//img.uscri.be/pth/79216f65b59dba27451cde7446db5d96b8081177

Les lumières du ciel

-

Documents
20 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Extrait de la publication Extrait de la publication LES LUMIÈRES DU CIEL Extrait de la publication Extrait de la publication Olivier Maulin LES LUMIÈRES DU CIEL Roman Balland Tous droits réservés © Balland Editeur, 2011 130 rue de Rivoli 75001 Paris www.editionsballand.com ISBN : 978-2-3531-5129-5 « Nous avons arraché les consciences humaines à la croyance. Lorsqu’un misérable, fatigué du poids du jour, ployait les genoux, nous l’avons relevé, nous lui avons dit que derrière les nuages il n’y avait que des chimères. Ensemble, et d’un geste magnifique, nous avons éteint dans le ciel des lumières qu’on ne rallumera plus ! Voilà notre œuvre, notre œuvre révolutionnaire. » René VIVIANI à la Chambre des députés, le 8 novembre 1906 Extrait de la publication Extrait de la publication Première partie La forêt dans la ville Extrait de la publication 1 « J’ai dans ma famille assez de sang noble pour faire trente kilos de boudin. » LORD BYRON J’avais laissé la fenêtre ouverte pendant la nuit. Il avait plu à l’intérieur de la piaule. Le parquet était tout taché, ça sentait le bois mouillé. Les toits brillaient, les pigeons roucoulaient, la matinée était froide mais ensoleillée, une belle journée de fin d’automne. Je ne sais pas pourquoi mais j’avais l’impression qu’elle était pleine de promesses pour moi. J’ai rempli le lavabo d’eau froide, j’ai plongé ma tête dedans, j’ai soigneusement peigné mes cheveux mouillés, je me suis habillé et je suis des- cendu.

Informations

Publié par
Langue Français
Signaler un abus
Extrait de la publication
Extrait de la publication
LES LUMIÈRES DU CIEL
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Olivier Maulin
LES LUMIÈRES DU CIEL
Roman
Balland
Tous droits réservés © Balland Editeur, 2011 130 rue de Rivoli 75001 Paris www.editionsballand.com ISBN : 978-2-3531-5129-5
« Nous avons arraché les consciences humaines à la croyance. Lorsqu’un misérable, fatigué du poids du jour, ployait les genoux, nous l’avons relevé, nous lui avons dit que derrière les nuages il n’y avait que des chimères. Ensemble, et d’un geste magnifique, nous avons éteint dans le ciel des lumières qu’on ne rallumera plus ! Voilà notre œuvre, notre œuvre révolutionnaire. »
René VIVIANIà la Chambre des députés, le 8 novembre 1906
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Première partie
La forêt dans la ville
Extrait de la publication
1
« J’ai dans ma famille assez de sang noble pour faire trente kilos de boudin. »
LORDBYRON
J’avais laissé la fenêtre ouverte pendant la nuit. Il avait plu à l’intérieur de la piaule. Le parquet était tout taché, ça sentait le bois mouillé. Les toits brillaient, les pigeons roucoulaient, la matinée était froide mais ensoleillée, une belle journée de fin d’automne. Je ne sais pas pourquoi mais j’avais l’impression qu’elle était pleine de promesses pour moi. J’ai rempli le lavabo d’eau froide, j’ai plongé ma tête dedans, j’ai soigneusement peigné mes cheveux mouillés, je me suis habillé et je suis des-cendu. À peine le patron m’a-t-il vu qu’il s’est mis à tapoter de ses gros doigts sur le comptoir de la réception d’un air agacé. Il avait une gueule d’hip-popotame, des chemises jaunes puantes en lin froissé et se croyait à la tête duGeorges-V. Un vrai con. – Salut, patron, belle journée en perspective, j’ai dit d’un air enjoué.
11
Extrait de la publication