//img.uscri.be/pth/32ae493c17f1fbd90ed4a74aa79c4ba550bdb9c9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Epitre à la Muse du Tiers

11 pages
Desenne (Paris). 1789. In-8°. Pièce cartonnée.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

É P I T R E
A LA MUSE DU TIERS.
C'est en quelque sorte se donner part aux belles actions que
de les louer de bon coeur.
Pensées de la Rochefoucauld
A PARIS,
Chez DESENNE, Libraire, au Palais Royal.
M. D C C. X. X X X I X.
É P I T R E
A LA MUSE DU TIERS.
JL/ÉJA l'astre du jour a lancé ses rayons !
Allons, Muse., courage , et prenez vos crayons ;
De nos prospérités , heureusement féconde,
Levez-vous avec lui pour consoler le monde.
Iustruisez l'univers qu'il est encore un Roi ,
Qui, maître de régner, veut régner par la loi ;
Qui, d'un Peuple chéri se regardant le père ,
Aime qu'autour de lui chacun se traite en frère.'
QUEL prix plus glorieux de vos premiers accords ?
Quelle vaste carrière ouverte à vos transports ?
Les vertus d'un grand Roi, son active sagesse ,
Et pour tous ses enfans son égale tendresse.
A la reconnoissance élever un autel
Oh. LOUIS , digne objet d'un hommage éternel,
Reçoive chaque jour l'encens de la Patrie ,
Voilà le noble emploi que mon coeur vous confie.
Aux Peuples de la France annoncez un bienfait,
Dont l'humanité sainte a dicté le décret :.
Aij
■ m
Monument rare et cher d'amour et de justice,
A grands soins élevé par une main propice.
SANS cesse embesognée à rimer des couplets,
Tourner une épigramme , ou lâcher des pamphlets t
Peut-être avec raison votre plume badine
D'un travail si hardi s'étonne et se chagrine :
Réparez , jeune encore , un coupable repos ,
De vos chants ennoblis charmez tous nos échos ,
Et vous arriverez, compagne de leur gloire,
Ayec ces noms fameux au temple de mémoire.
Atr milieu de la paix, quel funeste appareil
Semble de la discorde annoncer le réveil ?
C'est elle. A ses projets, à sa morale impie,
Français, reconnaissez votre ancienne ennemie.
D'ABORD le sein ému, les yeux baignés de pleurs ,
A la compassion elle invite les coeurs ;
Sous un visage ami cache son ame impure ,
Et du malheur commun bâtit son imposture.
Son organe est touchant. La simple vérité
A ses conseils pervers semble avoir présidé.
Quelquefois, employant l'amour et la colère,
Elle gronde et sourit ; c'est une tendre mère
Dont le coeur ulcéré s'alarme et s'attendait
Sur Je sort malheureux d'ingrats qu'elle chérit.
(5)
LE Peuple cependant, de nouveautés avide ^
Se livre aveuglément à l'instinct qui le guide ;
Par la crainte et l'espoir tour à tour balloté ,,
Il s'afflige avec elle, ou rit de sa gaîté ;
L'insensé ne voit pas que sa pitié tranquille
S'abreuve du venin que le monstre distille :
Qu'il circule déjà dans ses flancs malheureux ,
Et va l'associer à ses desseins affreux.
Tremblez, Français ! bientôt sa douleur infidelle
Lèvera des soldats pour servir sa querelle.
LE charme est fait. Alors c'est un tyran cruel
Qui cherche des vengeurs jusqu'aux pieds de l'autel.
Il en trouve ! et le peuple à sa voix sacrilège
Entoure ses drapeaux et grossit son cortège.
D'écrits séditieux les chemins sont couverts ;
Les cafés sont remplis, les atteliers déserts.
Thémis même, oubliant le soin de son empire,"
Dans le livre des loix consacre son délire.
Tout s'émeut, tout s'agite f et la rébellion
Infecte tous les coeurs de sa contagion.
Mars a chargé son bras de ses pesantes armes ,
Et répand dans nos murs l'horreur et les alarmes :
La foudre est dans ses mains , le sang coule... arrêtez !
C'est le sang des Français... Quoi ! vos bras égarés ?...
MAIS quel astre ennemi rassemble sur nos têtes
Des fléaux conjurés les diverses tempêtes ?
Aiij