MAGALIE

MAGALIE

-

Documents
17 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Trois histoires dont le principal personage est Magalie, une fille de 5 ans qui decouvre l'amitie, le voyage en avion et le chien errant.
des histoires pour enfants realiste et constructive.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 mars 2019
Nombre de visites sur la page 13
Langue Français
Signaler un problème
MAGALIE
HISTOIRES D’ENFANTS POUR UNE DOUCE NUIT
Insaf AZZOUZI
Début d’une Amitié
Magalie une petite fille de cinq ans vivait avec ses parents et son frère ainé dans leur maison modeste mais conviviale. Cette petite fille souhaitait avoir une petite sœur pour jouer avec elle, car son frère Cédric ne le fait jamais, il préférait s’amuser dehors avec ses amis. Magalie s’ennuyait à la maison quand elle rentre de l’école, elle passait son après-midi dans sa chambre à dessiner et jouer seule aux poupées ou dans la cuisine à regarder sa maman préparer le diner. Sa maman ne pensait pas que Magalie s’ennuyait autant parce que sa fille ne lui disait rien. Mais chaque jour, Magalie de plus en plus triste a demandé enfin à sa maman de lui donner une sœur, sa mère a rigolée et lui a répondu gentiment:«ton frère Cédric s’ennuyait aussi quand il avait cinq ans et m’a demandé de lui donner un frère et tu es venue au monde ma Chérie, tu as déjà un grand frère qui t’aime»,«mais maman, il ne joue pas avec moi aux poupées!», répondit Magalie avec une voix désespérée, Mathilde, sa maman, lui a pris sa petite main toute moite et lui chuchota à l’oreille:«tu veux que je joue tout à l’heure avec toi?» «Mais non maman tu n’es plus une petite fille… tu es trop grande pour ça!»
Mathilde a mis la table et a demandé à sa fille d’appeler son papa et son frère pour le diner, une fois la famille installée, Mathilde donna un petit coup de pied sous le table à Florent son mari qui comme d’habitude était plus concentré sur son téléphone que de s’amuser avec eux, vexé il soupire, leva sa tête et demanda à ses enfants comment s’est passée leur journée à l’école, Cédric fut le premier à répondre et a raconté avec prétention comment sa maitresse de français l’a félicité pour la bonne note qu’il a eu a l’expression écrite et lui a même demande de lire son texte à ses camarades de classe, Mathilde était fière d’entendre ca mais inquiète elle regardait sa fille distraite et elle a eu une idée qu’elle devait mettre en pratique, et elle a dit: J’ai envie de faire une petite fête chez nous et inviter les amies de classe de Magalie, qu’est-ce que t’en pense ma chérie? elle a bien sur ignoré le grimace que vient de faire son fils, elle a lu une lueur d’espoir et de joie dans les yeux de sa fille qui a hochée sa tête en signe d’accord.
Une fois le diner terminé, chacun prend sa place, son mari, Florent au salon, Cédric dans sa chambre pour faire ses devoirs, quant à Magalie, elle attendait sa maman, qui vient tout juste de finir de laver la vaisselle, pour discuter avec elle de la fameuse fête, Mathilde était fatiguée mais ne voulait pas la décevoir, elle a pris un papier et stylo pour noter les noms et préparer le texte de l’invitation que Magalie va distribuer à ses amies et enfin le menu à
présenter à la fête. Elle était contente de sentir l’excitation de sa fille.
Magalie toute fière a cité la liste de ses amies de classe à inviter à sa fête, Enfin elle laissa le soin à sa mère pour rédiger le texte d’invitation et passer ensemble le lendemain à l’imprimerie pour choisir les faire-part. Elle se laissa bercer dans son lit, imaginait déjà la longue robe bleue qu’elle allait mettre, le collier de perles blanches que sa grand-mère lui a offert le mois dernier, elle se voyait entrain de recevoir ses amies à la maison comme une princesse qui ouvre le bal et éblouit ses invitées.
Le matin, Magalie se lève tôt motivée pour aller à l’école et annoncer la fête à ses camarades qui aura lieu dans cinq jours. Le reste de la semaine se passa paisiblement entre l’achat des courses, l’impression et distribution des faire-part. Magalie ne s’est jamais sentie heureuse, ses parents lui ont certainement organisé auparavant des fêtes d’anniversaire, mais c’était seulement en famille, alors que cette fête, elle est spécialement pour elle et ses camarades de classe.
Le jour J est enfin arrivé, grâce à sa maman, le salon s’est transformé en un espace pour enfants, Mathilde a mis dans un coin tous les jouets de sa fille, elle a aussi créé une piste de dance, et dans un autre coin, elle a placé sur la grande table un buffet spécial enfants, Magalie a aidé sa maman et n’arrêtait pas de la remercier et l’embrasser, Enfin vers 16h, Magalie, vêtue de la robe dont elle rêvait toute la semaine, attendait impatiemmentl’arrivée de ses invitées.
Un quart d’heure est passée sans que personne ne soit arrivé, Mathilde essaya de détendre sa fille et enfin la sonnette de la porte d’entrée retentit. Magalie courra pour l’ouvrir mais c’était son frère Cédric qui revenait de son match, Déçue, elle alla regagner sa chambre quand elle entendit la voix de sa copine Sophie accompagnée de sa mère, Magalie sauta dans les bras de sa première invitée et lui fait entrer dans le salon, Mathilde remercia la mère de Sophie qui est partie après avoir demandé quand elle pourra passer récupérer sa fille.
Les deux amies ont à peine commencé à jouer que la sonnette a retentit à nouveau, cette fois c’est sa copine Marie. Une fois les trois amies dans le salon, Mathilde a remarqué que sa fille ne prêtait aucune attention à ses amies mais elle regarda par la fenêtre pour vérifier s’il y aura d’autres copines, mais personne d’autres n’est venu, Magalie désespérée
refusa de jouer avec Sophie et Marie, Mathilde proposa alors aux trois filles de poser pour une photo souvenir, alors sa fille lui cria: «Pas de photo jusqu’à ce que tout le monde soitla maman!» Mathilde regarda sa montre et étant sûre que personne d’autres ne va venir essaya de convaincre Magalie de commencer la fête, et la, Magalie furieuse, éclata en sanglots: «j’ai invité treize amies et n’ai reçu que deux! c’est injuste!» Mathilde regarda Sophie et Marie qui étaient embarrassées d’entendre les propos de sa fille et répondit d’une voix ferme: «Magalie, ce n’est pas une manière de recevoir tes amies qui sont venues spécialement pour toi parce qu’elles t’aiment!» Magalie toute honte s’excusa et essuya ses larmes puis demanda à sa mère de prendre la photo souvenir.
Ensuite, Magalie a tout fait pour se rattraper, partager ses jouets, danser avec elles, elles se sont ensuite servit du buffet mis à leurs disposition, gâteaux, friandises, chocolat et le jus.
La fête se passa plutôt simple et calme que prévue, mais une chose est sure, c’est qu’elles se sont bien amusées. A l’heure du départ, elles s’embrassèrent et Sophie leurs promirent de refaire une autre fête chez elle, elles ont toutes sautée de joie à cette superbe idée.
Le soir au moment de dormir, Mathilde a demandé à sa fille si elle a passé des bons moments Magalie lui a répondu: oui Maman, J’aime beaucoup Sophie et Marie, elles sont si gentilles et drôles, Sa mère lui révéla alors que la vraie amitié est celle qui commence par l’amour.«Tu vois ma chérie, ajouta la mère, ce qui compte ce n’est pas le nombre de personnes qui t’entourent mais l’important c’est la valeur de l’amitié réciproque, la bonne intention et le sens du partage et du respect mutuel, c’est ce qui rend une amitié d’enfance
plus solide et peut même durer pour toute la vie. Et même si tu n’as pas eu de sœur, la vie t’a offert Sophie et Marie et tu ne sentiras plus seule.»
Les yeux de Magalie brillèrent de joie et a promis à sa mère qu’elle ne fera plus d’histoire et qu’elle a de la chance d’avoir aussi une adorable famille qu’elle aime de tout son cœur.
Premier voyage en avion
-«Est-ce que tout le monde est prêt?» Demanda Mathilde à ses enfants.
«Oui maman!» assura Magalie et puis ajouta: Maman, le taxi est la!
Mathilde regarda par la fenêtre, son mari était déjà dehors avec les valises, le chauffeur descendit pour l’aider à les mettre dans le coffre.
Cédric a mis son sac à dos et suivi sa sœur et sa mère à la sortie. Une fois la porte bien fermée à clé, la famille s’installa dans le taxi qui démarra en direction de l’aéroport.
Magalie posa sa tête sur le bras de sa maman, elle était tellement contente de partir en voyage avec sa famille, ce sera la première fois qu’elle va monter dans un avion et n’avait aucune idée comment ce voyage va se passer.Une fois arrivés devant la grande porte principale de l’aéroport, Florent régla l’addition et se laissa aider par un agent à mettre les bagages dans un caddy.Ils entraient tous, Mathilde prenait sa fille par la main, Cédric à côté de son papa pour pousser le caddy, ils se dirigèrent vers le box de l’enregistrement, et attendaient quelques bonnes minutes dans la file avant d’avancer et la dame au comptoir leurs demanda de présenter leurs passeports et billets d’avion. L’enregistrement fut terminé.
Après environ une trentaine de minutes passées aux postes de contrôle de sécurité, la famille entra dans la salle d’embarquement, Magalie, fut éblouie par la grandeur des avions qu’elle voyait à travers la façade vitrée de la salle, elle s’approcha encore de la vitre pour contempler de près chaque avion stationné dans l’aire de trafic, chacun est diffèrent des autres par le nom et les couleurs de la compagnie aérienne à qui il appartient, Magalie retourna vers son père et lui demanda: «Papa, quel est notre avion?» son père faisait semblant de chercher et lui a dit:«on le saura dans quelques instants ma petite».
Ensuite on entendit la voix de l’hôtesse d’accueil informant les passagers de se présenter à la porte d’embarquement, Mathilde confirma à ses enfants qu’il s’agit bien de leurs vol.
Magalie marcha à côté de ses parents qui présentent à l’hôtesse leurs cartes d’embarquement, la dame sourit et leurs souhaite un bon voyage. Magalie retient son souffle en montant à bord de l’avion, elle sentit la puissance du moteur et la vibration sous ses pieds, le bruit était stupéfiant, une autre hôtesse à l’entrée les accueilli chaleureusement et leurs montra les sièges, Cédric a demandé à sa sœur d’avancer,
Mathilde et Florent marchèrent derrière leurs enfants, et regagnèrent leurs places. Florent se mit à côté de la fenêtre, Cédric à côté de son père, puis Magalie et enfin leur maman.
Magalie regarda autour d’elle les sièges bleus tous alignées, les fenêtres en forme ovale, les passagers qui montaient les uns après les autres, d’autres rangeaient leurs valises dans le coffre. Une hôtesse qui aidait les personnes âgées à s’installer, après que tout le monde soit assis, on entendit la voix du pilote à travers le micro, il souhaita la bienvenue à bord de l’avion et après avoir donné les détails du vol, il annonçait que l’avion va décoller dans quelques instants.
Florent donna à ses enfants et sa femme du chewing gum: «ça vous évitera les oreilles bouchés» dit-il et fait un clin d’œil à Magalie.
Puis un Steward se mettait au milieu pour montrer les consignes de sécurité, ses signes sont expliqués par la voix audio de l’hôtesse. Tout le monde écoutait attentivement, sauf
quelques enfants qui parlaient, un bébé qui pleurait. Mais Magalie regardait toute concentrée le monsieur en uniforme qui montra comment attacher la ceinture de sécurité et beaucoup d’autres consignes qu’elle ne comprenait pas mais ne laissa aucun détail lui échapper.
Enfin, le moment du décollage arriva, Magalie senti l’avion bouger lentement, elle regarda alors par la fenêtre et voyait les autres avions alignés, leur avion s’éloigna petit à petit jusqu’à joindre la piste de décollage, et puis 3, 2, 1 l’avion se mit à accélérer jusqu’à atteindre sa vitesse maximale avant de s’envoler, alors Magalie ferma les yeux et senti la main de sa maman prendre la sienne, puis elle ouvrit les yeux, et regarda encore par la fenêtre, l’avion était déjà dans le ciel, Magalie eu une forte sensation en voyant les quelques nuages gris, et l’avion qui continuait à s’envoler plus haut, son papa lui demanda de regarder encore en bas, tout semblait presque miniature, elle se rappela alors de la grande roue du manège à laquelle elle est montée avec ses parents le mois dernier, et comment les gens étaient petits en bas.
Mathilde interrogea sa fille: «alors ma chérie, j’espère que tu n’as pas eu peur»
Et Magalie sourit excitée: pas du tout maman, ça ressemble au manège! Cédric au contraire était tout pale et tremblait, sa sœur amusée le taquinait: «calme toi Cédric, tu ne vas pas tomber» après un moment, elle a vu l’hôtesse pousser un chariot, c’était l’heure du déjeuner, Mathilde déplia pour sa fille la tablette du siège pour y déposer son plateau et Mathilde commença à déguster son repas, et exceptionnellement, elle a eu droit à une boisson gazeuse avec du gâteau parce qu’elle s’est bien comportée, «comme une adulte!» a affirmé son père.
Le long du voyage se déroula magnifiquement bien, on lui a donné à elle et son frère des livres de coloriage et des crayons de couleurs pour s’occuper un peu pendant que sa mère dormait et son père lisait un magazine.
Après une heure et demie de vol, la voix du pilote annonçait que l’avion est arrivé à destination et on demanda aux passagers de remettre leurs ceintures parce que l’avion va atterrir dans quinze minutes. Magalie boucla sa ceinture et regarda par la fenêtre, tout était bleu, blanc et beau. Et puis vint le moment de l’atterrissage, Magalie sentait l’avion pencher vers le bas, elle a attrapé la main de sa mère qui la rassura, elle n’a ouvert les
yeux que quand elle a senti les roues toucher le sol, et puis ralentir petit à petit jusqu’à freiner, certains passagers ont poussé des cris de joie. Cédric cette fois était content de n’avoir pas eu peur et taquinait sa sœur qui était un peu angoissée en disant: «ça ressemble au grand huit du manège». Ses parents riaient et se levaient ensemble pour quitter le bord de l’avion.
Magalie était très contente par cette belle expérience et ne regrettera jamais son premier voyage en avion.