//img.uscri.be/pth/1bb015c3cddba2ba82f33417bf5aa03987eef049
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Exposé des inconvéniens facheux qu'aura pour les marchands, entrepreneurs, manufacturiers, ouvriers, etc. l'établissement d'un papier monnaie à intérêt présenté à l'Assemblée le jeudi 8 avril 1790 ([Reprod.])

De
15 pages
[s.n.]. 1790. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

20 Il
MICROCOPY KSOlUTION TEST CHAUT
1 NBS 10100
(ANSI o.-Ki ISO TEST CHARI No. 2)
THE FRENCH REVOLUTION
LESARCfflVESIMLA
REVOLUTION FRANC AISE
E X PÔ S
INCONVÉNIENS FACHEUX
Qifaura, pour les Marchands, Entrepre*
\neur$ Manufacturiers Ouvriers etc.
Jeudi 8
DES
A
E X PO S É
DES
INCONVÉNIENT FACHEUX
Qu'aurç. pour les Marchands
tieurs Ouvriers etc.
Jeudi S
France, quoique Ja balance duCom-
merce, depuis longtemps ait procuré une
augmentation de richesses d'environ soixante
millions par année, il n'en est las moins
vrai que la somme du numéraire' circulant
dans les temps mômes les plus heureux
ne suftîsoit pas à l'accélération que deman-
dent les opérations journalières du Com-
merce. Il n'cn est pas moins vrai que chez;
nous, l'escompte, de l'argent se soit
soutenu au plus bas et dans les meil-
leurcs affaires au taux très cher do six
( Il )
que chez nos voisins.
Par tout lo hrix de l'escompte et de
l'inu'iôt de l'argent dépend de son abon-
dante ou de sa rareté est de ce que ce
prix est plus fort chez nous que citez es
Autres Nations on ne peut conclure que
chez elle3 les moyens dé payer, soit eu
numéraire réel soit eu numéraire fict f
sont ou plus nombreux ou plus propor-
tiomu'a aux affaires qui s'y font appa-
remment yue cela est ainsi en Angleterre
et eu Hollande, puisqu'il s'y fait beaucoup
eu commerce qu'en France qu'il s'y
solele cles affaires bien plus'cousîdéraLIes
et qu'en général quoique le numéraire
réel sur tput en Angleterre y soit nio ns
abondait ço pays nous ne pouvons en
disconvenir est dans un ^tat de prQspérité
dont nnalheureuseroecrt nous somines bien
éloignés; en ce moment. A quelle. cause
peut on raisonnablement attribuer cette
prospérité si ce n'es.t à la grande quant té
que l'Angleterre a mise eu circulatioi
et qui s'est répandu comme uuo eau mi-