L’Enfant

L’Enfant

-

Documents
22 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Extrait de la publication Extrait de la publication L’Enfant Extrait de la publication LEBACHELIER L’INSURGÉ Du même auteur dans la même collection Extrait de la publication VALLÈS L’Enfant  PRÉSENTATION NOTES DOSSIER CHRONOLOGIE BIBLIOGRAPHIE par Silvia Disegni GF Flammarion Extrait de la publication © Éditions Flammarion, Paris, 2007. ISBN : 9782081205086 P r é s e n t a t i o n ITINÉRAIRE D’UN INSOUMIS JOURNALISTE D’ABORD Pour Jules Vallès, il y a un avant et un après la Commune de Paris.

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 11
Langue Français
Signaler un problème
Extrait de la publication
Extrait de la publication
L’Enfant
Extrait de la publication
LEBACHELIER LINSURGÉ
Du même auteur dans la même collection
Extrait de la publication
VALLÈS
L’Enfant
PRÉSENTATION NOTES DOSSIER CHRONOLOGIE BIBLIOGRAPHIE par Silvia Disegni
GF Flammarion Extrait de la publication
© Éditions Flammarion, Paris, 2007. ISBN : 9782081205086
P r é s e n t a t i o n
ITINÉRAIRE D’UN INSOUMIS
JOURNALISTE D’ABORD Pour Jules Vallès, il y a un avant et un après la Commune de Paris. Cet événement est l’un des plus marquants de son existence, puisqu’il incarne le moment où son rêve de révolte, nourri depuis l’enfance, peut finalement devenir réalité ; marquant aussi parce qu’il en subira les consé quences : une fois le mouvement écrasé, à l’aube de la e III République, il sera condamné à mort par contumace et connaîtra neuf ans d’exil à Londres, qu’il passera en partie dans l’isolement et la misère jusqu’à l’amnistie de 1880 ; marquant encore, parce que l’exil a provoqué une détérioration de sa santé dont il paiera le prix : il mourra cinq ans après son retour à Paris ; marquant enfin, parce que c’est en exil qu’il écrira la trilogie, cet ensemble roma nesque composé deL’Enfant(1878), duBachelier(1879) et deL’Insurgé(publié à titre posthume, en 1886), qui le consacrera écrivain en le faisant changer de statut : à partir de ce moment, il ne sera plus simplement journaliste, mais bien romancier, même s’il ne cessera jamais d’écrire dans la presse et de fonder ses propres journaux. Car Vallès, avant l’exil, est avant tout un journaliste. Et l’un des journalistes les plus demandés et les mieux payés du Second Empire, les plus originaux et les plus appréciés des lecteurs et des directeurs qui, pour l’avoir comme collaborateur, risquent les sanctions de la censure 1 impériale . La presse en est alors à une période féconde
1. Voir, pour plus de précisions concernant la presse de l’époque en général, Roger Bellet,Presse et journalisme sous le Second Empire, Armand Colin, 1967, et, au sujet de Vallès journaliste en particulier, Roger Bellet, e Jules Vallès journaliste du Second Empire, de la Commune, de la III Répu blique (18571885), Éditeurs français réunis, 1977.
Extrait de la publication
8L ’ E n f a n t
de son histoire : tous les écrivains du siècle y participent, à l’exception notable de Flaubert. Vallès a quant à lui collaboré aux journaux les plus prestigieux du temps : Girardin, le directeur deLa Presse, le sollicite ; Villemes sant, le directeur duFigaropuis deL’Événement, lui accorde très tôt la possibilité d’y écrire des chroniques parisiennes sur la misère des bohèmes de son temps, qu’il réunira en partie dans ses deux premiers recueils (Les Réfractaires, 1865, etLa Rue, 1866), selon les habitudes d’alors ; dansLe Progrès de Lyon, il s’occupe en outre de critique littéraire. À côté des journaux qui appar tenaient à ce qu’on appelait la « petite presse », plus litté raires et moins surveillés par la censure, il écrit dans la presse politique :L’ÉpoqueetLe Courrier du dimanche prennent des risques majeurs en demandant des articles à ce polémiste considéré comme l’un des plus brillants des années 1860, talonné de près par la censure. Il faut dire qu’il ne cesse de tonner contre elle, et plus générale ment contre l’absence de liberté, contre la police et l’armée, contre les abus de pouvoir, contre le coup d’État de Napoléon Bonaparte (1851) dans un article de 1868 qui lui vaut la prison, ou encore contre la culture offi cielle fondée sur la tradition et le classicisme, et transmise aussi bien par les institutions que par la presse de l’époque. En conséquence de quoi il ne cesse de payer des amendes, et se voit contraint de fermer les différents journaux qu’il essaie successivement de lancer :La Rue (1867),Le Peuple(1869), etLe Journal de SaintePélagie, entièrement autographe, écrit en prison en 1868. Vallès fut un journaliste à part entière : tour à tour rédacteur en chef, prote et typographe, il participa à toutes les étapes de la fabrication d’un journal, et se distingua dans chacune des différentes rubriques de presse : les chro niques parisiennes, les éditoriaux, les chroniques litté raires, théâtrales ou judiciaires, les fait divers mais aussi les romans feuilletons, à l’époque dénommés « feuilletons romans » Jean Delbenne(1865),Un gentilhomme,Le 1 Testament d’un blagueur,Pierre Moras(18681869) .
1. Certains de ses articles du Second Empire sont restés célèbres et furent cités dans les contextes les plus variés :Les Victimes du livre
P r é s e n t a t i o n
En exil, loin de Paris, les choses changent. Il ne peut plus publier dans les journaux si ce n’est sous pseudonyme. Il multiplie les projets de collaboration, parfois menés à bien grâce à des amis restés à Paris. Et en 1876, il se tourne vers le roman, encouragé dans cette entreprise par l’homme grâce à quiL’Enfanta pu être publié : Hector Malot, l’auteur deSans famille(1878).
UN ROMAN NÉ DANS LA CLANDESTINITÉ : JACQUESVINGTRAS QuandL’Enfantparut en volume, il n’avait pas le titre que nous lui connaissons aujourd’hui, mais celui de Jacques Vingtras, auquel Vallès voulut ajouter un sous titre : « Les beaux jours de mon enfance » ou « Histoire d’un enfant ». Quant à son auteur, son nom ne pouvait figurer ni sur la feuille du journalLe Siècle, où le texte fut publié en feuilleton du 25 juin au 3 août 1878, ni sur la couverture du volume publié en mai 1879 chez Charpentier, l’éditeur deL’Assommoir, qui avait rem porté deux ans auparavant un énorme succès avec le roman scandale de Zola. Dans le premier cas, le directeur de journal choisit pour Vallès, à l’insu de celuici, le pseudonyme « La Chaussade », une rue du PuyenVelay, leur ville natale, et dans le second, l’auteur suggéra à l’éditeur celui de Jean La Rue, en souvenir du journal La Ruequ’il dirigea en 1867 et qu’il essayait, en 1879, de relancer, mais aussi de son recueil d’articles homonyme. En tête du roman figure déjà la violente dédicace qui
(Le Figaro, 9 octobre 1862) parle de l’influence néfaste des livres sur la vie des hommes qui les imitent aveuglément en perdant le sens de la réalité : « Pas une de nos émotions n’est franche..Joie, douleurs, amours, vengeances, nos sanglots, nos rires, les passions, les crimes ; tout est copié, tout !.LeLivreest là ». Deux assassins citèrent cet article au tribunal pour justifier le crime qu’ils disaient avoir commis à la suite de leur lecture d’un roman feuilleton ! Quant auDimanche d’un jeune homme pauvre, ou le Septième Jour d’un condamné(Le Figaro, er 1 novembre 1860), qui stigmatise la dure existence de la jeunesse intel lectuelle du Quartier latin, bien différente de celle que Murger avait dépeint dans sesScènes de la vie de bohème, il fut repris dans l’une des e entrées duGrand Dictionnaire universel duXIXsièclede Pierre Larousse relative àMonsieur Dimanche.
Extrait de la publication
9