Exposé justificatif de la conduite des corps administratifs de Loudun et des citoyens de la commune de cette ville

Exposé justificatif de la conduite des corps administratifs de Loudun et des citoyens de la commune de cette ville

Français
8 pages

Description

Impr. de Chevrier (Poitiers). 1793. France (1792-1795). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1793
Nombre de lectures 3
Langue Français
Signaler un problème

justificatif de la conduite des
Ï^of^\adm.inistratifs de Lûudun et des
i Cîpjgens de la Commune ï". 'l. - -
- - , , .-'-'- --, ie",; 1
^PRÉSENTES à la Nation entière comme* <tes^con-
tre-révolutionnaires, les Corps administratifs de Lou-
tlln croient devoir à leur honneur, de rendre à leurs
Concitoyens un compte exact des motifs qui ont dé-
terminé leur conduite. Ce compte , ils vont le rendre
avec la candeur d'hommes purs et intacts ; et si ceux
accoutumés à juger sévèrement les autres - , veulent
prendre pour un instant le poste difficile qu'ils ont
eu à remplir, sans doute ils réformeront bien vue leur
jugement, et rendront justice à des hommes qui , dans
tous les temps , se sont montrés attachés à la chose
publique.
Loudun est une petite ville dont la population est
à-peu-près de cinq mille ames : cette ville , ouverte
de toutes parts., sans portes , sans fortifications , n'a, dans
sa position , aucun moyen naturel de résistance à op-
poser.
Le 1.er de ce mois, la garnison d'Argenton fut forcée
et en grande partie faite prisonnière.
Thouars, distant de trois lieues d'Argenton , crai-
- gnoit déjà tout de cetre position des briganJs. Leur
garnison n'étoit composée que d'environ trois cents
hommes , la plu part habitant des cairpagres. Four
se mettre à l'abri de l'inyaiion des rebelles , les Corps
administratif requirent à l'instant le général Quni.
A
(O
neau d'évacuer Bressuîre, où son armée étoit en sta-
tion , et de la conduire sur-le-champ dans leurs murs*
Cet ordre est mis à exécution, et l'armée de Qué-
tineau , forte de 3 à 4,000 hommes, entre le lende-
main i , dans la ville de Thouars.
Aussitôt le départ de l'armée de Quétineau , les
rebelles, qui , par leurs intelligences, avoient été ins-
truits de l'évacuation de Bressuire , y entrèrent en
grand nombre et dans la même journée. -
Jusque-là les Corps administratifs n'avoienr eu que
des notions imparfaites de la force de l'ennemi ; mais
une lettre officielle de Parthenay (1), adressée le 3
à Thouars , et à nous transmise le 4, nous ins-
truisit que leurs forces étoient formidables , leur armée
composée de 20,000 hommes. A grands cris , Thouars
et Parthenay appeloient des forces à leur secours ;
déjà la ville de Loudun avoit donné ses canons, ses
munitions de guerre, et envoyé des munitions de bouche ;
son contingent de force armée faisoit partie de la
garnison de Thouars.
Thouars, qui n'est éloigné de Laudun que de quatre
ieues » érant ménacé , Loudun ne l'éroit pas moins ,
puisqu'il n'y avoit pas de force armée. Le Conseil
général de l'Administration et de la Municipalité en
permanence , après avoir délibéré sur le danger pres-
sant , arrête (2.) que quatre Commissaires seront députés
à l'insranr , deux à Thouars vers les Corps adminis-
(1) Leute des Corps administratifs de Parthenay , du ;
aniki. -
Lettre de, Thouars , du 4.
(a) Arrêté des Corps réunis de Loudun, du 4 à midi.