//img.uscri.be/pth/ef073922909b5a1b0310f4bb5f692e042765a093
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Alchianologie de l'homme, par J.-P. Harmand de Montgarny

De
52 pages
impr. de Christophe (Verdun). 1792. In-8° , 52 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

A VERDUN,
DE L'IMPRIMERIE DE CHRIST,OPHE.
179U
ALCHIANOLOGIE
DE
L'HOMME,
PA 1t 1. P. "H ARON AN D D. Movrajut^r.
fARTIE PHYSIOLOGIQUE.
Spiritus intus alit, totamque infusa per artus
Mens agitatmolem , & magno se corpone mises.
ViMtL. Æneid. Lib. VI.
Je veux faroir de lui par quels (ecrets mysteres
Le pain , cet aliment dans mon corps digéré ,
Se transforme en un lait doucement préparé ;
Comment, toujours filtré dans ses routes certaines;
In longs ruisseaux de pourpre il court enfler mes veines;
'A mon corps languissant rend un pouvoir nouveau Il
Fait palpiter mon cœur» » •
VOt.TA!RE.
INTRODUCTION.
L'A L c ii i A N i s m P, ou la connoiflancc intime des
opérations vitales & morphétiques des corps na urels A
érant la partie la plus essentielle de la physique terrettre
& organique, devoit mériter assèz l'attention des philo-
fophes, & sur-tout des Médecins, pour qu'ils s'en occu-
paient particulièrement dans la physiologie de l'homme.
Cependant, jusqu'ici, cette science n'a voit point été
traitée d'une matiere approfondie, & les modes de l'exis-
tence végétative de nos corps, comme de celle de tous
les êtres organisés, étoient demeurées cachées à l'œil de
l'observateur de tous les âpes.
Plusieurs savants de différentes sctes de la philosophie
& de la médecine, depuis la plus haute antiquité, avoient
bien reconnu que les opérations de la vitalité physique
des corps organisés formoient un ensemble régulier ,
dont le jeu méchanique étoit fournis à l'adion d'un prin-
cipe inné , singulier & propre à chacun de ces corps.
Personne néanmoins n'avoit encore fait connoître la
nature de cet agent individuel & radical : on ne l'a voit
iuivi, ni dans sa formation, ni dans ses effets, eu égard
aux phénomènes de la vie & de la famé, aux symptômes
des maladies & aux accidents de la mort naturelle.
Cet agent que j'ai désigné, avec Platon, fous le nom
d'Alchiar. ou Alkian, a reçu encore plusieurs dénomi-
nations, comme on le voit dans différents livres anciens
& modernes; mais, fous quelque nom qu'il se trouve
dans ces écrits, il n'y paroît représenter qu'une propriété
indéterminée, dont les caraaeres font isolés & comme
jetés au hazard dans quelques propositions ou assertions
incohérentes & toujours présentées de la manière la plus
vague. Ce ne font que de fin-.pies apperçus ou des fiaions
arbitraires, qui semblent plutôt être enfantées par un
çoncept incertain 5c mal ordonné , qu'établis sur des preu-
ves puisées dans la faine physique. Au moins j'arrette que
je n'ai pu] trouver en aucun lieu des notions propres à mç
[ 4 ]
sartisfaire & à me guider dans le systême que je publie
aujourd'hui, lequel m'appartient exclulinment, si on en
excepte quelques acceptions que j'ai employées dans les
bases ou définitions.
La doctrine du principe qui vivifie & qui organise les
corps dans l'état où elle nous a été transmise, n'étoit
donc, à proprement parler, qu'une esquissfe très-grossiere J
dont les traits informes & hazardés étoient confondus par
toutes les nuances des idées les plus abstraires & les plus
inuagnifiantes. Elle exigeoit une analyse profonde, ap-
puyée sur des recherches les plus exadts & sur des ré-
flexions les plus mûres. Il falloit une érude luivie & une
observation scrupuleuse des opérations vitales des corps
animalités : il ftlloit enfin un travail abfoiument neuf sur
cette partie de la physiologie.
Je n'ai pas la prélomption de croire que l'ontiouvera
dans celui-ci tout ce qui concerne l'alkian humain ; je
n'ai pas non plus celle de me persùader que mon opinion
& mes conjedures à cet égard feront unanimement goû-
tées & adoptées. Je dois convenir feulement que mon but
fera rempJi, si j'ai pu engager quelques-uns de ceux qui
cultivent la physique des corps organrsés à s'avancer avec
des moyens plus étendus dans cette nouvelle carriere f
qui ne promet pas moins aux progrès de la philosophie,
qu'à ceux de la médecine théorique & expérimentale.
L'observateur trouvera dans l'alchianisme des connois..
Tances les plus spécieuses & les plus (éduifantes, foit qu'il.
le confiderc dans l'homme seul, foit qu'il l'applique aux
individus des différents regnes. Le physiologiste y verra
un rudiment nouveau sur les opérations vitales qui ap-
partiennent à l'économie du corps animai, & le médecin
.clinique une boullole sûre qui le guidera dan! la recherche
des causes & dans l'explication des symptômes du plus
grand nombre de maladies , & même dans l'application
des rcmedes. Le philosophe & le physicien en recevrons
une nouvellç clef, avec laquelle ils pourront pénétrer
dans les ferres mystérieuses de l'organilation générale,
& qui les conduira insensiblement à la solution de plu-
sieurs grands problêmes sur le mouvement costis des éli-
Speuts ou des matières premières dans la formation de la
tsl
vitalité univcrfellc & paruculitre des corps soblunaires
Le défaut d'expressions techniques propres à expliquer
dans notre langue quelques-unes de mes idées m'ayant
Obligé d'emprunter plusieurs mots du grec & du latin *
que j'ai francisés, je préviens qu'on renconrrua, dans
cet opufculc, en plusieurs endroits, une nomenclature
nouvelle. Ce néologisme m'a été très-utile , & il m'est
* devenu même nécellairc quelquefois pour concentrer dans
mes propositions toute l'énergie de ma pensée , qu'il
m'eût été plus ditncife d'exprimer en me bornant à J'ulàge
des leuls mots de notre idiome qui y ont quelques rap-
ports : d'ailleurs if m'a servi à beaucoup abréger mon
ouvrage. Lès perfonues auxquelles je detlirie le très-petit
nombre d'exemplaires que j'en fait tirer, étant nécdfaÎ-
riment familiarises avec les langues d'où j'ai pris les
racines des nouveaux mots, je me di (penftrai d'en donner
l'explication dans un gloflarre particulier.
Le systême de l'alchian , ou l'alhianisme animal, tel
que je le pnbli'e aujourd'hui , en deux cents quatorze
propositions & vingt-trois Corollaires, n'est que Je dé-
veloppement & la fuite de ce que j'ai déja fait imprimer
sur ce su jet en. 1778, t 780 & : 7 al, dans trois dilïer-
tations latines; l'une fous le titre : De anima végétante
animilium , systerma novum & philofophicum, in-40. ;
la féconde, sous celui : De rerum naturalium partu ad
Izumtlnas J in-4 o., these que j'ai soutenue en l'Université
de Montpellier pour le Baccalauréat en Médecine ; la
troisième, fous celui : De miraculo vitœ hominis, in-16.
On trouvera dans les titrcs qui suivent un tableau aoa-
litique de mes propositions.
ALCHIANISME ANIMAL.
OORFO&IFIC AT ION — ANIMALISATION
des
I L É I D E S
par
i*. Energie plafiique,
Henofi végétative* — Narcose fîahiçué.
[ o
1®. Energie lessatique,
Orgasme végétatif — Spasme fynaBique.
JO. Energie adalique,
Synneufie végétative. — Syntomie organique,
en
Anadofic. — Zoogoniei
A N A D O S I E-
PREMIERES y O I E S»
Digeflion alimentaire.
Substances
Solides. — Fluidet..
Mouvements spontanés
Végétatifs.
Emphyxies : Vitalités
Vegetative. --- Organique-
Fievre pepsique
Algide. — Caloriqu.
Etres a d ifs,
Ilcides
Ofote. — Sepsite;
Etres passifs,
Chile.
'Apyrexie.
SECONDES VOIES.
DigcUions
Secondaires. — Troisiemes, &,.
Substances
Chile.
C 7 ]
Hematose *
àang
Lymphe. --- Serum.
Emphyxies:
Etres aâifs*
Iléides.
Brotiques — EndogenesJ.
Principes embiotiqucs.
Principe vital
Végétatif. — Organique.
Etres passifs,
Humeurs : Matieres
Recriment. -- Increment. — Excrémens
Zoo GON II.
Syndiafmic
Mâle. — Femells.
Spermes.
Accoîsement utérin.
Blafticité : Fécondation.
1.
Sperme,
Emphyxie végétative.
Iléide ofogonique.
i.
Sperme,
Acioefie végétative
m
Concrétation organique.
Alchiao.
Nutrition cnaldiquc.
Energies vitales.
ALCHIANOLOGIE
DE L J HOM M R
Mi i ■ I
10 L'A L C It 1 A. NOL 0 G 1 E est en général cette patrie
de la physique qui confidere l'alchian ou l'esprit radical vé-
gétatif dans l'emfycôfe phytique & organique , c'est-à-dire
dans la nutrition & la reproduction individuelle des corpa
naturels, terrestres & phthartiques.
s. L'alchian est dans l'homme , comme dans tous les corps
animalisés, ce fluide plus ou moins subtil, engenetique &
phytique , qui gouverne spontanément & duquel dérivent
nécessairement & immédiatement tous les phénomènes de la.
vitalité individuelle , threptique & thorique..
3. La science de l'alchian ou l'alchianifme appartient très-
essentiellement à la physiologie de l'homme. Elle feule peut
faire connoître les causes & les effets de l'empfycôfe orga-
nique de sa vie animale , en expliquant les combinaisons
élémentaires matérielles , & les propriétés aétives & motrices
des solides & des fluides qui composent la ftru&ure de nos
corps.
4. L'alchian sa) est une entité ou puissance absolumens-
automatique , dont les forces multipliées à l'infini dans l'ha-
bitude de nos organes, y font répandues avec la plus fage
économie, & y exécutent ensemble ou séparément, par une
méchanique très-compliquée & fous des formes plus ou*
moins régulières , un accord le plus harmonieux.
5. Les causes comme les effets de cette dynamie ifnguliere
( 4 ) font liées intimement à la génération , à la coalHOD-
4 aux divczfç; inflexions des principes embiotiques qui «c^
110 5
tilisent les unes U qhi produisent Id autres, 8t d'oà Mpen
dent tous les caracteres de la vie corporelle.
6. C'est par les principes embiotiques que toutes les opé-
rerions de la vie animale de l'homme se développent se
combinent, se propagent, se succedent, s'entretiennent , se
décomposent, pour se reproduire ensuite en suivant avec
plus ou moins de régularité, dans chaque confticution
l'ordre ctifique & métabolique individuel.
7. C'est par les principes embiotiques , si admirablement
distribués & dirigés dans la ftrufture de nos corps, fous
l'empire ou fous l'essence d'une ame raisonnable, que nais-
sent & s'etablissent ces grands & sublimes rapports entre
le moral & le physique , qui assignent à l'homme la premiere
place parmi les êtres innombrables qui composent la chaîne
immense des créatures qui couvrent & organisent le globe-
ïerreftre dans ses trois regnes.
8. Les principes embiotiques ( 5 ) qui font les causes pri-
mordiales & efficientes de l'existence phytique & de la puis-
sance zoogonique de l'homme ( 1 ) , font tous les iléides
brotiques endogenes, dont je vais tracer la datefe , l'épi-
tafe & l'éversion.
9. Les iléides brotiques endogenes comprennent les fluides
acolaftiques , les vapeurs aeriformes , l'airofe ou halitus ani..
mal, en un mot tous les effluves ou miasmes pneumatiques ,
qui se dégagent continuellement , qui se distribuent fponta-
Dément & régulièrement, qui s'électrisent ou se renforcent
graduellement, çui s'rnferent ou se concentrent intimement
dans l'organifaticn de nos corps , pendant l'anadofie , l'œuvre
cie la nutrition, & pendant la zoogonie, l'œuvre de la con.
aption.
ANADOÎIE : NUTRITION.
10. L'anadofie on la fitéfie est cette opération singuliere ;
année, par laquelle noranes convertissent & transforment
en leur propre substance les aliments ou les matières nutri-
tives qui font sou-mises à leur action- peptique natUrelle.
II. L'action peptique, qu'on appelle encore faculté nutri-
tive , ou assimilatrice, propriété , ou force threptique animale,
cft composée de trois énergies ou opérations vitales, bien
distinctes également coefficientes & conservatrices de tous
les phénomènes de l'emphyxie ou de la vitalité du corps
animal' ( 5 )
12. Ces trois énergies vitales, qui forment tout le m&
chanifme des facultés biotiques ou vitales de l'homme, font
xercées par dts agents de différente nature , que l'on doit
regarder comme les causes expérimentales de la vie & comme
Ici principes élémetaires & matériels de l'achan ( a )t
r » 3
J' Parmi les eaufes expérimentales de la vie, les linei
font générales & font distribuées à toutes les parties du
corps, où elles produisent des effets identiques ou analo-
gues; les autres font particulières & ne se rencontrent que
dans l'habitude de chaque organe , auquel elles appartiennent
exclusivement, & où elles operent des effets qui ne doivent
point se rencontrer en aucun autre lieu du corps, danl
l'état naturel.
14. Les causes générales & expérimentales de la vie de
l'homme se réduisent à deux aftions principales , diftindes r
subsidiaires & corrélatives, savoir : 1. l'emphyxie ou la vita-
lité végétative de la matiere nutritive en digestion dans nos
organes ; 2. l'emphyxie ou la vitalité organique des parties
qui renferment & qui préparent la matiere de la nutrition
dans chaque organe.
15. J'appelle emphyxle ou vitalité végétative, cette dyalifie
icaftique ou combinative, ce mouvement intestin régulier
qui, en opérant la disgrégation & la dissolution des fubf-
tances alimenteuses ou nutritives dans l'organe digérant ,
fournit, 1. les iléides brotiques ( 9 ), qui. doivent actiliser
& vivifiet toutes les parties du corps animal ; 2. tous les
matériaux moins subtils qui doivent entrer consécutivement
dans la tfrudure générale & particulière des mêmes parties.
16. J'appelle emphyxie ou vitalité organique, cette synerese
helctique & diaplaftique , ce mouvement réadif, expressif &
attradif, qui s'exécute régulièrement de la part des solides
& des fluides constituants de l'organe digérant, sur la vita-
lité végétative , & en général sur tous les produirs de la
matiere nutritive en digestion ( 15 ).
17. C'est de la vitalité organique que dérivent les princi-
pales propriétés adives & passives, sensibles & occultes de
la matiere animalisée & vivante : propriétés que l'on doit
envisager comme autant de modifications singulieres des pro-
duits de la vitalité végétative ( 15 ) , fixés par les opératicns
de l'alchian (II) dans les formes élémentaires & organiques
de nos corps : propriétés qui font les résultats nécessaires
des combinaisons diverses des produits fournis par les di-
gestions.
18. Ces propriétés font connues dans les fluides en vitalité
végétative ( 15 ), fous le nom générique de crase ou de
constitution humorale, à laquelle appartiennent la force
evulfive & plastique animale , la force gonimique & zuogo-
nique ithagene, le mouvement végétatif ou vital, la tén
nuité.
19. Ces propriétés font comprises dans les solides en vita-
lité organique , fous la dénomination générale de ftrufture
ou composition organique , à laquelle appartiennent la force
colique, cyétique & métabolique animale, le mouvement
11* 3
tonique , fvmple&ique & blastique, la renlibilit, rirritabi
lité , l'élaflicité.
so. C'est par le concert naturel des deux vitalités végéta^
tive ( 15 ) & organique ( 16 ) , qu'ont été formées & que
font entretenues toutes les bases de l'architecture animale j,
sur lesquelles font tracées & calculées avec tant d'intelligence
les opérations de l'alchian (4).
21. C'est par ce mcme concert ( ao ) que font marquées
toutes les périodes de la vie animale , & que celles-ci font
soumises à cette férie de révolutions qui constituent les phé-
nomènes de la fanté & l'eucrafie individuelle., tandis que les
autres font autant de fymptcmes de maladies qui annoncent
Péclysie ou l'ataxie de l'une ou des deux vitalués ( I. 16. ).
- u. Les causes expérimentales particulières ( 13 ) de la vie
de l'homme comprennent toutes les opérations organiques
primitives , secondaires , &c. , & elles doivent être regardées
comme autant de digestions locales , qui se succedent immé-
diatement , qui s'alimentent refpeftivement, & qui s'entrai-
tlent mutuellement, en composant ensemble toute la mécha-
nique générale & particulière de l'alchian ou de la vitalité
individuelle (4. 6.).
« 3, Chaque organe du corps animal est le centre ou le
foyer d'une opération digestive particulière., qui s'exécute en
,enu de la vitalité végétative ( 15 ) des matieres nutritives
qu'il renferme , & qui est réglée & consommée par l'inter-
mede de la vitalité organique ( 16 ) des parties où elle se
pasle immédiatement.
14. La premiere de toutes les digestions ( u ) se fait dans
les premières voies , & c'est dans l'estomach & l'intestin que
c rrimtnce le travail de la nutrition ( 10 ) : c'est-là où se
préparent & d'où sortent les premiers éléments ( 9 ) de la
vie animale, & les différents matériaux qui doivent être
distribués successivement dans toute l'habitude du corps.
4 5. Les autres digestions ( 22 ) s'operent ensuite de la pre-
iniere dans les fecondes voies , c'est-à. dire, dans les vaisseaus
sanguins & lymphatiques de toutes especes , dans les glandes,
les cavités ou capacités quelconques , le tissu cervical, mé.
dullaire » cellulaire, réticulaire, parenebymeteux.
26. Chaque digestion fournit dans chaque organe une li-
queur particulière , d'où font tirées toutes les matieres qui
doivent former & consolider le travail anadofique ( u ) , foit
en transportant la vitalité ( 15 ) > & en projettant ou diffé.
n ina - t les produits ( ibid. ) , foit en entretenant & en ré-
gi nérant la vitalité organique ( 16 ) dans les différentes parties
du corps animal.
17. Comment s'opere en général la digestion ? La digestion
telle qu'elle s'exécute naturellement dans les premieres ( 14 )
&. dans les fécondés ( I ) voies, est iguiguit VçSçs néceX»
f rr ]
faire Se immédiat Je sa collision & de la coaptatîon locale
des produits actifs & passifs des deux vitalités végétative ( 15 )
& organique ( 16 ).
*8. La digestion est l'effet de la vitalité végétative des
substances qui y font soumises , parce que c'est une dissolu-
tion qui, en l détruisant toute cohérence entre leurs parties
mixtes & intégrantes laquelle s'étend jusques à leurs par-
ticules les plus simples, leur restitue toutes leurs propriétés.
naturelles ( 18 ) , le pouvoir de se séparer respectivement &
celui de se combiner anfuite pour composer & organiser da
nouvelles formes ( 1 ).
sq. La digestion est l'esset delà vitalité organique des par--
ties où elle se passe , parce que. celles-ci, en vertu de leurs
propriétés conftiiutionnelles ( 19 ) , rassemblent & conjuguent.
tous les principes de la matiere en vitalité végétative (15),-,
d'où il naît de nouveaux êtres , propres à être employés do,
fuite aux usages de l'économie vivante.
30. Les êtres qui font les produits delà digestion naturelle
font de différente nature : les uns font aétifs par essence, ,,
& portent avec eux tous les caractères du mouvement & de-
la vie : ceux-là seuls ont le pouvoir d'aailifer, d'entretenir
& de diriger toutes les pui/rances motrices ( 4. 5. 6. ) du
corps animal. Les autres font passifs & inerts par nature, &
ne font propres qu'à l'entretien & à la confection des former
organiques.
31. L'émission, là projeAion , la circulation & là coalef--
cence de ces divers êtres produisent , dans l'habitude de
chaque organe & jusques dans le régime général du corps,,
divers phénomènes plus ou moins sensibles , qui influent sur
la constitution physique de toutes les facultés individnelles,
& en général sur la fanté & sur la vie, comme nous l'ex-
pliquerons en rapportant les causes méchaniques de leur
développement & de leur résolution.
3a. Les êJres adifs fournis par la digestion font les iléi-i-
des ( 9 ) qui se dégagent dans l'intérieur de l'organe digé-
rant, & qui s'exhalent de la pulpe alimenteufe ou de la ma-
tiere nutritive dans l'état de vita~ végétative ( 15 ). Ces
iléides ont des propriétés générales & particulières > au.
moyen desquelles ils vivifient , conservent, augmentent ou
détruisent les conjuguaifons & les appropriations qui sont-
formées par les digestions précédentes.
33. Les iléides brotiques. ( 9 ) considérés par rapport à
leurs propriétés générales & communes , ont une grande
ténuité ou subtilité, une extrême & confiante mobilité spon-
tanée ou autocinetique : ils différent beaucoup dans leurs-
propriétés particulières.
34. L'iléide qui s'éleve au commencement de la digestion:
A en propre la faculté çoerdÜve & fynagmatique, & il t
114 i
le principe naturel de toute congélation ou concrétion , si
e la froideur animale.
35. L'iléide qui est fourni vers le milieu & à la fin de cha-
que digestion a , au contraire , la faculté septique & epiphlo-
giftique en propre , & il est le principe naturel & la caufo
physiq,ue de toute dissolution & de la chaleur animale.
36. Ces deux especes d'iléides ( 34. 35. ) forment ensemble
l'élément de l'animalité : c'est l'alchian élémentaire ( z )*
Ces êtres aeolaftiques font encore distingués d'uue maniere'
particulière dans la composition des corps vivants , eu égard
aux rôles qu'ils y jouent, aux effets qu'ifs y produisent y
& à l'état d'adualité dans lequel ils s'y trouvent.
37. L'élément vital ou les iléides considérés dans cet état
de volatilité & de mobilité végétative (33 ) qu'ils ont quand!
ils se dégagent & s'exhalent de la matiere nutritive dans nos
organes, peuvent être nommés principe vital végétatif
animal.
38. L'élément vital ou les iléides examinés dans cet état
d'union, de concordance , de cohésion & de mobilité syner-
gique qu'ils acquièrent dans la composition des formes cor-
porifiées ( 36 ) animales , y constituent cette propriété or-
ganique singuliere, qu'on a nommée principe vital orga-
nique.
39. Le principe vital végétatif (37 ) est l'effet de la vita-
lité végétative (15) des matieres d'où il s'exhale , & le prin-
cipe vital organique ( 38 ) est toujours l'effet de la vitalité
organique ( t6 ) des parties qui le renferment.
40. L'iléide ou le principe vital végétatif provoque & en-i
tretient la vitalité végétative de la matiere nutritive , d'oîi
il se dégage en même temps qu'il se répand , se perd , se
confond & se régénere dans la contexture des parties quî
en font frappées. C'est ainsi que, par une progression natu-
relle , soumise à des loix individuelles & fixes', il produit
tous les effets de l'alchian (4. 7.) : c'est ainsi qu'en opérant
la nutrition des solides & des fluides, il leur imprime la
Vitalité organique ( 16 ). •
4t. Le principe vital organique n'est autre chose que l'effet
réactif des formes élémentaires matérielles organisées , com-
primées & aftilifées par le principe vital végétatif, qui s'est
incarcéré par la nutrition dans leur structure particulière. Il
ne tient véritablement toutes ses propriétés ^ue des diverses
modifications & de l'adion directe & coïtive de celui-ci sur
la matiere conjointe & déjà animalisée par ui e nutrition
précédente.
42. Les phyfioïogiftes modernes ont borné le principe vital
aux feules propriétés réaftives des solides vifs, qui forment
}a sensibilité & l'irritabilité , comme si ces propriétés cons-
tituoient fçuIC4 le principe vital g ai «flencc, & a avoient g oint
Ïlïî
seçu la vie ou leur existence physique par un accident; comm*
si elles ne pouvoient les perdre par la même cause , l'une en
vertu de l'action copulative , & l'autre par l'action disjonc-
tive du vrai principe vital animal, qui est l'iléide brotique
végétatif ( 37 ) w
43. L'iléide végétatif animal est le seul principe vital par
essence, & il se trouve répandu avec plus ou moins d'abon-
dance dans la composition organique de chaque partie de
notre corps , où il contraste divers degrés d'energie ou d'al-
tération , qu'il communique à la matiere passive, & qui lui
impriment des qualités plus ou moins salubres , ou plus ou
moins nuifiblesr C'est delà que naissent, avec l'idiosyncrasie
constitutionnelle, la fanté ou les maladies , c'est-à-dire f
l'harmonie ou le dérangement des propriétés naturelles ( 19)
& du jeu méchanique ( 4 ) des formes organisées du corps
animal,
44. Ces qualités (43 ) participent ordinairement, I. de la
nature des substances alimenteuses, d'où se dégage l'iléide
pepsique dans les premieres voies ; 1. de la nature de la ma..
tiere nutritive fournie & élaborée par la premiere digestion
& qui est destinée à tranfportcr avec elle, à produire & à
régénérer le principe vital végétatif & organique dans les
fécondés voies ( ).
45. L'iléide se dégage des substances qui font en digestion
dans les premieres voies ( 24 ) de la même maniere que le'
gas se sépare, & s'exhale des corps réduits à l'état d'inertie
vitale & qui fubiflenc à l'air libre la décomposition élémen-
taire absolue , pendant laquelle chaque principe s'isole par un
mouvement de vitalité spontanée , disjonctive , bien differenc
néanmoins de celui qui constitue la vitalité végétative animale.,
46. La décomposition des substances qui s'epere à l'air libre
differe de la digestion animale , en ce que cette derniere ne
peut s'exécuter conformément au vœu de la nature dans chaque
organe , sans l'intervention de quelques agents locaux qui
fervent autant à en provoquer & à en rcgler le travail, qu'à
donnet à chacun de ses produits ce caractere de naturalité
qui seul peut les rendre propres à remplir l'objet de l'alchian
dans les opérations de la faculté threptique & gonimique ( s ).
47. Les agents digestifs , que l'on a nommés aussi ferments,
font de diverse nature, suivant l'espece de coction qu'ils doit
Tent produire dans les fubftanies nutritives avec lesquelles
ils font mêlés ; suivant les produits ( 50 ) qu'ils doivent
composer. & suivant l'organe ( 23 ) où ils font piéparés &
déposés : mais c'est de leur proportion avec les substances
qui doivent être digérées & de leurs qualités respectives que
dépend le succès de toute digestion.
48. Un rapport naturel entre les ferments peptiques & la
matiere alimenteuse ou nutririve procure la bonne digeftioUj,
[16]
eh fupporant* toutefois la fouftraaion des causes éftitîg'crïfà
La mauvaise digestion a lieu , au contraire , si ce rapport est
altéré ou interverti d'une maniéré quelconque. Il ne se fair
enfin aucune digestion dans l'ordre de la nature, quand ce
même rapport est entiérement abstrait : c'est ce'qui forme
alors la vraie indigestion.
49. Les êtres passifs ( 30 ) fournis par la digestion font
toutes les humeurs qui résultent des combinaisons particulières
opérées entre les principes matériels & inerts de l'une &
l'autre vitalité ( 15. 16. ) & les iléides ou principes vitaux
( 9. 31. ). Ces humeurs font préparées & fecrétoriées par
un travail particulier dans chaque organe ( 26 ) , & on leur
a donné à chacune des noms qui expriment leurs qualités-
dominantes , ou leurs usages , ou le lieu d'où elles sortent j-
ou celui même qui les reçoit.-
50. Les humeurs des digestions font, dans les1 premières
voies , le chile, & dans les fecondes voies , le fang & toutes
les liqueurs qui en fortent-, foit immédiatement, foit mé-
diatement : tels font les sucs nourriciers de toute espece ,
la lymphe , le ferum , les-sues salivaires , gastriques, pan-
créatiques, bilieux, synoviaux, adipeux, prolifiques, prof-
tratiques , la transpiration insènsible & sensible , cutanée,
pulmonarie, les urines, & en un mot toutes les liqueurs
animales , cellulaires ; fecrétoriales , articulaires.
51. Toutes ces humeurs reçoivent de la digestion des pre-
mieres voies leurs principaux caracteres , mais elles acquièrent
encore progressivement & à mesure qu'elles se fecrétorient
dans leurs organes, diverses qualités qui influent d'une ma-
niere particulière sur les effets qui doivent faire & suivre
leur dissémination, leur emploi.
p. Pendant la digestion il se passe, à l'endroit & aux
environs de l'organe qui digere , des effets plus ou moins
sensibles & plus ou moins apparents , foit à l'intérieur., foit
l'extérieur du corps. Les uns font dus à la vitalité végéta.
tive ( J 5 ) de la matiere nutritive & à l'expansion des iléi-
des ( 32 ) qui s'en dégagent & qui s'inferent dans la con-
texture des parties qu'ils frappent : les autres appartiennent
à l'atlion simultanée de la vitalité organique ( 16 ) , à la
resorption & à l'insertion des humeurs ( 50. 51.) créées par
la digestion.
53. Tous ces effets tournent toujours à l'avantage de ré..
conomie animale pendant la bonne digettion. Ils font péni-
bles , quelquefois douloureux & plus ou moins nuisibles dans
la digestion contre nature & dans la mauvaise digestion : ils
font très-laborieux , souvent fâcheux & quelquefois funestes
pendant l'indigefton.
- 54. La digtition naturelle comprend dans ses effets tous
le' phénomènes de la famé & plusieurs symptômes passagers
î \j 3
communs à quelques maladies ; mais ceus-ci ne se changent
jamais en maladies eflentidles sans le concours de quelques
causes étrangères , qui font alors rentrer cette digestion dans
la classe de celles qui font mauvaises ou contre nature.
55. La digestion contre nature & la mauvaise digestion
annoncent dans leurs effets plusieurs symptômes morbifiques ,
qui font toujours plus intenses .& plus-durables que dans la
bonne digestion , & qui se convertissent souvent en accidents
réels plus ou moins graves & quelquefois en maladies es-
sentielles.
56. L'indigestion produit dans ses effets des symptômes
morbifiques qui amenent bientôt la perte de l'équilibre des.
fonctions organiques naturelles & des opérations de l'alchian-
( a ). Ils détruisent l'homiose digestive, renverfenr l'harmo-
nie vitale , alterent les phâses de l'organisation , & finissent
enfin par consumer les bases du corps animal, dont ellts
produisent la dyalifie & la nécrose , s'ils ne font arrêtés &
xéparés promptement par de bonnes digestions consécutives..
57. La premiere digestion naturelle eit celle qui s'exécute
dans les premieres voies , & que j'on a nommée particuliè-
rement digestion alimentaire. Elle, s'opere sur des substances
de diverse nature , qui n'ont encore acquis aucuns cara&eres
de naturalité avec nos corps ; ce qui la rend l'opération la
plus labotieufe de la nutrition.
58. C'est par la piemiere digestion que font extrairs des
substances les plus hétérogenes tous les principes qui doivent
composer l'aliment vital actif ( les iléides 3 s) & passifs ( les-
humeurs 50 ) des digestions des fecondes voies.
59. C'est par la premiere digestion que le fluide ou prin-
cipe vital végétatif ( 37 ) est séparé de la matiere alimen-
teuse, & projetté ensuite dans toute l'habitude du corps,,
pour y déployer, adilifer & soutenir toutes les opérations
de l'alchian ( s & suiv. ).
> 60. C'est par la premiere digestion que se fait la préparation;
& la secrétion du chile ( 50 ) , cette liqueur homogene qui
fournit elle-même , après l'hématole, tuus les autres maté-
riaux de la nutrition : c'est par elle enfin que tous ces ma-
tériaux font distribués & qu'its deviennent l'aliment prcpre
& immédiat de la vitalité végétative & organique animale
dans les secondes voies ( 25 ), c'est-à-dire, dans toutes'
les parties du corps.
61. Comme les effets de l'anadofie font plus apparents;
moins compliqués & plus faciles à saisir dans le travail de la
digestion alimentaire ( 57 ) que dans celui des digestions
fccondaires ( 15 ) , je me bornerai à donner ici le tableau
des opérations de l'alchian ( Il ) dans la premiere digestion-
s h. C'est ici où je vais poser les fondements de ma théorie
fin les effets mcchanique de l'alchian , qui gouverne leiyftéms:
[ 18 ]
économique de l'homme vivant. En suivant la génération dd
iléides brotique ( ji 1 dans chaque digestion, on y trou-
vera l'explication la plus naturelle des opérations vitalei de
l'homme fain, le premier nœud de la chaine de toutes ses
fondions organiques , & le régulateur de tous les modes
qui composent son existence physique & phytique (3).
63. La digestion alimentaire, ou la premiere digestion ( 57),
est en général le moyen dont l'homme & l'animal se fervent
pour préparer & porter dans les parties les plus intimes de
la ftrufture de leurs corps les lues nourriciers dont ils ont
besoin , foit pour réparer leurs pertes habituelles & entre-
tenir le jeu naturel de leurs fondions , foit pour développer,
augmenter & consolider la maflfc des forces qui entrent dans
leur construction organique.
64. La bonne digestion alimentaire a lieu toutes les fois
que les aliments reçus dans les premières voies ( 24 ) y
subissent une coftion entiere & parfaite , sans causer une
altération trop sensible dans l'équilibre naturel des différentes
facultés ( ix ) de l'individu. Je dis une altération trop sen-
sible, parce que, pendant la meilleure digestion , il se fait
toujours un dérangement plus ou moins notable dans les
opérations ordinaires des forces organiques , mais qui n'im-
plique point contradiétion avec les phénomènes de la fanté.
67. Le temps que la nature emploie pour opérer la diges-
tion des premieres voies n'est point limité , il dure plus ou
moins, ce qui dépend ou de l'idyofyncrafie particulière au
sujet , ou de la nature ou de la masse dés aliments qu'on a
mangés , ou de quelques autres girconftances qu'il est inutile
de rapporter ici.
66. Quelque foit la durée de la digestion alimentaire, on
y reconnoît assez diftindement deux périodes qui se succedent
immédiatement, & qui font annoncés l'un & l'autre par des
effets qui leur font propres & qui en marquent le court.
67. La ressemblance qui regne entre les effets de la digef
tion & les symptômes qui caractérisent les deux périodes d'un
accès de fievre intermittente , m'a fait regarder le travail de
la digestion comme une vraie fievre analogue à celle-ci & à
laquelle j'ai donné le nom de fievre pepsique. I
68. La fievre intermittente maladive & la fievre pepsîque ,
quoique bien différentes entr'elles par leurs causes matériel- Si
les & par leurs fuites, ont en général les mêmes fignesJ
pathogonomiques , à quelques degrés de plus ou de moins,
d'intensité. Je vais rapporter ceux de la fievre pepsique , tels
qu'ils se manifestent le plus ordinairement pendant une di-
gestion naturelle. Il ne faut pas croire néanmoins qu'on les
rencontre constamment réunis , & qu'ils font toujours allez »
apparents dans chaque digestion pour qu'on puisse les sépares f
& les distinguer parfaitement entr'eux, & dans un même i
t 19 1
brdre. Il est de remarque que cela se parte ainsi dans k,
fièvres intermittentes ordinaires les plus simples ( Je donnerai,
dans la feconde partie de cet ouvrage , la vraie ethiologie de ces
fptcCS de ifevres , toujours produites par l'iléide saburral de
l'estomach.
69. Dans le premier période , la fievre pepsique s'annonce
par les symptômes qui paroissent au moment de l'invasion &
pendant le paroxisme du premier période d'un accès de fievre
intermittente.
Peu de temps après qu on a cessé de manger , & fouvenc
même pendant qu'on mange encore, on ressènt à l'endroit de
l'estomach une forte de gêne , avec un sentiment léger dé
froid , qui s'étend peu..à-peu dans tout l'épigafire, & qui se
propage ensuite dans tout le bas-ventre, dans le dos, & jus-
ques aux extrêmités du corps. La couleur du visage est moins
vive , les yeux font un peu battus ; quelquefois on bâille , on
s'étend & on éprouve dans les membres.. mais sur-tout dans
les articulations des extrémités , un certain accablement qui
nous invite an repos. Le pouls est ferré , plus petit & moin*
fréquent qu'à l'ordinaire. On observe communément que leS
pullations font diminuées de huit ou dix par minutes.
70. Le premier période de la fievre pepsique dure rarement
plus d'une heure dans la bonne digestion , & souvent il se
termine en moins de temps. Il est bien plus marqué & plus
long dans la mauvaise digestion & chez les sujets cacochymes
'dont l'estomach est surchargé de glaires & de saburre acescente.
Ce période peut être appellé ifevre pepsique froide, fievre
clgide ou aleorique de digestion, algorpeptique , fievre psydique.
71. Les symptômes de la fievre pepsique s'annoncent ausS
dan? le fécond période , de même que ceux qui constituent
Je fecond période d'un accès de fievre intermittente simple ,
& ils succedent immédiatement à ceux de la fievre algide Se
à mesure qu'ils s'éteignent. Pendant l'exacerbation de ce pa-
roxisme , on ressent à l'estomach & dans tout l'épigastre une
sensation de chaleur plus ou moins vive , qui se répand peu-
à-peu dans toute l'habitude du corps : elle augmente par de-
grés , au point qu'elle devient uès-sensible à l'extérieur, même
aux extrémités. On a la tête lourde , & les yeux plus animés :
la couleur du visage est vive, la bouche est seche. On se
trouve également fatigué dans tous les membres ; mais la
gtne qu'on y éprouve est une vraie pandiculation , ou un
mal-être d'irritation , bien différent de celui qu'on refTenc
pendant l'algor peptique , ou il approche aU contraire de la
fiupeur. Le pouls est très-développé & plus fréquent : on
compte depuis six jusqu'à douze ou quatorze pulsations par
minutes, de plus qu'à l'ordinaire.
72. Le fecond période de la fievre pepsique dure ordinai-
rement deux ou trois fois plus de temps que le premier, 11
[ 20 T
tlt plus sensible & toujours plus long dans la mauvaise dÍ.
gettion chei des sujets très-bilieux , ou dont les sucs digestifs
font fort alkalefcents. On peut appeller ce période fievre pep-
Jijie chaude , fievre ardente ou calorique de digestion , caufut
peptique j sievre épiphlogiftïque.
73. L'opération de la digestion alimentaire fait donc naître
dans tout le systême économique de rhomme une véiiiaMe
fievre composée de deux périodes ( 69. 7s. ) qm 1nnr iem-
blables aux deux périodes d'un eccès de fievre intermittente
simple ( 67 ). Je vais expliquer maintenant les symptômes de
tes deux périodes dont les causes font si différentes ont
les unes appartiennent l'état de fanté , tandis que les au-
tres ne peuvent se manifester que dans un état contre nature
& de maladie.
74. Quelles font les causes naturelles de la fievre pepsique'
( 67 ) , ou plutôt quelles font celles de la digestion alimen.
taire ( 64 ) ? Elles font deux, savoir : 1. la vitalité végéta-
tive ( 15 ) des aliments portés dans le ventricule ( 14 ) ;
l. la vitalité organique ( 16 ) qui appartient à la structure
des parties solides de l'organe digérant.
75. La vitalité végétative des aliments en digestion pré-
fente ici deux grahds phénomenes immédiats dans (,.n exé-
cution, 1. le mouvement oxôtique, qu'on a appelle tncore
fermentation aceteuie ; s.. le mouvement fepfique , qu'on a
nommé auiIi fermentation alkaline.
76. C'est par le concours naturel & la succession immé-
diate & réguliefe des deux mouvements exotique & fepfique
que s'opere la dissolution ou la résolution totale & spécifique
des parties alimentaires qui entrent dans la tompofition des
substances qui ont été réunies dans l'estomach pour y
être digérées & pour servir à la nutrition ( 10 ) du corpIl
animal.
77, Cest de ces deux ràoûvertienfs intestins ( 75 ) & conJ
nexes que s'échappe le fluide vital aeolaftïque ( 34. 55. ) ou
les iléides biotiques (9) deHinés à éleârifer à entretenir'
la vitalité animale ou le principe vital organique ( 41 ) , &
privativement à mettre en aftivité toutes les forces l'h,,fîcl\!e
& méchaniques de l'organe des premieres voies , dont lVl-ige
est de composer , séparer & distribuer le chile, qui devient
lui-même l'aliment naturel & néceilaire des digestions sécon-
daires (25).
78. J'ai dit que la digestion des aliments n'étoit point le
seul effet ( 46 ) de leur vitalité végétative , maïs qu'il falloic
encore, avec le secours de la vitalité organique des premières
voies, l'intermede de quelques agents ou ferments naturels *
parce que ceux-là seuls peuvent reftifier la digestion & donner
à chacun de ses produits les qualités qui leur font ucceliûi-C9
pour faire une bonne nutrition.