Les fantômes par Charles
79 pages
Français

Les fantômes par Charles

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
79 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Les fantômes par Charles

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 décembre 2010
Nombre de lectures 86
Langue Français

Exrait

The Project GtuneebgrE oBkoo Lef fas ômnt, esC yblrahM-selF .'Squor Ohis arrT ksiBeoot ehf rof  ose u aneyoan erehwynoc on tati hlaomtsa dnw strictiost no reeveoY .rw snstahy op,git mou cayror aw ytia vi eer t unde ite-us eht fo smret ehernbteGut ecojPrw de htisihtoBe Lig nsceine udclwwg.tuneebgrn.teok or online atwavai, j' ansroissit eDupIeilleur.ui, le m rma.iO m ielluedee on ma  lmmfertîaesseop sm rus at plu futi meifèdne tvimeettnanntpo suspl, le A .éuovéd tnemént je ch Vaineme sadsnomrehcreia sleveoupan é ssrtê uq e rinnu'dep l tpa nfa àosion,fectil m et g tiava'esuerénéff ontmen sot erlpsueiru serrpsies,dans les crisg seevared s am e,vi'a jisvaai fléf ne'm ej te ,ntmelempsi, irlosefaécl pmal teravai Il ais.icit.esra'J as tuob emnt epsdeaiso, b nov uo éeds nojours usvais toue,uvreépon cne unevrus e enu tiataveuraii, mc moéiétrtrap el ,lie  d jmaneeue,sstcefsnoirep seudmourante. S'il mv iell éamm rè eonolirtamere,vntj euul enemeq ,tments faendrissee'tsl biicel.sC rentcoé rdgaa m'tta sed teffe'l  moi queplusême ru en ta ral ,acttecém eriomév eréné qe, juenee  srpuoev,re  n'minclinantdevant m tiarrurtnoc y'? rendaindteenJ'dn s ierohmmec t Quiage.c po don .'Duartm uaavsion et dute, du bi'l sujne eted t donusuja  ltinoelévéré d ge ànuède poss je  que,emsïogé nucua rpaé gleuavs ui sdissimulé; j'ai nul naagegp ul s, teentiaidrt endnocetiuffidneréion opinune par crno àic r'levinnigéins't enaieram à ,se ,ecalp h pycoirissep rale mépris de cest en tuoq ece iu qce juedée igda
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK LES FANTÔMES ***
PARIS JULES LÉVY, LIBRAIRE-ÉDITEUR 2, RUE ANTOINE-DUBOIS, 2 1885
  A M. le marquis de Cherville  Hommage  de  respectueuse sympathie.
LES FANTÔMES ÉTUDE CRUELLE
st
Title: Les fantômes Author: Charles-M. Flor O'Squarr Release Date: November 22, 2004 [EBook #14113] [Date last updated: May 22, 2006] Language: French
LES FANTÔMES, ÉTUDE CRUELLE PAR CH.-M. FLOR O'SQUARR
Produced by Carlo Traverso, Renald Levesque and the Online Distributed Proofreading Team. This file was produced from images generously made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)
petit. Je dis ce que je pense, je rapporte exactement ce qui fut, sans m'attarder aux objections que croiraient pouvoir m'adresser certains esprits faussés par des doctrines conventionnelles. Je repousse également toute appréciation qui tendrait à me représenter comme capable d'un calcul ou susceptible d'une timidité. Si je porte aux nues mon regretté, mon cher ami Félicien, ce n'est point que mon âme ait été sollicitée par le repentir ou meurtrie par le remords. Je ne cède pas à la velléité tardive—fatalement stérile d'ailleurs—de donner le change sur l'étendue de ma faute au moyen de démonstrations sentimentales. Il est de toute évidence qu'en consentant à prendre Henriette pour maîtresse j'ai commis le plus grand des crimes, la plus lâche des trahisons. Je ne songe pas davantage à faire intervenir des circonstances atténuantes tirées des charmes physiques et des séductions morales de ma complice. Henriette était une femme très ordinaire, mauvaise plutôt que bonne, vaniteuse, bien élevée et boulotte. J'hésite à tracer d'elle un portrait sévère, car la plupart du temps les jugements des hommes sur les femmes ne sont que des propos de domestiques sans places; mais je me suis imposé une tâche pour ma satisfaction personnelle et pour renseignement de mes semblables. Je n'y puis manquer et il me faut—malgré mes répugnances—dire la vérité sur la femme de Félicien. Elle était—je le répète—une créature forte, ordinaire, point jolie, médiocrement instruite, bourrée de préjugés vieillots, d'erreurs bourgeoises, ayant glané dans des lectures mal choisies et mal comprises les formules d'un sentimentalisme démodé. Dès sa jeunesse elle aspira sans doute à un idéal de roman, idéal confus, mais invariablement placé en dehors du cercle précisément délimité des devoirs dont on lui avait enseigné la religion. Pour peu qu'elle perdît pied dans ses banales songeries, elle croyait de bonne foi prendre son vol pour quelque terre promise, pour quelque planète d'une beauté nouvelle. Pauvre femme! Que de fois ne lui ai-je pas entendu exprimer cette croyance—particulière aux jeunes couturières égarées par le romantisme—qu'elle était d'une nature supérieure, d'une race privilégiée, d'une essence rare, et qu'elle mourrait incomprise! Ah! ses rêves de jeune fille! M'en a-t-elle assez fatigué les oreilles? Elle n'était pas née pour associer sa vie à celle d'un être grave, pensif, toujours courbé sur d'attachants problèmes, à celle d'un homme sans idéal et sans passion et qui prenait pour guide dans l'existence on ne savait quelle lumière douteuse qu'il avouait lui-même avoir seulement entrevue. Elle souffrait d'être ainsi abandonnée, délaissée pour des chimères, elle, créée pour l'amour, pour la passion! Et patati! Et patata! Jamais je n'accordai la moindre attention à ces radotages. Les femmes qui prennent la passion pour guide ressemblent à des navigateurs qui compteraient sur la lueur des éclairs pour trouver leur route au lieu de la demander aux étoiles; celles-là se trompent assurément, mais encore leur faut-il quelque énergie dans l'âme et une dose appréciable d'héroïsme dans l'esprit. Toute passion suppose de la grandeur, même chez les individualités les plus humbles. Or, Henriette manquait de vocation vraie pour les premiers rôles comme elle eût manqué de courage pour l'action. Son sentimentalisme offrait des réminiscences de romans-feuilletons et des rollets de romance. Son coeur n'avait rien éprouvé, son esprit eût été—je crois bien—incapable de rien concevoir en dehors des inventions fabuleuses, des monstruosités poétiques, des hérésies et des fictions dont sa mémoire s'était farcie dès l'enfance. On retrouvait l'empreinte de ce désordre intellectuel çà et là dans les platitudes de sa conversation tantôt bêtement mélancolique comme un rayon de lune sur l'eau dormante d'un canal, parfois corsée de ce jargon mondain—espèce de prud'homie retournée—dont les expressions s'appliquent à tous les sujets d'une causerie et qui sert de supériorité aux êtres inférieurs. Henriette n'était pas jolie et elle en souffrait. Une femme peut avoir—et par exception—assez d'esprit pour faire oublier qu'elle est laide; elle n'en aura jamais assez pour l'oublier elle-même. Le sentiment qu'avait Henriette de son infériorité par rapport à nombre d'autres femmes plus jolies, plus jeunes ou plus gracieuses, était profond au point d'altérer toutes ses impressions. Elle n'avait jamais cru, par exemple, que son mari pût l'aimer, l'avoir épousée par une volonté sincère d'attachement, par un désir exclusif de possession, et qu'il n'eût pas agi dès avant leur union selon l'arrière-pensée, outrageusement blessante pour elle, de compléter son intérieur par la présence d'une femme tranquille, vulgaire, insignifiante, à qui personne ne daignerait faire la cour, et dont aucune démarche, même hasardeuse, ne saurait compromettre l'honneur conjugal. Ce soupçon était absurde, mais il n'entrait pas dans mon rôle de détromper Henriette en lui répétant les confidences dont Félicien avait honoré mon amitié au moment de son mariage. Alors je l'avais vu, ce cher Félicien, heureux, confiant et, par avance, comme le loup de la fable, se forgeant une félicité qui le faisait pleurer de tendresse. Il aimait loyalement Henriette, mais j'appréhende qu'après quelques mois de vie commune il eût sujet de se lamenter en découvrant le néant, la navrante stupidité de la créature à laquelle il avait voué son existence, sa fortune, ses ambitions les plus nobles. Il dut s'étonner jusqu'à l'effarement—lui, l'analyste prestigieux qui avait consigné ses merveilleuses études de l'esprit humain dans des livres où la postérité cherchera le résumé de toutes sciences physiologiques et psychologiques—il dut s'étonner jusqu'à l'épouvante d'avoir commis une erreur aussi redoutable, d'avoir associé à sa pensée cette petite pensionnaire au cerveau étroit, à l'âme mesquine, aux ambitions bornées, aux désirs lents et niais. Comment, lui, l'impeccable clairvoyant, il s'était trompé à ce point! Digne et fier, selon sa coutume, il ne souffla mot de cette terrible mésaventure, même à moi, son meilleur ami. Si j'en eus l'intuition, c'est que je le vis, pendant plusieurs semaines, sombre, découragé, paresseux, las de tout travail et comme sous l'accablement d'un deuil. Puis, une transfiguration s'opéra; Félicien retourna vers son labeur avec une âpreté nouvelle. Je crus comprendre que, dédaigneux d'un rêve menteur, scandalisé d'avoir eu un égarement passager, délaissé pour des jouissances subalternes la source de ses voluptés premières, trompé et à jamais guéri par la décevante épreuve où son coeur était tombé, il repartait, libre cette fois définitivement, vers les régions supérieures, pures, constellées, où, loin des misères et des hypocrisies qui
 se, gona  lulfoesifà tnfuscienFéli de acéealav t àsoiai pmssreîtmaa  mntvilg edutitta'L .ee. Elle  revanchd é'octuue tâhetrienteetténi'H dd nienu' el oseb ,amn nouraysib dispnte à loséev enu retalf xiosieusteoue èrncepsnia t'dleelm-ême. Les hommager iutépét re tuo blen ie'eque llmom ud sétissecé nes lurporendfoc nod tuleelq'uueil org sons de tnaesbo .stya'Mffsuanisenaiint iud veneicneecl sa consent avecs aieritacà s pa euq resséh'n ejonne l'h penurdee llvr,éf ti eemdoanqun ll'em'e hcé egna ed ba'le son infamie enectprem  aaptrd t rilaalndrasp eed ruon p tienalcouant sveau, ses uoliélsea lisee,èrsiuspoe  des,lielos ua ecaf vol  un e encommeitteHrnlg.e'diaen euos noçpp anntoie  camdr ee;ll eocsnatats uelement chez son  nu iramlé tibusenemgnoileeld't  eos ,nui'dntrderenciffépasse im senp raeuttreei ses coqible queeJ .pus uortrelbinpoà t nrvit enmoemsuceinetsav lor dès queposedruos titnes elleisnaon clae  jun ressentiment ere  nleela ev cpacuonti'u d vneegar ,rup alcoér bie fut unin etnaecneeg ,ecO.iuque nceadee ll'e tnemeuqgnev rapnfin, sise.Car e eehruuealr nerdetr e  dntmemeain alelboelba ed  capant,éléghe, r ciae,u,eb ejnue mmhon  uertroncner ed eliciffiiue tûp saé étd rnement, il ne l el niomderdecsipae enti, ceecavev c.eA ued nup ar lée prtuna foxueim ersirovaf raaue ttêtu  pital itêt .dnaa'J ou raugefoe e,rtnn,ep ulll eomeyt que grtôt petigitserp nom ed eai tdes ui sJee.ral ,ep hctus  asancpuisute-a toairrxptequli sere noartnmenî,tneiblement belle, eHrneitt eenp uoha caué und'e rm emmef etsisérrin'ai je r ex poud a'ucesc déovricoà s uesqris de nemaxe'l à seri.Notntisonseje cèr s upa .ePruriursoe,irainte  dc emetnoe ,dej t nécessas délaisvrna telm  eéresibah suren ed elojprx eu cje, ett uogarebaro t'dnt l poicoura dérep nnosQ .ednautroceroit aisadee tnnerd eech di elle m'eut fait rapvaio e'ledn up paucoé bes ét ,setreC.tôt sulienrHee vrau plaia s'dtêm é'otnnu l'amanre deventteie ,e'd trneHnntos aijet 'é mina  domesprmes uf tti s iedeculrpsua  lSu. seriodesirprej :elbure chute fut vulagri eteb uratelAu. en lmade, ins elitnetnemiuq annéois il des;  éepolgn trtdnna sretèulro pst'emoc ertoda ecremttaient et si jesnatcnseelp reeme or lsi cescoirreru tiaemêmcne irecc pacsemeemne f d'uicescapr sel ribus à ésospdiu pe, ontiicruattnn elE. topleadorabe fût-el al mmefamra,stnilt-chs fus enssueh enu lues ,erunt enemtenumie ia sj ma eonnertême usmour,un jq tn'miuucco ,epismae  juxveie bd e'lmauo?rC  en'est pas le poi rme, esncnaveonruojua rehcorppans f, savais pousec ril g méiaernos- aus susmeom-atsli-tsémiixE?Henriettd'hui d'antn ,on.eaMnietreduma, lalpéentiv-el ,eab a ebrare. Avec ça, pl ,tel  ehcveuer uvman  utoess ai sèrt sute enuejj'adque i, doptaL h'am.cdu ebatised ero siap,sesvrlè ées, des leetelttse eed sôcrgescommilles lamuh te seguor xuyes de, auvee  duad-l e'seà resies cme d comidesemvstêmenestu en insupportable orued ed fnerémreAu. or m, al mjesia  eastiiaturocassre,  entant,ber ,étêl à elledrinmoa adtronecemièrejeès ma predf murenusees ,e dtipea  lpepine sret  setepipt tres enoirre, ecs se :uotrsèc urleilmes let on suot à ennodsed'amour chez moir féélhc,iopni t lirff'ameirQur.ej ;orc p siovuooitues v desres,qseup er:nd r eiut a àpsutTo. reteuquob met ed sia tbanas  ercyose; elle, perverq ecj euirp rapsleEl'a mnndo. éeesarn  e ,ejN nottenrieà Heant esueiciv tiaté ell Et.fat inpoi tne rper esiolocalssque a i sdsecoske  tes socpmtoirs et où, aprecneréffcne uo ,r pae orieomonécmauo .'LaPir r àt des es unevenuaià r me mete êmos x.»sunod«uedtte ne me Henrietr ei nuoc ûoattifeé im airvo aèsno ,emirp à ,emrà aiivé  arr estna tocruif nem rs,reièuls et mjetaler segér snoi aveenirle dc elss é iecrtte'dneans esnéje, 'a n ,iSdnep tnaiortîtresse perdue. rgted  eectt eamidni rap ,esserarppat enemblbaroétp a'é ;eç moéps tri pa l'ae neosiaJ .nttecil eesnde  désitra gsef caliocpmetd ance au ma constteetneira  ue ,temailend notn deib siorcova'n neaiam jir Hméais icm  ertuolb.eP our ma part, je 'm nta ydratJ.ren 'envconsiece, oir n'av de tain eervulépéorap sar pnie ll ear prec sius ejiom qu'elle lle puisemén einenf tua rueurptrureurptdiccetneot ea tusmod spaionsvulsc nolusediciter den soaiinmbcola iouqruop ,seuqius a-t-esités no xepvrren sod ueabli ele ineubnoad su sn ellétej ttepsirs ned seatioxalt l'en deva suon tûog snotaalexsue qonti iédilicueesq 'uée si infinie, sed evêr q resleu eil istosmpblsi,sétpulov sellets ndforo psie  duq etn seremnevirionn au n'enous unep edap stbosanbl stss luoutrtûé étl  ileele  Si nouségitime?usnoe  ns meom sémia sapon is ,svonsus a deu étéhcse xâlseite btesalré curat resseéul à ppa'd tâ'on ne sait quelel snionmmbael sfaisioctlaueat sibomq elp te ruoour but ons eu p s'nuairei?sN uolee jrslo ailt-iaf es tnemmoC.nstio?Quenctsnstisei p rin so ned ,elsïahlbasd ,eune n ioimcrelinlasietsuq eonrt demande aux mord tia su ed énno'a lurpono, ntmaîartl mae  tseesnoraéshopournte ap rnu eevemtn ,lue de mrage gous ,à snaaté'l si, cetihâéfprenéra'ttibl  cusd noos sde nion ractètsym O.eriaf lansiour ausNo! reis dans une mutuleelc ruoiisétudlseuic v? esusNouon es snoirnu ssonsrahi bas, dese ,essslineedv , meri cn  unsdamoc tûogt ed num.reièat mlar sur avableit taurauq edu etrticeecidl'l,éar ner su no's eniam uq sve du pln y trou earsinoiais,rd il neib l is erbutven 'o'o lsi,  notree ésuctu eque rité estl'onné sécnoem srep ttmet enafd'rmfihtoéirse ,ua xysstèmes! Ces faitua xse ,poihlisox ph, augmesuxdoa ,sellerutan sealor mes lesuttoocmm e àiguees sles reliles morauot  setéd eà ifjer  ctéd'e oiave meh! jicit félssnof irseA?antn cuxdee ésetsthamoc etsud noinumréservés à l'augopruareitnê rt elléeenemivtds innob ruehlp sr su
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents