//img.uscri.be/pth/4a256aceb367f5c41e8a1dfbc7cfe3fab2d9cf5b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Les Comités défensif et de salut public de Blois, aux armées catholiques et royalistes. [Signé : Roche-Jean.]

De
8 pages
impr. de J.-F. Billault (Blois). 1793. In-4° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

L E S C O M'I TÉS
13 ËTENSIF ET DE SALUT PUBLIC
- - - - - -7D JE JB.X, O Je SY
, ( , --.
ARMÉES
2' - X A R M E ES,
; r:
i .':---.
CAT UES ET ROYALISTES. (*)
t.-' '~,~"
Vo TRE adresse aux Français a excité dans nos ames
la plus forte indignation contre vos chefs, et la plus sen-
sible commisération envers ceux qui vous font servir leurs
vues criminelles.
Puissent-ils ne pas empêcher d'arriver jusqu'à vous le
langage simple et raisonnable que nous allons vous tenir!
Puissent-ils ne pas avoir fasciné votre entendement jusqu'à
vous le rendre inutile! Puisse la voix de la vérité frapper
vos esprits , et celle du sentiment pénétrer vos cœurs!
La philosophie dont on vous fait peur, mais qui n'est
que la raison cultivée par J'expérience et la méditation,
avoit commencé une grande entreprise. Il ne s'\agissoit
de rien moins que de rendre à l'homme des droits dont
(*) Cette réponse des comités aux rebelles de la Vendée, a été lue ,'et le discours
suivant prononcé dans une assemblée du peuple et des membres des autorités
constituées , sur la place des exécutions , où l'on a brûlé l'adresse des chefs des
� *-'" 1 18..
armées catholiques et royalistes , aux Français.
( » )
la longue privation lui avoit fait perdre jusqu'au souvenir.
Pour les lui rendre, il falloit attaquer les usurpateurs de
tout genre, blesser ou détruire leurs prétentions, et s'en
faire autant de puissans ennemis. On a vu toutes les classes
d'hommes qui ont perdu à la révolution ce que le peuple
a gagné, se réunir pour le ramener à la servitude. Les
ennemis du peuple ont poussé l'impudence jusqu'à appel-
1er contre lui des armées étrangères. ; et par une fatalité
inouie, des Français indignement trompés, de concert
avec l'homme qui brûle encore de s'engraisser de leur
sueur, invoquent le Prussien et l'Autrichien ; et tandis
que les satellites de la tyrannie assiegent les frontières de
la République, secouant les torches du fanatisme, ils por-
tent dans plusieurs départemens le ravage et la mort.
Quel est le caractere des hommes que vous vous êtes
donnés pour chefs? Et quel est le but auquel ils veulent
arriver? -
Ce noble qui vous commande, vous insultoit nagueres,
par son arrogance, comme aujourd'hui il vous flatte par
sa bassesse. Cet autre vousvexoit en qualité de seigneur, ou
vous faisoit vexer par des agens encore plus durs que lui.
Ce prêtre qui vous scandalisoit par ses débauches, joue
maintenant le dévot outré. Cet autre qui vous laissoit
dans une profonde ignorance ,s'occupe à en recueillir les;
fruits. Cet homme de loi qui vous fit éprouver son art
de ruiner les familles, vous dit qu'il n'y a plus de justice.
Cet autre, que la liberté met en danger vos propriétés;
tous vous parlent de la nécessité de rétablir l'a royauté et
sur-tout la religion. Croyez qu'ils ne demandent un roi