8 pages
Français

EMPLOI

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

EMPLOI

Informations

Publié par
Nombre de lectures 97
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo
0,5
0,0
I   Enpoints 2
PIB,variation en 1,5
1,0
0,5
ème Réponseen4 deCouverture
– 1
2001
1999
Les Français sont régulièrement des champions de l’inquiétude (61 %), suivis par les Italiens (50 %), les Allemands (48 %) et les Anglais (33 %)
décrète pas, de l’insee à la banque de france en passant par eurostat, les indicateurs de confiance sont médiocres, mais que reflètent-ils réellement ?
2000
L'optimismeàun niveau recordàlafin2000
2002
I  ,solde des réponses,CVS
acteurs économiques sur leur situa-tion et leur avenir ne valent pas for-cément prédiction de leurs compor-tements futurs, les conjoncturistes le savent bien. Ces mêmes Fran-çais, pessimistes et râleurs selon tous les sondages, ont maintenu leur soif de consommation à un niveau qui a sauvé l’économie fran-çaise de la récession durant les deux années écoulées. Autrement dit, les fameux indicateurs de confiance doivent, pour être pris pour ce qu’ils sont réellement, décortiqués avec soin. Pascal Blanqué, directeur des étu-des économiques au Crédit agrico-le, explique ainsi que« la sinistrose a deux moteurs : le premier est conjoncturel, c’est la situation de l’emploi et le niveau du revenu à un moment donné ; le second est struc-turel, lié à l’avancement des réfor-mes des grandes institutions du pays (retraite, santé, éducation), dont les déficits font peser une grande incerti-tude sur l’avenir ». Les économistes observent ainsi que l’annonce de la réforme des retraites, au prin-temps 2003, a libéré une partie de l’épargne jusqu’ici bloquée par pré-caution. Ce type de mécanisme inci-te d’ailleurs les gouvernements européens à vouloir pousser les feux des réformes pour, espèrent-ils, inverser les anticipations des ménages et des entreprises et obte-nir un surcroît de consommation et d’investissement. Malheureusement, s’attaquer aux piliers de la sécurité sociale – au sens premier du terme – peut aussi conduire à diminuer les reve-nus globaux des catégories les plus fragiles, susciter leur mécontente-ment et peser négativement sur… les anticipations des acteurs écono-miques. Comme l’observe le statisticien Serge Darriné, membre de l’asso-
Nouvellesérie àpartirde novembre2003
Dernière observation octobre2004
ne à la joie. Le dossier spécial que consacre le magazine américain Timedans son édition du 7 février à « La science de la bonne humeur » contient une infogra-phie intéressante où l’on constate que sur l’échelle mondiale du « pro-duit intérieur brut de bonheur assu-mé », dans la catégorie des pays relativement fortunés, la France tient bien son rang. En tout cas bien mieux que les Allemands ou les Japonais. Et elle n’est plus seule à maugréer, si l’on en croit John Monks, secrétaire général de la Confédération européenne des syn-dicats, qui dénonce« le manque de confiance en l’avenir des Euro-péens »qui, craignant pour leur emploi et pour leur retraite, frei-nent la consommation, facteur-clé de la croissance, dont le stimulant demeure le crédit accordé au futur. La tentation est donc grande, pour la classe politique, d’imputer les difficultés économiques au man-que d’optimisme des Français, plu-
Source :Insee LE BLUES DE L'HEXAGONE a sinistrose est un mal diffus aussi difficile à contenir que son antido-te naturel – la confian-bBpeaarrvneLss,epeergureeàjnenoralbonneaasno,zermeleuqtivuotegaràtelchéaiofcetà ce – à instiller. Depuis La France qui tombe(Per-rin, 2004) de l’essayiste Nicolas ceux, de la même veine, qui l’ont suivi.Descontre-feuxontcertes été allumés, telLa France peut se ressaisir(Economica, 2004) du tan-demPatrickArtus-MariePaule Virard, mais de toute évidence les Français ont encore le moral dans les chaussettes. Questiondhabitude,serait-on tenté de dire quand on sait la répu-tation de pessimisme, de continuel mal-être qui colle à la semelle des Français. Pierre Giacometti, codi-recteur général d’Ipsos France, qui, depuis des années, confronte le moral de l’Hexagone à celui des autres pays européens, ne dément pas le ton éternellement désabusé qui, semble-t-il, caractérise un peu-ple jugé aussi râleur que dénué d’enthousiasme. En prenant com-me échantillon une demi-douzaine de pays européens et comme ques-tion la confiance ou pas dans l’ave-nir, les Français sont régulièrement des champions de l’inquiétude (61 %), suivis par les Italiens (50 %), les Allemands (48 %) et les Anglais (33 %). Quant à ceux qui se disent « très confiants »sur leur avenir, ils ne sont que 4 % de Français, moitié moins que la moyenne européen-ne, et surtout que les 24 % d’Améri-cains qui affirment avec certitude leur foi dans l’avenir ! Pourtant, à y regarder de plus près, la France n’est pas nécessaire-ment un cas congénital de moral en baisse au regard d’autres pays qui chanteraient à l’unisson l’hym-
9 6 3 0 3 6 1998 9900 0102 03 04* * Prévisions Source :Comité national destatistiques
DE BONS INDICATEURS PIB,variationsannuelles,en%
ciation Pénombre, qui réfléchit sur l’usage des chiffres dans le débat public, « Je me suis toujours deman-dé pourquoi la presse prenait l’en-quête mensuelle de conjoncture de l’Insee pour un indicateur du˘moral des ménages, alors que les questions qui sont posées˘concernent le seul domaine de l’économie : situation financière personnelle, niveau de vie, opportunité d’acheter et d’épar-gner ».Or ce sont ces réalités qui déterminent, en dernier lieu, le
tant, il serait cruel de rappeler au « premier socialiste » les déclara-tions désabusées faites en son temps par Lionel Jospin à l’adresse d’ouvriers promis à la délocalisa-tion, venus chercher un peu de réconfort auprès du premier minis-tre et qui s’entendaient répondre que« le politique ne peut pas tout ». Mais jouer sur le seul registre de la confiance risque de ne pas rap-porter les résultats escomptés, car les opinions subjectives des
UMP sur le budget, dans un entre-tien auxEchosdu 10 février, à « cultiver le terreau de la confian-ce ». Ce à quoi François Hollande, premier secrétaire du Parti socialis-te, rétorque, dans des propos confiés àL’Expressle 31 janvier, que« la confiance se mérite ». Pour-
OFFRES D’EMPLOI
comportement économique des Français. Alors que le moral, observe Serge Darriné,« peut être influencé par d’autres choses que les revenus, l’épargne˘ou les achats ! Citons en vrac : la santé, la météo, les relations amoureuses, les˘en-fants, les vacances, la victoire d’une équipe de football, les résultats d’une élection… »
Serge Marti et Antoine Reverchon
tôt que l’inverse. Il suffirait, pen-sent certains, d’un simple déclic psychologique pour que la crois-sance reparte. Alors que, le 5 février, des centaines de milliers de manifestants investissaient la rue au nom de la défense de l’em-ploi, du pouvoir d’achat et des 35 heures, les mesures annoncées le 8 février par Hervé Gaymard en faveur des PME et des classes moyennes visaient, explique Hervé Mariton, porte-parole des députés
04
03
se
Le moral ne il se mesure
ECONOMIE MARDI 15 FÉVRIER 2005
FOCUS Le flou demeure sur la politique économique qu’entend dicter Vladimir Poutine. Ce qui n’empêche pas la grande distribution de partir à la conquête de la Russie p. V
BOUSSOLE En Iran, un groupe d’économistes accuse le Parlement de ne pas mettre à profit une conjoncture plutôt favorable pour poursuivre les réformes déjà engagées p. IV
Dirigeants Finance, administration, b b juridique, RH Banque, assurance b Conseil, audit Marketing, commer-b b cial, communication Santé Indus-b b tries et technologies Carrières inter-b nationales Multipostes Collectivi-b b tés territoriales p. IX à XVI
EMPLOI b L’hôtellerie-restauration met les bouchées doubles pour recruter. Une campagne, en partie financée par l’Etat, vise à attirer des candidats dans un secteur qui compterait des milliers d’offres non pourvues p. VII b Le gouvernement de Tony Blair lance la chasse aux MBA étrangers p. VIII
I (industrie manufacturre), en%,CVS
Mars 2003, leplusbashistorique depuis1996 2003 2004
108 107 106 105 104 103 102 101 100 A M J J S O N D J Source :Insee200405 DES PATRONS ATTENTISTES
À LIRE DANS LE DOSSIER > Quand l’Insee sonde les cœurs et les portefeuilles p. II > Un sourire en orII p. > Les économistes préfèrent scruter les comportements réels p. II > Pierre Giacometti, codirecteur général d’Ipsos France : « Les Français transmettent leur inquiétude d’une génération à l’autre »III p. > Aux Etats-Unis, un indice attendu le dernier mardi de chaque moisp. III
20
2
– 40
30
– 10
0
10
1
0
B I GA P P L E * P E U T-E L L EE NC O REGRAND IR?
94 95 969798 9900 0102 Source :Commission européenne/Eurostat UNE MOROSITÉ ÉGALEMENT EUROPÉENNE