Les Caractères

Les Caractères

-

Documents
23 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Les Caractères ou Les mœurs de ce siècle
Jean de La Bruyère
précédé des Caractères de Théophraste, traduits du grec par
La Bruyère ; texte établi par Robert Garapon
Préface
Des ouvrages de l'esprit
Du mérite personnel
Des femmes
Du cœur
De la société et de la conversation
Des biens de fortune
De la ville
De la cour
Des grands
Du souverain ou de la République
De l'homme
Des jugements
De la mode
De quelques usages
De la chaire
Des esprits forts
Les Caractères de Théophraste
Les Caractères
Théophraste
Traduction de Jean de La Bruyère
Théophraste : Les Caractères
Discours sur Théophraste
Traduits du Grec
Je n'estime pas que l'homme soit capable de former dans son esprit un projet plus
vain et plus chimérique, que de prétendre, en écrivant de quelque art ou de quelque
science que ce soit, échapper à toute sorte de critique, et enlever les suffrages de
tous ses lecteurs.
Car, sans m'étendre sur la différence des esprits des hommes, aussi prodigieuse
en eux que celle de leurs visages, qui fait goûter aux uns les choses de spéculation
et aux autres celles de pratique, qui fait que quelques-uns cherchent dans les livres
à exercer leur imagination, quelques autres à former leur jugement, qu'entre ceux
qui lisent, ceux-ci aiment à être forcés par la démonstration, et ceux-là veulent
entendre délicatement, ou former des raisonnements et des conjectures, je me
renferme seulement dans cette science qui décrit les mœurs, qui examine les
hommes, et qui développe leurs caractères, et ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 77
Langue Français
Poids de l'ouvrage 14 Mo
Signaler un problème
Les Caractères ou Les mœurs de ce siècle Jean de La Bruyère précédé des Caratcère sde Théophraste,t raduit sdu gre cpar La Bruyère; t exte étalb ipar Robert Garapon Praféce Deso uvragesd e' lesprti D uméiretp ersonnel Des femmes Du cœ ru Des al oéict éted  ealc onvesratoin Des b ei n ds e of r ut ne Dal e ville De la coru Desg arnds D usouvearni o udel  aRépuilbque Dh'l eomme Des jugemenst D le a mode Deq uqleueu ssages De al charie Dese sprti softrs Les Caractères de Théophraste Les Caractères Théophraste Traduitcon de Jean de La Bruyère Théophraste : Les Caractères Discours sur Théophraste arTdtiud s uGrec Je n'estimep asq uel h'omm esoitc apabled eof rme rdanss one spiru tnp orejt puls vian te pulc sihméqiruq ,eu edep éretnder,e  nécviratnd  equelquea rt ou deq uqleue sicence que ces iot, échappe rà ottu eso etrd eircqitu,e e tenleve rless furfages de touss esl ecetur.s Car ,sans mé'etndre sur la difféernce des espir stde shommes ,auss iprodgieiuse ene uxq uc eleeld e leursv isages,q iuiaf g toetû raux un sels chose sdes pécualoitn et au xautres celles de pratique ,qu iaftiq ue quelquesu-nsc hecrhed tnansel  slirves  àexercerl eu rimagnitaoin ,quleques ature sof àrme relruj ugemen,t q'uentre ceux qui lise ,tnceux- iciamen tà têre forcé spa rl adémonsrtation, et ceux-l àveuelnt eetnndre dléciatemen,t o uformer des rasionneme stn tedes conjectures, ej me reefnrm eseuelmetn dan sce ettseicnc eq iudécrti les mœurs ,q iuexamin eles homme ,s teq iudéveloppe elur scaracèter,s e to'jse dire que surel  souvarge sqiu rtiaetnt desc hose sqiul est ouchetn de si près, e toùi l ne s'ag tiqu ede'ux-même,s li ssotne ncoere xêrtmeme tndifficlies à cotnenet.r Quleque ssavatn sne goûte tnqu eel sapopthegme sde sanicens et les exempels érits de sRomani,s des Gercs ,des Perse,s des Egyptiens; l'hiiots erd umonde présen tleru ets inspidi;ei sl nes o tnptnioot uchés des hommes qiuel s envorinnent et avec quii l sivvetn ,te n efont nulle atteniton àel usr mœusr .Le sefmme ,sau conrtaier ,el sgen sdel  aco,ru e ttous ceux q iuno'tn que beaucoup d'espri tsans éuriditon ,nidifférents pour toutes les chose squ iel son tprécédé,s sont avdie sde ceells qiu se passent à leru syeux e tqu ison tcomm esous el rumia :n sliels examnien,t i slles discernent, sli n epedre tnpas d evu ele spersonne sq iules entouretn, is charmé sde sdesrcpiiton ste des pietnures que lo'n iaf tde elusr contemporains, de elru sconctioyens ,dec eu xenifnq el iuuer rssembletn et à qui isl nec oreitnp aser ssembel,rq ue ujsqued ans al chiaerl o' nsec roit obilgé souvend te suspend erlE'vangli eporu elp srendrp ea rleu rfabile ,etl esr amenerà  lerud sevoris pard e schosesq ius oeid tn eelg ruoût et de leur porét.e Lac ou rou nec onnaît pasl aliv  ,elo ,upa rel mép sirque'ell a pou relel, négilg ee'dn releve rel rdicilu,e te ne' tspiotn rfappée des image squ li'petu ofruinr; e tis au conrtiaer lo' npeil tnc aouc ,romme ce'st touojursa ve cel sménagementsq uil uis otn dul ,siv an elle tire pas de cteeté bauched q euioer mlps ri acruoiisét ,tes ef iaeru ne ujts eidé ed'un pays oùli  afu tmêma evior vécup ou rl econnîart.e D'autre par,t il est nature laux homme sde n eponi tconvein rde l abeatu éo ud eal dléictaesse du'n tar tid emoarel qu iel speni,t q iuel sdégisn ,ee toù isl se reconnaissent eux-même :sli ss eteritn d'embarars en el condamnan;t te tles n'apporuvel tn asait ,erquel orsque ,commençant àl âche rpsire  te à'séiolgner de elurs personnes ,leelv  amordr equlequ ea.ertu E nifnqullee apparence de pouvorier mlprit ou sel sgotûis s idfférenst des hommes pa run seul ouvrage de morela ?Les un scherchen tde sdéifntioins ,de sidivsions, des tables, e tdel a méthode :liv seelunq t'uonl eu rexlpqiuc eq eue'c e tsque lav ertu eng énéar,le  tceettv erute  npatrciilueq ;ruled elfiéfernc eset oruvee ntre l avaelual ,r focr e tel amagnanimti;é el sivce sexrtêmes par le défau to upa re'lxcè setnre elsquels chaqu evetr use trouv ealpcé ,e teduquel de ces deux etxêrme sleel emprutn edavatnag ;eottua eud ertoctrin ene leurp altîp as .Le saertu ,scoetnstn que lo'n érdusiel e smœusra uxp assoins et que lo' nexlpqiuec leles-c ipa rle mouvement d usang ,par celui des fibrese  tde sarètres, quittent una tue rudt eo tul eretse. l Ise'nt oruv e'dunt orisième ordr equip ,esruadéq su etouetd ocrtni edes mœur sdoit tendr e àel sérofrme,r à dsicerner el sbonne sda'vec les mauvasies, e t àdémêelr dansl es homme sce qu li' y ad evia ,nd eafielb  ted eriidcuel, 'dave cce q'ulis peuvent avoir de bo ,nd esa ni ted eolualbe, s elpasien tniifinme tndans la letcure des lvier squ,i supposan tel spirncipes physique ste moaru xerbatut spa rels ancein steel  smodenres ,sej etetnt 'dabor ddansl eu raplpcitaoi naux mœurs du temps,c orgiretnel h sommesl esu nsp a rel saurtes ,par ces images de choseq siu el rusotn s ifamilières, te dont néanmion si sln e'savisaeitn pas d eteri relru niurtsction. Te lest le rtiaét des Caractères des mœusr qu enou sl asias éThéophar.etslI l a' puis édans el sEtihque se tdan sles grandes Morelas A'dotsiret, dont il uft le dsiiclp.e Le sexcellentes déifiniton squ e'lo n tila ucommencemetn d echaque chaiprts eo tnéatbiless rul esi dée stes l rue sprincipe sde ce garnd piholsoph,e et l eofndd esc aractères qui ys otnd écstire ts prisd  eal mêmes oucr.eI e ls tvra iqui'l s eleser ndp orperp sarlé' etndueq 'uil leur donne, etp arl  asaiterni génieuseq u'li en itc erortnel es vcies des Grec,s te sutrou tdes Ahténiens. C elrvi en epe tuguèr epasse rqu epou rle commencemetn du' nlpusl ong ouvrage que Théoparh etsav tiaenrtepir.s L eproej tde c ephliosoph,e comme vous el remarquere zdan ss apaférc ,eétait de traite rd eottuesl es vetrus et det ousel s cives ; tecommei l assuer lu-imême dan sce tendrio tqui' lcommence un s igrand desse ni àâ'lge d equtaerv-nig-tid-xnefu ans ,il y a apparence q'uun eporm etpmort le'mpêchad e lec onduir eà s apefreciton .'Javoueq uelo' ipnoinc ommun a eotujours été qu'il avia tpoussé s avei a udeàl d ece tnan,s  tesani tJéôrm ,edan sun eeltter qui' lérctià  Néptoei ,nassureq u'li es tmorà tc ens tep tan saccompils :des oretq ue j ene douet point q'uli n'y ati e uun eanceinn eerreu,r ou dans le schfirfes gerc squi otn servi d eèrg elà Doigène Laërce, qui ne elf ia tivrv equ equtaerv-nitgq-uinze années, ou dansel s permeisr manuscrtis qui o tnéétf iast de cte histoiren ,i's lest  iarva'dlielrus qu eel squatrev-ingt-di-xnefu ans quec e tauetrus e donn edansc ttee pérfac esel isent égaelmetnd an squart emanuscirstd l ehtoilbib aèqu ePatalni,eo ù l'on a ausis toruvél es cni qdenriers chapitres de sCaarcèter sde Théophrats equi manquaeitn aux anciennes impresisons, e toù lo'n  av udeut xertis, l'un :du Goût quo' n aporul es iviceu,x e t'la :ertud uGa nisordide, qui sont selu s tedénué sde elru schaptiers. Anisi cet ouvrag ee'ns tpe-tutêer même quu' nsimlp erfagmetn ,mais cependant un ersp etériceud x el'antiquit,ée t un monument d ealv viacti éde' lesprtie  tduuj gemetn efrmte e solided e ce phliosophed an sun âge isa vanc.é Ene ftefli ,ot a oju sru étéul comme u nchfed-'œurv edans so ngenre:i l ne s evoi tire noel ù goût attqiue se fass emieu xermaqruer et où l'éléganc egrecqu eécaltd eavanatg;eo  nl'aa ppleé un liverd o'.rL ess avatns,f iasanta tettnoi nal àvid ersité des mœursq iuy s on trtiaétes te àl  amaèinre naïve dont otu sel scaarètcer sy sotn expirmés ,tel  acompaarnt 'dailleusr ave cc elled upoetè Ménandr,e dsiciple de Théophrats,e e tqu iseivrt ensiute de mod elè àTéernce ,qu'o na dans nos ojru sis heuerusemetni miét ,ne peuve tnse'mpêche rdeer connaîert dans c epeti touvargel  apremèire source de tout el comqiuj :e edsi d eceul iqu ie tsépuér des poinets, des obscéinté,s des éqiuvoqueq ,se iup tsris dans la natuer ,qu iaftir eril ess agese  tlev seutreu.x M siapetu-être que pou rerelve rel mérti edc e erttiaé des Caratcèree te sni nseripr l aeltcru,ei  ln esearp asi nulite de drie quelquc ehosed  eciuled e elrua uteur.  Ilétait dE'rès,ev lield L eesbo,sf lis 'dunf oolunli ;e p tuoru premier maîtred an sso npaysu n certian Leucpip ]1[ e ,qu itéa tid al emêm eelliv qu eul;i d eàl li pass aàl é'cole de Pltaon ,et a'sr atêrensetiu  àcell e'dArsitto,e o ùli s eidstingua entre tou sses disiclpes. C enouvea umtîare, charmé de laf acliti éd eso nesprti e tdel a douceru ds eo nélocution, lui change aso nnom, qu iétiat Tyrtame ,enc leu idE'uphraste, qui signiif eceul iqu iparel bein; e tce nom nr eépondatn ponit asse zà l ahatu eesitme qui' laviad te al beaut édes ong éin eted  ese sexpressions, il la'ppaleT héoparhst,e 'ces-tà-ider un homm edon tel langag ees tdivin. Et il sembl eque Cciéron ati entré dan sle sseitnmetn sde c ephiolsophe,l orsqu edansl  eilrve q'uli itntilu e B ur ut s ou de sOrtaeusri llusrte , s  il palre ainsi :"Q iue tspul sfécon dte plu sabondan tque Palotn? lpus soldie e tulp sefrm equA'irtstoe? pul sagérabel e tlpus dou xque Théopharste?" Et dans qulequesu-ned ses e séptîre sà Attciuso ,nv iotq ue, parlant du mêm eThéopharts,ei a'l lpplle eso nami ,qu eall ectru ede sesl viers liu éatit afmilèierte ,q 'ue linf aisatis esd éilce.s Arsiotet disait d elui et de Callisthène, un atuer d ese sdsiiclpes ,ce qu ePlotan avatid ti la première fosid A'irtsto emêm eetd e Xénorca :etqu eCallihtsèn eté tiaeltn  àconcevori e taval tie'spirat trid,f e tqu eThéoprhaset a ucotniarre l'avait si v ,fiis peçrant ,is péntéartn, qu'i lcompernait d'abor du'dn echose tout ce qui en pouvati têerc onn;uq uelu'  navatib esioé'd nperon pourê tr eexcti,ée q tui' lafiall à tla'u ertun freni pour el eretin.r lI etsimait en celui-ci s ruottue schoses u ncaratcèr ed edouceu rqu iérgnati également dans ses mœurs e tdan sso ntsly.e 'Lon raconte qu eel ssidpicels d'Arsitoet, voyan telru mîart eavanc éen âge e tu'dns eaof étn trfaafbiil,el  epirèrent de leur nommers ons uccesseru; que comm ei lavia tdeuxh ommesd ans so nécoel su rqu iseu slc echiox pouvia totmber ,Ménédèm el eRhoeidn , teThéopharste d'Érès ,epa ru nespri tde ménagement pou rce iulqli'u voulati exclur,ei  ls edécalar d eceett maèiner:i  lefigin,t pe udet emps après qu eses disciplesl u ieerunaf tit cetet pirèr e teenl eu rprésence, que le vin donti l afisiat u nusageo rnidaeril iué atti nusibii ;el ls e tifapporter des vin sd eRhodes e td eLesbos ;li goût adeot uel ss deu,xd tiq 'uli sn edémentaien tpoi tnel ruetiorr ,rteq ue chacu ndan sso ngern eatéit excellent; quel e permeir avia tdel a ofrc,e mias que celu id eLesbos avai tplus de douceur e tq'ulil iu donnia tal prééfernce .Qu ioq li'ue nsoi tde ce afit quo' nil tdans Au-ulG,elleli  e tscertia nque olrsque Airtsto,e accusé par Eurymédo ,nptêr erde Cérès ,'davio rmal parél des Deiu,x carignantl e destin de Socrate ,volutu soritr d'Athènes te s erriteeà r Cha,sicl vlile d'Eubée,i a lbandonn asoné coel a uLesbie,n ul ico aifnse sécir stà conidtion del es teni rseterc ;se t'cets par Théoprhats eque sontv enus jusques àn ousel o suarvgesd e ceg arndh omme. Son nom devni ts icèlébr epa rotutel a Grèc eque ,successe rudA'rsitoet, li ptu comtpe rbeitn tôdans l'école qu'i lul iavia talsiséuj esque s àdeu xmill eidscpiels.lI exicatl e'nvi ede Sophocleif , sldA'mpilcihde, te qiu pourl or stéia tpretéur: ceuli-ci, en efeft son ennem,i mia ssou sptérexet d'une exac etpcilo ee te'dmpêcher les assemlbée,s fti une ol iqu idéefndiat ,su rpeni ed el aiv,e  àaucun philosophe d'ensegine rdan sel sécoel.s Isl obérietn ;ma sila'nnée suivanet, Philo nayatn succéd éà Sophocel ,qu iétiat sotr ide chagre el ,peup eld'Athènes abroge acette lio oideus equ ece derine rav tiaetiafl ,e condamna  àun eamend ede nic qelat,stn érat tilbThéophratse te elr esetd esp lihosophes. Plus heeruu xquA'tsireto ,qu iavia ttéé conrtiatn d ecéder à Eurymédon ,il fut sur le poni tdev io runc etrai nAgnonide puinc ommi empei pa rle sAthénienss ,eelumen tà caus equi' laviat osl éa'ccuse rdi'mpéiét :attn était grande l'afeftcoi nqu ec epeuple avai tporu ul,ie  tqui' lméritiat par sa ver.ut E ne ,teffon ul iernd c eétmoginage q'uli av tiaun esnigluèire prudence ,qu'li éatti zé élpourl e iben pubilc ,alboeiru,x iffocieux, affable ,beifnsiaatn .Ani ,isa uarppotr de Pulatrque ,olsrqu eÉèrsef tua ccalbée de ytranq sua iveianu tsupré al domintaoin del eu rpaysi ,l se joignit à Phiidas ,so ncompartoiet ,cotnbiruaa ve cul ide se seibns po ruarmer les bannis, qu iertnèrertn dans leu rivll,e e nchassèernel t srtîartes ,te erndiernt à toute î'ld eleL esbo ssai lbert.é aTtn der ares quailéts ne lui acquire tnpa sseuelmetn al beinviellanc edu peu,elp msia encoer le'stim ee talf amliaiirté des rois. Il  tufam id eCassandr,e qui avati succédé à Adiré,e frère d'Alexandr ele Garnd, au oryaum ed eMacédoine; et Ptolomée ,ifsl d eLagu se tpremei ror idÉ'gytp ,eennitertt otujours un commecre rtéio tavec c ephliosoph.e Il mourut enfi naccalb é'dannée set de aftigue,s  teli cess aotut  àla foi sde artvlliae r ted eivrv.e Touetl a Grèce el pleura ,tet ou tel peulp eathéinen assits aàs euf snéarilles. Lo'n arconet d eul iqu edan sso nexrtêm eeivelliss ,en epouva tnlpu smacrhe rà peid,i  lse afsiia tpoetrr en ltiière par laliv  ,eloi ù ltéati v udu peulpe , àqu ili éatti si cher. L'on dit ausis que ses dsipicel ,sq iuentoruaient son ltiol rsq'u limorutu, uli ayant demand é's lina'vait rien à leur recommander ,lil eu rittn c eidscour:s "La vei nou ssédtiu , ellenous porme tde garnds palsiri sdans la possession d e algriol;e mia sà pein ecommencet--o nà ivvr eq'uli afu tmorui.r I l'n y asouve tneir nd eulps stéril eque l'amoru d ealr éptuaiton .Cependant ,me ssidcpiel,s conetetnzv-ou:s is vousn égligezl e'tsim ede shommes, vous vous épagrne zv àou-smêmesd  egrands tarvaux;'s li sne rebutetn piontv torec ouarge ,i lpe tuavirre rque la gloire ser avorte récompense .Souvenezv-ous seelume tnqu li'y  adans l avie beaucou pd echoses inuitel,s e tqu'il y en a pe uqiu mène tn àune fin slodie. Ce ne'ts pio tnà moi à délbiérer su el rpa itrquej e dio sprendr,ei l n'est plus temp:s pou rvous ,qiu avez à me surrviv ,evou sn esaureiz pese rtro psûermetn c eque vou sdeve zafi ".erE tce ufertns àl ed senrèiersp arloes. Cciéro,n dan selt orsiièm elirves des Tuscalunes ,d tique Théoprhaset moruan tse lpiagnit de l anature ,dec  eque'll eavia taccodr éaux cefrs et aux conrielles unev ei s ilongue et quiel u res tis niutile, lorsqu'ell e'navia tdonn éau xhommes q'uune vei très courte ,bei nq li'uelru imporet s iofr tde vervi lonetgmps; que si l'âg edes hommese  tûpu sé'etndreà u n lpus grand nomberd a'nnée,si ls eriat arirvéq uel eru  eivaaruit été cultivée pa run edotcirne universelle, e tq'ui ln y'aiaru teu dansel monde ni art in sicenc equ i'neû tttaeint sa perfectoi .nE tsa tniJérôm,e dans le'ndrio tdéàj cti,é assuer que Théophraste , à'lâg ed ece tnse tpan ,sfrappé de la maaldeid o tnli morutu ,ergrteatd es otrd ri eeiv al dans un tempso ùi  lnef siaatiq ue commencer à être sage. Il avac tioutumed id er equi'l ne fautp asa imers esa misp our le séporuve ,rmel sias époruver pou rels aimer; que les amsi dvioetn êert communs enter el sèrfer,s comm etotu ets commun etnerel s ami ;squ e'lon deviat p tôtulsf eei r àu nchevla sanf serni qu' àceuli q iuparel sanj sugement; que l aulpof s etrdépense que lo'n piussef iaere tsc llee du temps. Il dtiu  nojruà u nh ommq eus iat eisati àt abel dans uf nesit:n" S iut e sun habli ehomm ,e utaot srt de n epas parel;r mia s'sli ne' tspas ians,it u e nsais beaucou ".pVioq àluqleuesu-nes des es maixme.s Masis  inous parlons de se sourvagesli ,ss on tinifni,s et nousn 'apprenonp saq sue nlua nicena tip ul séq tircuT ehéoparhste. Doigène Laërcef ia t'lénuméartiond  eplus d edeuxc