Les savanes d
26 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les savanes d'Afrique centrale entre enclavement et intégration aux marchés / Central African savannas : between isolation and market integration - article ; n°633 ; vol.112, pg 471-494

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
26 pages
Français

Description

Annales de Géographie - Année 2003 - Volume 112 - Numéro 633 - Pages 471-494
Les savanes d'Afrique centrale qui s'étendent à travers le Nord du Cameroun, le Sud du Tchad et la République centrafricaine présentent une certaine homogénéité. Milieux de transition entre Sahel et Afrique forestière, ce sont des espaces enclavés, encore peu urbanisés, au peuplement contrasté, où la culture cotonnière marque fortement les systèmes agraires. Des changements rapides sont néanmoins en cours. La croissance démographique encourage l'intensification des cultures et alimente des fronts pionniers agricoles. Les crises cotonnières et l'urbanisation stimulent l'essor du vivrier marchand et l'intégration de l'élevage aux marchés. Les perspectives alimentent cependant bien des incertitudes. La chute des cours mondiaux et les difficiles privatisations rendent incertain l'avenir du secteur cotonnier. L'émergence des ONG et des organisations de producteurs, le désengagement de l'Etat, les décentralisations, sont des sources d'espoir autant que d'interrogation. La prochaine exploitation du pétrole tchadien et les grands travaux routiers devraient amplifier les mutations spatiales en cours. En stimulant l'urbanisation, elles augmenteront la demande en produits agricoles et pastoraux, encourageant la diversification et l'intégration aux marchés des systèmes économiques ruraux là où les conditions naturelles, l'accessibilité et les dynamiques sociales sont les plus favorables. L'association d'une approche éco-régionale avec la prise en compte des diversités locales permet ainsi de comprendre les dynamiques spatiales contemporaines en Afrique.
This study illustrates how an eco-regional approach that takes into account the local diversity contributes to a better understanding of the contemporary spatial dynamics in Africa. It was applied to the study of the Central Africa savannas, which spread across Northern Cameroon, Southern Chad and the Central African Republic, are fairly homogenous geographically. Located between the Sahel and the African forest regions, savannas are transitional environments, enclosed spaces, which are still very rural and have a relatively dense but diverse population. The development of the cotton production since the colonial times has heavily marked the agricultural Systems. These areas are now being affected by rapid changes. Demographic growth is encouraging the intensification of crop production, and the combination of crop and livestock production. At the same time, people are moving from densely populated areas to set up agricultural pioneer fronts in sparsely populated areas. The cotton crises and regional urbanization are stimulating agricultural diversification, which is best seen by the growth in commercial food crops and the introduction of livestock production into the markets. However, the future outlook for evolution is unsettled. The cotton sector has an uncertain future given the world market crash, and the pressure to privatize from Bretton Woods. The management reorganisation, which has seen non-State structures (NCOs, farmer organizations) taking the initiative to the detriment of the State, and the increasing decentraiization policies are as much a source of hope as a cause for concern. The next extraction of Chadian oil from Doba is likely to amplify the spatial changes that have begun. The same applies to the road construction underway. By stimulating urbanization, these projects will increase demand for crop and animal products and encourage agri-cultural and pastoral Systems to diversify and become better integrated into the market. Thus, they are likely to lead to a situation where land is increasingly graded, something that will benefit those whose geographic potential (natural conditions, accessibility) and social dynamics will adapt most to the changes in progress.
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2003
Nombre de lectures 46
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Y. Geraud Magrin
J-Y Jamin
G. Faure
G. Duteurtre
Les savanes d'Afrique centrale entre enclavement et intégration
aux marchés / Central African savannas : between isolation and
market integration
In: Annales de Géographie. 2003, t. 112, n°633. pp. 471-494.
Citer ce document / Cite this document :
Geraud Magrin Y., Jamin J-Y, Faure G., Duteurtre G. Les savanes d'Afrique centrale entre enclavement et intégration aux
marchés / Central African savannas : between isolation and market integration. In: Annales de Géographie. 2003, t. 112, n°633.
pp. 471-494.
doi : 10.3406/geo.2003.964
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_2003_num_112_633_964Résumé
Les savanes d'Afrique centrale qui s'étendent à travers le Nord du Cameroun, le Sud du Tchad et la
République centrafricaine présentent une certaine homogénéité. Milieux de transition entre Sahel et
Afrique forestière, ce sont des espaces enclavés, encore peu urbanisés, au peuplement contrasté, où la
culture cotonnière marque fortement les systèmes agraires. Des changements rapides sont néanmoins
en cours. La croissance démographique encourage l'intensification des cultures et alimente des fronts
pionniers agricoles. Les crises cotonnières et l'urbanisation stimulent l'essor du vivrier marchand et
l'intégration de l'élevage aux marchés. Les perspectives alimentent cependant bien des incertitudes. La
chute des cours mondiaux et les difficiles privatisations rendent incertain l'avenir du secteur cotonnier.
L'émergence des ONG et des organisations de producteurs, le désengagement de l'Etat, les
décentralisations, sont des sources d'espoir autant que d'interrogation. La prochaine exploitation du
pétrole tchadien et les grands travaux routiers devraient amplifier les mutations spatiales en cours. En
stimulant l'urbanisation, elles augmenteront la demande en produits agricoles et pastoraux,
encourageant la diversification et l'intégration aux marchés des systèmes économiques ruraux là où les
conditions naturelles, l'accessibilité et les dynamiques sociales sont les plus favorables. L'association
d'une approche éco-régionale avec la prise en compte des diversités locales permet ainsi de
comprendre les dynamiques spatiales contemporaines en Afrique.
Abstract
This study illustrates how an eco-regional approach that takes into account the local diversity
contributes to a better understanding of the contemporary spatial dynamics in Africa. It was applied to
the study of the Central Africa savannas, which spread across Northern Cameroon, Southern Chad and
the Central African Republic, are fairly homogenous geographically. Located between the Sahel and the
African forest regions, savannas are transitional environments, enclosed spaces, which are still very
rural and have a relatively dense but diverse population. The development of the cotton production
since the colonial times has heavily marked the agricultural Systems. These areas are now being
affected by rapid changes. Demographic growth is encouraging the intensification of crop production,
and the combination of crop and livestock production. At the same time, people are moving from
densely populated areas to set up agricultural pioneer fronts in sparsely populated areas. The "cotton
crises" and regional urbanization are stimulating agricultural diversification, which is best seen by the
growth in commercial food crops and the introduction of livestock production into the markets. However,
the future outlook for evolution is unsettled. The cotton sector has an uncertain future given the world
market crash, and the pressure to privatize from Bretton Woods. The management reorganisation,
which has seen non-State structures (NCOs, farmer organizations) taking the initiative to the detriment
of the State, and the increasing decentraiization policies are as much a source of hope as a cause for
concern. The next extraction of Chadian oil from Doba is likely to amplify the spatial changes that have
begun. The same applies to the road construction underway. By stimulating urbanization, these projects
will increase demand for crop and animal products and encourage agri-cultural and pastoral Systems to
diversify and become better integrated into the market. Thus, they are likely to lead to a situation where
land is increasingly graded, something that will benefit those whose geographic potential (natural
conditions, accessibility) and social dynamics will adapt most to the changes in progress.Les savanes Afrique centrale entre
enclavement et intégration aux marchés
Central African savannas between isolation
and market integration
Magrin j.-Y jämin Faure Duteurtre
CIRAD i/PRASAC2
Résumé Les savanes Afrique centrale qui étendent travers le Nord du Cameroun le
Sud du Tchad et la République centrafricaine présentent une certaine homogé
néité Milieux de transition entre Sahel et Afrique forestière ce sont des espaces
enclavés encore peu urbanisés au peuplement contrasté où la culture coton-
nière marque fortement les systèmes agraires Des changements rapides sont
néanmoins en cours La croissance démographique encourage intensification
des cultures et alimente des fronts pionniers agricoles Les crises cotonnières et
urbanisation stimulent essor du vivrier marchand et intégration de élevage
aux marchés Les perspectives alimentent cependant bien des incertitudes La
chute des cours mondiaux et les difficiles privatisations rendent incertain ave
nir du secteur cotonnier émergence des NG et des organisations de produc
teurs le désengagement de Etat les décentralisations sont des sources espoir
autant que interrogation La prochaine exploitation du pétrole tchadien et les
grands travaux routiers devraient amplifier les mutations spatiales en cours En
stimulant urbanisation elles augmenteront la demande en produits agricoles et
pastoraux encourageant la diversification et intégration aux marchés des sys
tèmes économiques ruraux là où les conditions naturelles accessibilité et les
dynamiques sociales sont les plus favorables association une approche éco-
régionale avec la prise en compte des diversités locales permet ainsi de com
prendre les dynamiques spatiales contemporaines en Afrique
This study illustrates how an eco-regional approach that takes into account the Abstract
local diversity contributes to better understanding of the contemporary spatial
dynamics in Africa It was applied to the study of the Central Africa savannas
which spread across Northern Cameroon Southern Chad and the Central Afri
can Republic are fairly homogenous geographically Located between the Sahel
and the African forest regions savannas are transitional environments enclosed
spaces which are still very rural and have relatively dense but diverse popu
lation The development of the cotton production since the colonial times has
heavily marked the agricultural systems These areas are now being affected by
rapid changes Demographic growth is encouraging the intensification of crop
production and the combination of crop and livestock production At the same
time people are moving from densely populated areas to set up agricultural pio
neer fronts in sparsely populated areas The cotton crises and regional urbani
zation are stimulating agricultural diversification which is best seen by the
growth in commercial food crops and the introduction of livestock production
into the markets However the future outlook for evolution is unsettled The cot
ton sector has an uncertain future given the world market crash and the pressure
Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement
Pôle régional de recherche appliquée au développement des savanes Afrique centrale
Ann Céo. no 633 2003 pages 471-494 Armand Colin Géraud Magrin et alii ANNALES DE OGRAPHIE 633 2003 472
to privatize from Bretton Woods The management reorganization which has
seen non-State structures NGOs farmer organizations taking the initiative to
the detriment of the State and the increasing decentralization policies are as
much source of hope as cause for concern The next extraction of Chadian
oil from Doba is likely to amplify the spatial changes that have begun The same
applies to the road construction underway By stimulating urbanization these
projects will increase demand for crop and animal products and encourage agri
cultural and pastoral systems to diversify and become better integrated into the
market Thus they are likely to lead to situation where land is increasingly gra
ded something that will benefit those whose geographic potential natural con
ditions accessibility and social dynamics will adapt most to the changes in
progress
Mots-clés Afrique centrale Cameroun Centrafrique Tchad savanes dynamiques spatia
les agriculture élevage
Key-words Central Africa Cameroon Central African Republic Chad savannas spatial dy
namics agriculture livestock
Introduction
Les lectures de la géographie africaine empruntent souvent le prisme de
découpages en grands ensembles qui dessinent des entités géométrie
variable Parmi ces découpages la distinction biogéographique entre
milieux de forêt de savane et de steppe sahélienne constitue une des plus
fréquentes Pour la masse continentale de Afrique boréale au sud du
Sahara les gradients du milieu dessinent largement les paysages naturels et
orientent adaptation des systèmes agricoles et pastoraux des conditions
écologiques relativement homogènes Celles-ci se reflètent aussi souvent
dans des formes de civilisations spécifiques Les savanes soudaniennes
Afrique centrale qui étendent au Nord du Cameroun au Sud du Tchad
et sur une grande partie du territoire de la République centrafricaine et
dont les dynamiques de développement ont été orientées depuis plusieurs
décennies par la culture cotonnière paraissent bien illustrer ces perceptions
La structure du peuplement et des échanges internes assimile celle des
savanes Afrique de ouest Des noyaux de denses paysanneries acéphales
imbriquent avec des sociétés plus structurées auxquelles elles opposaient
avant la colonisation par des relations antagoniques En matière économi
que de Atlantique au bassin tchadien de semblables flux entre savanes et
forêt valorisent depuis longtemps les complémentarités écologiques
méridiennes Couty 1968)
Néanmoins originalité de ces savanes Afrique centrale exprime celle
de aire géographique où elles inscrivent par rapport aux espaces compa
rables Afrique occidentale le sous-développement particulier été
entretenu par enclavement plus marqué héritage encadrements coerci- Articles Les savanes Afrique centrale entre enclavement et intégration aux marchés 473
tifs appartenance des Etats fragiles depuis Indépendance éloigne-
ment des poches de prospérité littorales
Au-delà de leur relative diversité paysagère des hautes terres des
monts Mandara de Adamaoua ou du Nord-Ouest centrafricain aux plai
nes inondables du Logone et du Chari en passant par les bas plateaux
oubanguiens ces savanes présentaient une image homogène celle une
région agricole active où enclavement avait permis que le développe
ment de la seule culture moderne du coton aux côtés des mils et sor
ghos traditionnels Mais les dynamiques récentes tendent remettre en
cause cette unité relative crise cotonnière désenclavement et croissance
des villes font émerger un espace plus différencié où se superposent des
aires capables de tirer parti des possibilités nouvelles et des zones plus fra
giles parfois sous tension En arrière-plan de cette mosaïque territoriale en
émergence se profile une fracture Celle qui sépare au seuil du bassin du
Tchad et de la Bénoué des zones actives reliées aux dynamicuics positives
des pôles méridionaux nigérians et camerounais arrimés Afrique de
ouest des espaces marginalisés solidaires du naufrage politique et écono
mique de Afrique centrale
Ainsi il semble ue les causes principales évolution des systèmes
ruraux sont rechercher moins dans les conditions naturelles où insèrent
les activités agricoles et pastorales que dans les circonstances socio-politi
ques qui en constituent le cadre historique analyse des structures et des
dynamiques spatiales un même ensemble écorégional conduit évaluer
importance relative des facteurs communs des territoires relevant de plu
sieurs Etats et la part des particularismes nationaux et locaux Parmi ces fac
teurs communs on entendra par exemple accessibilité ou enclavement
les prix mondiaux des matières premières impact des innovations techni
ques Parmi les facteurs nationaux ou locaux on considérera le contexte
sécuritaire et politique les structures administratives les politiclues publi
ques état des infrastructures la taille des marchés ou encore les attitudes
des différentes ethnies et cultures face au changement
Il agira donc ici partir observations réalisées sur les savanes sou-
daniennes Afrique centrale dans le cadre du PRASAC de distinguer
parmi les dynamiques en cours celles qui relèvent de changements com
muns ensemble des savanes africaines des itinéraires plus originaux tra
duisant des logiques de situation particulières ou des spécificités inscrites
dans la diversité de réalités locales Ainsi nous tenterons de montrer en
quoi le thème de intégration des systèmes agricoles et pastoraux aux mar
chés favorisé par urbanisation dans ces espaces longtemps caractérisés par
un fort enclavement et ou la diversification vis-à-vis de ancienne culture
de rente hégémonique du coton offre des opportunités nouvelles paraît
constituer un facteur explicatif central dans analyse des changements en
cours Géraud Magrin et alii ANNALES DE OGRAPHIE 633 2003 474
Lignes de force et mutations de organisation de espace
7.1 Les pleins et les vides des vases communicants
Le peuplement des savanes soudaniennes se distingue de celui des steppes
sahéliennes plus dense en moyenne il présente également des contrastes
plus importants opposant des poches de très fortes densités des espaces
vides Ces ruptures dans la distribution démographique doivent davantage
histoire au milieu Cabot 1964 Seignobos et lyebi-Mandjek 2000
Les dynamiques récentes tendent néanmoins atténuer ces oppositions
héritées Sur fond de vigoureuse croissance les opportuni
tés du développement alimentent des fronts pionniers importants des
zones denses vers les anciens déserts humains
En Afrique centrale les savanes soudaniennes marquaient la transition
entre le Sahel des royaumes esclavagistes ou des sociétés nomades et les
espaces méridionaux plus humides peuplés agriculteurs sédentaires cibles
des premiers Stratégies de razzia ou de refuge inscrivent encore nette
ment dans espace et ainsi sur la carte des densités 1)
Les zones fortes densités les plus peuplées correspondent aux popula
tions longtemps animistes refoulées dans des milieux difficiles accès dont
elles ont valorisé la fonction de refuge Le caractère extrêmement mêlé du
peuplement atteste cette dimension de véritable nasse peuples Ces
milieux sont de deux types opposés des massifs montagneux escarpés
comme le massif du Yadé la frontière du Cameroun du Tchad et de la
République centrafricaine ou surtout les monts Mandara entre Nord
Cameroun et Nigeria une part autre part les plaines inondables du
moyen Logone qui constituaient une protection relativement efficace con
tre les cavaleries des razzieurs Cabot 1964 En marge de ces plaines
existence de structures sociales relativement centralisées permettant de
tenir tête aux pressions des Etats voisins dans des terroirs offrant des
potentialités importantes permis atteindre localement des densités
supérieures 100 b./km2 notamment dans les pays Moundang et Tou-
pouri Les plus fortes densités observent néanmoins dans les montagnes
dont aménagement méticuleux au moyen de systèmes de terrasses très
élaborés permis de dépasser localement plusieurs centaines habitants au
kilomètre carré
opposé les zones les plus vides signalent aussi héritage de cette his
toire conflictuelle Ainsi au Tchad la plaine du Chari dont les bourrelets
de berge limitent inondation annuelle et ainsi la capacité de protection
constitue-t-elle un véritable no land entre les pays contrôlés par le
royaume du Baguirmi grand chasseur esclaves et les peuplements disper
sés de interfluve Chari Logone De même entre Tchad et Cameroun le
long une diagonale Léré-Touboro les vides du peuplement manifestaient
une marche séparant le territoire des lamidats Foulbé Rey Bouba) des
aires plus denses peuplement Ngambaye région de Moundou Le même Les savanes Afrique centrale entre enclavement et intégration aux marchés 475 Articles
Fig La structure du peuplement
Population structure
phénomène observe au Nord-Est de la RCA sur les marges du sultanat
de Dar El Kouti
Les sécheresses sahélienncs des années 1970-80 la saturation foncière
sous effet de la croissance démographicluc ainsi que les perspectives offer
tes par les politiques de développement sont les principaux facteurs expli
catifs des mutations en cours
Au Tchad on constaté une progression de fronts de colonisation agri
cole au sud et au sud-ouest une dorsale forte densité Pianga-Kélo-
Moundou-Doba) conduisant occupation des marches désertes dont il
été cluestion Les espaces de départ les plus répulsifs étaient la fois les
plus denses et les plus sensibles aux sécheresses koro de Bénoye)
De même au Nord Cameroun interruption de la traite et le réta
blissement de la sécurité au cours du XXe siècle ont été favorables une
descente progressive des montagnards des monts Mandara Motu Daba)
abord vers les piémonts puis vers les plaines Ce mouvement est
accéléré au cours des années 1960-70 sous effet de la croissance
démographique et des accidents climatiques qui rendaient existence de
plus en plus précaire dans ces bastions montagnards enclavés Seignobos et
lyebi-Mandjek 2000 accompagnement de ce mouvement alors cons
titué objectif une première série de projets de développement
Dans un deuxième temps les épisodes de sécheresse des années 1970-
80 érigent les savanes soudaniennes en aires accueil pour les populations
Les koros sont des plateaux sableux interfluves des moyennes vallées du Logone et du Chari Géraud Magri er alii ANNALES DE OGRAPHIE 633 2003 476
sahéliennes Au Cameroun ces migrations rurales répondent aux disettes de
Extrême-Nord Les crises alimentaires qui frappent les agropasteurs sahé-
liens Arabe Choa les montagnards ou les populations des plaines précé
demment citées alimentent les fronts pionniers cotonniers dans le bassin
de la Bénoué La mise en oeuvre ambitieux projets de développement
projets Nord-Est Bénoué et Sud-Est Bénoué accompagne ce processus
Des Ngambaye tchadiens furent également nombreux installer sur ces
fronts pionniers ouverts par la SODECOTON la faveur du projet Sud-
Est Bénoué dans la région de Madingrin et de Touboro Roupsard 1987
Seignobos et lyebi-Mandjek 2000)
évolution du peuplement en RCA présente des caractéristiques diffé
rentes En absence de perspectives de développement et de désencla-
vement les zones les moins denses comme celles du Nord-Est se vident
de leurs forces vives vers les villes notamment Bangui abandonnant le ter
ritoire aux éleveurs transhumants venus du Nord voir infra) la faune des
aires protégées et aux braconniers Dans ces espaces les dynamiques
récentes apparentent ainsi davantage celles de Afrique centrale fores
tière sous-peuplée celles des savanes soudaniennes du Tchad et du
Cameroun plus proches des évolutions ouest-africaines
La progression des fronts pionniers et la valorisation des espaces aupa
ravant inoccupés fortement contribué arrivée progressive éleveurs
dans la zone fig Cette descente de pasteurs nomades ou transhu
mants induite par les sécheresses successives de 1972-73 et de 1983-84
en effet été rendue possible par la baisse de la pression parasitaire consécu
tive aux défrichements agricoles ainsi que par le recours massif aux médi
caments trypanocides
installation des Peul au Nord Cameroun aux xvnie et xixe siècle est
accompagnée une conquête territoriale Durant les deux premiers tiers du
XXe siècle de manière pacifique des groupes de pasteurs nomades établis
sent progressivement dans les interstices des terroirs agricoles ou dans les
déserts démographiques est le cas en particulier pour les Peul Mbo-
roro arrivés en nombre dans le Nord-Ouest de la Centrafrique partir du
début du XXe siècle et aux années 1960 est aussi le cas pour les
Peul qui installèrent dans le sud-ouest du Tchad et le Nord Cameroun
Dans les années 1970-80 la descente progressive de plusieurs groupes
peuls et arabes de la zone sahélienne vers le sud du Tchad de même que
arrivée très récente en Centrafrique éleveurs venus du Soudan ou du
Tchad oriental revêt cependant dans bien des cas une forte charge conflic
tuelle voir infra)
1.2 emprise croissante des villes
Afrique centrale est caractérisée par la faiblesse des processus urbanisa
tion endogène pré-coloniaux existence de cités dans la basse et la
moyenne vallée du Logone ainsi que de villes au Nord Cameroun qui
Société de développement du coton Articles Les savanes Afrique centrale entre enclavement et intégration aux marchés 477
constituaient les capitales des lamidats Maroua Ngaoundéré) montre
nouveau le caractère intermédiaire de ces savanes soudaniennes entre les
milieux forestiers sans ville et sans Etats structurés et le Sahel des royaumes
et des cités commer antes
En termes de taux urbanisation actuels ce statut intermédiaire se vérifie
nouveau Les savanes soudaniennes sont un peu plus urbanisées que les
espaces sahéliens proches mais moins que ceux de forêt avec des taux légè
rement supérieurs 20 Ce renversement par rapport aux logiques urbaines
antérieures traduit les changements opérés par économie coloniale Entre
le Sahel abandonné faute de mieux son autosubsistance et les régions
forestières littorales riches en matières premières exportables le coton déve
loppé dans les savanes Afrique centrale pu soutenir dans des propor
tions certes modestes le développement de économie monétaire et le pro
cessus urbanisation
Des facteurs géographiques la configuration des territoires expli
quent par ailleurs que les capitales nationales soient extérieures aux savanes
Afrique centrale Il en est de même des grandes métropoles régionales
Toutes les villes de plus de 500 000 habitants Bangui Brazzaville Douala
Kinshasa Libreville Maiduguri Djamena Yaounde sont ainsi extérieures
la zone soudanicnne Cela empêche pas ces villes de jouer un rôle consi
dérable dans les transformations en cours des espaces de savanes notamment
par les marchés elles constituent pour les produits agricoles voir infra)
Malgré la faiblesse du taux urbanisation les savanes Africluc centrale
présentent un encadrement urbain assez dense image de leur peuple
ment Il se décline en un petit nombre de villes moyennes et en un nom
bre nettement plus important de petits centres Le réseau urbain de la zone
considérée organise autour de trois villes au Nord Cameroun Caroua
Maroua Ngaoundéré) deux au Tchad Moundou Sarh) et trois en Ccn-
trafricILie Bouar Bossangoa Bambari)
Le rayonnement de ces villes varie largement selon leur taille et leurs
fonctions Au Nord Cameroun les métropoles régionales que sont
Ngaoundéré 180000 habitants) mais surtout Maroua et Garoua respec
tivement 250000 et 320000 habitants) qui possèdent des fonctions admi
nistratives industrielles et commerciales bien développées sont même de
drainer une part importante de exode rural au détriment des capitales
méridionales du pays Douala et Yaoundé En République centrafricaine la
déshérence de économie agricole suffit concentrer dans la capitale
espoir des déclassés ruraux Faute activités salariées les villes des savanes
retiennent peu de migrants qui sont plutôt attirés par les villes périphéri
ques bénéficiant des retombées de exploitation diamantifère ou forestière
et de trafics frontaliers lucratifs comme Berbérati 44000 habitants Les
villes du Nord et du Centre-Est Bossangoa et Bambari respecti
vement 32 000 et 39 000 habitants souffrent des difficultés de économie
cotonnière et vivrière auxquelles ajoute pour Bouar 41000 habitants)
le manque gagner lié au départ de armée fran aise Géraud Magi-in et alii ANNALES DE OGRAPHIE 633 2003 478
Dans le sud du Tchad les villes exercent une attraction également
modérée Magrin 2001 Seuls des centres comme Koumra Pala ou Kelo
35000 habitants) mais surtout Sarh 85000 habitants et Moundou
120000 habitants exercent un recrutement un peu plus large Cette der
nière apparaît comme la véritable capitale du Sud tchadien tant pour son
potentiel industriel que par la présence importante ONG ou de projets
de développement Elle sera probablement la principale bénéficiaire de
afflux de populations consécutif aux travaux de réalisation des infrastruc
tures exploitation du pétrole de Doba
La taille de ces villes leur potentiel économique ainsi que leur capacité
exercer une influence sur leur arrière-pays rural varie donc en fonction
des contextes nationaux Les villes secondaires camerounaises sont les plus
fortes suivies par les villes tchadiennes les villes centrafricaines apparaissant
comme beaucoup plus effacées du fait de leur gabarit démographique très
inférieur échelle des espaces régionaux elles polarisent Nord Came
roun Sud du Tchad Nord et Centre-Est de la Centrafrique) ces villes
constituent la fois des foyers de consommation des pôles de regroupe
ment et de stockage des produits agricoles destinés une commercialisation
longue distance et des foyers de diffusion des innovations travers la
présence des encadrements étatiques ou non NG Eglises sociétés agro
industrielles)
1.3 Les voies du désenclavement
éloignement du littoral représente la dimension la plus évidente de
enclavement Au sein des savanes Afrique centrale la distance vol
oiseau vis-à-vis du grand port le plus proche Douala varie ainsi de
600 km Ngaoundéré ou 700 km Bouar au sud-ouest de cet espace
plus de 1000km sur ses périphéries nord et est environ 1000km pour
Maroua 1200 km pour Sarh 1400 km pour Bambari Mais la nature des
milieux traverser pour joindre les côtes explique davantage les difficultés
de communication que les seules distances les quasi-déserts humains des
régions forestières sub-équatoriales du sud de la Centrafrique et du Came
roun la redoutable falaise de la dorsale camerounaise et ses prolongements
du Nord-Ouest centrafricain ont opposé une résistance durable aux trans
ports et aux velléités équipement Si bien que les itinéraires effectifs sont
parfois deux fois plus longs que ceux calculés vol oiseau plus de
2000 km de Douala Sarh)
En ouvrant le coeur du continent africain économie mondiale la
colonisation paradoxalement instauré enclavement comme contrainte
principale âne mise en valeur reposant sur exportation des matières pre
mières dans un cadre impérial enclavement oppose en effet la com
pétitivité des productions primaires de ces territoires en renchérissant la
fois le coût des importations et celui des exportations
Des années 1930 aux années L970 le recours des voies multiples
constitué la principale réponse au contexte enclavement externe Le sud

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents