Synthèse du forum du 4 mars

Synthèse du forum du 4 mars

-

Français
6 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction - matière potentielle : la proposition avec les directives ad
  • exposé
1 Colloque « Paroles de chercheurs » - Forum du 4 mars 2011 Echos du forum La première journée, d'une série de trois, consacrée à la recherche a eu lieu le 4 mars 2011. Ce colloque à l'initiative des députés Maxime Prévot et Marc Elsen, Présidents des groupes cdH respectivement du Parlement wallon et de la Communauté française, a permis d'être à l'écoute des acteurs de la recherche pour dresser un état des lieux et proposer des solutions afin d'améliorer la gestion du secteur de la recherche.
  • système d'intermédiation
  • chèques technologiques
  • acteurs de la recherche
  • rencontre entre l'offre de services scientifiques
  • traçabilité des dossiers et par le recours
  • opérateur optimal
  • coupole de gestion commune au fnrs et au fwo
  • chercheurs
  • chercheuse
  • chercheur
  • communautés
  • communauté
  • recherches
  • recherche

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 63
Langue Français
Signaler un problème
Echos du forum La première journée,d’une série de trois, consacrée à la recherche a eu lieu le 4 mars 2011. Ce colloque à l’initiative des députés Maxime Prévot et Marc Elsen, Présidents des groupes cdH respectivement du Parlement wallon et de la Communauté française,a permis d’être à l’écoute des acteursde la recherche pour dresser un état des lieux et proposer des solutions afin d’améliorer la gestion du secteur de la recherche.Les points suivants ont été abordés et débattus au travers quatre grandes thématiques : Communautarisation des compétences de politique scientifique fédérale ; Innovation ; Lourdeurs administratives ; Evolution des opérateurs de stimulation technologique. Communautarisation des compétences de politique scientifique fédérale Les acteurs de la recherche réclament laclarté quant à une éventuelle communautarisationdes compétences de la politique scientifique fédérale. Ils souhaitent un maintien de ces compétences au niveau fédéral. Sur la question spécifique des PAI (pôles d’Attraction Interuniversitaire), ils rappellent la pertinence de maintenir ces réseaux entre les deux Communautés francophones et flamandes. Les chercheurs rappellent que la mise sur pied d’un réseau prend souvent plusieurs années. Son démantèlement peut être rapide par l’absence de décision politique et anéantir d’un seul coup des années de travail. Aussi, ils plaident pour une reconduction rapide de ces programmes qui arrivent à échéance le 31 décembre 2011 pour mettre fin à l’incertitude qui inquiète bon nombre de chercheurs. Si le scénario d’une communautarisation de certaines compétences fédérales de politique scientifique s’avère inévitable, il conviendra de resterattentifs à trois éléments: 1.d’une part, il faut éviter que le montant global des crédits dévolus à la R&D se retrouve inférieur aux montants actuels ; 2.d’autre part, le transfert de compétences ne doit pas aboutir à l’interruption d’un certain nombre d’efforts de recherche en cours, du simple fait qu’au niveau fédéré d’autres priorités seraient immédiatement avancées pour l’utilisation des moyens transférés; 3. enfin,la gestion des PAI devrait être confiée à une coupole de gestioncommune au FNRS et au FWO.
Colloque « Paroles de chercheurs » - Forum du 4 mars 2011
1
Sur la question spécifique des15 établissements scientifiques fédéraux (ESF),trois pistes sont évoquées : 1. sortirles ESF de leur carcan administratif actuel et accroître réellement leur autonomie, 2. renforcerles synergies avec les initiatives des entités fédérées, notamment avec ce qui se fait dans les institutions universitaires, 3. procéderà un réajustement de leurs moyens, pour les mettre en conformité avec les besoins croissants résultant de leur recours à des moyens techniques nouveaux et de leur insertioninternationale. Depuis 30 ans, la quasi-totalité de notreeffort de R-D en matière spatiale estintégré dans les programmes de l’Agence spatiale européenne (ESA). Notre pays contribue à raison de quelque 5 à6 % au budget de l’ESA. Il en est le 5ème contributeur en montants absolus.Et le « retour » sur le plan industriel de cette contribution est particulièrement élevé pour les entreprises belges. Il ne serait donc pas raisonnable que cette position privilégiée se voie démantelée par une dispersion des responsabilités publiques en ce qui concerne la participation belge à l’effort spatial européen.Il parait en revanche normal que les Régions et les Communautés soient, en matière spatiale, associées de plus près aux choix stratégiques et au suivi des activités aux niveaux national et européen. Les acteurs de la recherche réclament un lieu de coordination et insistent sur la mise sur pied d’unConseil de la Politique scientifique de la Communauté française. Innovation L’innovationest un processus touchant l’entreprise, présent dès qu’une nouveauté et un changement apparaissent impactant la société et créant de la valeur.C’est d’abord un résultat mais aussi une attitude, un processus qui s’inscrit dans un système de management global.C’estunfacteur clé indispensabledans le processus de renouvellement de l’offre, de différenciation et de compétitivité des entreprises.L’innovation réussie est le résultat de la convergence de possibilités techniques et sociétales.L’innovation répond à un besoin.L’innovation n’est pas un mécanisme linéaire mais unmécanisme complexe. Lacréativitéest un concept visant l’individu ou un groupe d’individus. Le chercheur se doit d’être créatif, de proposer des idées porteusessurtout de les organiser de façon et originale.Les composantes de la créativité sont la curiosité, l’observation, le goût de l’insolite, l’imagination, le rêve, la métaphore, la discussion, le débat, la controverse.Dès lors, les conditions de travail données aux chercheurs doivent être adéquates : donner une grande liberté d’initiative dans le cadre des objectifs, donner du tempsla réflexion pour personnelle et collective.L’innovation est plus un art qu’une stratégie par son objectif et sa mise en œuvre.Ladécouverterelève de l’activité scientifique qui tente d’observer, de décrire et de modéliser le monde qui nous entoure. L’inventioncaractérise l’activité humaine
Colloque « Paroles de chercheurs » - Forum du 4 mars 2011
2
d’imagination, de création et de confection d’objets nouveaux. Contrairement à la découverte, l’invention consiste à créer ce qui n’existait pas.L’innovateurvoit le monde différemment, est doté d’un esprit d’entreprise et est moteur de changement. Le chercheur comprend et s’adapte à son environnement, possède un bagage scientifique important qu’il entretient et maîtrise les nouveaux outils pour effectuer des simulations.Il est confronté à un choix permanent entre d’une part la créativité risquée et d’autre part l’immobilité stérile; entre la créativité tranquille et l’agitation stérile.Les mots clés de la réussite sontconnaissance mutuelle et confiance. La synergie créée par la collaboration fait émerger des facultés de représentation, de création et d’apprentissage supérieures à celles des individus isolés. L’innovation crée une rupture ou une turbulence. Le changement suscite des incertitudes. Aussi, lesingrédients nécessaires pour activer la créativitéet le changement au sein d’une entreprise ont été mis en évidence et notamment : expliquerau sein de l’institutionl’objectif général poursuivifaire adhérer à celui-ci et (besoin d’une vision partagée), créer les conditions propices à la génération et àla circulation d’idées,recourir àdes équipes pluridisciplinaires, susciter des regards externes neufs et « candides », encourager la créativité à tous les étages, valoriser et reconnaîtrele travail d’innovation,aborder l’innovation comme unprocessus allant de l’idée vers la commercialisation, aller au-delà des frontières (langues) ; intégrer dans le processus d’innovation la dimension «sciences humaines ». Leplan Marshallreconnu comme étant un levier considérable en matière de R&D. Il a est constitué une rupture forçant la communication et le travail entre les différents acteurs. Il a été lui-même une innovation majeure pour l’ensemble du secteur.Les entreprises innovantes ont un besoin important de personnel technique (ingénieurs & techniciens). Il est donc crucial que les pouvoirs publics investissent dans la formation et la sensibilisation aux métiers scientifiques. Ce point sera par ailleurs abordé en détail lors du troisième et dernier forum du 6 mai, avec Frank De Winne. Lourdeurs administratives Les exposés et débats relatifs aux lourdeurs administratives ont permis de donner trois échos différents. Celui desinstitutions universitaires: Les chercheurs sontoppressés par les lourdeurs administratives quiprennent trop de place. Les attentes vis-à-vis de l’Administration sont:rigueur, qualité, objectivité, compétence et souplesse.
Colloque « Paroles de chercheurs » - Forum du 4 mars 2011
3
Quelques pistes ont été évoquées pour remédier aux lourdeurs administratives:faire de la gestion administrative un métier; le reconnaître comme tel et comme plus-value pour tous (chercheur & bailleur) ; y former, dès le master spécialisé, pendant le doctorat, voire par la formation continue; créer deréels partenariatschercheurs et entre administratifs basés sur la confiance. Celui desentreprises :La recherche est un processus complexe et risqué requérant des procédures simples. Or, les entreprises ont du mal à se retrouver dans lelabyrinthe des aides régionales et plaident pour un guichet unique, qui constituerait un point central de dispatching vers des départements spécialisés. Elles estiment le délai detraitement des dossiers trop longet suggèrent une réactivité plus grande dès le dépôt du projet quitte à avoir un entretien direct avec le fonctionnaire responsable. Il convient de mettre un moteur dans la gestion des dossiers plutôt qu’un frein! Elles rappellent que la recherche est une démarche coûteuse aux résultats incertains. Elles plaident pour unediminution des charges sur les chercheurset saluent à cet égard la mesure relative à la déductibilité du précompte professionnel qui devrait idéalement atteindre 100%. Elles souhaitent le maintien, voire le développement deschèques technologiques qui s’est avéré être un outiltrès efficace pour répondre à des besoins ponctuels en chercheurs. Celui de l’Administration: La mission du Département des Programmes de Recherche de la DGO6 estd’améliorer le niveau scientifique et technique desdifférents acteurs de la recherche pour contribuer à terme au développement économique de la Wallonie. La gouvernance de la recherche: c’est un métier! De l’appel à propositions vers le démarrage d’un projet,un an et demi peut s’écoulereu égard aux diverses phases du projet : rédaction de la proposition avec les directives ad hoc, dépôt de la proposition, analyse par des experts indépendants, analyse par l’Inspection des Finances. Cette longue procédure est aussi le prix d’une gouvernance de qualité. Par ailleurs, l’orthodoxieet les contrôles doivent être de rigueur lors de la gestion des biens publics. Desprogrès ont été accomplis dans la gestion administrativedes dossiers notamment par la voie des formulaires intelligents, par la traçabilité des dossiers et par le recours à des experts qui assurent la transparence dans la sélection. Evolution des opérateurs de stimulation technologique L’intermédiation scientifique et technologique consisteà favoriser larencontreentre l’offre de services scientifiques et technologiqueset les besoins de la société dans son ensemble et en particulier ceux des entreprises. Concrètement, cela passe du conseil en valorisation par l’évaluation de projets, la recherche de partenaires, le montage de dossiers de financement, la diffusion d’informations stratégiques, l’appui à la création et au développement de spin-off, etc…
Colloque « Paroles de chercheurs » - Forum du 4 mars 2011
4
Lacartographie des acteurs wallonsen matière d’intermédiation estdense etcomplexede sorte que la lisibilité et lavisibilité des services de l’intermédiation n’est pas assurée de manière optimale. Dans ce labyrinthe, des efforts ont été accomplis pour assurer une meilleure visibilité des opérateurs entre eux, pour qu’ils travaillent en partenariats et échangent des informations. Trois priorités sont essentielles en matière d’intermédiation: 1. Amenerdavantage d’entreprisesbénéficier des compétences technologiques à existantes dans les centres de recherche en connaissant mieux les bénéficiaires finaux du système et leurs besoins ; 2. Poursuivrelastructuration du système et le décloisonnement des opérateurs en stabilisant les fonctions d’intermédiation, en limitant la concurrence entre les opérateurs et en renforçant la coopération entre les opérateurs d’animation économique et les opérateurs d’intermédiation technologique;3. Assurerlacohérence des initiatives publiques, notamment par une plus grande lisibilité des aides, une meilleure articulation des instruments financiers pour soutenir les projets innovants, une cohérence dans les outils créés (initiative «Creative Wallonia, statut pôle/clusters, etc…) .Lespôles de compétitivitéont permis de mobiliser des entreprises qui n’étaient pas « clientes» du système d’intermédiation et à stimuler des projets en partenariats.A propos del’idée d’unecoupole, porte d’entrée unique etbien identifiée permettant à chacun de s’y retrouver et d’être dirigé vers l’opérateuroptimal, la question reste ouverte : D’aucuns plaident pour la création d’une telle coupole unique d’intermédiation pour éviter les doublons et assurer davantage de lisibilité, de visibilité et de cohérence. D’autres plaident pour la richesse de la multitude des acteurs et des réseaux d’intermédiationchacun ayant sa spécificité et justifiant ainsi sa pertinence, l’objectif final étant de trouver le prestataire adéquat quel que soit le point d’entrée.Les initiatives publiques saluées lors du Forum….Leplan Marshallconstitué une rupture forçant la communication et le travail de a partenariat entre les différents acteurs. Lespôles de compétitivitéont mobilisé des entreprises qui n’étaient pas nécessairement « clientes »du système d’intermédiation et qui le sont devenues dans le cadre de projets en partenariats. Leschèques technologiquessont un outil efficace pour répondre à un besoin ponctuel. Ladéductibilité du précompte professionnel des chercheursest un mécanisme à amplifier car il apporte des moyens supplémentaires en faveur de la recherche.
Colloque « Paroles de chercheurs » - Forum du 4 mars 2011
5
Plus jamais cela! Dans le cadre de la régionalisation del’Institut d’Hygiène et d’Epidémiologie, des équipements ont été partagés entre la Wallonie et la Flandre de telle manière que l’outil estdevenu inutilisable ! Les chercheurs attendent des pouvoirs publics davantage de cohérence ! Si la régionalisation et/ou la communautarisation de certaines compétences étaient inévitables, il est indispensable quelles soient préparées intelligemment et ne suivent surtout pas cet exemple.
Colloque « Paroles de chercheurs » - Forum du 4 mars 2011
6