Le secret 07

Le secret 07

-

Documents
255 pages

Description

Aube aime son père. De tout son coeur. Il est le soleil de sa vie, son prince charmant, le gardien de ses rêves et de ses cauchemars.
Son père aime sa petite princesse. De tout son corps. Elle est l'inspiration de ses jeux interdits, son unique obsession, son pantin.
Ensemble, ils filent le parfait bonheur. Jusqu'au jour où il lui prend ce qui lui restait d'enfance et d'innocence. Aube commence alors à s'éteindre pour ne reprendre vie que bien des années plus tard, peu avant son dix-huitième anniversaire, dans un bureau du directeur de la protection de la jeunesse.
L'expérience d'Aube ressemble malheureusement à celle de nombreux autres filles et garçons… mais elle a ceci de spécial : Aube a choisi de briser le silence. Dans ce roman, l'inceste est abordé sans tabous afin de lever le voile sur un sujet dont les victimes craignent de parler et sur lequel leur entourage ferme trop souvent les yeux.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 25 mai 2012
Nombre de lectures 27
EAN13 9782896621620
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un problème
Le secret
Linda Priestley
Le secret
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Priestley, Linda Le secret (Tabou ; 7) Publ. antérieurement sous le titre: Inceste. Montréal : SMBI, c1997. Pour les jeunes de 14 ans et plus.
ISBN 978-2-89662-162-0
Conversion au format ePub:Studio C1C4
1. Inceste - Ouvrages pour la jeunesse. I. Titre. II. Titre : Inceste. III. Collection : Tabou ; 7.
HV6570.6.P75 2011
j306.877
C2011-941117-2
Édition Les Éditions de Mortagne C.P. 116 Boucherville (Québec) J4B 5E6
Distribution
Tél. : 450 641-2387 Télec. : 450 655-6092 Courriel :info@editionsdemortagne.com
Tous droits réservés
Les Éditions de Mortagne © Ottawa 2011 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale de France e 3 trimestre 2011
ISBN 978-2-89662-162-0
1 2 3 4 5 — 11 — 15 14 13 12 11
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition et celle du gouvernement du Québec par l’entremise de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec - Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres - Gestion SODEC.
Membre de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL)
Pour tout commentaire ou question technique au sujet de ce ePub :service@studioc1c4.com
Pour tous les pères qui oublient trop facilement, Pour toutes les petites filles qui ne peuvent oublier…
Prologue
« Si tu ne viens pas, Aube, tu sais ce qui arrivera… » Je blêmis en entendant cette menace à peine voilée. Je jette un coup d’œil à ma montre : il est deux heures et demie. Plus que trente minutes. Trente minutes ! Il a tout prévu, tout calculé, le salaud. Je l’imagine savourer son heure de gloire, assis devant l’horloge du salon en se frottant les mains, qu’il a sans doute moites. Ces mains que je trouvais autrefois si belles… Je raccroche le combiné et sors en courant de chez moi. Je dois faire vite, il me faut un taxi tout de suite. Maintenant. Au bout d’une éternité, une voiture apparaît au coin de la rue. Je la hèle d’un bras lourd. Grâce au ciel, le chauffeur m’a remarquée et roule maintenant vers moi. L’auto s’immobilise à peine que je m’y engouffre, le cœur battant. Je veux lancer l’adresse au chauffeur, mais aucun son ne sort de ma bouche. Il se retourne vers moi, l’air interrogateur. J’essaie de nouveau de prononcer un mot, mais c’est peine perdue. Je suis au bord des larmes. — Ça va ? Tu es plutôt pâlotte. Tu n’es pas malade ? me demande-t-il, sincèrement inquiet. Je fais signe que non. Non, je ne vais pas bien. Non, je ne suis pas malade. Soudain, j’ai une idée : je fouille dans mon portefeuille et en sors une carte d’identité sur laquelle figure mon ancienne adresse. Je la lui montre. — Tu as oublié ta propre adresse ? D’une certaine manière, oui… Dans le taxi qui file, j’essaie de remettre de l’ordre dans mes idées. J’ai cru que je pourrais fuir le passé, tout oublier, tout laisser derrière moi… Mais la menace qui gronde me rappelle que ma liberté a un prix, un prix que je refuse de payer. Je relève la tête pour voir où nous sommes. Nous approchons. Je regarde ma montre à nouveau. Il ne reste que trois minutes avant l’échéance… Deux minutes… Nous tournons le coin d’une rue si familière. Plus qu’une minute… La maison est toujours là, évidemment. J’ai mal juste à la regarder. Trente secondes… Je règle la course au chauffeur en tremblant d’énervement et me précipite hors de l’auto. À une vitesse affolante, je grimpe les marches qui mènent au perron. Mon cœur pompe probablement aussi fort qu’un fumeur qui vient de courir un marathon. La porte d’entrée est verrouillée, mais j’ai encore la clé. L’avait-il deviné? J’entre à toute volée et m’élance vers l’escalier. Plus que dix secondes… Je monte les marches quatre à quatre et arrive devant la porte de ma chambre, qui est entrouverte. Je l’ouvre sur une scène qui me ramène dix ans en arrière. Une scène horrible, trop souvent vécue… Une enfant qui me ressemble est allongée sur mon ancien lit. En m’entendant entrer, l’homme qui se penche sur elle relève la tête et me regarde.
Ces yeux… J’ai un goût de meurtre dans la bouche. Je retrouve aussitôt la voix et me mets à crier à en perdre haleine. Puis, d’un bond, je me jette sur mon père.
L’univers de papa
Au commencement, il y eut lui. Ensuite, il y eut ma mémoire de lui.