Destruction des brigands, des assassins et des chauffeurs ; ou Moyens infaillibles de purger les villes, les grandes routes et les campagnes, des scélérats qui les infestent . Par un criminaliste

Destruction des brigands, des assassins et des chauffeurs ; ou Moyens infaillibles de purger les villes, les grandes routes et les campagnes, des scélérats qui les infestent . Par un criminaliste

Documents
8 pages

Description

Dumaka (Paris). 1797. France -- 1795-1799 (Directoire). 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 1797
Nombre de lectures 2
Langue Français
Signaler un abus

DESTRUCTION
DES BRIGANDS ,
DES ASSASSINS,
ET DES CHAUFFEURS;
0 u Moyens infaillibles de purger les Villes,
les Grandes Routes et les Campagnes , des
SCÉLÉRATS qui les infestent.
PAR UN CRIMINALISTE.
» Respect des asiles :
» Sûreté des Routes.
,- 1. 1 ;.:.
C E n'est pas assez pour une grande Nation,
d'avoir assuré lesj/ases innébranlables d'une
Constitution" sage : ce n est pas assez pour
elle , d'avoir forcé ses ennemis à la respec-
ter ; il faut encore qu'elle s'occupe de sa
sûreté intérieure ; il faut qu'elle protège le
commerce et les arts : sans les manufactures
et sans l'importation commerciale , il n'y a
pas de gouvernement ; c'est l'infatigable
marchand qui fait vivre le riche consom-
mateur ; c'est par son travail que les villes
fleurissent et que le trésor public s'emplit.
Si cette branche est paralysée , si ce canal
du bonheur public est tari, tout languit et
tout meurt.
LÉGISLATEURS, voulez-vous rendre la
f 2 )
vie au commerce , voulez-vous être heu-
reux par lui , occupez-vous de la sûreté
des routes; rendez la tranquillisé au malheu-
reux voyageur, à qui l'espoir du béné-
fice fait tout entreprendre et tout braver:
du moins s'il est exposé aux inj ures de
l'air, s'il essuie fintempérie des saisons ,
les rigueurs du froid , les ardeurs du so-
leil , qu'il conserve la sécurité de sa per-
sonne , et le salut de sa fortune ; qu'il
marche tranquille que ses utiles courses,
si avantageuses au bien de tous , ne soient
ni retardées , ni inquiétées ; qu'il parcourt
une terre libre et sûre *, que les ombres
de la nuit ni le danger des chemins ne
soient pas un obstacle à son zèle pour
approvis,.onnement des villes , dont il
est le nourricier respectable : qu'il trouve
dans la loi , un protecteur toujours prêt
à défendre ses propriétés industrielles.
Jamais on n'entendit parler de tant d'assas-
sinats sur les routes, dans les maisons même,
que depuis quelques années : le voleur
effréné, brave le supplice , il semble que
La rigueur des lois augmente sa rage et sa
cruauté. Rien n'arrête sa barbare fureur, il
verse le sang-humain à grands flots , et fait
périr dans les tortures les plus inouies ,
le tranquille habitant des campagnes , pour
obtenir par les tourmens et les angoisses ,
le secret de sa fortune ; il force impitoya-
blement l'asile du laboureur endormi, viole
sa femm-e et ses filles ; rit des pleurs qu'il