//img.uscri.be/pth/5e7244b5e8177d501012c3bd0d63c381b58eb972
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Les Idées nouvelles. (Signé : L. N.[20 février.])

11 pages
Impr. de Seren (Marseille). 1869. France (1852-1870, Second Empire). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

LES
IDEES NOUVELLES
MARSEILLE
TYPOGRAPHIE ET LITHOGRAPHIE H. SEREN,
QUAI DE RIVE-NEUVE, 3.
1869
Les articles suivants allaient être publiés sous le titre les
Idées Nouvelles, dans l'Avenir de Marseille et de la Provence,
lorsque la suppression de l'intéressant journal les Tablettes de
Marseille, et la crainte de partager le même sort, ont forcé la
Rédaction de refuser tout ce qui avait trait à l'économie sociale
et politique.
Si nous sommes bien informé, l'Avenir de Marseille et de la
Provence déposera bientôt le cautionnement exigé par la loi. Il
deviendrait alors politique et paraîtrait deux fois par mois , en
attendant qu'il pût paraître toutes les semaines.
LES IDÉES NOUVELLES
Toutes les opinions ont un organe dans nos pays et
cherchent à se grouper autour de la publication qui porté leurs
couleurs. Le grand parti du travail commercial, industriel et
agricole rencontre, il est vrai, d'habiles défenseurs dans tous
les rangs de la presse Marseillaise et Provençale, mais il n'est
aucun journal qui ne donne la préférence aux intérêts particu-
liers de son parti sur les intérêts généraux du pays. Nous ne
voulons pas ici faire un reproche aux publicistes. L'économie
sociale et politique a peu d'attraits pour le plus grand nombre
des lecteurs, et avant tout, il faut captiver leur attention.
Quelle est en France la position faite au Commerce, à
l'Agriculture et à l'Industrie? Des Chambres de Commerce,
— 4 —
des Chambres consultatives ont été instituées pour défendre
leurs' intérêts; généralement elles remplissent leur mission
avec une grande indépendance et une louable activité. A
Marseille, nous sommes témoins que rien de ce qui peut
contribuer à la prospérité du pays, n'échappe à leur sollici -
tude, mais outre que le nombre des Membres qui composent
ces utiles institutions est forcément restreint, on ne peut exiger
d'eux une étude continuelle et partant une connaissance appro-
fondie des besoins si divers du Commerce, de l'Industrie et
de l'Agriculture,
C'est pour remédier à cet état de choses, que, dans chaque
centre important, des associations doivent se former pour re-
chercher les améliorations que le progrès des idées rend né-
cessaires , et pour les signaler aux Chambres de Commerce,
qui les réclameront alors avec plus de chance de succès, car
elles auront derrière elles l'appui des populations.
L'invention des Chemins de Fer et de la Télégraphie électri-
que , l'ouverture prochaine et maintenant incontestée du Canal
de Suez apporteront un changement radical dans les relations
des Peuples, dont le concert ne saurait être troublé désormais
par le bruit du canon ou par les discours de la tribune.
Voyez comment on empêche deux peuples voisins de se
battre, et cependant ils ne s'aiment guère, et ils sont bien
faibles tous les deux, ce qui est souvent un motif pour qu'on
soit intraitable.
Entre lès conférences et les hautes cours de justice interna-
tionale il n'y a qu'un pas à faire, et Marseille sera souvent
témoin du passage des envoyés, chargés de notifier les solen-
nelles décisions de ces cours souveraines.
Une ère nouvelle est inaugurée par le Commerce et le
Travail. Toutes les nations se préparent au grand tournoi
pacifique qu'organise l'ouverture du canal de Suez. Nous voilà
— 5 —
donc obligés, comme les anciens chevaliers, à nous disposer
au combat par la veillée des armes.
Malheur aux peuples , malheur aux cités qui se seront en-
dormis. Ils se verront devancés dans la carrière par leurs
concurrents, et une fois distancés, ils reprendront difficilement
le rang auquel ils semblaient prétendre.
Mais quels sont les moyens pour atteindre cette prospérité
commerciale et industrielle qui deviendra bientôt l'objet de la
préoccupation de tout le monde? C'est comme nous l'avons
dit, de fonder des associations entre les hommes du Travail et
de réclamer en leur faveur une participation plus importante
à la direction des affaires publiques.
On sait qu'en France , comme en Angleterre et aux États-
Unis , de grands hommes sont sortis des rangs du Commerce,
de l'Industrie et de l'Agriculture.
Le temps n'est plus où la Noblesse était incompatible avec
une profession quelconque appartenant au Commerce et à
l'Industrie ; on rencontre dans la plupart des hommes qui
s'y consacrent, à défaut d'une naissance illustre, la distinction,
le goût des arts et l'urbanité des patriciens des républiques
italiennes.
Sans méconnaître les services qu'ont rendus et que rendront
encore les autres classes de la société dans la direction.des
affaires du pays, on peut prédire à la participation des classes
travailleuses à cette direction , un succès que promet d'avance
la conduite de leurs affaires privées.
A l'oeuvre donc! Que les hommes du Travail se réunissent et
se comptent! Qu'ils mettent au service de la chose publique
l'activité, l'ordre et l'intelligence dont ils font preuve dans
leurs opérations.
S'ils rencontrent clans leurs rangs des gens égoïstes , à vue