Les modifications identitaires consécutives au départ de sa clinique & Identité sociale de femmes cadres en recherche d’emploi : action et projet

Les modifications identitaires consécutives au départ de sa clinique & Identité sociale de femmes cadres en recherche d’emploi : action et projet

-

Documents
22 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description


Cette analyse a été effectuée suite à la deuxième session d’entretiens que nous avons eu avec Charlotte, 18 mois après nos premières rencontres. Cet écart entre le recueil et l’analyse des données présente un moyen d’étudier l’évolution des mots identitaires et des capacités en tenant compte des changements de contexte.
&
Cette recherche exploratoire étudie la dynamique identitaire de cadres féminins en recherche d’emploi, selon le modèle de l’égo-écologie de Zavalloni (2007) qui définit l’identité sociale dans une transaction entre le sujet-société
  [Moins]

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 70
Langue Français
Signaler un problème
Les modiIcations identitaires consécutives au départ de sa clinique
42Cette analyse a été efectuée suite à la deuxième session d’entretiens que nous avons eu avec Charlotte, 18 mois après nos premières rencontres. Cet écart entre le recueil et l’analyse des données présente un moyen d’étudier l’évolution des mots identitaires et des capacités en tenant compte des changements de contexte. En efet, durant ce laps de temps, Charlotte a changé d’établissement et elle est parvenue à résorber une grande partie de ses tensions identitaires. L’IMIS intervient dans ce cas de îgure comme un instrument Facilitateur dans l’expression d’un projet. Nous pensons que ces entretiens ont ofert au sujet un moyen lui permettant d’accéder à une meilleure compréhension de soi et, partant, de surmonter la phase dedifusion représentationnellequ’elle traversait.
43Les conits identitaires présents dans la dynamique identitaire de Charlotte, jusqu’alors entretenus par un environnement proFessionnel stressant, ont pu être en grande partie résolus par les changements qu’elle a impulsé. Ainsi, en l’espace de 18 mois, elle a tout d’abord changé d’horaires pour travailler de nuit puis a quitté l’établissement pour intégrer le milieu hospitalier dans le secteur de la recherche clinique, domaine qu’elle estime hautement valorisant. On constate, de Fait, une nette atténuation des tensions intra-personnelles comme le montre la presque disparition du déFaut déjà mineur «hystérique» qui n’est plus actiF puisque sa rigueur proFessionnelle n’est plus malmenée comme elle l’était et que l’ambiance de travail est plus que satisFaisante. Cette thématique agit en relation de contre élaboration déFensive du soi, elle contrebalance maintenant bien plus eïcacement cette Faiblesse proFessionnelle. Charlotte est aujourd’hui enthousiaste et ses collègues partagent cet état d’esprit:
Tous les éléments extérieurs me gênaient. […] Les téléphones, les médecins, les, tout quoi, les entrées standards; de nuit tu n’as plus ça, tu n’as plus rien, il y a le malade et la Famille point, ça s’arrête là […] Hystérique je pensais un peu Fouillon on va dire plutôt, ouais Fouillon, papillonne, je papillonnais à l’époque […]. Je pense que ça ne me caractérise plus maintenant. Non parce que ce serait plus le côté rigolo […]. Elles (ses collègues) sont aussi Folles que moi […]. Il y en a une qui a un degré supérieur.
44Elle prend conscience de l’ampleur de sa nervosité passée et réalise combien son agitation pouvait être désagréable et contre productive:
Mais j’étais une grande Folle négative quoi, je brassais de l’air […] le côté hystérique comme ça de quelqu’un qui bouge sans rien bouger en Fait, ça n’apporte rien, je veux dire à part Faire monter le stress auprès des autres collègues, au boulot auprès des patients, je veux dire ça n’a jamais été productiF […] ces gens qui contrôlent rien et qui en Fait emmerdent tout le monde j’en Faisais partie […]. Oui, mais je m’en rends compte avec le recul maintenant, pas sur le moment, à l’époque là j’avais l’impression du genre qui si j’y était pas le service ne tournerait pas quoi. […] Et d’être partie quand même ça m’a ouF, ça m’a aidée.
45Cette situation passée était si porteuse de stress qu’elle a pu ressentir une aliénation, les évènements l’ayant atteinte jusque dans sa personnalité. Elle était engagée dans un cercle vicieux qui la conduisait vers un risque deburn out. Le stress la désorientait et la rendait «hystérique», de sorte que l’apaisement ressenti suite au changement est considérable et rétablit une cohérence dans son identité:
Ça m’énervait, ça m’énervait moi-même, ça m’épuisait […] je le ressens vachement [l’apaisement], mais je me Faisais peur parFois à cette époque. Je me suis rendue compte avec le recul en changeant de service qu’il était plus que temps, quoi […] C’est avec le recul que je me suis rendue compte que je perdais tout trait de mon caractère, quoi. Je étrissais […]. Je déconnais mais c’était version hystérique, par excès, ça devenait n’importe quoi, j’étais étoufée. On est contrôlable mais ça devient chiant, Franchement.
46Par ailleurs, ses supérieurs hiérarchique et la direction de son établissement n’étant plus les mêmes, la contre-élaboration déFensive du soi qui rétablissait un équilibre à l’injustice perçue, suite au manque de reconnaissance proFessionnelle (elle avait de bons rapports, voire un soutien de la part de la plupart des médecins et des malades), n’a plus lieu d’être. De même, les relations avec le corps médical sont devenues idylliques, elle entretient avec eux des échanges parFaitement équitables et a rencontré le médecin de ses «rêves»:
Les médecins ce sont des collègues de travail vraiment […]. Non, j’ai trouvé le médecin, je pouvais pas imaginer que ça pouvait exister quoi. […] Mais un mec qui a une mentalité d’inîrmière en Fait. […] Lui ses patients il les connat par cœur. Ah oui, il respecte les gens, c’est extraordinaire vraiment hein? […] Il en existe, les «Uro» là où je bossais étaient de très bons médecins avec un côté humain.
47Néanmoins, la diférence la plus notable en termes de reconnaissance proFessionnelle se réalise sur le plan înancier. Le milieu hospitalier réclame une présence plus importante mais il paye en contrepartie les heures supplémentaires, ce qui est perçu comme le signe d’une reconnaissance des salariés et qui a comme conséquence d’amoindrir son impatience et, partant, le sentiment d’intolérance personnelle:
C’était toujours chrono à la main […] c’est vrai qu’on était speed tout le temps quoi, mais je pense que c’était même par rapport à l’ambiance générale, parce que là où je suis on bosse comme des Folles c’est pas pour autant que je suis pas patiente, je le suis peut-être plus. […] Aujourd’hui c’est plus pareil c’est vrai hein, j’ai pas, comment dire? C’est con à dire c’est complètement administratiF mais là où je bosse maintenant je suis payée à l’heure donc j’ai pas 35 heures à régler pointage dépointage, je ne pointe plus, déjà rien que ça sur la patience ça vaut le coup ça. […] Ça peut être le double Facilement ouais, mais vachement mieux accepté parce que beaucoup plus respecté.
48Son nouveau poste est donc épanouissant, les malades sont impliqués dans l’activité du service et le secteur de la recherche clinique apporte de nouvelles voies pour un enrichissement autant personnel qu’intellectuel:
aire de la recherche, il y a vachement de trucs à apprendre quoi; mon cheF médecin il voudrait que je, enîn que je, qu’on Fasse des meetings d’inîrmières de recherche clinique mondiaux, internationaux quoi, c’est génial.
49Ces améliorations vont donc lui permettre de Faire de nombreux voyages pour participer à la recherche inîrmière (elle devient bilingue) et à des actions humanitaires. Ce parcours témoigne d’une volonté «Farouche» de changement qui a sans cesse animé son identité. Elle transparat dans l’évocation de sa spontanéité («je suis partie de chez moi j’avais 18 ans donc je pense que ça Fait partie aussi de la spontanéité de […] de se lancer quoi»), mais surtout au niveau du mot identitaire «intelligente» et du thème de l’intelligence Féminine qui Font état de cette détermination à évoluer et apprendre.
50Pour conclure, on peut dire que l’exposé de l’identité de Charlotte Fait la démonstration d’une personnalité excessive dans ses sentiments, ses rapports avec autrui et ses exigences proFessionnelles. La crise identitaire qu’elle traversait au moment des premiers entretiens s’est considérablement estompée pour laisser la place, 18 mois après, à une identité plus équilibrée. Charlotte se réalise pleinement suite à sa décision de changer d’environnement de travail dans lequel elle rencontre maintenant une valorisation satisFaisante. Elle Fait preuve ainsi d’une Force de caractère qui lui a permis de résoudre les conits intra-personnels par le renForcement de ses qualités centrales, très nettement orientées vers l’ouverture d’esprit et l’acceptation de l’autre. Le nouveau contexte proFessionnel lui ofre maintenant un terrain de validation où elle peut exercer ses capacités et les voir reconnues. Ce dernier lui permet d’envisager un avenir proFessionnel conForme à ses attentes et surtout plus serein, même si elle ne se résoudra jamais son caractère impulsiF et ne saura jamais Faire preuve de «sang Froid parce que j’en ai pas».
51Pour illustrer la dynamique identitaire de Charlotte (voir îgure 4), nous présentons des extraits relatiFs à l’un de ses mots identitaires qui illustrent ses thèmes dominants.
Figure 4
Exemple de mot identitaire de Charlotte Identity dynamic oF Chartlotte
Conclusion
52On peut insister ici sur l’intérêt de l’outil méthodologique qui s’est avéré être particulièrement eïcace pour analyser les phases identitaires. Grâce à l’IMIS, on a pu cerner les phases identitaires, des crises identitaires qui sont liées aux victimisations, aux blocages et aux oppressions ressenties par les personnes. Nous avons pu repérer des phases de construction et d’adaptation où la personne renForce son sentiment de capacité selon les contextes, ainsi que des périodes et des changements qui jalonnent l’histoire de son identité. À partir de ces analyses, on peut tirer un certain nombre de conclusions relatives à l’identité et aux capacités inîrmières. On sait que lorsque le milieu ne Fournit pas une reconnaissance suïsante, le sujet investi de nouvelles voies d’aïrmation identitaire (Dubar, 2004). On s’aperçoit que les capacités relationnelles occupent une place prédominante dans la dynamique identitaire de l’inîrmière parce qu’elles interviennent en réponse à ce manque de reconnaissance. De ce Fait, le sentiment de capacité proFessionnel issu de la relation d’aide au malade joue un rôle central dans l’équilibre identitaire de cette inîrmière et dans l’évolution de son identité proFessionnelle. La relation d’aide au malade représente ainsi un moyen de promotion identitaire qui s’avère peu eïcace au regard de la Faible
visibilité sociale de ce type de compétences dans l’institution hospitalière. En conséquence, les modes de socialisation caractéristiques des inîrmières sont porteurs de crises identitaires puisqu’elles n’apportent pas un accès suïsant à la reconnaissance proFessionnelle. Les dynamiques identitaires que nous avons étudiées s’illustrent par de nombreuses oppositions, oppressions et des blocages à l’endroit des capacités relationnelles qui sont signiîcatiFs, des troubles d’identité rencontrés tout au long de notre recherche (Guillen, 2005). Nous avons pu ainsi identiîer chez cette population un mode de socialisation «conFronté» caractéristique des identités en crise (Costalat-ouneau & Martinez, 2000).
53On a observé que l’outil (IMIS) égo-écologique nous a permis de mieux cerner le rôle des sentiments de capacités dans la construction identitaire psychosociale et d’étudier dans un environnement complexe l’identité d’un groupe en situation crisique. Nous avons pu conîrmer que le sentiment de capacité joue un rôle central dans l’équilibre identitaire des inîrmières et dans l’évolution de leur identité proFessionnelle.
54L’analyse des itinéraires des identités montre comment les uctuations de l’image de soi dépendent des évolutions capacitaires proFessionnelles. Nos investigations montrent également comment une méthode naturaliste (Zavalloni, 2007) permet de repérer des processus et des déterminants qui activent ces processus. Ces déterminants constituent ce que nous avons qualiîé de prototype capacitaire, qui exerce une inuence directe sur les mécanismes identitaires. Sur le plan des applications, nos résultats soutiennent l’idée que la crise des identités inîrmières peut être résolue par un renForcement capacitaire proFessionnel. On peut envisager des applications sur le plan du management inîrmier qui pourraient Favoriser une revalorisation des capacités proFessionnelles. Enîn, cette recherche exploratoire tend à montrer que le concept de capacité est au cœur de la problématique de l’identité et les diférents travaux dans ce domaine peuvent trouver un axe de développement en intégrant la reconnaissance intersubjective qui s’impose comme un moyen Fondamental d’investissement proFessionnel et d’équilibre identitaire.
Bibliographie
Ajzen, I. (1985). rom intention to actions: A theory oF planned behaviour. In J.Kuhl (Ed.),Action control: rom cognition to behaviour. Berlin: Springer.
Bandura, A. (2003). Auto-eïcacité.Un sentiment d’eîcacité personnelle. Paris: De Boeck.
Gecas, V. (1989). The social psychology oF selF-eïcacy.Annual Review oF Sociology, 15, 291-316.
Costalat-ouneau, A.-M. (1999). Identity dynamic, action and context.Journal For the theory oF social behaviour, 29(3), 289-300.
Costalat-ouneau, A.-M., & Martinez, N. (2000). Identité sociale et réussite: comparaison interculturelle qualitative selon l’approche égo-écologique.Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 47-48, 175-193.
Costalat-ouneau, A.-M. (2005).Identité sociale et égo-écologie: théorie et pratique. Paris: Sides.
Costalat-ouneau, A.-M. (2008). Identité, action et subjectivité, le sentiment de capacité comme un régulateur des phases identitaires.Connexion, 89, 63-74.
Cranach, Von M. (1995). Social representation and individual actions: Misunderstatings, omissions and diferent premises.Journal oF the Theory oF social Behaviour, 24(3), 283-293.
Dubar, C. (2004).La Formation proFessionnelle continue. Paris: La Découverte.
Glixman, A. . (1949). Recall oF completed and uncompleted activities under varying degrees oF stress.Journal oF Experimental Psychology, 39, 281-296.
Guillen, S. (2004). Identité sociale et sentiment de capacité proFessionnelle: le cas des inîrmières.Bulletin de psychologie, 57(4), 473, 555-558.
Guillen, S. (2005). Identité et sentiment capacitaire proFessionnel: une étude réalisée auprès des inîrmières. In A.-M. Costalat-ouneau (éd.),Identité sociale et égo-écologie: théorie et pratique(pp.151-177). Paris: Sides.
Harter, S. (1999).The construction oF the SelF: A developmental perspective. New York: The GuilFord Press.
Honneth, A. (2000).La lutte pour la reconaissance. Paris: CerF.
Huteau, M. (1985).Les conceptions cognitives de la personnalité. Paris: Presses universitaires de rance.
Jaquin, P., & Costalat-ouneau, A.-M. (2008). Identité sociale de Femmes cadres en recherche d’emploi: action et projet.L’Orientation Scolaire et ProFessionnelle, 37(4), 509-525.
Jodelet, D. (2008). Le mouvement de retour vers le sujet et l’approche des representations socials.Connexion, 89, 25-46.
Johnston, W. A. (1967). Individual perFormance and selF-evaluation in a simulated team.Organizational Behavior and Human PerFormance, 2, 309-328.
e Lewin, K. (1975).Psychologie dynamique. Les relations humaines(5 éd.). Paris: Presses universitaires de rance.
Louis-Guérin, C., & Zavalloni, M. (2005). L’égo-écologie comme l’étude de l’interaction symbolique et imaginaire de soi et des autres. In A.-M. Costalat-ouneau (éd.),Identité sociale et égo-écologie: théorie et pratique(pp.51-67). Paris: Sides.
Miller, G. A., Galanter, E., & Pribram, K.H. (1960).Plans and structure and behaviour. New York: Holt Rineart & Winston.
re Moscovici, S. (1976).La psychanalyse, son image et son public(1 éd., 1961). Paris: Presses universitaires de rance.
Ninot, G., ortes, M., & Delignières, D. (2005). The dynamics oF selF-esteem in adults over a six-month period: An exploratory study.Journal oF Psychology, 139, 315-330.
Nuttin, J. (1980).Théorie de la motivation humaine. Du besoin au projet d’action. Paris: Presses universitaires de rance.
Rosenzweig, S. (1943). An experimental study oF “repression” with special reFerence to need persistive and ego-deFensive reactions to Frustration.Journal oF Experimental Psychology, 32, 64-74.
Seligman, M. E.P., & Maier, S. . (1967). ailure to escape traumatic shock.Journal oF Experimental Psychology, 74, 1-9.
Zavalloni, M. (2007).Égo-écologie et identité: une approche naturaliste. Paris: Presses universitaires de rance.
Zavalloni, M., & Louis-Guérin, C. (1984).Identité et conscience. Introduction à l’égo-écologie. Montréal: Presses universitaires de Montréal.
Zeigarnik, B. (1927). Ueber das Behalten von erledigten und underledigten Handlungen.Psychologische orschung, 9, 1-85.
Notes
1 Les résultats de cette expérience montrent que les chiens d’un groupe expérimental qui ont subi des chocs intenses non signalés restent prostrés et n’évitent pas les chocs, contrairement au groupe contrôle où il y avait apprentissage lorsque les chocs étaient signalés de Façon cohérente.
Pour citer cet article
Référence électronique
Anne-Marie Costalat-ouneau et Stéphane Guillen , « Identité sociale et capacité pour un sujet en quête de reconnaissance »,L'orientation scolaire et proFessionnelle[En ligne], 38/4 | 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, Consulté le 15 décembre 2012. URL : http://osp.revues.org/index2344.html
Auteurs
Anne-MarieCostalat-Founeau
Anne-Marie Costalat-ouneau est proFesseure de psychologie sociale à l’Université Montpellier III, associée au Laboratoire de Psychologie (EA 4425), Université de Montpellier III. Thèmes de recherche : identité sociale, action, contexte.
StéphaneGuillen
Stéphane Guillen est consultant à Montpellier, docteur en psychologie sociale. Thèmes de recherche : identité psychosociale, sentiment capacitaire proFessionnel, risque psychosocial. Courriel : stephane.guillen@gmail.com
Identité sociale de Femmes cadres en recherche d’emploi : action et projet
Social identity oF executive job applicant women: Action and plans
Philippe Jacquin et Anne-Marie Costalat-Founeau
Résumés
Cette recherche exploratoire étudie la dynamique identitaire de cadres Féminins en recherche d’emploi, selon le modèle de l’égo-écologie de Zavalloni (2007) qui déînit l’identité sociale dans une transaction entre le sujet-société. Nous avons choisi la méthode IMIS (Investigateur multistade de l’identité sociale) aîn de mettre en évidence les mécanismes identitaires de Femmes cadres en recherche d’emploi. Cette recherche exploratoire a également observé un lien entre la recherche active d’emploi et le projet de vie. En efet, l’action inuencerait positivement le sentiment de capacité et Faciliterait le déploiement d’un projet. D’autre part, l’IMIS nous est apparu un outil opératoire quant à l’émergence et l’appréhension du projet.
ïntroduction
1On constate que les Femmes représentent un tiers des cadres d’entreprise et, malgré cette Féminisation, des inégalités persistent au niveau des carrières, des rémunérations et de l’accès aux Fonctions de pouvoir et de décision (LauFer & ouquet, 2001). Ce phénomène, appelé « plaFond de verre », aurait pour principale cause une inadéquation des valeurs Féminines avec la structure des entreprises. En efet, les Femmes évoluent dans des environnements proFessionnels dans lesquels les critères masculins se sont imposés lors de la création des organisations (dureté, agressivité, esprit de décision). Ainsi, les caractéristiques Féminines (écoute, médiation, esprit d’équipe) ne seraient pas en phase avec les stéréotypes masculins duleadership(Meyerson & letcher, 2000). Les Femmes cadres, en mettant en avant des valeurs, telles que l’esprit d’équipe ou le reFus de la compétition (Coenen-Huther, 2004), seraient donc en décalage avec les attentes latentes de l’entreprise, et par extension, ne pourraient pas accéder aux postes à responsabilités. Pour évoluer au sein des entreprises, les Femmes cadres ont mis en place des stratégies d’adaptation aîn de coordonner
leur environnement proFessionnel et Familial (LauFer, 2001). Guilbert et Lancry (2007), dans une étude sur l’investissement des cadres dans leurs sphères de vie, soulignent la complexité de la dissociation entre la vie privée et la vie proFessionnelle, et celle de la recomposition d’un équilibre entre leurs objectiFs de travail et les rythmes et aspirations de leur vie privée. Pour l’ensemble du groupe cadre, il y aurait également une cassure du lien social entre les cadres et l’entreprise conséquente aux situations rencontrées : suractivité, manque de reconnaissance de la part des employeurs, absence de carrière ascendante, în de la sécurité de l’emploi (Boufartigue, 2001). Déjà au début des années 80, Boltanski (1982) expliquait que le mythe de la carrière à vie pour les cadres était remis en question. Riverin-Simard (1996) évoque, avec le concept de « chaos des carrières », la în de la linéarité des parcours proFessionnels pour les salariés. En plus de la discrimination liée au sexe, il existerait donc d’autres sources de malaise présentes dans l’ensemble de la catégorie proFessionnelle des cadres.
2Le contexte des Femmes cadres en activité nous amène à Faire la transition avec les études relatives à la situation de chômage. Les premières études sur le chômage ont été réalisées au cours de la crise économique de la în des années 20, la plus connue est celle des chômeurs de Marienthal en 1931, il Faut ensuite attendre les années 70 et l’apparition du chômage de masse pour voir apparatre de nombreuses recherches sur les demandeurs d’emploi. ink (1967), dans une approche génétique, propose quatre phases durant une période chômage (le choc, l’optimisme, le pessimisme, le Fatalisme). Cependant, le chercheur ne prend pas en compte la variabilité interindividuelle au cours de cette transition. Des études sur la comparaison chômeurs/non chômeurs ont été menées sur l’estime de Soi (Cohn, 1978 ; Wineîeld, Tiggeman & Wineîeld, 1990), le bien-être psychologique (Warr & Jackson, 1983), ou encore sur les interactions sociales (Marsden & Duf, 1975). Ces études n’ont pas considéré la variabilité intraindividuelle et interindividuelle, car les dommages sont perçus comme linéaires et identiques pour tous les individus. Au contraire, les diférentialistes ont mis en évidence les contrastes existant au sein du groupe des demandeurs d’emploi. Wineîeld et Tiggemann (1985) et Shamir (1985) ont dégagé trois grandes catégories de paramètres diférenciateurs : les variables sociologiques, la perception de la situation comme menaçante (ineman, 1979) et le support social (Gore, 1978 ; Warr & Payne, 1983). Ces recherches sur les efets du chômage considèrent seulement le chômeur comme un sujet subissant les changements imposés par son contexte proFessionnel. Cependant, d’autres recherches se sont intéressées au demandeur d’emploi comme un acteur doté de projets et de stratégies. Ces études s’inscrivent dans le modèle du système des activités (Curie & Hajjar, 1987 ; Curie & Dupuy, 1994). Ce modèle prend en compte la part active du sujet qui tente de concilier ses engagements avec ses diférents domaines de vie (proFessionnel, Familial, personnel et social). Ce sont les objectiFs que se donnent l’individu dans la sphère proFessionnelle et son positionnement par rapport aux autres sphères de vie, qui déînissent sa situation de demandeur d’emploi. Plusieurs recherches rendent compte des résultats obtenus avec l’approche du système des activités auprès de demandeurs d’emploi. Cascino et Le Blanc (1993) ont étudié chez des chômeurs l’estime de soi, l’attitude à l’égard de l’avenir et la signiîcation accordée à la situation.
L’analyse des données a Fait émerger trois groupes. Dans le premier, les individus s’investissent exclusivement dans la sphère proFessionnelle. Le second groupe investit l’ensemble des domaines de vie. Le dernier groupe se désinvestit de la sphère proFessionnelle mais également des autres sphères de vie. Hajjar, Beelitz et Baubion-Broye (1993) ont mis en évidence dans une étude longitudinale l’inuence des supports sociaux (connaissance, conjoint, Famille ou amis) sur les comportements de recherche d’emploi. Roques (1995) dans une étude sur la sortie du chômage, établit une relation entre la sortie rapide du chômage et l’intensité des comportements de recherche d’emploi. En poursuivant son investigation, elle découvre un lien entre le Fonctionnement du système des activités et la sortie du chômage. En efet, les demandeurs d’emploi retrouvant rapidement un emploi sont ceux qui établissent des liens positiFs entre les diférents domaines de vie (proFessionnel, Familial, personnel et social). Une étude plus récente de Dupuy, Le Blanc et Mègemont (2006) s’intéresse au projet de vie des demandeurs d’emploi au sein du contexte d’incertitude des carrières. Ils soutiennent l’idée d’une socialisation active, dans laquelle les projets de l’individu ne résultent pas de sa seule gestion rationnelle de l’inFormation relative à son environnement proFessionnel anticipé.
3Pour l’étude présente, nous nous sommes inscrits dans une approche égo-écologique (Zavalloni, 2007) centrée sur les représentions identitaires et leur dynamique, car elle prend en compte à la Fois l’interaction entre l’environnement intérieur et extérieur.
4Le modèle égo-écologique appréhende conceptuellement et méthodologiquement l’identité psychosociale au travers des interactions de l’individu avec son environnement social. En efet (Zavalloni & Louis-Guérin, 1984) considèrent que toute personne est située dans une matrice sociale, Formée de diférents groupes d’appartenance constituant l’identité sociale objective de l’individu. Cependant, le groupe étant un concept abstrait, il doit être recodé en images particulières qui concrétisent les représentations. Ces dernières peuvent être des personnes réelles ou imaginaires associées à des situations concrètes vécues et qui déterminent le sens et la valeur des groupes d’appartenance. Le modèle égo-écologique décrit trois mécanismes à l’origine de la construction identitaire. Le « recodage du groupe » traduit la Façon dont l’individu découpe son environnement en des unités dotées de sens, de l’histoire personnelle et collective, de la connaissance, de l’afect et d’un projet. Le recodage permet de passer d’un concept abstrait à des réFérents empiriques (Zavalloni & Louis-Guérin, 1988). En d’autres termes, l’individu associe à un groupe des images et des expériences particulières : la « diférenciation » et l’« opposition binaire » entre le Soi/Non-Soi et le positiF/négatiF. Ce mécanisme implique que toute identité se construit par opposition à une altérité mais également par identiîcation à autrui. Ainsi, pour tout groupe d’appartenance il existe un groupe opposé et pour toute caractéristique positive il existe son pendant négatiF. La « réversibilité » entre le Je et le Nous permet un retour au Soi et de projeter dans le groupe ses propres caractéristiques, besoins et motivations, capacités. Les capacités liées à l’action sont un vecteur Force de la dynamique identitaire.
5On considère que l’identité est un système complexe qui active une dynamique représentationnelle de soi et de la société pouvant être qualiîée de dynamique identitaire. Cette dynamique entrane l’interaction de Facteurs afectiFs et cognitiFs avec le contexte qui inuencent des phases identitaires plus ou moins conictuelles (Costalat-ouneau, 2008). Or, on peut constater que dans des situations de changement liées à des modiîcations des trajectoires identitaires ou d’insertion dans la vie proFessionnelle, la dynamique identitaire se transForme (Palmade, 2003). Le modèle capacitaire (Costalat-ouneau, 2005) prend en compte l’action et la temporalité ainsi que les régulations émotionnelles. Les études réalisées sur les Formateurs (Costalat-ouneau, 1997) et les inîrmières (Guillen, 2005) montrent que les efets de congruence entre la capacité subjective « je me sens capable de » et la capacité normative liée à la reconnaissance sociale ont une inuence sur la représentation de soi et la construction du projet proFessionnel.
6Ainsi des phases s’alternent. La phase d’acuité représentationnelle qui correspond à la congruence entre la capacité subjective et normative. On observe une activation du système capacitaire : le sujet contrôle mieux le contexte ainsi que ses ressources et est capable de se projeter dans l’avenir. Par comparaison la phase de difusion représentationnelle correspond à une incongruence entre la capacité subjective et normative. Dans cette situation, on observe une augmentation des Frustrations, un manque de conîance en soi qui provoque un sentiment de repli dans la sphère privée, une non expression du « soi positiF » pouvant aller jusqu’à une résignation. L’individu est moins actiF, se soustrait à son environnement, cerne moins ses moyens ; il s’agit d’une attitude typique d’une phase de crise, de reconstruction identitaire au cours de laquelle l’élaboration d’un projet est diïcilement réalisable. Cette situation est caractéristique aussi de situations de transition (Cohen-Scali, 2000).
7La dynamique identitaire dépend donc des contextes mais surtout du pouvoir d’ajustement et d’adaptation de son système capacitaire. Les phases identitaires apparaissent ainsi comme une concrétisation cognitive des expériences et des capacités qui participent à la construction de la personne et à son développement, de l’enFance à l’âge adulte (Costalat-ouneau, 2008).
8Cette approche rejoint la théorie de l’auto-régulation du comportement de Carver et Scheier (1998) sur les Formes d’équilibre. Les réactions afectives qui accompagnent l’activité autorégulatrice orientée vers les buts sont étroitement enracinées dans les représentations de succès et d’eïcacité personnelle (Bandura, 2003 ; Gegas, 1989). Les représentations qui amènent un individu à se sentir ineïcace et à penser qu’il ne Fait que de Faibles progrès vers un but, produisent généralement des états émotionnels pénibles qui peuvent engendrer des actions et des cognitions ineïcaces et un échec de l’autorégulation. Or, en nous centrant sur l’importance des « efets capacitaires » émanant de l’action, nous soulignons à la Fois la Force du pouvoir expérientiel de l’action et du projet. Ils mettent en relation à la Fois la connaissance et les capacités propres, les représentations et les aspirations, les émotions et la reconnaissance.