Le Jardinier et son Seigneur

Le Jardinier et son Seigneur

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

IV.
Le Jardinier & ſon Seigneur.
Un amateur de jardinage,
Demy Bourgeois, demy manant,
Poſſedoit en certain Village
Un jardin aſſez propre, & le clos à tenant.
Il avoit de plan vif ſemé cette étendue,
Là croiſſoit à plaiſir l’oſeille & la laituë ;
Dequoy faire à ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 154
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo
Signaler un problème
IV. Le Jardinier & ſon Seigneur.
U n amateur de jardinage, Demy Bourgeois, demy manant,  Poſſedoiten certain Village Un jardin aſſez propre, & le clos à tenant. Il avoit de plan vif ſemé cette étendue, Là croiſſoit à plaiſir l’oſeille & la laituë ; Dequoy faire à Margot, pour ſa feſte, un bouquet ; Peu de jaſmin d’Eſpagne, & force ſerpolet. Cette felicité par un Lievre troublée, Fit qu’au Seigneur du Bourg noſtre homme ſe plaignit. Ce maudit animal vient prendre ſa goulée Soir & matin, dit-il, & des pieges ſe rit : Les pierres, les baſtons y perdent leur crédit. Il eſt Sorcier, je croy. Sorcier ? je l’en défie, Repartit le Seigneur. Fuſt-il diable, Miraut, En dépit de ſes tours, l’attrapera bien-toſt. Je vous en déferay, bon homme, ſur ma vie : Et quand ? & dés demain, ſans tarder plus long-temps. La partie ainſi faite, il vient avec ſes gens : Çà déjeunons, dit-il, vos poulets ſont-ils tendres ? La fille du logis, qu’on vous voye, approchez. Quand la marierons-nous ? quand aurons-nous des gendres ? Bon homme, c’eſt ce coup qu’il faut, vous m’entendez,  Qu’ilfaut foüiller à l’eſcarcelle. Diſant ces mots, il fait connoiſſance avec elle ;  Auprésde luy la fait aſſeoir ; Prend une main, un bras, leve un coin du mouchoir ;  Toutesſotiſes dont la Belle  Sedéfend avec grand reſpect ; Tant qu’au pere à la fin cela devient ſuſpect. Cependant on fricaſſe, on ſe ruë en cuiſine. De quand ſont vos jambons ? Ils ont fort bonne mine. Monſieur, ils ſont à vous. Vraiment, dit le Seigneur,  Jeles reçois, & de bon cœur. Il déjeûne tres-bien, auſſi fait ſa famille, Chiens, chevaux & valets, tous gens bien endentez : Il commande chez l’hoſte, y prend des libertez,  Boitſon vin, careſſe ſa fille. L’embarras des Chaſſeurs ſuccede au déjeuné.  Chacuns’anime & ſe prépare : Les trompes & les cors font un tel tintamarre,
 Quele bon homme eſt étonné. Le pis fut que l’on mit en piteux équipage Le pauvre potager ; adieu planches, quarreaux ;  Adieuchicorée & poreaux ;  Adieudequoy mettre au potage. Le Lievre eſtoit giſté deſſous un maiſtre chou. On le queſte, on le lance, il s’enfuit par un trou, Non pas trou, mais troüée, horrible & large playe  Quel’on fit à la pauvre haye Par ordre du Seigneur ; car il euſt eſté mal Qu’on n’euſt pû du jardin ſortir tout à cheval. Le bon homme diſoit : Ce ſont là jeux de Prince : Mais on le laiſſoit dire ; & les chiens & les gens Firent plus de degât en une heure de temps,  Quen’en auroient fait en cent ans Tous les Lievres de la Province.
Petits Princes, vuidez vos debats entre vous : De recourir aux Rois vous ſeriez de grands fous. Il ne les faut jamais engager dans vos guerres,  Niles faire entrer ſur vos terres.
Fables de La Fontaine: Barbin & Thierry | Georges Couton