//img.uscri.be/pth/ebc34c98b6ae6147afd00b4b01e0978642adf8f7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Épître à mon oncle, par F. Grille

De
13 pages
C. de Baudre (Honfleur). 1852. In-8° , 15 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

ÉPITRE
A MON ONGLE.
ÉPITRE
A MON ONCLE,
PAR F. GRILLE.
IIOUÏJ.IR
G. DE BAUDRE , IMPRIMEUR DU COMMERCE , RUE DU PuiTS, Ûi
185».
EPITRE
A MON ONCLE
(*)•
C'en est donc fait, le séminaire (2)
N'est plus pour vous qu'un souvenir,
Et vous voilà seul locataire
D'une maison commode et claire
Que pour vous on a fait bâtir.
Dans cette charmante retraite ,
Élégante autant que proprette,
Je me plais à vous voir posé
Comme l'aimable anachorète
Qui bien frais , bien blanc, bien rasé ,
(1) Ancien génovéfain , archéologue et philosophe. Il fut trente ans bibliothécaire de la
ville d'Angers et prit sa retraite en 1837. Ayant quitté l'appartement qu'il avait dans les
balimens publics , il se retira sur le boulevard du Haras dans un pavillon délicieux où la
foule des voyageurs et des curieux alla voir longtemps ses riches collections de médailles
et de livres.
(2J Logis-Barraull, devenu le séminaire puis transformé en musée.
— 6 —
Chantait Philis, Margot, Lisette
Auprès d'un feu bien attisé
Et d'un rôti bien arrosé. «
Il avait cinq ou six maîtresses :
Bergères, danseuses, princesses ;
Tout était bon, tout était pris,
Au même lit tout était mis
Avec caracot ou manchettes ;
Il avait partout des amis ,
Vrais amis, qui payaient ses dettes
Et colportaient ses chansonnettes
Dans tous les quartiers de Paris.
C'est de l'Anacréon du temple,
C'est de ce bon abbé Chaulieu
Que je parle, imitez un peu
Ses moeurs, sa raison, son exemple,
C'est le moyen de plaire à Dieu.
Ce Dieu qui nous, a fait la vie
De tant de traverses remplie ,
Sut y mêler bon an, mal an,
Quelques beaux jours , profitez-en
Et n'allez pas , courbant l'échiné ,
Tournant le dos à la cuisine
Vous engourdir dans un fauteuil ;
N'allez pas , rebelle à Minerve ,
D'un esprit encor plein de verve
Avant le temps prendre le deuil ;
N'allez pas, jouant l'hypocondre,
Dans le désespoir vous confondre
Comme un auteur qu'on a sifflé ,