//img.uscri.be/pth/7681c94da8bbc87f3fcdca3f29682bfe07f207db
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Extrait du procès-verbal des délibérations du Conseil municipal d'Alençon : séance du 7 novembre 1865 / [rapport lu par M. de La Sicotière]

De
8 pages
impr. E. de Broise (Aleçon). 1865. 8 p. ; 22 cm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

EXTRAITE-
DO PROCÈS-VERBAL
DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL
D'ALENÇON
Séance du 7 novembre 1865.
« Le Président donne la parole à M. de La Sicotière,
rapporteur de la Commission des travaux publics.
M. de La Sicotière lit le rapport suivant; -
-' « Messieurs,
« La Commission que vous aviez chargée d'étudier
les divers projets d'améliorations et d'embellissements,
dont notre ville réclame l'exécution, s'est acquittée de
son mandat avec toute l'activité possible.
« Elle a eu de nombreuses et longues conférences.
Elle a visité dans tous leurs détails les points sur les-
quels l'opinion publique ou les idées exprimées dans
le sein même du Conseil appelaient plus particulière-,
ment son attention.
« M. le Maire a pris part à toutes nos conférences,
à toutes nos visites.
« Votre Commission ne saurait cependant encore
vous présenter un rapport d'ensemble sur lesjé%ets
que vous l'aviez chargée d'étudier, ni même un rapport
détaillé sur aucun d'eux.
« Ces projets sonflrès-nombreux, très-importants,
très-divers. Pour les étudier ;sous tous leurs aspecls,
avec tout le soin qu'ils méritent ; pour rechercher les
movens d'exécntion. et évaluer, même très-approxi-
- 2 —
mativemcnt, les dépenses nécessaires ; pour les com-
parer entre eux et vous proposer l'ordre dans lequel
ils devrout être classés, votre Commission aura besoin
de nouveaux et sérieux travaux. Elle vous en appor-
tera lé fruit dès qu'il sera suffisamment mûri. Il est
probable, d'un autre côté, que certaines études né-
cessiteront le concours d'hommes spéciaux, et par
suite certaines dépenses extraordinaires. Il est, nous
le croyons , entré dans la pensée du Conseil de nous
autoriser à' faire ces dépenses. En lions chargeant
d'instruire et d'examiner à fond certains projets qui
intéressent au plus haut degré l'avenir de notre ville,
il aura voulu nous êd fournir les moyens. Votre Com-
mission n'usera, assurément, qu'avec beaucoup de
prudence et de discrétion de êes moyens, je veux dire
du crédit qu'en suppose l'emploi ; mais elle a cru con-
venable de vous dire, dès ce moment, avec ce qu'elle
avait fait, ce qui. lui restait à faire et comment elle
se proposait de l'exécuter.
« Elle a aussi pensé, Messieurs, qu'il est opportun
de vous faire coHnaître dès ce moment, très-sommai-
, rement, certains points sur lesquels elle s'est trouvée
d'accord et sur lesquels elle serait heureuse d'obtenir
l'assentiment du Conseil.
« Les trois projets principaux dont l'opinion et le
Conseil se sont plus particulièrement préoccupés^ sont :
l'assainissement de la Briante, la communication à
établir entre le quartier de Monsort et la Gare, au
moyen d'une rue et d'un pont jeté sur la Sarthe , et,
enfin, la fixation définitive de l'assiette d'un marché.
« Ces deux derniers projets ont une importance
qu'on ne saurait méconnaître. Ils ont été, ils sont et ils
vont être l'objet de notre examen le plus sérieux, dans
tous leurs détails, dans les divers modes d'exécution
qu'ils peuvent comporter, dans les dépenses qu'ils peu-
vent entraîner.