Discours prononcé par l

Discours prononcé par l'ingénieur Chevallier, président de la société maçonnique des Admirateurs de l'univers le 8 mars 1820, à la cérémonie funèbre qui eut lieu en mémoire de S. A. R. Mgr le duc de Berri, fils de France

-

Documents
8 pages

Description

impr. de Mme Huzard ((Paris,)). 1824. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 1824
Nombre de lectures 7
Langue Français
Signaler un abus

DISCOURS
PRONONCÉ
PAR L'INGENIEUR CHEVALLIER (LE CHer.),
Président de la Société maçonnique des
Admirateurs de l'Univers, le 8 mars
1820, a la cérémonie funèbre qui eut
lieu en mémoire de S.A. R. Monsei-
gneur le Duc DE BERRI , Fils de
France.
MESSIEURS ET TRÈS-CHERS FRERES
LA France était tranquille et jouissait du bon-
heur que lui assurent les lois sages de l'auguste
monarque que le ciel a rendu à ses voeux.
Après de longues calamités, l'espoir d'un heu-
reux avenir était dans tous les coeurs, et déjà
les plaisirs du carnaval avaient fait oublier les
occupations sérieuses.
L'aimable Folie, agitant ses grelots, appelait
les habitant de la capitale à venir partager sa
( 2 )
gaîté, lorsqu'une nouvelle affreuse se répandit
tout-à-coup dans Paris, dès le matin du 14 fé-
vrier
« Monseigneur le duc de Berri a été assassiné
» hier, à onze heures du soir, à l'Opéra! »
Le récit d'un aussi fatal événement fut d'abord
accueilli avec incrédulité ; mais bientôt ce doute
si honorable pour le Français, ne fut, hélas! que
trop confirmé. La plus vive douleur éclata alors
de toutes parts ; un crêpe funèbre enveloppa les
grelots de la Folie : bals, jeux, spectacles, réu-
nions, établissemens publics, tout cessa.... tout
fut fermé. Un deuil général remplaça tous les
plaisirs; on ne s'aborda plus qu'en répandant
des larmes, qu'en s'informant des moindres dé-
tails de ce terrible malheur, et le nom de
l'homme que dis-je?— du monstre féroce
qui avait plongé le fer assassin dans le sein de
l'auguste victime, n'était prononcé qu'avec hor-
reur!....
Dans cette calamité publique, les maçons ne
pouvaient rester insensibles à la perte d'un
prince qui ne fit jamais de mal à personne, et
qui fit du bien à tout le monde.
Tel est, mes T. C. F.., le triste devoir qui
nous rassemble aujourd'hui pour payer le juste