Banquet donné à Douai, le 2 décembre 1823, pour célébrer la glorieuse rentrée de S. A. R. Mgr le duc d

Banquet donné à Douai, le 2 décembre 1823, pour célébrer la glorieuse rentrée de S. A. R. Mgr le duc d'Angoulême à Paris

Français
12 pages

Description

Impr. de Deregnaucourt ((Douai,)). 1823. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1823
Nombre de lectures 6
Langue Français
Signaler un problème

BANQUET
Donné à Douai le 2 Décembre 1823,
POUR CÉLEBRER LA GLORIEUSE RENTREE
S. A. R. MONSEIGNEUR
DUC D'ANGOULÊME
A PARIS.
POUR célébrer la glorieuse rentrée de Son Al-
tesse Royale Monseigneur LE DUC D'ANGOULÊME
à Paris , les Commissaires chargés des Fêtes
publiques de la ville de Douai, ont donné un
Banquet, auquel assistaient M.r le Maire de la
Ville, en sa qualité de Président, M.r le Lieute-
nant de Roi, et M.r le Baron deTrumilly,
Lieulenant-Colonel attaché à l'Ecole d'Artille-
rie. La gaîté la plus franche présidait à cette
réunion. La salle, décorée avec goût, offrait
(2)
les attributs des Rois de France. Louis XVIII,
placé entre le Doc D'ANGOULÈME et L'ARMÉE
FRANÇAISE , semblait se reposer avec confiance
sur les dignes soutiens de. son trône, et sourire à
l'aspect du drapeau sans tache que les Libéra-
teurs de l'Espagne inclinaient sur son front.
Sous le portrait du Roi, on remarquait ces
vers :
AU ROI.
Quel jour pour toi, Prince adore !
Ton Fils revient chargé de gloire;
Comme HENRI IV, il a montré
Ce qu'on fait après la victoire.
A droite et à gauche étaient ceux-ci
AU DUC D'ANGOULEME.
O Prince sage et valeureux !
Reçois notre hommage sincère :
Quand tu rends deux penples heureux,
Tu dois en être et l'idole et le père.
A L'ARMEE.
Braves Français, recevez la couronne
Que la gloire tressa pour le front des Guerriers:
La France heureuse aujourd'hui ne vous donne
Que de l'olivier seul : vous avez les lauriers.
( 3)
Vis-à-vis on lisait ;
AUX CONVIVES.
Amis, que cette Fête assemble ,
Réjouissons-nous en ce jour,
Et jusqu'au soir chantons ensemble :
Vivent le Roi, le Vin , l'Amour.
Pendant le dîner, la musique du 48.e de ligne
exécuta plusieurs airs analogues aux circons-
tances , et variés agréablement.
Le bruit des artifices, auquel la musique ré-
pondit par l'air chéri : Vive Henri-Quatre, an-
nonça la santé du Roi, qui venait d'être portée,
en ces termes, par M.r le Lieutenant de Roi :
AU ROI ! Qu'il vive long-temps pour le
bonheur de la France !
Les toasts et les couplets se sont ensuite suc-
cédé dans l'ordre suivant.
Par M.r le Maire :
A SON ALTESSE ROYALE MONSEIGNEUR
LE DUC D'ANGOULÈME ;
Au Prince aussi sage que vaillant, qui à
conduit nos phalanges victorieuses des Pyrénées
aux colonnes d'Hercule, en faisant chérir le
nom Français, et respecter dans toute la Pé-
(4)
ninsule l'antique bannière des Lys, Honneur au
Vainqueur du Trocadéro ! Honneur au Pacifi-
cateur de l'Espagne ! Gloire éternelle au Prince
magnanime, digne héritier de toutes les vertus
des Bourbons, qui vient d'étouffer l'hydre de
la révolution dans son dernier asyle !
COUPLETS.
Air : Quand l'Amour naquit à Cy thère.
Joyeux enfans de la folie ,
Livrons-nous gaîment au plaisir :
Enfin a la triste Ibérie
Sourit un heureux avenir.
Contre les droits de sa couronne,
Louis ne craint plus d'attentats ;
Car qui sait relever un trône
Saura conserver ses états
Mais de la paix en chaque ville
Déjà reverdit l'olivier;
Car aux Bourbons tout est facile :
Vaincre et régner, c'est leur métier.
La révolte dans son délire
Se targuait de dicter des lois ...
Elle tombe, et sa rage expire
A l'aspect du Fils de nos Rois.
Amis, pour célébrer la gloire,
Buvons tous à chaque Guerrier :
Toujours Bacchus et la Victoire
Ont aimé de s'associer.