//img.uscri.be/pth/8af68060488a1186c93d6eb07a7262fb65a387e1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'intrigue dévoilée, et les causes de la marche des troupes sur Paris

8 pages
chez la citoyenne Prévost (Paris). 1797. France (1795-1799, Directoire). 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

C) ,-- 1,
/L'INTRIGUE DEVOILEE,
f"V ,., -
",, ~~, - ,' ,
ET LES, CAUSAS DE LA MARCHE DES TROUPES
v •—^ ?
SJP^R PARIS.
Q
UËL est donc le génie malfaisant qui préside
maintenant eu France et agite tous les esprits ? Est-cè
pour être éternellement malheureux, que nous avonx
désiré un gouvernement républicain , répandu tant de*
sang , et fait les plus grands sacrifices ? Quoi ! lorsque:
la paix sembloit sourire à nos vœux , qu'un nouveau
jour paroissoit luire à nos regards , que l'on voit s'éloi-
gner à grands pas cet heureux moment, pour ne nous
laisser que la douloureuse perspective d'une guerre.
intestine prête à nous dévorer , les passions s'enflam-
ment de tous les côtés ; c'est dans le sein même dit
corps législatif que l'on voit s'allumer les brandons do
là guerre civile , là où devroit régner le calme le
plus majestueux ; on y voit les divers partis se heurter,
se mouvoir et se provoquer ; on n'y garde plus dô
mesures , on s'y dénonce, on s'y menacé. Que veu-
lent donc ces ennemis de 11 tranquillité publique ? quel
est leur but ? on rie le sent que trop. Mais , les in-
sensés t"ils ne savent donc pas qu'ils n'est pas un répu-
blicain qui voulut vivre maintenant sous un récrima
despotique
Ils réclament à grands tris la constitution qu'ils vio-*
, '7t' 1..
2
lent àVhaqne instant, et ne semblent la caresser que
pouf l'étouffer plus sûrement ; car, que penser , en
effet v de mandataires du peuple qui s'efforcent à dé-
nigrer tout ce qui paroit vouloir affermir la répubHqug"
sur des bases solides et inébranlables , en la rendant
respectable au dehors , et , par suite , ramener la
tranquillité au-dedans , rétablir le commerce , et pré-
parer à la génération prochaine le bonheur après le-
quel nous avons si long-tems soupiré.
On l'a vu , ce défenseur officieux des rois, de la no-
blesse et des prêtres fanatiques, ce Dumolard et
compagnie , monter à la tribune , et prononcer, dans
, un discours astucieusement perfide, l'acte d'accusation
du directoire et celui de Buonaparte..
Quel intérêt a-t-il donc de vouloir empêcher la
cours glorieux de nos victoires ? que lui importeroit que
les Vénitiens , justement poursuivis par les insultes
faites par eux à la Nation Française , si un motif par-
ticulier ne lui suggéroit pas ces sanglantes diatribes
contre tout ce qui porte l'empreinte du républicanisme.
Il dit que le directoire a violé le droit du corps légis-
latif 5 il le présente comme ambitieux de domination',
et de vouloir régner sur le peuple , comme faisoient
ja.d:s les rois , tandis qu'il sait évidemment qu'il n'a
fait qu'user du droit que lui accorde la constitution ,
- parce qu'il a l'initiative dans la paix et dans la guerre ,
et que la conduite de Buonaparte , agissant d'après les
ordres du directoire , et les circonstances impéneusea.
dans lesquelles il se trouve , a dû nécessairement dé-,