Encore un mot sur Napoléon-le-Grand, précédé d

Encore un mot sur Napoléon-le-Grand, précédé d'une adresse au Roi, par L. Picquot. 2e édition

-

Français
11 pages

Description

les marchands de nouveautés (Paris). 1821. In-8° , 11 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1821
Nombre de lectures 3
Langue Français
Signaler un problème

ENCORE UN MOT
SUR
PRÉCÉDÉ D'UNE
ADRESSE AU ROI.
PAR L. PICQUOT.
Les pleurs ont prononcé , le Grand Homme est absous.
MILLETOIE.
IIe ÉDITION.
PARIS,
CHEZ LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS.
Août, 1821.
DE L'IMPRIMERIE DE BRASSEUR AINÉ,
rue Dauphine, N. 36,
ENCORE UN MOT
SUR
PARMI tant de brochures de circonstances, il est
très probable qu'on ne distinguera, pas celle-ci ;
mais du moins, j'aurai comme bien d'autres, ma-
nifesté mon opinion, et donné une larme au plus
grand Héros , sans craindre d'être censuré par qui-
que ce soit, car les baines doivent descendre dans
la tombe avec celui qui en est l'objet. La vérité toute
entière doit se montrer ; NAPOLÉON n'appartient plus
qu'à la postérité.... Libre de partialité, puisque je
fus trop jeune pour avoir servi celui que tout bon
français doit plaindre et pleurer, j'émettrai franche-
ment ce que je pense ; je chercherai le vrai qu'on
trouve presque toujours dans l'opinion générale.
Je ne consulterai pas ces hommes, qui nés dans
un état obscur, se sont élevés par les bienfaits de
NAPOLÉON au rang le plus distingué, et qui ensuite
sous un autre régime, se sont fait une vertu de l'in-
(4)
gratitude, en calomniant avec la dernière impudence
celui à qui ils devaient tout. Je ne consulterai pas
non plus ces hommes furieux qui renouvellaient
dernièrement encore, leurs ignominieuses déclama-
tions contre d'infortunés proscrits qui n'ont, à leurs
yeux, d'autre crime, que celui d'avoir toujours aimé
et défendu leur patrie; qui, rappelant les places
qu'ils avaient occupées jadis, avaient assez peu de
respect, je ne dis pas pour eux, mais pour la nation
française, en proclamant à grands cris qu'ils n'a-
vaient brigué et accepté les bienfaits de NAPOLÉON,
qu'afin de mieux servir le Roi actuel. Etrange et
habile noirceur des hommes, qui s'honorent de ce
qui n'est en effet que le comble de la plus atroce
perfidie !
Mais on méprise de tels hommes , et sans souil-
ler davantage ma plume de leurs noms , j'examine
qu'elle impression a produit dans les coeurs la mort
Inattendue de celui que nous fûmes trop heureux
d'appeler notre empereur. Une douleur vive se
montre moins dans le grand jour auquel on l'ex-
pose, que celle que l'on concentre dans son âme.