//img.uscri.be/pth/ce5bc209648cc58186d1667108051cc519eb2c5b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Documents relatifs à la question Sénégalaise

22 pages
Impr. de Crugy (Bordeaux). 1869. France -- Colonies -- Histoire. Afrique -- Histoire. Sénégal. In-4 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

RELATIFS A LA
DEUXIÈME PUBLICATION
BORDEAUX
IMPRIMERIE GÉNÉRALE D'EMILE CRUGY
16, rue et hôtel Saint-Simëoti, 16
1870
QUESTION
,. lsJd kc 3S/Ê -A. I R. B
Pages-
Lettre de S. Exe. le Ministre de la Marine aux négociants de Bordeaux.. 5
Lettre des négociants de Bordeaux à S. Exe. le Ministre de la Marine.... 7
Lettre de S. Exe. le Ministre du commerce aux négociants de Bordeaux. 9
Lettre des négociants de Bordeaux à MM. les Députés de la Gironde 11
Lettre des négociants de Marseille à la Chambre de commerce de cette ville. 13
Pétition des habitants de Gorée à S. Exe. le Ministre de la Marine 15
Pétition des habitants de Saint-Louis à S. Exe. le Ministre de la Marine.. 16
Notes sur les institutions politiques du Sénégal. 17
I
i ^pWÈÏtE/DE LA MARINE ET DES COLONIES.
V •///"->Pv\$l 'DIRECTION DES COLONIES.
Réponse à une communication relative aux modifications
à introduire dans l'administration du Sénégal, etc.
Paris, le 28 octobre 1869.
MESSIEURS ,
Vous m'avez fait l'honneur de m'entretenir de nouveau,
dans une lettre du 23 septembre dernier, de la situation du
Sénégal et des mesures politiques, militaires, administratives
et financières qu'il y aurait lieu de prendre pour donner satis-
faction aux aspirations du commerce de cette colonie.
Vous n'ignorez pas qu'un décret du 1er septembre dernier
a créé une direction de l'Intérieur au Sénégal. Cette direction
— 6 —
sera exclusivement consacrée à l'étude des questions qui in-
téressent le bien-être des populations, le développement de
l'agriculture, du commerce, de l'instruction publique, des tra-
vaux publics, et généralement de toutes les branches de l'admi-
nistration civile.
Une chambre de commerce sera, d'ailleurs, prochainement
créée à Saint-Louis.
Je vais envoyer vos propositions à l'examen de M. le Gou-
verneur de la colonie; mais, dès à présent, je dois vous faire
observer que je n'entrevois pas bien les avantages à attendre
de l'adoption de la séparation financière de Saint-Louis et de
Gorée, qui, après avoir formé deux établissements distincts et
complètement indépendants l'un de l'autre, ont été réunis en
une seule, et même colonie, sur la demande instante du com-
merce. Je me bornerai à signaler, incidemment, ce qu'il y
aurait d'anormal à répartir entre ces deux points la subvention
de la métropole au prorata de leurs recettes respectives, en sorte
que le subside serait d'autant plus élevé qu'il serait moins né-
cessaire. Il y a là, tout au moins, une apparence de contradic-
tion qui appelle des explications que je vous prie de m'adresser.
Je vous ferai connaître, ultérieurement, le résultat de l'étude
à laquelle votre communication va être soumise.
Recevez, Messieurs, l'assurance de ma considération dis-
tinguée.
L'Amiral, Ministre Secrétaire d'État
au département de la Marine et des Colonies,
A. RIGAULT DE GENOUILLY.
II
A Son Excellence Monsieur le Ministre de la Marine
et des Colonies, à Paris.
Bordeaux, 8 novembre 1869.
MONSIEUR LE MINISTRE,
Nous avons l'honneur de répondre à la dépêche que Votre
Excellence nous a adressée le 28 octobre dernier.
Nous ignorions, le 23 septembre, l'existence du décret du
1er d u même mois, créant une direction de l'Intérieur au Sénégal.
Cette création, dont nous ne contestons pas l'utilité au point de
vue administratif, ne répond pas aux aspirations actuelles de
la colonie; une Chambre de commerce n'ayant que le droit
d'exprimer des voeux, ne satisferait pas davantage l'opinion
publique; aussi insisterons-nous auprès de Votre Excellence
pour obtenir la réalisation du programme que nous avons eu
l'honneur de vous adresser.
Nous nous empressons, en terminant, de répondre à l'ob-
— 8 —
jection présentée par Votre Excellence au sujet de la séparation
financière de Saint-Louis et de Gorée. Nous ne demandons pas
la séparation administrative et politique, mais simplement une
répartition plus juste des revenus entre les deux colonies soeurs,
afin d'éviter des tiraillements qui se sont déjà produits. Il ne
s'agit donc que d'une simple question de comptabilité très-
facile à résoudre. — Gorée ayant moins d'importance que
Saint-Louis, nous croyons juste la base de répartition que
nous avons proposée à Votre Excellence, car, d'après ce système,
celle des deux colonies qui a le moins de revenus a une part
proportionnellement moindre dans la subvention accordée par
la métropole.
Nous avons l'honneur d'être,
Monsieur le Ministre,
de Votre Excellence,
les très-humbles et obéissants serviteurs.
Signé BARRÈRE; — E. CALVÉ; — A. TEISSEIRE
ET FILS ; — P. DOMECQ ; — J.-H. TAN-
DONNET FRÈRES; — CHAUMEL, DURIN
ET Cie; — DEBUTAS, DAVAL ET Cie; —
MAUREL FRÈRES, DEVÈS ET G. CHAUMET ;
— H. JAY ; — MARC MERLE, NEVEU ET FILS.
III
MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DU COMMERCE.
DIRECTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR.
Réponse à une communication du 25 septembre.
Paris, le 10 novembre' 1869.
MESSIEURS,
Vous m'avez adressé, le 25 septembre dernier, copie de la
lettre et du mémoire explicatif que, de concert avec divers né-
gociants de Bordeaux en relations d'affaires avec le Sénégal,
vous avez fait parvenir, le 23, à M. le Ministre de la Marine et
des Colonies, et par lesquels vous sollicitez certaines modifica-
tions à l'organisation politique, militaire, administrative et
financière de cette colonie.