//img.uscri.be/pth/94bd4262de25a201595f1d382cbf8d8089bc2208
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Conte fantastique dans le royaume des oiseaux

20 pages
impr. de H. Loger, C.-J. Boulay et Cie (Le Mans). 1866. 20 p. ; in-12.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

CONTE
FANTASTIQUE
DANS
LE ROYAUME DES OISEAUX
LE MANS
TYPOGRAPHIE A. LOGER, C.-J. BOULAY ET Ce
15, RUE MARCHANDE, 15
1866
CONTE
'Ç'pNTE
,- i
,'
FANTASTIQUE
DANS
LE ROYAUME DES OISEAUX
©
LE MANS. — TYPOGRAPHIE A. LOGER, C.-J. BOULAY ET C
CONTE
FANTASTIQUE
DANS
LE ROYAUME DES OISEAUX
LE MANS
TYPOGRAPHIE A. LOGER, C.-J. BOULAY ET Ce
15, RUE MARCHANDE, 15
1866
CONTE
FANTASTIQUE
DANS
LE RDYAUME DES OISEAUX
L'OISON, LE HIBOU ET LE MERLE
Grâce à je ne sais quelle intrigue,
Unis entr'eux par une ligue,
Trois oiseaux en certain pays
Furent nommés dans un taillis
Pour gouverner la multitude.
C'étaient un débonnaire oison,
Tout bouffi de béatitude;
— 6 —
Un hibou faible de raison,
Puisant dans les écrits bibliques
L'art d'endormir les simples gens
Par des raisonnements obliques
Et de faux conseils engageants.
Pour rédiger le protocole,
Ayant besoin d'un plumitif
On prit un jeune merle actif,
Savant comme un maître d'école.
Et voilà le pouvoir formé
Pour régir le peuple emplumé.
A ce trio de haut paragc,
N'eùt-ce pas été grand dommage
Que de ne pas choisir ad hoc
De bons conseillers subalternes,
Prêts à voter les lois en bloc,
Ainsi qu'à mettre les ianternes
Sous le plus opaque boisseau.
Donc, pour supporter le fardeau, ,
On fit nommer à force ruses
Petits pierrots et grosses buses,
Force étourneaux, force dindons,
Maints vieux hiboux, aux yeux mystiques,
— 7 —
Jadis nocturnes Céladons,
Trois perroquets apoplectiques,
Plus un pivert, plus un cocou,
Et pour compléter l'assemblée
Deux maigres hérons au long cou.
Plus dediscord, plus de mêlée;
C'était vraiment plaisir à voir!
A l'officielle séance.
Vrais modèles de bienséance,
Tous ces bons amis du pouvoir,
Dormaient chacun sur son perchoir.
Mais, A bonheur trop éphémère!
Bien souvent au nectar exquis
Succède l'absinthe amère ;
C'est un fait vrai, certain, acquis,
Même une banale maxime :
Tel qui règne avec apparat
Cotoye de près un abîme.
Ainsi fut ce triumvirat
Qui craignait d'user sa cervelle
A quelque/entfeniise nouvelle,