforcera
ALGÉRIE«d’améliorer» le
La fermetureclimat des affaires,
menace las’engage le ministre
de l’Industrie sécurité nationale
PAGE 5PAGE 3
MARDI 26 AVRIL 2011 - 22 JOUMADA AL-AWAL 1432 - N° 6241 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074Quand l’État
paye ERISCOOPles taxes P Soirperiscoop@yahoo.frerA partir du 1 sep- Mardi 26 avril 2011 - Page 2
tembre 2011, c’est
l’Etat qui prendra en
charge toutes les taxes Juppé à Alger
sur le sucre roux et le
e ministère algérien des Affaires étrangères pré-soja, les deux matières
pare une conférence sur la situation au Maghreb.premières nécessaires Là la production du
sucre blanc et de l’hui- Alain Juppé figurerait parmi les invités à cette ren-
le. C’est ce que prévoit contre qui se tiendra à Alger dans les prochaines
la loi de finances com- semaines. Le ministre français des Affaires étran-
plémentaire adoptée gères aurait donné son accord de principe
par le gouvernement pour y participer, indiquent des
jeudi dernier. sources informées.
Précisions de la cellule
de communication
et presse de la Direction
générale de la Sûreté
nationale
Suite à la publication
par votre quotidien Le
Soir d’Algérie, dans son
édition n°6238 du same-
di 23 avril 2011,
(rubrique Périscoop), de
l’article intitulé «Intri-
gantes convocations»
faisant état que «plus
d’une centaine d’em-
ployés du Centre inter-
national de presse (CIP),
les cadres compris, ont
été soumis à des inter-
rogatoires, et que même
leurs familles ont eu
droit à des visites inopi- Un jour, un sondage
nées», la cellule de
Pensez-vous, comme l’a affirmé Mourad Medelci, qu’ilcommunication et pres-
est possible de trouver une solution politique en Libyese de la DGSN tient à
sans le départ de Kadhafi ?démentir formellement
cette information
OUI
dénuée de tout fonde-
NONment et précise que les
quelques convocations sans opinion
transmises par les ser-
Résultats du dernier sondagevices de la Sûreté de
Pensez-vous que le lancement de nouvelles chaîneswilaya d’Alger entrent
thématiques par l’ENTVdans le cadre de l’ac-
va permettre une plus grande libertécomplissement de
d’expression en Algérie ?simples formalités
OUI : 14,26%
administratives dûment NON : 83,35% Déposez votre réponse sur le site
sollicitées par la direc- du Soir d’AlgérieSANS OPINION : 2,4%
www.lesoirdalgerie.com
tion de cet organisme.
La main de Belkhadem
C’est sur instruction de Belkhadem, qui avait réuni samedi dernier
les députés du FLN, que le président de la Commission juridique de
l’APN, Hocine Khaldoune, a introduit un amendement oral au moment
même où allait être voté le code communal.
Or, cet amendement vient en violation de l’article 61 du règlement
intérieur de l’APN. Ziari a «laissé faire» et cela aurait provoqué la colère
d’Ould-Kablia et d’Ouyahia. D’autant plus que l’amendement du FLN est
en parfaite contradiction avec le dernier discours de Bouteflika. Bensalah
serait même saisi pour rattraper le coup au niveau du Sénat.
Le Maghreb des harragaVers un report
Mettant à profit la situation actuelle en Tuni-de la finale ? sie et face au dispositif de lutte contre l’immi-
gration clandestine mis en place par la gen-Se dirige-t-on vers un
darmerie et les gardes-côtes dans l’est dureport de la finale de la
pays, les harraga algériens ont mis au pointCoupe d’Algérie de
er un nouveau circuit. Moyennant une ristournefootball, prévue le 1
de la part des passeurs tunisiens,mai prochain au stade
les parrains des réseaux de har-du 5-Juillet ? Des
ga en Algérie font traverser larumeurs persistantes le
frontière à leurs «clients»laissaient croire hier,
pour les faire embarquer clan-même si, du côté des ins-
destinement à partir du littoraltances nationales du foot-
sud de la Tunisie en directionball, on dit ne pas être
de l’île italienne de Lampedusa,au courant d’une
relèvent les observateurs detelle décision.
ce phénomène.Le Soir
d’Algérie Actualité Mardi 26 avril 2011 - PAGE 3
BENMERADI CATÉGORIQUE :
«La règle du 49/51 sera maintenue»
département de M. Benmeradi etLa règle du 49/51 régissant le partenariat et l’investis-
auquel participent plus d’une cin-sement est maintenue mais les règles de fonctionnement
quantaine d’entreprises algé-vont changer et le climat d’affaires sera amélioré.
riennes multisectorielles, en quête
Chérif Bennaceur - Alger (Le tionnement, notamment dans le de fournisseurs et prestataires de
Soir) - Selon le ministre de domaine juridique, vont changer services sous-traitants.
l’Industrie, de la PME et de la même si «rien n’est annoncé», A ce propos, Mohamed
Promotion de l’investissement, précise-t-il, élusif sur la nature des Benmeradi, qui a ouvert le Sanist
Mohamed Benmeradi, qui a ouvert changements envisagés, si ce en compagnie de son collègue au
hier, au pavillon S du palais des n’est que l’exécutif œuvre à déve- commerce, Mustapha Benbada, et
erExpositions (Pins-Maritimes), le 1 lopper «un véritable guichet du secrétaire général du ministère
Salon national inversé de la sous- unique» au niveau de l’Agence de l’Energie et des Mines, Fayçal
traitance (Sanist), le gouverne- nationale de développement de Abbas, a exprimé la disponibilité
ment «va améliorer le climat des l’investissement (Andi) et consoli- de l’exécutif à accompagner les
affaires», en termes de «débu- der le pouvoir de décision des entreprises pour la certification de
reaucratisation», notamment. représentants institutionnels repré- leurs produits et consolider le
Une intention que le ministre de sentés. réseau de sous-traitance nationa-
l’Industrie a exprimée lors de sa Revenant sur son déplacement le. Et ce, dans la mesure où, la
récente visite en France, où il a en France, voulu consolider un production nationale bénéficiant
rencontré quelque 180 chefs de partenariat efficient et qu’il a quali- de la préférence, l’on entend agir
petites et moyennes entreprises, fié de «visite positive», Mohamed en vue de réduire une facture d’im-
compréhensifs, selon lui, quant au Benmeradi a précisé que le projet portation en pièces de rechange et
système juridique algérien. Certes, Renault «avance bien», dans la équipements qui avoisine les 3
Benmeradi insiste sur l’amélioration du climat des affaires.
la règle du 49/51 qui régit le parte- mesure où les deux parties discu- milliards d’euros, avec seulement
ainsi que le taux d’intégration de ce Sanist qui se poursuit jus-nariat et l’investissement «ne tent plusieurs aspects d’ordre éco- moins de 1% de produits fabriqués
change pas», affirme M. nomique et commercial dont les industrielle. Le développement qu’au 28 avril 2011, sous l’égide de en Algérie que l’entreprise
Benmeradi. volumes et modalités de commer- d’une intégration industrielle natio- la Chambre algérienne de com- Sonatrach utilise.
Néanmoins, les règles de fonc- cialisation des véhicules fabriqués nale, il en est aussi question lors merce et d’industrie (Caci) et du C. B.
eABDELMALEK SELLAL AFFICHE SA SATISFACTION AU 7 SALON DU POLLUTECH
«Nous avons gagné la bataille de l’eau»
«Nous avons gagné la bataille de le droit d’accéder à cette ressource», a-t-il contrat de gestion de trois à cinq années
l’eau». Telle a été la déclaration faite relevé, en assurant que s’il faut «annuler» supplémentaires a été récemment soumi-
hier par le ministre des Ressources en des projets et les «remplacer» par se à la société française Suez-
d’autres, «on le fera», si on en juge le Environnement. La gestion déléguée deseaux, Abdelmalek Sellal, lors d’un point
caractère d’urgence. eaux de la capitale avait été confiée aude presse improvisé en marge de sa
e Par ailleurs, le ministre des groupe français par l'Algérienne des eauxvisite au 7 salon de Pollutech qui s’est
Ressources en eaux a affirmé que le et l'Office algérien de l'assainissement enouvert hier à l’esplanade de l’hôtel
contrat de gestion déléguée des eaux des 2006 pour cinq ans et demi à Suez-Hilton. Pour M. Sellal, le prochain défi
villes d'Annaba et d'El-Tarf attribué à l'opé- Environnement pour 120 millions d'euros.sera celui de la «qualité de l’eau».
erateur allemand Gelssen-Wasser a été Enfin, il est à noter que ce 7 salon aAbder Bettache - Alger (Le Soir) -Le
résilié. «Le contrat avec Gelssen-Wasser enregistré la participation de 350 expo-premier responsable du secteur de l’eau
a été résilié la semaine passée et nous sants issus de 20 pays, qui présenteronts’est dit satisfait des réalisations de son
avons désigné un intérimaire algérien leur savoir-faire, ce qui permettra aux visi-département. Selon lui, «Beaucoup de
pour assurer la continuité de la gestion», teurs de découvrir la technologie et lesprojets ont été réalisés dans le secteur de
a-t-il déclaré lors d'un point de presse. services de l’eau. l’hydraulique». Sans détour, M. Sellal a
Selon le ministre, la société allemande Durant ces quatre jours, il sera, égale-lancé à l’adresse des journalistes venus
e s'est «montrée incapable d'honorer ses ment, présenté des communications ayantnombreux couvrir l’ouverture du 7 salon
Pari gagné pour Abdelmalek Sellal. engagements en matière d'alimentation trait aux différents thèmes tels que lainternational des équipements, des tech-
en eau potable et d'assainissement dans mobilisation de l’eau, le traitement denologies et des services de l’eau que la truit les responsables locaux pour que
ces deux villes». l’eau, le transfert, le dessalement de l’eau«bataille de l’eau est désormais gagnée». l’eau parvienne jusqu’aux mechtas les
Le contrat avait été attribué à Gelssen- de mer, la gestion de l’eau, les équipe-Cependant, il n’en demeure pas moins plus éloignées, en axant leurs efforts sur
Wasser en 2007 pour près de 50 millions ments, l’épuration des eaux usées, lesqu’aux yeux du ministre «l’autre bataille les travaux de raccordement des réseaux
d'euros. stations d’épuration, l’irrigation des terresqu’il faut gagner est celle de la qualité de d’AEP et d’assainissement.
Concernant la ville d'Alger, M. Sellal agricoles et l’économie de l’eau.l’eau à travers les différentes prestations». «C’est une question d’équité et de jus-
fera savoir qu'une offre de prolongation du A. B.A ce propos, le premier responsable du tice ! Les citoyens de ces zones ont aussi
département des ressources en eaux a ÉMISSION DU NOUVEAU BILLET DE 2 000 DINARSindiqué que l’Algérie dispose d’impor-
tantes réserves d’eau notamment à tra-
vers les grands barrages. Selon lui, cet Une simple restructurationétat de fait dénote les importants efforts
déployés par l’Etat dans ce secteur. En
d’autres termes, pour Abdelmalek Sellal, il
s’agit d’un «pari gagné» et ce, grâce à monétaire«une politique d’investissements massifs
dont les résultats sont aujourd’hui pal- L’émission d’un billet de banque de non-voyants. La création, l’émission et la mesure où l’encours total des valeurs des
pables à travers aussi bien les nombreux 2 000 dinars est une simple restructura- mise en circulation de ce billet s’inscrivent billets en circulation ne change pas même si
projets réceptionnés — parfois de dimen- tion de la masse monétaire en circulation, dans le cadre de l’amélioration de la circula- la quantité de billets diminue. En d’autres
sions pharaoniques, que dans les effets sans aucune relation avec l’inflation. tion fiduciaire (billets de banque et pièces de termes, pour un montant de 10 000 dinars
sur le quotidien du citoyen qui en ressent monnaie) et sa sécurisation la plus absolue. par exemple, l’utilisation de 10 billets deA partir du 28 avril 2011, la Banque
tous les bienfaits». Satisfait certes, mais L’émission de ce billet vise notamment à 1 000 dinars chacun ou de 5 billets de 2 000d’Algérie émettra un nouveau billet de 2 000
prudent tout de même, A. Sellal a rappelé augmenter l’offre de monnaie fiduciaire, dinars ne change rien au montant. dinars qui circulera concomitamment avec
qu’il ne faut pas baisser la garde et garder enrichir la gamme de billets de banque qui En 2010, 25% de la masse monétaireles autres billets de banque actuellement en
toujours à l’esprit que l’eau est un bien qui passe à cinq coupures, et renforcer le rafraî- était constituée de billets de banque et decirculation (100 dinars, 200 dinars, 500
risque de se faire encore plus rare à l’ave- chissement de la monnaie fiduciaire. De monnaie et 75% de dépôts. dinars et 1 000 dinars). De 160 mm x 71,7
nir. même, la Banque centrale veut moderniser Cette nouvelle émission n’a pas de rela-mm de dimensions, cette coupure qui a été
Ceci dit, le premier responsable du le billet – dans la mesure où la série de cou- tion avec l’inflation ou une modification de laprésentée hier aux médias par la Banque
département de l’eau a indiqué qu’«après pures actuellement en circulation date des valeur du dinar, argue-t-on fermement à laCentrale et l’Hôtel des monnaies, porte le
les grands centres urbains, il faudra années 1990 – renforcer la lutte contre le Banque centrale, et pour le même motif. Dethème de la science, la technologie et le
désormais s’intéresser de plus près aux faux monnayage et offrir une coupure en même, l’on estime que l’émission de ce nou-développement endogène.
petites localités et autres zones enclavées phase avec les développements technolo- veau billet contribuera à satisfaire lesD’une tonalité générale bleu-verdâtre, ce
du pays», en soulignant qu’il est «temps» giques en la matière. besoins en encaissements au niveau desbillet porte également l’effigie de l’émir
de cerner les «insuffisances». En plus, il a Abdelkader en filigrane. Il est doté de plu- Selon la Banque d’Algérie, l’émission de banques, d’autant que les besoins en liqui-
indiqué en effet que la priorité sera accor- sieurs éléments recognitifs et éléments de ce billet est «une simple restructuration» de dités commencent à s’accroître.
dée aux projets de proximité et avoir ins- sécurité, et est identifiable même par les la masse monétaire en circulation. Dans la C. B.
Photo : Samir Sid
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 26 avril 2011 - PAGE 4
RASSEMBLEMENT DEVANT L’AMBASSADE DE SYRIE
La LADDH dénonce le massacre du peuple syrien
par un dispositif sécuritaire. Intervenant qui s’abat sur la population civile qui La LADDH affirme aussi dénoncerIls étaient près d’une centaine de manifestants à se ras-
lors de ce rassemblement, Mustapha manifeste pacifiquement pour la liberté avec force le massacre qui se produitsembler, hier, devant l’ambassade de Syrie à Alger, à l’ini-
Bouchachi, président de la LADDH, a et la démocratie depuis plusieurs jours en Syrie. Evoquant «des atteintes
tiative de la Ligue algérienne de défense des droits de dénoncé «le mutisme du pouvoir algé- dans les différentes villes de la Syrie». graves aux droits de l’homme qui
rien devant les massacres qui visent le Les militants de la LADDH rassemblés nécessitent une réaction urgente etl’homme (LADDH). Brandissant le drapeau syrien,
peuple syrien». Il précisera que le sou- hier devant l’ambassade de Syrie ont ferme du Conseil des droits de l’hommeAlgériens et Syriens établis en Algérie ont dénoncé «les
tien vient du peuple algérien. aussi crié leur rejet «des violences des Nations unies», LDDH a réaffirmé,
exactions commises par le régime de Bachar Al Assad à Etudiants algériens et syriens et contre les manifestants qui ont fait des hier, son soutien et sa solidarité avec le
membres de la LADDH ont pris tour à centaines de morts et de blessés». peuple syrien qui lutte, à l’instar de tousl’encontre d’une population qui manifeste pacifiquement».
tour la parole pour exprimer leur révol- Dans son communiqué, la Ligue les peuples du monde arabe, pour laF.-Zohra B. - Alger (Le Soir) - gans scandés, hier, devant l’ambassa-
te. En plus des banderoles, les photos rappelle aussi que «les cortèges dignité, la liberté et la démocratie. «Echaâb yourid iskat ennidham» (le de de Syrie lors du rassemblement
des victimes des massacres ont été funèbres des personnes assassinées La LADDH avait lancé depuis deuxpeuple veut la chute du régime), «le auquel a appelé la LADDH.
brandies par les personnes mobilisées sont transformés en bain de sang par jours un appel à la société civile, auxpeuple syrien uni», «Bachar assassin», Les fortes chutes de pluie n’ont pas
«Wihda watania», tels étaient les slo- dissuadé les manifestants, entourés devant l’ambassade de Syrie, à Ben- les forces armées du régime de Bachar partis politiques et à l’ensemble des
Aknoun (Alger). El Assad». Pour la Ligue, c’est «une citoyens pour participer à son rassem-
La LADDH a, par ailleurs, dénoncé véritable guerre contre le peuple syrien blement organisé hier. TRANSPORTS
«la barbarie du régime dictatorial syrien qui est lancée». F.-Z. B.
Sidi-Bel-Abbès paralysée par une grève des taxis AZZABA
A l’appel de l’UGCAA, les taxis individuels et collectifs ont entamé hier un mouve-
ment de grève de deux jours, paralysant ainsi Sidi-Bel-Abbès, et ce pour faire aboutir Les citoyens de la commune d’Es Sebt ferment la mairieleurs revendications qui tombent à point nommé avec l’ouverture de la nouvelle gare
routière de la rocade nord de la ville gérée par Sogral qui vient remettre en question réforme radicale de notre APC avec une temps, le même élan de protestation etDans une action de protes-
tous les points de stationnement des taxis. Parmi leurs principales revendications, les mise à l’écart de tous ceux qui empê- de contestation citoyenne, Es Sebt esttation déclenchée le
chauffeurs de taxis demandent la réévaluation du tarif de la course, l’installation d’un chent le développement de notre com- venue confirmer la situation très difficile
dimanche 24 avril 2011, lestaximètre (compteur), l’annulation de l’enregistrement du deuxième bail de location de mune…» Le vent de la colère qui souffle que vivent les populations des com-
citoyens d’Es Sebt, une locali-la licence, la révision du dispositif fiscal, un crédit spécial au profit des personnes de sur cette commune, au demeurant la munes de la daïra de Azzaba. Un conseil
la profession, la régularisation des taxieurs dont les contrats sont gelés, le contrôle de té située à une trentaine de plus pauvre de la wilaya et qui a payé un exécutif spécial de la wilaya pour cette
l’exploitation des licences attribuées aux moudjahidine qui sont louées à des taxieurs lourd tribut pendant les années de terro- région est vivement souhaité et une sor-kilomètres du chef-lieu de la
et qui sont retirées par leurs propriétaires sans aucun préavis de retrait, l’aménage- risme, a pour origine le manque d’intérêt tie du wali sur le terrain ne fera que sou-wilaya de Skikda, ont fermé le
ment des gares routières des stations de Saïda et Tlemcen, la réalisation d’une sta- qu’accordent les autorités locales aux lager les citoyens. Le wali, qui a pris sursiège de l’APC, empêchanttion pour les taxis individuels de la ville. Pour clore leur chapitre de revendications, les nombreux problèmes qui caractérisent la lui de répondre aux attentes des habi-
les fonctionnaires et les éluschauffeurs dénoncent la concurrence déloyale faite par les clandestins qui se substi- gestion communale. Pour rappel, la com- tants de la wilaya de Skikda, qui ont long-
tuent à eux chaque jour et à chaque occasion. Dans la journée d’hier, les Bélabésiens d’y accéder. mune d’Es Sebt a toujours été caractéri- temps souffert de décisions inappro-
ont eu, à cause de cette grève, à payer les frais de la construction qui a entraîné un Les slogans inscrits sur les bande- sée par la non-cohabitation entre les élus priées et source de reculs, doit réagir et
grand désordre au grand bonheur des taxis clandestins qui offrent leurs services. roles accrochées à l’entrée de la mairie en guerre continue, oubliant leur mission vite. La situation risque d’exploser car les
A. M. sont clairs et précis.Ils réclament le de service pour le citoyen. Ajoutez à cela citoyens d’EsSebt viennent d’allumer la
départ de toute l’Assemblée communale. l’absence prolongée, pour raison de mèche… Il est à signaler que l’APC d’Es
PRÉCISIONS Le premier responsable à se présenter santé, du chef de l’exécutif communal. Sebt est composée de 5 membres dont
pour recueillir les doléances des mani- Mal de vivre, chômage, aucune attribu- le président qui est du FLN, 2 du RND etDans l’article concernant les souscripteurs AADL intitulé «Ce n’est pas à nous
festants a été le chef de la daïra de tion de logements sociaux, habitat rural 2 indépendants. Nous reviendrons sur lede trouver des solutions», votre journaliste m’a prêté des propos que je n’ai jamais
Azzaba qui sera relié par le secrétaire sélectif, le fléau de la drogue qui fait des sujet. tenus. En effet, il m’a cité nommément (Boughar Redad) comme l’un des sous-
général de la wilaya, mais tous deux n’ar- ravages chez les jeunes, projets de En attendant, toutes les issues ducripteurs ayant signé le 14 janvier 2003 avec le directeur commercial de l’AADL et
riveront pas à ouvrir le dialogue avec les développement local au compte- siège de la mairie de l’ex-Robertseaule président d’APC de Bab-El-Oued, une décision d’affectation de logement. Je
protestataires. «Nous exigeons la pré- gouttes… et des citoyens qui ne trouvent sont toujours barricadées et des cen-tiens à affirmer qu’à aucun moment de ma discussion avec votre reporter je n’ai
sence du wali à qui nous avons transmis personne pour les écouter. Au même titre taines de manifestants occupent le per-mentionné une quelconque décision signée avec ces deux responsables du
nos revendications et personne ne pour- que la commune de Djendel Saâdi ron.moment que ce document n’a jamais existé. Je tiens encore à préciser que mon
ra nous faire revenir en arrière sans une Mohamed qui a connu, il y a peu de Smaïn Nemiridossier de logement AADL suit son cours normalement.
SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES (SNJ)
Pétition : pour une presse libre, n’obéissant qu’aux règles universelles
Les pouvoirs publics viennent de niveau du Sénat depuis 2000 ; Hamid Chabaraka (Le Soir d’Algérie) Nouvelle République) Mokrane Chebbine (Midi Libre) Algérie News et Djazair News)
dévoiler, au plus haut niveau, leurs - réclamons l’ouverture réelle et Kader Bakou (Le Soir d’Algérie) Grine Fouad (journaliste) Lamine Chikhi (journaliste) Arezki Louni (Algérie News)
intentions pour la presse algérienne : sans artifices, du champ audiovisuel Benchicou Abdelkrim (Le Soir Salima Akkouche (Le Soir d’Algérie) Zirouni Mustapha (La Voix de Abed Meghit (Ouest Tribune)
une révision concomitante et en pro- et l’installation du conseil supérieur à d’Algérie) Djamel Zerrouk (Le Jeune l’Oranie) Mammeri Ryad (El Watan)
fondeur du code de l’information que l’audiovisuel ; Sid Samir (photographe, Le Soir Indépendant) Iles Hasna (La Voix de l’Oranie) Manseur Si Mohamed (SG section
rien, en tout cas pas l’intérêt de la - exigeons la dépénalisation d’Algérie) Brahim Taouchichet (Le Soir Nawel Hadj Abdelhafid (reporter SNJ Mascara)
presse, de la liberté d’expression, des effective, inconditionnelle et définitive Meghriref Hayet (Le Soir d’Algérie) d’Algérie) photo, Le Temps d’Algérie) Khaled Haddag (Le Temps d’Algérie)
femmes et des hommes de la profes- des délits de presse ; Djennad Nacera (Le Soir d’Algérie) Lalaoui Abdelhamid (El Khabar) Yahiaoui Yazid (Le Soir d’Algérie) Amel Bentolba (Le Soir d'Algérie)
sion en général, ne justifie. Plus que - exigeons la levée immédiate de Rym Nasri (Le Soir d’Algérie) Mehema Hamadouche (La Nouvelle Yasmine Bouldjedri (En-nasr) Bilel Bensalem (photographe, Waqt
jamais, l’histoire nous interpelle. Le la censure qui handicape nos Naïma Yachir (Le Soir d’Algérie) République) Abdelkrim Belbati (journaliste) Eldjazair)
défi imposé par le pouvoir est de taille confrères des médias publics et la Irane Belkhedim (Le Soir d’Algérie) Azzzdine Bensouiah (Liberté) Khalil Benazout (reporter photo) Nadir Kerri (El Watan)
et son issue sera cruciale pour l’ave- cessation de toute forme de pression Abder Bettache (Le Soir d’Algérie) Sarah Bouchakour (journaliste) Houili Riad (journaliste) Akram El Kébir (El Watan)
nir de la corporation. La responsabili- et de chantage qui instaure, de fait, Nadia Kenz (Algérie News) Benssaci Islam (La Dépêche de Abdelmalek Moussous (journaliste) Samir Leslous (Liberté)
té qui nous incombe à tous nous l’auto-censure dans les rédactions Oubetroune Mountasser (journaliste) Kabylie) Triaa Walid (Akher Saa) Koucaila Tghit (Liberté)
impose mobilisation, solidarité, lucidi- nationales. Rachid Hamadou (Liberté) Meziane Rabhi (Liberté) Lynda Serir (Le Cap) Hafid Azzouzi (El Watan)
té et vigilance. Liste des premiers signataires : Farid Belgacem (Liberté) Hacene Ouali (El Watan) Khemissa Amina (reporter indépen- Salah Yereche (Liberté)
Soucieux au plus haut point de Kamel Amarni, secrétaire général du Chafik Benchaaba (journaliste) Mokrane Aït Oourabi (El Watan) dante) Djilali Harfouche (La Nouvelle
défendre les acquis irréversibles de Syndicat national des journalistes Hafid Moussous (journaliste) Kamel Yamine (El Watan) Nadir Benseba (FIJ) République)
l’Algérie pluraliste et démocratique de Chabane Aït Laceb (journaliste) Abdelkader Benrebiha, Rabah Akil (journaliste) Djillali Benyoub (Liberté) Bilel Bensalem (photographe, Waqt
l’après-5 Octobre 1988, nous, journa- Zakaria Chabane (ENTV) Mohamed Chérif Lachichi (journalis- Salim Koudil (Liberté) Zitouni Mustapha (La Voix de Eldjazair)
listes : Houari Bouhassoune (Le Quotidien te) Omar Chabbi (En-nasr) l’Oranie) Amel Bentolba (Le Soir d’Algérie)
- considérons que la loi 90/ 07 du d’Oran) Mustapha Mazouzi (Planète Sports) Saïd Aït Mebark (Le Soir d’Algérie) Hasna Iles (La Voix de l’Oranie) Akram El Kébir (El Watan)
3 avril 1990 est l’acte fondateur de la Nacer Belhadjoudja (Le Soir Kherbouche Ali (Le Quotidien d’Oran) Abachi Lahcène (Le Soir d’Algérie) Djamel Benabi (Free Lance) Mohamed Kebci (Le Courrier
liberté de la presse en Algérie, nous d’Algérie) Sellami Brahim (Saout el Gharb) Djamel Belcadi (El Watan) Ameur Laadjal (El Youm) d’Algérie)
mettons en garde contre toute velléité Badreddine Manaa (Le Soir d’Algérie) Boukouir Ahmed (La voix de l’Oranie) Khalil Reguieg-Issaad (Liberté) Fethi Lamhannet (El Hiwar) Brahim Hennine (journaliste)
d’une révision substantielle de cette Fouad Boughanem (directeur du quo- Abirou AL Hachemi (El Ouma) Hachimi Arab (journaliste) Lamine Chikhi (journaliste) Madjid Khettar (Djazair News)
loi, par ailleurs garante des normes tidien Le Soir d’Algérie) Djouadi Ahmed (F’Nnahar) Brahim Bahmed (journaliste) Mohamed Cherif Benaceur (Le Soir Amirouche Boudjedou (Compétition)
universellement admises pour une Iddir Benyounes (La Dépêche de Fisah Med (Sadaa Wahrane) Nassim Brahimi (Wakt El Djazair) d’Algérie) Djamel Mentouri (reporter photo, Le
presse libre, organisée et dotée d’ins- Kabylie) Sefouane Omar (peporter photo) Hakim Bendaha (Sawt El Gharb) Hamouche Benslimane Temps d’Algérie)
tances de régulation et d’un encadre- Karima Bouabbache (Al Fajr) Djerboub Mohamed (reporter photo) Mohamed Ghriss (journaliste) (Compétition) Bouderbala Berkane (Essafir)
ment juridique et législatif digne des Cherifa Abed (Al Fajr) Ouahab Hebbat (NewPress) Chérif Lahdiri (El Watan) Yahiaoui Saïda (Le Soir d’Algérie) Gada Saïd (El Watan)
démocraties les plus achevées ; Abdelhalim Mouhou (Le Jeune Anis Belghoul (NewPress) Amel Saher (La voix de l’Oranie) Boukhetala Hocine (Le Soir d’Algerie) Guissem Ali (El Watan)
- exigeons, au contraire des pou- Indépendant) Rachid Yaho (La Tribune des Rahmani Noureddine (Ennahar) Oukara Kamel (reporter) Saci Khereddine (El Watan)
voirs publics qu’ils respectent et qu’ils Rabah Rafai (Wakt El Djazair) Lecteurs) Djamel Chafa (Le Temps d’Algérie) Mohamed Aziri (El Watan) Abdelaziz Houmad (directeur de
fassent respecter comme c’est leur Mohamed Mouloudj (La Dépêche de Soufiane Daça (El Youm) Kamel Bougdal (Le Soir d’Algérie) Chaalal Salah (Le Quotidien d’Oran) Ouest Info)
devoir, cette loi dont les violations Kabylie) Samir Baghali (journaliste) Naila Benrahal (Lliberté) Bensaad Mokhtaria (Le Quotidien Amel Belahbib (L’Authentique)
régulières et volontaires sont la cause Ferhat Zafane (La Dépêche de Nemri el Oumaria (Sawt El Gharb/ Hakim Ghali (journaliste) d’Oran) Faiçal Medjahed (journaliste)
principale de la situation d’anarchie, Kabylie) Ajwaa) Abelkarim Tahari (Alkhabar) Khalil Nenazout (Photo News) Fayçal Abdelghani (Le Jeune
de décadence et de précarité de la Hocine Adryen (journaliste) Boubakar Khalfallah (La Voix) Samira Ben Ouda (Sawt Alahrar) Moufek Ahmed (Le Jour) Indépendant)
presse algérienne de ce début du Tarik Hafid (Le Soir d’Algérie) Megherbi Fatmi (E’Chourouk) Saida Bait (Waqt Eldjazair) Baroudi Abdesselam (El Bilad) Klat Akila (E’Chaab)
eXXI siècle ; Zoubir Souissi (journaliste) Khalfallah Djelloul (Compétition) Hakim Tamani (Waqt Eldjazair) Berriah chahrredine (El Watan) Fennouche Nadjet (journaliste)
- exigeons la réhabilitation du Boubakeur Hamidechi (chroniqueur, Bensadek Abdelkrim (Le Buteur) Aindar Najiba (W Belhouari Noureddine (El Khabar) Abdallah Chabala (journaliste)
Conseil supérieur à l’information, Le Soir d’Algérie) Houdjoudjou Abdelkrim (Sadda wah- Ferial Mehnaoui (Waqt Eldjazair) Saba Cheikh (Sawt Elgharb) Boucherit Mohamed El Hadi
seule instance habilitée à délivrer la Lyas Hallas (Le Soir d’Algérie) rane) Nadia Boutouil (Waqt Eldjazair) Boutelettache Aek (Sawt Elgharb) (L’indexe)
carte nationale de presse et sans Djama Younes, (Le Jeune Bouanani Boualem (Sadda Wahrane) Sad Ben Khalif (caricaturiste Waqt Bounani Farouk (journaliste) Chafik Ladjimi (NewPress)
lequel l’élection d’un Conseil de déon- Indépendant) Hachemi Djamel (La Tribune des lec- Eldjazair) Zenasni Miloud (journaliste) Rebiha Akriche (Le Courrier
tologie ne serait que coquetterie ; Mohamed Iouanoughene (Waqt el teurs) Riad Bouzina (Waqt Eldjazair) Amari Amel (Echourouk El Youmi) d’Algérie)
- nous opposons fermement à Djazair) Hadj Brahim Djamel Eddine (El Mohamed Kadri (photographe, Waqt Bouchrif Aek (Echourouk El Youmi) Hassan Amara (Le Courrier d’Algérie)
toute ingérence du pouvoir politique, Hassane Zerrouky (Le Soir d’Algérie) Watani) Eldjazair) Soufi Berrezkallah (Algérie presse) Amine Andaloussi (Le Soir d’Algérie)
sous quelque forme que ce soit, dans Karim Kebir, (Liberté) Chams E’din Abdellah (journaliste) Azedine Didane (Waqt Eldjazair) Mabrouk Boualem (Menbar El Koraa) Hakim Chaouchi (journaliste)
tout ce qui a trait à l’éthique et à la Narjess Kermiche (journaliste) Adel Sayad (journaliste) Yacine Mouhous (ENRS) Djarfaoui A/Rahmane (El Balagh) Saïd Mekla (journaliste)
déontologie, apanage exclusif des Madjid Makedhi (El Watan) Abdelkader Benrebiha (journaliste) Mina Adel (InfoSoir) Brahmi Halima (Manbar El Koraa) Suivra…
seuls membres de la corporation ; Ghania Lassal (El Watan) Samir Sabek (La nouvelle Mohamed Djaber Mahrez Djellab (El Degui Omar (La Voix de l’Oranie) Cette pétition est ouverte aux seuls
- pressons le gouvernement de Nadir Iddir (El Watan) République) Michouar Essiassi) Benariba Nawal (Elyoum) membres de la corporation.
prendre, sans délai, tous les décrets Osman Chaggou (Le Temps Hassiba Abdallah (La Nouvelle Ouarda Lahouazi (journaliste) Mohamed Allouane (rédacteur en N.B. : Envoyez vos signatures à
nécessaires à la mise en application d’Algérie) Ahmed Moufouk (Le Jour d’Algérie) chef de Révolution et Travail) l’adresse : snjalgerie@yahoo.fr
du statut du journaliste de mai 2008 ; Brahim Bekkouche (El Khabar Karima Hasnaoui (La Nouvelle Massinissa Benlakehal (Midi Libre) Chegroune Abdelkrim (free-lance). Ou appelez au 0554 839133
- exigeons le déblocage de la loi Erriadi) République) Ali Bouacha (Le Soir d’Algérie) Hamida Ayachi (journaliste, manager Syndicat national
sur la publicité, prise en otage au Farid Benzaid (Le Soir d’Algérie) Bencheikh El Hocine Kahina (La Nourreddine Nesrouche (El Watan) général, directeur de publication des journalistesLe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 26 avril 2011 - PAGE 5
CRÉATION DU SYNDICAT NATIONAL D’ALGÉRIE POSTE
Sidi Saïd invalide les travaux de la conférence d’Oran
Le patron de la Centrale syndicale, Sidi-Saïd, a pris la décision indiqué pour conforter ses accusa-
tions le syndicaliste de Béjaïa,d’«invalider» les travaux de la conférence constitutive du syndi-
activement engagé dans la créa-cat national d’Algérie Poste qui s’est tenue à Oran le 12 avril
2001, selon Amar Younsi, premier responsable du syndicat d’en- tion du syndicat national des pos-
treprise d’Algérie Poste de la wilaya de Béjaïa. tiers.
Le patron de la Centrale syndi-Une conférence nationale question, ayant débouché sur la
constitutive du Syndicat national désignation d’un conseil et d’un cale, qui s’est montré au cours de
d’Algérie Poste «entachée d’irré- bureau «non représentatif» des cette rencontre «attentif» aux
doléances des syndicalistes pro-gularités» sur le plan organique et travailleurs du secteur.
qualifiée de «mascarade» par les Les syndicalistes protestataires testataires représentant les pos-
représentants des postiers de plus des postiers ont interpellé, à l’oc- tiers de plus de sept wilayas,
selon le président du conseil dede sept wilayas du pays, qui ont casion le premier responsable de
ouvertement menacé de démis- la centrale syndicale UGTA sur wilaya du syndicat d’entreprise
sionner de l’UGTA et de s’organi- «l’urgence et la nécessité de sau- d’Algérie Poste de Béjaïa, s’est
ser en structure syndicale autono- ver Algérie Poste et de sauvegar- engagé à «invalider» les travaux
me d’Algérie Poste. der le syndicat d’une dérive grave de la conférence présidée par l’or-
Une délégation représentant et dangereuse qui risque de ganique à la Centrale, Maiza
les wilayas de Tizi-Ouzou, Béjaïa, prendre des proportions alar- Hocine, et sous l’égide du secré-
taire général de la FNT-Ptic,Bordj Bou Arréridj, Blida, mantes et déstabiliser le secteur»,
Constantine, Alger et Blida, a été selon Amar Younsi, syndicaliste de Sidi Saïd promet une autre réunion élective Mohamed Choulak, et de provo-
du syndicat national d’Algérie Poste.reçue par le patron de l’UGTA, Béjaïa. «Les trois membres repré- quer une autre réunion élective
des «authentiques» représentantsjeudi dernier, pour lui faire part sentant les wilayas de l’Est qui base. Béjaïa était représentée par que notre représentant ne s’est
des dépassements sur le plan devaient siéger dans le bureau trois délégués à la conférence même pas porté candidat dans la des travailleurs de la Poste dans
d'Oran mais nous avons été désa- concertation des wilayas de l’Est,organique et autres passe-droits national ont été désignés à l’insu les prochains jours.
gréablement surpris de constater à l’instar des autres wilayas», aobservés lors de la conférence en des véritables délégués élus par la A. K.
DÉBAT SUR L’OUVERTURE DE L’AUDIOVISUEL EN ALGÉRIE
«La fermeture menace la sécurité nationale»
«A cause de la fermeture du champ des symboles nationaux». «Comment se Je ne reproche rien aux chaînes étrangères, pas reçu des managers clés en main, ils se
fait-il qu’un symbole comme Ali-Yahia elles sont libres, elles ont leur ligne éditoria- sont tous forgés sur le terrain, profitant deaudiovisuel, l’Etat algérien est comme
Abdennour n’apparaît pas à la télévision le et politique et servent les capitaux qui les l’ouverture en 1990», avant de suggérer demuet, n’arrivant même plus à porter sa
nationale, que nos jeunes ne connaissent financent mais je dis au pouvoir algérien que «libérer l’initiative», seule méthode devantvoix et défendre ses positions dans le
pas Aït-Ahmed…», s’interroge-t-il. le monde a changé et que les citoyens algé- améliorer le contenu et libérer les Algériensconcert des nations», a constaté l’uni-
Chose qui pousse, selon ses termes, les riens sont de plus en plus conscients de de l’emprise parabolique. versitaire et ex-officier supérieur de
jeunes Algériens à aller chercher d’autres leurs libertés et droits fondamentaux. On ne A la conférence de M. Aïssaoui intituléel’armée, Ahmed Adhimi.
«repères», ailleurs dans le monde. «Une retient pas les leçons en Algérie et nous ris- «production audiovisuelle privée, prélude àLyas Hallas - Alger (Le Soir) - En inter-
chaîne défaillante chasse ses téléspecta- quons le pire à cause justement du refus du l’ouverture du champ audiovisuel ?», s’envenant, hier, à l’occasion d’une conférence-
teurs vers d’autres fréquences, alors que débat contradictoire». est suivie une autre intervention dedébat organisée par le nouveau-né, le Club
maintenant notre ciel est ouvert à des mil- De son côté, Boualem Aïssaoui, produc- Maâzouz Rezzigui, justement pour passer
des anciens élèves de l’Ecole nationale
liers de chaînes étrangères qui nous impo- teur audiovisuel privé, a déconstruit l’argu- du constat aux propositions.
supérieure de journalisme, au siège du quo-
sent leurs points de vue, suivant des agen- ment de ceux qu’il qualifie de «porte-parole Il construit ainsi l’alternative en proposant
tidien Ech-chaâb, M. Adhimi qualifie la fer- das politiques qui nous sont défavorables», autoproclamé» du régime en place selon le déploiement des établissements du sec-
meture du champ audiovisuel de «menace a-t-il averti. lequel les «conditions techniques ne sont teur public qui joueront le rôle de locomotive
contre la sécurité nationale». Et d’ajouter : «Dans ce contexte de ten- pas encore réunies pour réussir l’ouverture dans cette ouverture et l’installation de
Dans son argumentaire, l’universitaire a sions politiques, ils se tournent vers d’autres du champ audiovisuel». mécanismes de régulation.
mis en avant l’«exclusion des leaders ou canaux pour s’informer sur leur propre pays. Il a souligné que «la presse privée n’a L. H.
NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION
Le troisième ALSAT sera réalisé à Oran
Le nouveau satellite ALSAT.2B sera intégré et réalisé au l’objectif de cette technique spatia- la stratégie e-Algérie, le ministre a sation. «Les experts et les diffé-
Centre de développement spatial (CDS) à Oran. Un défi qui sera le est «purement économique». précisé que «les prix appliqués par rents utilisateurs ont développé
«Le satellite ALSAT.2A fournit des l’Asal sont inférieurs de plus de des études pilotes sur les imagesrelevé par des jeunes ingénieurs algériens. C’est ce qu’a annon-
cé le directeur général de l’Agence spatiale algérienne (Asal). images qui permettront de suivre 20% par rapport aux prix interna- d’ALSAT.2A.
l’évolution des différents projets et tionaux». Ils vont se définir les prioritésRym Nasri - Alger (Le Soir) - et la mise en place de mesures
leur développement avec précision Organisé par l’Asal, l’Atelier accordées en vue de rentabiliser le«La même équipe de jeunes ingé- préventives», explique-t-il encore.
Pour sa part, le ministre de la et apporte ainsi des solutions pour national ALSAT.2A-Utilisateurs satellite d’ici 5 ans, durée de vienieurs algériens qui a travaillé sur
les activités industrielles et écono- vise à promouvoir l’imagerie satel- minimale du satellite», dira lePoste et des Technologies de l’in-le satellite ALSAT.2A, lancé le 12
formation et de la communication, miques», a-t-il souligné. Rappelant litaire dans tous les secteurs utili- directeur général d’Asal. juillet dernier, relèvera, cette fois-
Moussa Benhamadi, a assuré que que cette technique s’inscrit dans sateurs et à encourager son utili- R. N.ci, le défi en réalisant le nouveau
ALSAT.2B. Il sera intégré au
Centre de développement spatial à ELLE OUVRIRA SES PORTES EN SEPTEMBRE
Oran», a précisé Azzedine
Oussedik, directeur général
d’Asal, hier en marge de l’Atelier Une école des métiers de comptabilité à Alger
national ALSAT.2A-Utilisateurs L’Institut national supérieur de forma- gères y seront enseignées et que des modules sont dit optimistes car cette dernière est à la
tenu à Alger. Pour lui, l’Algérie de communication ont été intégrés afin quetion des métiers de comptabilité ouvrira hauteur des nouvelles normes. «Cette loi vient
aurait ainsi franchi «un palier d’au- l’étudiant maîtrise les techniques de rédaction,ses portes en septembre prochain. Il sera clarifier le rôle de l’expert-comptable puisque la
tonomie dans la réalisation de sys- d’intervention et de présentation dans le cadredomicilié provisoirement à l’Ecole natio- confusion a régné dans le passé. Les nouvelles
tème spatial». de ses missions (rédaction de rapports, prisenale de journalisme de Ben Aknoun avant dispositions intègrent des obligations qui n’exis-
S’agissant de ALSAT.2A, il affir- de parole lors d’une assemblée générale…). son déplacement définitif à Chéraga. taient pas, telles la formation et la qualité», sou-
mera que depuis son lancement, Pour les étudiants venant des différentesIrane Belkhedim - Alger (Le Soir) -L’Institut tient El Djemaâ Belaïd, affirmant que cette
«nous avons pris près de 10 000 wilayas, l’on prévoit un internat de 300 places àformera des experts-comptables et des com- réglementation peut être insuffisante et peut se
produits images sur le monde Koléa (école des impôts), dit-on.missaires aux comptes. S’étalant sur trois ans compléter et évoluer avec le temps.
entier et 1 500 sur l’Algérie». Des «Le programme prend en charge la totalitéet dispensée à plein temps, cette formation Désormais, le commissaire aux comptes
images versées dans différents de la demande qui est exigée d’un expert-sera sanctionnée par un stage de deux ans est désigné par un cahier des charges, unesecteurs tels que l’agriculture et le comptable et d’un commissaire aux comptes. Il(l’étudiant devra produire un rapport semestriel) autorité de supervision publique existe, la for-développement rural, les travaux répond aux standards internationaux», expliquedans un cabinet. mation est obligatoire… Autant de mesures,publics, le transport, l’habitat et l’expert-comptable Yahia Noureddine, précisant«L’accès se fera sur concours et les
estime-t-on, qui encouragent la professionnali-l’urbanisme, l’aménagement du que les études seront axées sur les métiers demeilleurs seront admis. Le programme tracé n’a
sation du métier.territoire et l’environnement, la car- l’audit, les dimensions juridiques (modulesrien à envier aux programmes internationaux et
«La nouvelle réglementation rehausse letographie et la culture. d’analyses, de diagnostic et l’organisation dansrépond aux standards internationaux», a indi-
niveau, protège le lecteur et l’utilisateur et lutte«Ces images régulières nous qué El Djemaâ Belaïd, expert-comptable, hier les procédures de travail) et sur l’aspect écono-
contre l’informel et économise à l’Etat 300 mil-renseignent sur la situation du ter- mique. «Bien sûr, tout cela encadré dans unlors d’une conférence qui s’est tenue au Centre
rain en termes de ressources, de liards de dinars», a souligné l’expert comptablede presse d’El Moudjahid. espace informatique».
risques et de dégâts. Elles permet- Insistant sur «la qualité» de cette formation, Quant à la nouvelle réglementation qui régit Ali Mazouz.
tent ainsi une intervention rapide El Djemaâ Belaïd affirme que les langues étran- la profession de comptable, les intervenants se I. B.
Photo : Samir Sid.Le Soir
d’Algérie Contribution Mardi 26 avril 2011 - PAGE 6
De la stratégie du choc
Par Mohamed-Nadjib Nini
La stratégie du choc comme on l’a vu a
permis aux dirigeants algériens d’instau-
rer, dès le lendemain de l’indépendance,
un système politique hermétique qui ne
laissait place à aucune alternative démo-
cratique. Par la suite, en jouant toujours
sur cette stratégie du choc, les tenants du
pouvoir algérien ont réussi à pérenniser ce
système. Il faut dire aussi que l’Algérie est
allée, depuis son indépendance à tout
récemment, d’un choc à l’autre, ce qui a
permis à ceux qui ont toujours décidé du
destin de ce pays d’imposer toutes les
réformes qu’ils voulaient, des réformes qui
n’étaient malheureusement, la plupart du
temps, nullement au service des citoyens
et de la nation, mais seulement en faveur
de la sauvegarde des intérêts des oli-
garques qui étaient et qui sont toujours au
pouvoir. Tout se passe comme si les insti-
tutions politiques algériennes n’ont cher-
ché qu'à persévérer leur survie pour per-
mettre la récolte de plus en plus de pré-
bendes. Partis politiques et institutions
politiques pluralistes ne sont en réalité que
des coquilles creuses au service d’un pou-
voir qui a mis le pays en coupe réglée.
C'est pourquoi toutes les transformations
politiques, quels que soient leurs impacts
sur la scène et dans la vie institutionnelle,
capable de mener à une rupture épisté- sans tenir compte des polytraumatismes dit-il, qu’aussi bien dans le temps que parn'organisent pas l'alternance et ne consti-
mologique au sens politique du terme, et des dégâts qu’ils ont engendrés enta- son contenu, la phase animiste corres-tuent pas une transition vers la démocra-
tie. Le passage à la démocratie, qui n’est c'est-à-dire une rupture avec les concep- chant durablement et de façon indélébiles pond au narcissisme, la phase religieuse
tions politiques du passé. Ceci dit, je ne les esprits, occasionnant une régressionqu’une démocratie de façade, ne résulte ni au stade d’objectivation, caractérisé par la
suis ni politicien ni politologue et je ne sais incommensurable dans les mentalités et fixation de la libido aux parents, tandis quede l'action de forces démocratiques ni
ni quand ni comment cette rupture va se les comportements des Algériens. Les la phase scientifique a son pendant dansd'options démocratiques. Cette démocra-
faire, mais s’il y a une chose dont je suis chocs successifs vécus par les Algériens un état de maturité de l’individu qui esttie de façade n’a été adoptée que pour
sûr, c’est que cette rupture se fera tôt ou ont été tels qu’on peut même parler de caractérisé par la renonciation à ladépasser les blocages qui ont conduit à
tard. La seule question est comment elle névrose traumatique. Ce terme de névro- recherche du plaisir et par la subordinationl'explosion populaire d'octobre 1988. La
va se faire ? Espérons seulement que se traumatique est apparu en 1882 etsuite on la connaît, il y a eu la décennie du choix de l’objet extérieur aux conve-
nous n’aurons plus jamais à revivre désignait un ensemble de troubles névro-noire et toute l’abjection qui l’a caractéri- nances et aux exigences de la réalité.»
octobre 88, ni les évé- tiques consécutifs àsée. Malheureusement, aucune leçon ne Le choc traumatique peut parfaitement
Il ne faut surtout pas senements qui lui ont la frayeur éprouvée mener à une névrose traumatique et fairesemble avoir été tirée de tous les drames
succédé.» lors des accidents en sorte que toute une nation puissequ’a connus l’Algérie. Bien au contraire, méprendre sur ce silence
Cette rupture a de chemin de fer. retomber pratiquement dans l’enfance, laencouragés par l’extraordinaire embellie de la jeunesse algérienneeffectivement eu Ce terme s'est peufinancière due à l’envol des cours du ramenant ainsi à une étape de son évolu-
lieu, mais pas chez aujourd’hui devant ce à peu étendu pourpétrole sur les marchés internationaux, les tion qui correspondrait à celle qualifiée par
nous ni même dans désigner tout trau-démons du passé ont de nouveau réin- Freud de phase religieuse caractérisée parqui se passe dans la rue
le sens que j’aurais ma psychiquevesti le terrain, les mêmes réflexes se sont la fixation de la libido aux parents, phase
pu imaginer. Quand arabe. Ce silence ne veut consécutif à desremis en place, et tous les ingrédients qui entièrement sous l’emprise de l’irrationnel
j’ai écrit ces lignes, agressions telles et des interprétations occultes qui peuventont mené à octobre 1988 et par la suite à nullement signifier que
les révolutions qui que la guerre, les ouvrir la voie devant des gourous et desla fameuse décennie noire se sont recons-
la jeunesse algérienneviennent de secouer attentats et lestitués. Le parti unique est en train de refai- charlatans de toutes espèces et permettre
le monde arabe catastrophes natu-re peu à peu surface par le fait d’une clas- à ces mêmes charlatans et gourous de seest satisfaite de son sort
n’étaient même pas relles. Le sujet peutse politique qui ne pense ni au bien-être poser en messie ou encore en sauveuret qu’elle accepte cetteenvisageables. En être uniquementde ce peuple ni à la pérennité de ses ins- providentiel, transformant les masses en
effet, jusqu’à cet spectateur et netitutions, une classe politique dont la sur- gouvernance, qu’elle est une espèce de horde primitive plus encline
extraordinaire réveil pas avoir été en à suivre les gourous ou les leaders qui pré-vie immédiate est la seule préoccupation, inconsciente ou encorearabe impulsé par danger réel, cepen- tendent les protéger. L’instrumentation deune classe politique tellement hors jeu
une gifle assénée à dant, cet évène-«crétine» et doncqu’elle n’a rien trouvé de mieux à faire que ces traumatismes et des régressions qu’ils
un pauvre bougre ment peut modifierde cautionner une révision constitutionnel- ont occasionnées a permis au pouvoirincapable d’avoir une
qui ne demandait la personnalité dule qui nous a renvoyés trente ans en arriè- algérien de perpétuer son emprise sur un
vision sociétale ou unequ’à gagner honnê- sujet qui devientre et on a le culot avec ça de venir clai- peuple qui est redevenu par la force des
tement sa vie en col- plus inhibé intellec-ronner publiquement qu’il n’y a pas de meurtrissures qu’il a subies un grandquelconque aspiration
portant des tuellement, physi-crise politique en Algérie. enfant ne recherchant que la satisfactionpolitique. légumes, gifle qui a quement et sexuel- immédiate de ses besoins les plus élé-J’ai déjà écrit à propos de cette révision
déclenché une réac- lement. Le sujetconstitutionnelle et du troisième mandat mentaires. Ce pouvoir l’a d’ailleurs très
tion en chaîne, un tsunami balayant des recherchera alors la sécurisation et laprésidentiel il y a quelque temps de cela, bien compris puisqu’il vient de s’engouffrer
régimes qu’on croyait définitivement dépendance envers autrui. Ainsi, touteun article qui s’est révélé prémonitoire à avec force dans cette brèche des revendi-
(1) inamovibles, jusque-là donc, je n’aurais situation traumatique peut amener uneplus d’un titre : «Je crois qu’avec ces cations populaires allant dans le sens de
pas un seul instant imaginé que le peuple régression et pousser le sujet à recher-élections historiques, nous sommes arri- toutes les revendications.
tunisien, le peuple égyptien et encore cher la sécurisation et la dépendancevés à un tournant décisif de l’histoire de Aujourd’hui, les Algériens, échaudés
moins le peuple yéménite de gandouras envers autrui. Après un choc massif on par une violence dont ils viennent à peinel’Algérie, exactement comme en 1947
vêtu avec un coutelas à la ceinture et la peut donc facilement régresser pour rede- de se remettre, infantilisés, fatigués de lut-lorsque la léthargie des partis politiques
joue déformée de kat, ces peuples qui venir des enfants. Freud dans Les cinqde l’époque a conduit à la création de l’OS ter contre des moulins à vent, contre un
(2)semblaient si résignés pour les uns et à psychanalyses écrit que «dans le rêve etet par la suite à celle du CRUA. Ces der- système qui arrive à chaque fois à rebon-
moitié drogués pour les autres pouvaient dans la névrose, se retrouve l’enfant avecnières élections viennent de mettre en évi- dir, sont devenus démissionnaires. Ils ont
se soulever en un seul homme pour dire toutes les particularités qui caractérisentdence l’impossibilité du front démocra- abdiqué et n’aspirent plus qu’à essayer de
«Ben Ali dégage !» ou encore «Moubarak son mode de penser et sa vie affectivetique à s’organiser en une véritable alter- tirer le maximum de dividendes, le maxi-
ou Saleh irhal», faisant preuve d’une (…) et nous y retrouvons encore l’hommenative politique. Il faut donc à l’Algérie un mum de profits et de bénéfices de cette
conscience politique aiguë et brisant défi- primitif sauvage tel qu’il nous apparaît à lasursaut historique à la mesure de l’événe- gouvernance, de ce pouvoir prêt à tout
nitivement le mur de la peur et de la ter- lumière des recherches archéologiques etment qui vient de se produire. Il faut à l’Al- pour se maintenir et même à acheter toute
(3)reur. J’ai toujours pensé que la révolution ethnographiques». Par ailleurs, Freudgérie un nouveau personnel politique, de une nation s’il le faut pour sauvegarder
viendrait de notre pays, des Algériens croit qu’il y a une correspondance entrenouvelles figures capables de créer la rup- ses intérêts, un pouvoir qui d’ailleurs ne
connus pour être un peuple frondeur et les stades de développement de l’humani-ture avec l’ancien système et ses réflexes lésine pas devant le prix à payer pour
même violent. Malheureusement, c’était té et ceux de l’enfance. «Nous trouvons,rentiers. Il faudrait une révolution politique s’acheter une paix sociale.
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Contribution Mardi 26 avril 2011 - PAGE 7
à la stratégie du pire
Cette stratégie malheureusement n’est partageant le pouvoir au détriment de En fait, les jeunes pourraient bien être rêve que ce système a échoué à lui confis-
pas viable à long terme, elle peut momen- toute la nation. Quant aux enfants de «ce la seule force de changement possible quer : fuir ce pays, quitter l’Algérie dans le
tanément faire taire les griefs et les reven- père symbolique», ils seraient représentés comme ça a été le cas en Tunisie, en but d’une situation meilleure en Europe,
par le peuple maintenu dans une quasi- Égypte, comme c’est le cas aujourd’hui en au Canada ou même en Australie. Voilàdications, mais elle ne fait qu’aggraver la
situation parce que ce qui est donné servitude au moment où ce chef d’Etat et Libye, au Yémen et même tout récemment les raisons essentielles qui font que la jeu-
aujourd’hui n’aura plus aucune valeur l’oligarchie politique qui l’entoure font main an Syrie. En Algérie, les jeunes, qui totali- nesse algérienne ne bouge pas.
dans une année ou deux sans plus, c’est basse sur toutes les richesses. Le bien- sent à eux seuls près de 60% de la popu- C’est comme si elle ne se sent pas du
le tonneau des Danaïdes qui ne pourra fondé de cette hypothèse est en train de lation, n’ont pas connu, pour la majorité tout concernée par ce qui se passe dans
se vérifier aujour- d’entre eux, la guer- ce pays. Les Algériens, toutes catégoriesjamais être rempli inflation oblige. Cette
d’hui de façon spec- re d’Algérie et ses d’âge confondues, n’aspirent qu’à unestratégie du pire est en train de transfor- Il faut à l’Algérie unmer le pays en un gigantesque bazar et taculaire par ce qui affres. Ils n’ont pas seule chose : mettre le plus de distance
les Algériens en un immense tube digestif, vient de se passer en connu le parti possible entre eux et ce pays. Même lesnouveau personnel
de grands enfants totalement décérébrés, Tunisie, en Égypte et unique et ses mal- mieux nantis ne veulent plus vivre dans cepolitique, de nouvelles
ce qui est en train de versations spolia- pays de la désespérance. Combien d’uni-les condamnant à n’être que des consom-
se dérouler sous nos figures capables de trices. Pour ce qui versitaires ou encore de cadres parfoismateurs effrénés sans aucune contrepar-
yeux, à la télévision, est de la décennie très bien rémunérés ont-ils déjà fui cetie productive. Ou encore en une véritable créer la rupture avec
horde primitive. en Libye. noire, la plupart pays ? Pourquoi la plupart de ceux qui
l’ancien système et sesD’un point de vue phylogénétique et si Les enfants de d’entre eux étaient nous gouvernent ou de ceux qui le peu-
ces nations se sont trop jeunes pour vent envoient-ils leurs enfants faire leursl’on en croit le point de vue de Freud dans réflexes rentiers. Il
révoltés contre les pouvoir s’en faire études à l’étranger en leur faisant bienTotem et tabou (Paris, Payot, 2001), pour
faudrait une révolutionabus de pouvoir du une idée précise. comprendre de tout faire pour ne plusqu’une société puisse accéder au stade
chef de l’Etat, ce Cette jeunesse revenir dans ce pays où la malvie a atteintde la civilisation, elle doit dépasser le politique capable de
stade de la horde primitive. Dans cet «père symbolique» n’est heureusement le plus haut degré de la désespérance ?
mener à une rupturequi concentre entre pas encore corrom- Je ne sais pas vraiment d’où viendra leouvrage, l’hypothèse de Freud est
ses mains tous les pue, elle est encore salut de l’Algérie ; le dernier discours duqu’avant l’avènement de la civilisation, épistémologique au sens
pouvoirs et toutes les saine et n’aspire président de la République n’a pas répon-l’humanité vivait en hordes ou encore en politique du terme,
jouissances que la qu’à mieux vivre, du à cette question et est bien en deçàtribus (la horde primitive correspondrait à
c'est-à-dire une rupturenation pouvait offrir mais vivre où? des attentes et des espérances quant àla société originelle). Pour Freud, ce qui
en maintenant le Dans une société un véritable changement. J’ai bien peurcaractérisait ces hordes, c’est la toute avec les conceptions
peuple (les fils sym- qui les renie et qui que nous sommes partis pour rester lepuissance du père qui s’exprimait par la
politiques du passé. boliques) dans l’indi- ne leur reconnaît seul peuple dans tout le monde arabe àpossession par celui-ci de toutes les
gence pour ne pas aucun statut? ne pas bouger, à ne pas vouloir changerfemmes de la tribu ou de la horde. Freud,
dire la servitude. Mais il n’y a pas que cesCependant, malgré ce constat, force est cet ordre établi pour une société pluss'inspirant d'une conviction de Darwin,
deux révolutions qui sont entrain de se de se rendre à l’évidence : la jeunesse juste, plus équitable, une société où lesuppose donc à l'origine de l'humanité une
dérouler sous nos yeux qui permettent de algérienne ne bouge pas et ne bougera mot démocratie ne sera plus un vœu pieu.horde primitive, groupement humain sous
vérifier le bien-fondé de cette hypothèse. peut-être pas. Il ne faut surtout pas se Pourquoi ? Parce que la désespérance al'autorité d'un père tout-puissant qui pos-
En effet, l’histoire vient renforcer cette méprendre sur ce silence de la jeunesse atteint, dans ce pays, des seuils dont il estsède seul l'accès aux femmes. Il présup-
thèse d’une manière plus éloquente enco- algérienne aujourd’hui devant ce qui se difficile de revenir. Je l’ai déjà dit, aucunpose alors que les fils du père, jaloux de
re. En effet, l’avènement de la société passe dans la rue arabe. Algérien ne veut plus vivre dans ce pays,ne pouvoir posséder les femmes, se rebel-
moderne, de la démocratie et des droits Ce silence ne veut nullement signifier le pays du FLN. Rien ne pourra donc selèrent un jour et le tuèrent, pour le manger
de l’homme, l’avènement d’une société que la jeunesse algérienne est satisfaite faire tant que ce parti restera au pouvoiren un repas totémique.
juste et égalitaire n’a pu advenir qu’au prix de son sort et qu’elle accepte cette gou- ou même tant que ce parti existera. Si onUne fois le festin consommé, le
d’une révolution sanglante, en l’occurren- vernance, qu’elle est inconsciente ou veut redonner de l’espoir à ce peuple, àremords se serait emparé des fils rebelles,
ce la révolution française, et ce, après le encore «crétine» et donc incapable d’avoir cette nation, il faut une refondation totalequi érigèrent en l'honneur du père, et par
«meurtre» du «père symbolique» de la une vision sociétale ou une quelconque du système politique algérien, il faut quepeur de ses représailles, un totem à son
nation : le roi Louis XVI. De même, les aspiration politique. Ce qui se passe dans ce glorieux sigle : FLN, Front de libérationimage. Afin que la situation ne se repro-
Russes n’ont pu s’affranchir de la servitu- ce pays, c’est qu’il n’y a pas de communi- nationale, ce sigle pour lequel un millionduise pas, et pour ne pas risquer le cour-
de du tsarisme qu’après, là aussi, le cation, il n’y en a jamais eu d’ailleurs, et demi d’Algériens sont tombés auroux du père incorporé, les fils établirent
meurtre du «père symbolique» de la entre les adultes et les jeunes. Ce qui se champ d’honneur, soit restitué à sesdes règles, correspondant aux deux
nation : le tsar Nicolas II. C’est à ce prix passe, c’est que cette jeunesse a toujours pères fondateurs et remis au musée de latabous principaux : la proscription frappant
que ces nations ont réussi à s’émanciper été marginalisée, infantilisée, abrutie par révolution algérienne. les femmes appartenant au même totem
et à sortir de la servitude dans laquelle les un système éducatif qui n’a jamais œuvré Personne ne peut ni n’a le droit d’ins-(inceste) et l'interdiction de tuer le totem
maintenait leur système politique. Ainsi, dans le sens de l’excellence et du déve- trumentaliser le sang des chouhada à des(meurtre et parricide).
aucune émancipation sociale ne peut loppement de l’esprit critique. Par ailleurs, fins purement politiciennes, de même queL’Algérie malheureusement n’est pas
advenir sans une révolution qui mènerait la jeunesse algé- personne n’a le droit d’instru-encore au bout de ses peines et la socié- Aujourd’hui, lesvers un ordre nouveau. Sans cette révolu- rienne n’a plus mentaliser la religion pourté algérienne, traumatisée par une suite
tion, la société ne peut rester qu’une confiance dans arriver au pouvoir. La religiond’événements qui l’ont laminée, malme- Algériens, échaudés
«horde primitive» gouvernée par un père ses ainés, les- et le FLN appartiennent ànée par un système qui l’a définitivement par une violenceomnipotent, omniprésent et omniscient. quels, s’ils ne sont tous les Algériens et ne peu-infantilisée, risque fort de continuer enco-
S’agissant de la société algérienne, il y pas corrompus, vent servir à quiconque d’ali-dont ils viennent àre longtemps à vivre en «horde primitive»
a eu certes une révolution qui a essayé de sont totalement bi politique. Pour terminer,déstructurée, parce qu’elle n’a pas de peine de se remettre,
débarrasser le pays de la dictature de ce démissionnaires. j’ajouterai juste pour rappelrelais sociaux sur lesquels s’appuyer.
infantilisés, fatigués«père symbolique». La révolution d’oc- Si cette jeunesse que même si la démocratieC’est une société qui n’a pas encore réus-
tobre 88 était en effet une tentative qui a ne bouge pas, n’est pas un système poli-si à faire sa mue. Par cette œuvre, Freud de lutter contre des
failli mettre définitivement à mal le systè- c’est parce qu’elle tique parfait, qu’elle est lerésume le «grand mythe» scientifique qu’il
moulins à vent,me politique qui a gouverné l’Algérie sans a fait son deuil moins mauvais des régimesa construit et étayé par de nombreux
partage de l’indépendance jusqu’à l’avè- d’une vie décente politiques, jusque-là, c’est leexemples pour expliquer la naissance de contre un système
nement de cette date, mais c’était compter dans ce pays et seul système politique vérita-l’humanité, c’est-à-dire de la socialisation. qui arrive à chaquesans la capacité qu’avait ce système à se n’aspire qu’à une blement viable. Tous lesAinsi, l’origine de la socialisation, l’avène-
redéployer pour renaître. seule chose : fuir autres modes de gouvernan-fois à rebondir, sontment de la civilisation humaine doit, selon
En effet, ce système est toujours là, ce pays et si pos- ce ont montré leurs limites. Ilcette hypothèse, passer par le meurtre du devenusplus présent qu’il ne l’a jamais été, et le sible le plus loin n’y a qu’à voir quels sont lespère.
parti qui est à l’origine des malheurs de possible. En effet, pays les plus riches et lesdémissionnaires.Si on transpose ce mythe à notre
cette nation est lui aussi toujours debout et consciente des plus avancés de la planèteépoque contemporaine, en supputant que
plus arrogant que jamais. L’Algérie mal- conditions de vie qui lui sont imposées, pour souligner l’intérêt pour une nationmême les sociétés modernes ne peuvent
heureusement n’est pas encore au bout des restrictions auxquelles elle est quoti- d’opter pour ce système politique quiévoluer, s’émanciper sans cette conditions
de ses peines et la société algérienne, diennement confrontée et de la quasi- ouvre la voie aux libertés individuelles, ausine qua non qui est «le meurtre symbo-
traumatisée par une suite d’événements inexistence d’infrastructures d’accueil qui respect des droits de l'homme, et où per-lique du père».
qui l’ont laminée, malmenée par un systè- répondent à ses besoins. Livrée à elle- sonne n’est au-dessus de la loi.Cette transposition peut alors parfaite-
me qui l’a définitivement infantilisée, même, réduite à squatter les porches des M.-N. N.ment s’appliquer notamment aux régimes
risque fort de continuer encore longtemps immeubles, ou à rester adossé à longueurtotalitaires où le peuple n’est rien de plus
à vivre en «horde primitive» déstructurée, de journée aux murs des quartiers, pour (1) Qui est cet Algérien dont onqu’une abstraction, livré au bon vouloir de
parce qu’elle n’a pas de relais sociaux sur faire face et pour ne pas succomber aux parle ? Le Quotidien d’Oran des 26, 27ses gouvernants. Dans ces régimes, «le
lesquels s’appuyer. C’est une société qui autres formes mortifères d’affirmation de et 28 avril 2009 père symbolique» pourrait être le chef de
n’a pas encore réussi à faire sa mue. L’Al- soi, cette jeunesse, à qui on a confisqué (2) Freud S. (1954), Les cinq psy-l’Etat qui concentre entre ses mains tous
gérien, prisonnier de son quotidien, ne sait même les rêves, cette jeunesse qui ne chanalyses, Paris, PUF.les pouvoirs, muselant par la force brutale
pas encore s’organiser en société civile rêve plus n’a malheureusement plus (3) Freud S. (1965), Totem ettoute velléité d’opposition et d’émancipa-
pleinement consciente de ses droits. qu’une seule idée en tête, en fait le seul tabou, Paris Payot.tion, ou encore une oligarchie politique seLe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 26 avril 2011 - PAGE 8
SIDI-BEL-ABBÈSCONSTANTINE
120 familles
de Kaïd-RabahPagaille générale devant
relogées
Dans une ambiance emprein-
te de liesse, 120 familles du vieuxles bureaux de poste quartier Kaïd-Rabah de Sidi-Bel-
Abbès ont été à leur tour,
La grogne des usagers d’Algérie dimanche dernier, relogées dans
Poste de Constantine a atteint, hier, la belle cité des 220-Logements
à proximité du quartier résidentielson paroxysme. En effet, plusieurs
de Adda-Bou-Djellah où elles ontcentaines de personnes, dont la plu-
rejoint les 90 familles du mêmepart des retraités, venues toucher
quartier relogées dans le 14 avril
leur pension mensuelle ont pris d’as- dernier.
saut les bureaux de poste dès les pre- La cité des 220-Logements
comporte des appartements spa-mières lueurs du jour.
cieux, finis avec des matériauxDes mouvements de protestation réclamant
de qualité, n'ayant rien à envierl’ouverture des bureaux de poste ont été signa-
aux logements LSP ou promo-lés dans plusieurs endroits de la ville. A la place
er tionnels, nous indique-ton.Lesdu 1 -Novembre, siège de la grande poste de
nouveaux occupants, bien qu’en-Constantine, une foule compacte, dont la plu-
chantés à l’idée de quitter leurspart sont des retraités exaspérés de voire per-
appartements délabrés pourdurer la grève des postiers, a manifesté
d’autres plus salubres et plusbruyamment sa colère. Une pagaille indescrip-
sûrs, ont été réticents, exigeanttible régnait en ce lieu.
des titres de propriété pour lesDes files d’attente interminables se sont for-
nouveaux logements vu qu’àmées, dès 7h, devant l’entrée de la recette prin-
Kaïd-Rabah, ils étaient déten-cipale. Chèque CCP et carte d’identité nationa-
teurs d’actes de propriété. Maisle à la main, tout un chacun avait espoir de ren- semblant de calme. «C’est inconcevable. C’est peines du monde pour contenir cette marée
les pouvoirs ont campé sur leurstrer avec son salaire en poche. Plusieurs une honte», clament les usagers d’Algérie humaine. Plusieurs mouvements de protesta-
positions, à savoir les relogerd’entre eux sont sans le sou depuis une semai- Poste, outrés par le comportement «irrespon- tion similaires ont été enregistrés dans la ville.
dans des logements sociaux où
ne déjà. «Je n’ai même pas de quoi acheter du sable et incompréhensible» des postiers. «Ce A la cité Daksi-Abdeslem, ce sont des
ils devront s’acquitter mensuelle-
pain et du lait pour mes gosses. J’ai dû emprun- n’est pas en privant le citoyen lambda de son dizaines de personnes, irritées par le maintien ment du montant du loyer. Face à
ter quelques billets pour pouvoir subvenir à salaire qu’ils pourront recouvrir leurs droits», de la grève qui ont, aux environs de 10h, barri- cette détermination, les heureux
leurs besoins», atteste un homme, à bout de lâche une vieille femme sur un ton triste. 11h, cadé le boulevard de l’Est à l’aide de bacs à locataires ont fini par accepter et
ernerfs, rencontré à la place du 1 -Novembre. après l’intervention d’un responsable du cabinet ordures. Mêmes scènes de contestation et de rejoindre leurs nouveaux appar-
8h, les portes de la recette principale sont du wali dépêché sur les lieux où régnait une protestation dans les communes de Didouche- tements. L’opération de déména-
toujours closes. Commence alors une grande grande confusion, les grévistes finissent par Mourad et El-Khroub. gement a eu lieu dans une
agitation parmi les usagers et la tension monte reprendre le service. S’ensuit alors une grande Il convient à ce titre de noter que les ambiance de joie ponctuée de
d’un cran lorsque ces derniers, visiblement irri- bousculade qui a failli se transformer en émeu- quelques bureaux de poste qui ont assuré un youyous, à bord de camions
tés, commencent à donner des coups de poing te, étant donné que tout le monde voulait récu- service minimum, hier, se sont retrouvés en réquisitionnés par l’APC.
sur le portillon. Ne voyant rien venir, ils décident pérer son argent. l’espace de deux heures seulement à cours de Il convient de signaler que 10
alors, dans un élan de mécontentement, de fer- Les éléments des URS, présents en grand fonds et ont dû fermer leurs bureaux ce qui, du autres familles n'ont pas encore
mer la route. Ce n’est qu’après l’intervention nombre devant l’entrée principale de la grande reste, qui n’a été guère du goût des usagers. été relogées bien que concer-
des forces de l’ordre que la place recouvre un poste de Constantine, ont éprouvé toutes les Farid Benzaïd nées par cette opération de reca-
sement à cause de l’absence de
titre de propriété de leurs loge-MASCARA
ments dont la procédure de déli-
vrance est en cours.Bientôt,
elles iront rejoindre leurs voisins.
A. M.Aïn-Mansour en quête
BOUIRA
de conditions de vie meilleures Suicide
homme revient sur ce qui s’appa- écoles de Aïn-Mansour se trouve mise en exergue. «On s’ennuie àDe Hachem, chef-lieu de à Ahnifrente à une décharge publique en sur la route principale.Un jeune en mourir à El-Hadjar. Nous des-commune, à Aïn-Mansour,
nous déclarant qu’il n’y a point de citoyen nous fait savoir qu’une cendons toujours à Aïn-Mansour», Un jeune homme de 25 ans,c’est un parcours de sept
ramassage d’ordures.Il y a un fillette a été renversée par un véhi- déclare le petit Oualid.Du haut célibataire, s’est donné la mortkilomètres de route défec- mois, les habitants de cette localité cule il y a de cela une semaine. d’El-Hadjar, un citoyen nous par pendaison, samedi dernier,tueuse. Déjà dénoncé par le sont montés au créneau pour exi- Un ralentisseur ne serait pas de montre un CEM en construction et au niveau de la commune d’Ah-
transporteur qui nous y ger une amélioration de leurs plus, le jeune Oualid, âgé de 9 ans, il souligne qu’il se trouve à proximi- nif, à 40 km à l’est de Bouira.
conditions de vie. qui fréquentait l’une des deux té d’un poulailler.mène. D’après des informations concor-
Chez eux, il prévaut comme un écoles primaires de Aïn-Mansour Notre interlocuteur poursuit enA l’entrée de cette aggloméra- dantes, le jeune homme, qui
sentiment d’oubli, et, à l’unisson, ne nous quitte plus et s’implique déclarant que sur un autre site setion secondaire où vivent 4 000 souffrait de troubles psycholo-
ils dénoncent la non-prise en char- dans la discussion. trouvait un hangar similaire appar-âmes environ, l’on nous montre les giques, était porté disparu depuis
ge de leurs doléances par l’APC. «En hiver, il nous arrive, nous tenant à un particulier et qui cau-ordures qui s’entassent à proximité plus de 5 jours. Le corps inerte
Les élus étaient plutôt occupés à élèves, de nous cotiser et payer sait beaucoup de désagréments du jeune homme, pendu à undu pont où des travaux seraient en
s’entredéchirer.Résultat des environ 50 DA à un transporteur aux habitants.Les citoyens arbre, pas loin de la demeurecours. En hiver, l’eau déborde et
courses, la grogne s’installe. Le pour rallier El-Hadjar, là où j’habi- avaient exigé lors de leur dernière familiale, a été découvert par despose problème aux citoyens. Un
P/APC avait été démis et son rem- te.»C’est un chemin abrupt que protestation qu’il soit fermé et il le cousins qui ont aussitôt alerté les
placement ne semble pas avoir fait nous empruntons.Ici, l’on a sera. Des efforts ont été accomplis autorités civiles et militaires.Une voiture percute avancer les choses. L’AEP, qui a construit n’importe où et n’importe attestent ceux qui nous accompa- Quelques minutes plus tard, le
été l’une des principales revendi- comment face à l’urgence des gnent durant notre visite mais ils maire, le chef de brigade de gen-un arbre à Froha cations ces dernières années, ne années écoulées.C’est pratique- attendent plus pour que Aïn Man- darmerie d’El-Adjiba et des élé-
semble pas constituer un gros ment de l’illicite, nous dit-on. L’in- sour sorte de l’ornière. ments de la Protection civile se4 morts et 3 blessés souci aujourd’hui. L’une des deux suffisance de l'éclairage public est M. Meddeber sont déplacés sur les lieux pour
Un accident s’est produit procéder à son transport à l’hôpi-
dimanche dernier vers 32h tal de M’chedallah.
sur la RN6, à proximité de la Une enquête est ouverte parFortes précipitations et dégâts matériels
localité de Froha, impliquant les éléments de la gendarmerie
une Renault Clio qui a per- d’El-Adjiba, de laquelle relève leDe fortes pluies se sont subitement abattues sur la et autres 350 logements. La même situation sera
territoire de la commune d’Ahnif. cuté de plein fouet un arbre. wilaya de Mascara ces dernières 72 heures, au cours vécue sur le site Kharbouche Ben Ali de Mascara ainsi
Rappelons que le dernier sui-Le bilan est lourd : 4 morts, desquelles il a été enregistré une pluviométrie de 43 qu’à Haï Bessad-Tahar de Bou Hanifia où le centre de
cide au niveau de la wilaya a étéle chauffeur âgé de 42 ans, mm portant ainsi à 64 mm les précipitations de tout le santé a été submergé par les eaux.
enregistré le 18 mars dernier àune femme de 30ans et mois d’avril. Les éléments de la Protection civile ont Enfin à Yacine, des habitations précaires connaî-
Ath-Mansour, une communedeux enfants de 6 et 7 ans. effectué plusieurs interventions durant les journées tront le même sort à Haï Zatout de Yacine, alors que
limitrophe, où un jeune hommeLes blessés, au nombre des 24 et 25 avril derniers. dans le quartier de Redouane le niveau de l’eau a
de 27 ans s’est donné la mort ende trois, âgés de 12 à 15 ans, C’est la localité de Sig qui a été la plus touchée atteint 50 cm. En ce lieu, c’est cyclique puisqu’à
ingurgitant de l’acide chlorhy-ont été transportés à l’hôpi- puisque des infiltrations d’eau par les toitures et des chaque fois que s’abattent de fortes précipitations
drique. tal de Mascara. fissures de mur seront recensées dans plusieurs elles sont suivies d’inondations.
Y. Y.M. M. quartiers, notamment Ben-Badis, Redouane, Belaradj M. M.
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Société Mardi 26 avril 2011 - PAGE 9
COMMERCIALISATION DE LA VIANDE HACHÉE
De l’étable au hachoir du boucher
conditionnement et l’emballageDe la viande d’âne à l’étal
des viandes hachées à larouillé du boucher, le
demande doivent se faire consommateur algérien en
dans du papier cellophane oua connu des péripéties avec
paraffiné.la viande hachée ! Le
S’agissant de l’entretien desmépris pour le consomma-
instruments, des appareils etteur est étalé au grand jour.
tous les ustensiles utilisés pourDe plus en plus habitué à ce
le hachage des viandes rouges,genre de comportement,
une procédure doit être respec-l’acheteur n’en fait plus
tée. Ils doivent être en maté-cas. Pis, en cas de réclama-
riaux résistant à la corrosion et
tion, il est vite privé de sa
maintenus en parfait état d’en-
«marchandise».
tretien et être régulièrement et
Un petit tour dans les étals soigneusement nettoyés avec
rappelle que la législation exis- de l’eau chaude (+82°C) et
tante est bafouée. désinfectés chaque fois qu’il est
nécessaire et obligatoirement
Des cheveux en fin de travail. En cas d’infrac-
dans la viande tions à ces dispositions, ils sont
Qui n’a pas eu la désagréable réprimés par application des
surprise de trouver un organisme sanctions prévues par la législa-
douteux dans sa viande hachée tion en vigueur, notamment celle
payée à 1 100 DA le kilo?Un relative à la protection du
bout de graisse accompagné consommateur et à la répres-
d’un poil ou encore d’un ongle termes, il ne demande que le pas à éteindre leur frigo pour riel du 29 septembre 1999 relatif sion des fraudes. Il ne reste aux
font partie de sa composante. minimum, juste de quoi «sur- augmenter leur marge bénéfi- à la préparation et la consomma- consommateurs que de faire
Désabusé ou mécontent, le vivre». Pourtant, nombreux sont ciaire de quelques dinars. tion de la viande hachée à la valoir leurs droits !
consommateur algérien pourtant les consommateurs qui ne veu- Les intoxications alimentaires demande, des règles strictes M. O.
se contentera d’enlever l’objet et lent pas baisser les bras et exi- sont nombreuses à cause de doivent être respectées.
de faire comme si de rien n’était. gent encore la qualité. cette pratique, surtout en été, La viande devant être hachée
«Franchement, il m’est arrivé de «Je commande un steak et je qu’elles soient dues à la viande doit être choisie minutieuse-
constater, arrivé chez moi, que la COMMUNIQUÉfais attention à ce que le boucher ou à d’autres produits. Pour ce ment. Ainsi, elle doit être exemp-
viande hachée n’était pas du tout ne le mélange pas à la viande qui est de la viande hachée te d’«abats et de tissus adipeux
fraîche. Mais je fais avec. Une congelée lors de son hachage. congelée, le cas est encore plus de réserve, de parties aponévro- Djezzyfois, j’en ai acheté une petite Si je ne surveille pas ses dangereux. tiques, de chutes, de déchets de
quantité chez un boucher à gestes, il ne manquera pas de Cette pratique strictement parage et de plaies de saignées,
Rouiba, après avoir consommé rend hommagemélanger un petit bout de viande interdite est toujours de mise de parties tendineuses et de
une partie, nous avons conservé congelée sans crier gare», assu- même en période estivale. Le viandes de la tête». le reste dans le réfrigérateur. aux entreprisesre ammi Ameziane. risque d’intoxication étant plus De même que le découpageLe lendemain, je l’ai retrouvée Ce retraité confie qu’il choisit grand. Interrogé, un boucher se à l’avance, en menus morceaux,toute verte. Heureusement que son boucher en prenant en consi- contentera de répondre : «C’est de l’Estde pièces de viandes destinéesnous n’avons pas été malades», dération l’état de la boutique et la pour aller plus vite, à un certain à être hachées à la demande est Après les belles cérémoniestémoigne Messaouda. Et de propreté des lieux. «Quitte à moment de la journée, il y a trop de l’Ouest et du Centre, c’étaitinterdit.confier : «Depuis, je fais très
payer cher la viande. Nous ne de clients. C’est pour leur facili- au tour de Constantine d’abriterPour ce qui est de la conser-attention et j’essaye d’acheter
sommes plus à quelques dinars ter la vie et que je puisse servir la soirée Djezzy dédiée auxvation de la viande destinée auchez le même boucher.» Pour
près», ajoute-t-il. tout le monde.» Une réponse qui entreprises de l’Est. Bien enten-hachage, elle doit être entrepo-elle, à l’image de nombreux du, toutes les sociétés qui ontdémontre le peu de souci pour la sée sous froid à une températu-consommateurs, le plus impor- été invitées par le leader de lasanté du consommateur et leL’inconscience re comprise entre 0°C et 3°C,tant est la fraîcheur de la viande. téléphonie mobile sont venuesmanque d’informations quant àdes bouchers jusqu’au moment même de son«Trouver un cheveu peut encore témoigner leur fidélité à leurla législation en vigueur. hachage. L’hygiène n’est pas la seulepasser. Mais que la viande soit opérateur préféré. L’ambiance
«plaie» de nombreux bouchers. Quant à servir cette viandeavariée est encore plus préjudi- typiquement constantinoise,
ProtectionLe non-respect de la chaîne de dans du plastique ou dans un mélange de raffinement et deciable», soutient un autre ache-
des consommateursfroid est encore plus dramatique. papier kraft, cela ne doit en chaleur humaine, a permis àteur. De ce fait, la qualité de ser-
tous les invités de passer uneNe prenant en considération que La loi est pourtant claire à ce aucun cas être fait. En effet,vice exigée par l’Algérien lambda
très agréable soirée. Il faut direva crescendo. En d’autres la logique du profit, ils n’hésitent sujet. Selon l’arrêté interministé- selon l’article 6 de cette loi, le
que Djezzy n’a lésiné sur aucun
moyen pour faire de cette ren-
BOUIRA contre une réussite à la hauteur
de la relation qui la lie aux entre-
prises de l’Est.
Le discours des respon-Sit-in des enfants de chahid
sables commerciaux a été axé
sur les valeurs et la solidité des
liens qui se sont tissés depuis
longtemps entre le premier opé-devant la Wilaya
rateur qui a offert les solutions
trument entre les mains des politiciens, un Pour sa part, le représentant de la daïraMalgré une pluie battante, des entreprises en Algérie et les
atout pour eux lors des campagnes électo- d’Aïn Bessem, mettant en lumière la margina- entreprises qui ont pu connaître,dizaines d’enfants de chahid se sont
rales en arborant les portraits de leurs pères lisation dont fait l’objet cette catégorie, a rap- grâce à ces nouveautés, derassemblés, hier, devant le siège de la
morts en martyrs au champ d’honneur pen- pelé la non-application de la notation qui solides performances leur per-
Wilaya de Bouira, pour réclamer, dant la guerre de Libération nationale, mais revient de droit aux enfants de chahid et mettant d’être toujours au top.
encore une fois, leurs droits. Si elles sont restées fidèles àsitôt les élections passées, le fils du chahid, la autres veuves de chahid dans l’attribution du
Sur place, des représentants issus des daï- Djezzy, c’est parce qu’elles trou-veuve du chahid et tous les ayants droit sont logement social.
ras de M’chédallah, Bechloul, Haïzer et Aïn vent l’écoute permanente, lejetés aux oubliettes. «Aucun chef de daïra n’applique cette
Bessem se sont relayés sur une tribune impro- service clientèle toujours réactifLes présents étaient unanimes à dire que directive qui offre des points supplémentaires
et disponible ainsi que les offresvisée pour expliquer les raisons de leur cour- les organisations censées représenter cette pour le fils de chahid et les ayants droit. Nous
ciblées qui leur conviennent. roux et, surtout, leur décision de court-circuiter frange de la société ont failli. aussi, nous voulons notre quota de logements
Cette soirée a été aussi l’oc-les organisations existantes comme l’Onec et «Les représentants de ces organisations sociaux, c’est la moindre des choses que l’Etat
casion d’un échange très fruc-la Cnec, pour interpeller, une énième fois, le sont récupérés. Il n’y a rien à espérer d’eux», nous doit» dira-t-il.
tueux entre les responsablesprésident de la République sur l’urgence de dira Tahar Akkouche avant de clarifier : «Nous A l’issue de ces interventions, deux lettres,
commerciaux et les chefs d’en-l’application de la loi 99-07 correspondant au 5 ne sommes pas là pour fustiger telle ou telle l’une d’ordre local et l’autre national, ont été
treprise. Les uns et les autres
avril 1999 relative au moudjahid et au chahid. organisation, mais pour réclamer en toute remises au wali par une délégation composée ont consolidé les solides liens
D’après l’un de ses représentants, Tahar indépendance, loin de ces organisations, l’ap- des représentants des quatre daïras pré-
éprouvés par l’expérience du
Akkouche de la daïra de M’chédallah, «les plication stricte et en urgence de la loi sur le sentes à ce rassemblement. terrain.
enfants de chouhada ont toujours été un ins- chahid, particulièrement l’article 25, alinéa 1.» Y. Y.
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Culture Mardi 26 avril 2011 - PAGE 10
lesoirculture@lesoirdalgerie.com
CENTRE CULTUREL AZZEDINE-MEDJOUBI Le coup de bill’art du Soir
Par Kader Bakou Un joyau au serviceL’Opéra de Square Street
Jadis à Port-Saïd, il n’y avait pas que «la Bourse de
Square Street» c'est-à-dire le marché informel des de l’art et du savoir
devises. «Quand j’ai commencé à travailler au TNA, il
y a une trentaine d’années, les gens achetaient les
billets au marché noir au square Port-Saïd pour voir la Alger manque terriblement d’infrastructures dédiées à l’art et à la culture.
pièce Les concierges de Rouiched», à révélé le chan- C’est un fait, et les Algérois ne s’en cachent pas pour dénoncer ces insuffi-
teur chaâbi Rachid Khali invité à l’émission «Entoum
ayden» de la Télévision algérienne. sances ô combien préjudiciables.
Bien avant l’indépendance, les habitants, de La
Casbah, hommes et femmes, venaient en masse pour l se trouve cepen-
voir les pièces «algériennes» programmées à l’Opéra dant quelques per-
d’Alger, devenu aujourd’hui le Théâtre national algérien I sonnes qui illumi-
Mahieddine- Bachtarzi. Jusqu'au début des années nent ce ciel maussade,
1990, le théâtre était très populaire en Algérie. Ensuite comprimé par le peu
est venu la décennie noire dont les effets «résiduels»
d’espaces réservés aunégatifs sur le théâtre en Algérie se font toujours sentir.
monde de la culture etAujourd’hui, même si l’entrée est parfois gratuite, le
du savoir. C’estTNA affiche rarement complet. Les jeunes du quartier
préfèrent jouer au foot sur «la place de l’Opéra» au lieu l’exemple que le centre
d’entrer voir une pièce de théâtre. culturel Azzedine-Med-
K. B. joubi veut incarner pré-
bakoukader@yahoo.fr sentement et, surtout, à
l’avenir.
Au départ, le lieu,
THÉÂTRE RÉGIONAL RE MOUFDI-ZAKARIA «enfoui» dans un quar-
DE BATNA (KOUBA, ALGER) tier populaire, servait de
l Jusqu'à la fin du l Jeudi 28 avril à 14h : maison de jeunes,
mois d’avril : Première A la bibliothèque «Une
comme il en existeédition du «Printemps lecture de Nedjma de
beaucoup en Algérie.théâtral» de Batna. Kateb Yacine», par
me circoncision, sinon les le site, devenu un éta- espaces (salles deDépourvu du strict mini-M Amhiss Ouksel
réunions des associa- blissement public à réunion, de projection,THÉÂTRE NATIONAL Djouer, inspctrice de mum, le site est dépeu-
ALGÉRIEN MAHIEDDI- l’Académie d’Alger. tions à caractère poli- caractère industriel et informatique) dotés deplé. Les jeunes captivés
NE-BACHTARZI tique, que les rendez- commercial, qui assu- toutes les commoditéspar d’autres cieux
(ALGER) BIBLIOTHÈQUE allaient l’abandonner. vous scientifiques et mera les missions de (climatisation, Internet,
l Mardi 26 avril à 19h : MULTIMÉDIA (RUE culturels. vulgariser la vie culturel- vidéoprojecteur, parkingIntervient, ensuite, une
Pièce Le rêve d’un père, DIDOUCHE-MOURAD,
Quand, en 2006, le, scolaire et de forma- de 200 voitures, etc.). première «récupéra-mise en scène par ALGER)
l’APC de Sidi M’hamed tion au niveau de la Son personnel quali-tion», en pleine décen-Hamma Meliani l Mercredi 27 avril
ordonnera une nouvelle commune (mais pas fié assure des servicesnie noire, initiée par l’an-(production TNA). à 14h30 :
Rencontre avec la poé- cienne présidente de la mise à niveau de cette seulement) sans oublier hautement appréciés
CENTRE CULTUREL tesse Soundous autour délégation exécutive infrastructure, beau- la promotion et l’organi- sur les plans culinaire et
FRANÇAIS D’ALGER de son recueil coup, parmi le mouve- sation de toutes sortes artistique. communale (DEC),
Le sacrifice d’Abraham.l Jeudi 28 avril à 19h : me ment associatif notam-de manifestations Un savoir qui metM Sator.
Pièce de Théâtre ment, s’interrogeaient (séminaires, confé- parfaitement en relief leCette dernière ordon-
L’écho… du pas de PALAIS DE
nera la restauration de sur l’utilité d’une telle rences, réunions, AG, site stratégique de cel’homme, une adaptation LA CULTURE IMAMA
la bâtisse haute de sept opération qui grèverait réceptions, concours, centre culturel construitdu texte d’Ahmed Gha- DE TLEMCEN
étages. Un «replâtrage» davantage la trésorerie formations, etc.). dans un cadre qui domi-zali Tombouctou 52 jours l Du 27 avril au
à dos de chameau par 6 mai : qui ne parviendra pas communale. Situé au cœur de la ne la baie d’Alger à
Diarriétou Keïta (mise en Festival international de Ce à quoi les respon- capitale, près de la salle admirer depuis le toit depour autant à dépous-
scène : musique andalouse et siérer l’existence d’un sables de l’Assemblée omnisports Harcha- la terrasse de ce com-
Laurent Massé). des musiques centre qui abritera plutôt populaire communale Hacène, le centre cultu- plexe réservé à l’art et à
anciennes, dans le cadre
les cérémonies fami- ont répondu par du rel Azzedine-Medjoubi la culture.
SALLE EL-MOUGGAR de «Tlemcen, capitale de
liales de mariage et de concret en requalifiant dispose de plusieurs B. M.(ALGER-CENTRE) la culture islamique».
l Jeudi 28 avril à 19h : Mercredi 27 avril re1 RENCONTRE CINÉMATOGRAPHIQUE À EL-TARFL’Institut culturel italien à 20h :
d’Alger en collaboration Concerts de l’Ensemble
avec l’ONCI organise régional de Tlemcen Les dernières œuvres algériennes
une représentation de la sous la direction de Yaci-
pièce de Spiro Scimone ne Hammas, de l’en-
Nunzio, avec Andrea semble Tarab (Iran), et à l’affiche
De Luca et Marcello hommage à
Scuderi (spectacle en Redouane Bensari.
ne fois n’est pas coutume, un court métrage, primélangue française).
les amoureux du septième à Ouagadougou lors duCOMPLEXE U art ont rendez-vous avec dernier Fespaco, Gara-CINÉMATHÈQUE CULTUREL LAÂDI-
ALGÉRIENNE FLICI (ALGER) les dernières œuvres du cinéma gouz, du jeune et pro-
l Mardi 26 avril à 13h l Jeudi 28 avril à 19h algérien primées à l’échelle inter-metteur réalisateur
et 16h : (à l’espace Casbah) : nationale. Abdenour Zahzouh.
Film Coup de tête de Soirée chaâbi avec Cette manifestation au titre Fait important, le der-
Jean-Jacques Annaud Sid-Ali Dris et Kamel
générique de «Rencontre ciné- nier film du Tunisien(France 1978). Aziz, suivie par une
matographique algérienne du lit- Abdelatif Ben Amar, Lepièce musicale jouée parl Mercredi 27 avril à
toral corallifère : El-Mordjane» se palmier blessé, sera pré-13h et 16h : le pianiste Krimo Fed-
poursuivra jusqu’au 29 avril, avec senté au public aujour-Film Fausse donne de dag.
Louis Morneau (USA la présentation, lors de la premiè- d’hui.
1999). GALERIE D’ART re journée, d’un moyen métrage Un hommage particu-
DE L’HÔTEL HILTONl Jeudi 28 avril à 13h muet, Le dernier passager, du lier sera rendu à de
et 16h : D’ALGER cinéaste Mouaness Khamar ainsi grandes figures du ciné-
Film Le doublure de l Jusqu’au 30 avril : que la dernière œuvre du réalisa- ma algérien dont l’actri-
Francis Veber (France Exposition de peinture
teur franco-algérien, Rachid Bou- ce Chafia Boudraâ et le2008). «Couleurs en folie» de
chareb, Hors-la-loi. réalisateur Djamell’artiste Soraya Habbes.
Les cinéphiles de la région Hazourli.PALAIS DE LA CULTU-
auront aussi l’opportunité de voir Daoud Allam
Photo : DR