//img.uscri.be/pth/2a3335b43c6142d24f6ac79bb98d6c8e65bec85e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Discours prononcé à l'amphithéâtre du Muséum national d'histoire naturelle, pour la clôture du cours de l'anatomie des animaux , le primidi 11 germinal l'an deuxième de la République française une et indivisible. Par Mertrud,...

De
8 pages
[s.n.]. 1794. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

A
£ 'D^>S COURS
t,., f ~-; t /.:>' I-' t'
;:";; ,¿.,": :",~1, ::;. i
~v lA
jà. V Amphitéatre du Muséum
'Histb're Naturelle, pour la
'treize du cours de VAnatomie des
animaux, lePrimidi II Germinall'an
deuxième de la République Française
une et indivisible.
PAR MERTRUD, professeur en cette
partie audit Muséum.
CITOYENS,
J
A 1 mis sous vos yeux une partie de la
première page du grand livre de la nature ; j'ai
oublié mon âge et mon repos même pour vous
faire part de mes recherches, vous en présenter
les objets, et en parcourir avec vous les détails;
mais n'allez pas croire que nous ayons épuisé la
matière; à 1 aspect de la grandeur du spectacle ,
lame s étonne; elle sent qu'il se présente à ses
regards mille choses qui lui échappent et qu'elle
n'approfondit pas : heureux celui qui s'apperçoit
( » )
que ce n'est que par une étude suivie, et en se
repliant sur soi même que les premières impres-
sions se placent dans la mémoire , et qu'elles
n'y restent qu'autant qu'on les renouvelle. Ainsi
le graveur enfonce plusieurs fois le burin pour
former des traits durables; sans ce secours, onn'ac-
quiert que des connaissances vagues et fugitives.
Un sentiment bien flatteur viendra à votre
secours dans cet emploi du tems; chacun de vos
momens vous remplira d'une admiration pro-
fonde; plus vous connaîtrez , plus vous aimerez
à connaître : le champ est vaste, le fonds est
riche : c'est un océan sur lequel on peut encore
aller à la découverte. Des hommes laborieux en
ont fait avant nous, et peut-être en est-il que
l'étude réservera nos travaux.
Vous venez de parcourir, avec moi, l'orga-
nisation de l'homme et des animaux ; croyez-
vous en avoir bien connu le méchanisme ?
Croyez-vous avoir saisi la justesse des proportions
qui donne aux uns la fierté et le sentiment de
leur force, aux autres la peur et la légèreté
pour la fuite ? Avez-vous découvert pourquoi
l'oiseau aime à s'élever dans les airs, pourquoi
le poisson traverse les eaux, pourquoi le reptile
rampe sur la surface de la terre, pourquoi l'ha-
bitant des forêts en fait sa demeure, et pourquoi