Le couple bipolaire

Le couple bipolaire

-

Documents
62 pages

Description

Isabelle et Philippe, tous deux dans la trentaine, forment un couple plutôt particulier sur le plan sexuel. Ils sont adeptes de jeux de domination soumission, dans lesquels chacun se retrouve aussi bien dans le rôle de dominant que de soumis. Mais leur passion pour ce genre de déviances sexuelles ne se limite pas à l'intérieur de leur seul couple, alors qu'ils sont constamment à la recherche de tierces personnes, aussi bien hommes que femmes, pour réaliser leurs fantasmes les plus décadents, parfois même contre le gré des participants. Sauront-ils restreindre leur ardeur libidineuse ou se perdront-ils dans un labyrinthe vénérien, à la recherche de plaisirs charnels toujours plus intenses ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 décembre 2016
Nombre de visites sur la page 18
EAN13 978-2-9815327
Langue Français
Signaler un problème

La liberté d'expression

La liberté d'expression est ce droit humain fondamental, par lequel une personne peut communiquer avec ses semblables sans restriction de la part d'une quelconque autorité. Sur le plan de la sexualité, ce droit a été largement bafoué sous le couvert de la pudeur et de la moralité. Encore aujourd'hui, il existe maints organismes de censure qui briment la liberté d'expression. Ceux qui pratiquent la censure, se donnent le droit de juger et de condamner le contenu d'un ouvrage, au nom de l'ensemble de la société. En général, la censure est imposée en fonction de l'opinion de la majorité des gens, mais également en fonction d'interprétations personnelles de la part des censeurs, brimant ainsi les droits des minorités.

Tous les goûts sont dans la nature et chacun devrait avoir le droit de partager ses visions avec des gens qui lui sont semblables, sans interférence de la part d'une tierce personne. Heureusement, l'évolution suit son cours au fil des générations, alors que l'on voit les barrières de la censure se lever une à une. De plus en plus de gens démontrent une ouverture d'esprit remarquable en ce qui concerne le respect des idées et des opinions, tout comme les comportements d'autrui.

D'un autre côté, on doit demeurer prudent dans l'exercice de sa liberté d'expression, pour ne pas offusquer ceux qui ont des opinions contraires aux nôtres. Les tendances sexuelles sont une affaire personnelle et ne devraient pas être affichées nonchalamment aux yeux de monsieur et madame tout le monde. Un minimum de discrétion s'impose afin de respecter ceux et celles qui ne partagent pas nécessairement nos goûts. Il faut aussi penser aux enfants qui n'ont pas la maturité nécessaire pour être exposés sans considération à toutes formes de sexualité, alors que leur développement psychologique pourrait en être déformé.


Avoir des déviances sexuelles, est-ce normal ?

Non seulement que c'est normal d'avoir des déviances sexuelles, mais le contraire justifierait un certain questionnement. D'abord, qu'entendons-nous par déviances ? Selon "Larousse", le mot déviance signifie un comportement qui s'écarte des normes admises par une société. Et les normes sont établies en fonction des comportements de la majorité des individus. Donc, les déviances seraient ainsi appelées parce qu'elles sont l'apanage d'une minorité. Mais en réalité tous et chacun avons notre lot de déviances sexuelles, qu'elles soient petites ou grandes, mais de là à l'admettre, il y a pour certains un grand pas à franchir.

De toute manière, il est parfaitement humain d'avoir des déviances et c'est justement ce qui donne toute sa couleur à la sexualité. Par contre, le fait que les déviances sexuelles soient naturelles ne signifie pas pour autant qu'elles soient réalisables ou légitimes. Il suffit de mentionner l'attirance d'un adulte envers les enfants, pour le comprendre. Il va de soi que certaines déviances doivent se limiter au niveau fantasmatique seulement.

Dans le contexte actuel, le mot déviance doit plutôt être associé à des mots comme attirance, désir, orientation, pulsion, jeu. Parmi les déviances considérées comme admissibles, mentionnons l'homosexualité gaie et lesbienne, le fétichisme, le travestisme, la domination psychologique et physique, le ligotage, la fessée, le sadomasochisme, la scatologie, la zoophilie. Puis il y a les déviances répréhensibles comme la nécrophilie, l'inceste, la pédophilie. Il y a également des comportements qui s'apparentent aux déviances, sans vraiment en être. Mentionnons entre autres, l’exhibitionnisme et le voyeurisme. Et finalement il y a les jeux purs et simples, tels que le chatouillement, la lutte, le déguisement, les rôles, le langage vulgaire ou ordurier...

À l'intérieur de chaque déviance sexuelle se trouvent une infinité de variations. Prenons par exemple le fétichisme, lequel, en réalité représente tout un monde en soi. Il y a les fétichistes des vêtements : les robes, les jupes, les blouses, les pantalons, les bas, la lingerie. Il y a les fétichistes des sous-vêtements : les slips, les brassières, les caleçons, les camisoles. Il y a les fétichistes des chaussures, des talons hauts; les fétichistes des tissus, de la literie; les fétichistes du cuir et du latex; puis les fétichistes des parties du corps : les pieds, les orteils, les mains, les doigts, les oreilles, le cou, les cheveux et ainsi de suite.

Les déviances sexuelles se manifestent généralement dès le jeune âge. L'enfant homosexuel, garçon ou fille, aura à la puberté des sentiments pour le même sexe que lui. L'enfant fétichiste sera sexuellement stimulé, sans nécessairement établir la relation, à la vue ou au toucher de certaines choses. L'amateur de ligotage le sera dès l'enfance, alors qu'il cherchera à jouer aux cow-boys ou aux bandits avec ses amis, dans le but de se faire attacher ou d'attacher les autres. Ces comportements de jeunesse s'affirment avec l'âge et souvent ce n'est qu'une fois adulte qu'on leur attribue une connotation sexuelle.

Pour terminer cette plus que brève apologie sur les déviances sexuelles, mentionnons qu'on ne doit jamais se culpabiliser vis-à-vis de ces bizarreries qui traversent notre esprit et qui nous stimulent bien malgré nous. Les déviances sont ce qui confère aux gens leur caractère humain et leur personnalité propre. Leur mise en pratique, avec la complicité de sa, son ou ses partenaires sexuels, nous permet d'accéder à des niveaux de jouissance autrement inaccessibles. Les déviances sont saines pour notre équilibre mental et par ricochet pour notre santé physique; elles contribuent largement à notre épanouissement.


Le couple bipolaire


Ils se sont rencontrés de façon plutôt inhabituelle, lors d'un accrochage en voiture, à une intersection. Leur relation a débuté par une engueulade.

– Dis-donc ! T'as pas vu le feu rouge ? que le gars lance à la fille, en sortant furieux de sa voiture.

– Le feu venait tout juste de passer au jaune, au moment où je franchissais l'intersection. T'as démarré trop vite, monsieur le pressé.

– Je te demande bien pardon, madame la lune, je ne suis pas du genre à décoller sur un feu rouge.

– En tout cas, c'est toi qui as percuté le côté arrière de ma voiture, alors que je traversais la rue. Et dire qu'elle était toute neuve d'à peine six mois cette bagnole.

– Trêve de discussion, que le gars conclut, comprenant qu'il avait peut-être été fautif. – Allons dans le stationnement en face pour régler ça à l'amiable, si tu le veux bien, qu'il propose, ne cherchant que la bonne entente.

– Je suis d'accord ! mais à la condition que tu admettes ta responsabilité, sinon je contacte la police pour établir un rapport d'accident, reprend la fille sur un ton rassuré.

– Oui, bien sûr ! J'avoue que je me suis avancé un peu tôt, puisque je ne voyais aucune voiture arriver dans l'autre direction, mais ne roulais-tu pas un peu vite ?

– Pas du tout ! J'ai juste légèrement accéléré pour franchir le feu jaune, afin de na pas brûler le rouge.

Ok ! Allons en face pour régler ça, qu'abdique finalement le gars, comprenant que cette fille n'est pas du genre à se laisser intimider.

Ayant admis ses torts, le gars accepte de dédommager la fille pour couvrir la franchise de l'assurance et prendre à sa charge les dommages subis sur sa propre voiture, ce qui semble convenir aux partis.

La demoiselle, âgée au tout début de la trentaine, est splendide, ce à quoi le gars ne peut rester insensible, une fois le coup de l'émotion passé. Elle fait dans les cinq pieds quatre pouces, bien proportionnée, taille fine, longues jambes, fesses rondelettes qu'épouse sensuellement le souple tissu de sa courte jupe noire, petits seins apparemment bien en forme, sous une blouse de satin blanc, délestée de deux boutons au col, visage angélique, agrémenté de lèvres charnues et sensuelles, ainsi que de joues saillantes, arborant un sourire permanent, yeux marron, pétillants d'intelligence, cheveux bouclés châtains, aux reflets ensoleillés, s'appuyant sur des épaules droites.

Lui n'est pas si mal non plus du haut de ses cinq pieds dix pouces, d'allure élancée, de physionomie virile, avec des yeux chatoyants d'un bleu azur et une chevelure frisottante, d'un blond moyen.

– Je suis vraiment désolé, insiste finalement le gars.

– Je l'espère bien. T'as démoli ma voiture que j'adorais, lui reproche la fille d'un air pour le moins acrimonieux.

– Je peux savoir comment tu t'appelles ?

– Isabelle. Et toi, monsieur le conducteur du dimanche ?

– Moi, c'est Philippe ! Les circonstances pourraient te paraître inappropriées, mais j'aimerais faire ta connaissance.

–En effet ! Cette requête me semble quelque peu farfelue, vu le contexte.

– J'aimerais t'inviter à souper au restaurant, un soir où ça te conviendrait.

– Fais-moi d'abord un chèque pour couvrir ma franchise d'assurance et j'y songerai.

Cette réponse, plutôt inespérée de la part d'une telle déesse, surtout en de telles circonstances, fait bondir le cœur de Philippe dans sa poitrine.

– Bien sûr ! Et j'assumerai tous les coûts afférents à ta mésaventure. Tu n'auras qu'à m'en informer.

– J'y compte bien.

– Vendredi soir prochain, ça te conviendrait pour un souper en tête à tête dans un endroit huppé ?

– D'accord ! Mais ne te fais pas trop d'illusions, je ne suis pas du genre à me jeter dans les bras du premier venu, surtout après qu'il ait détruit mon précieux véhicule.

Les jours suivants, Philippe était fébrile à l'idée de partager un repas en compagnie de la plus belle femme du monde, tout en s'efforçant de réprimer ses attentes, afin de ne pas s'affliger d'une cruelle déception.

Le vendredi soir venu, il s'est présenté une demi-heure d'avance à l'adresse convenue, pour s'assurer d'y prendre une table de choix, avant l'arrivée de celle qui l'émoustillait tant.

Après une attente qui lui semblait interminable, surtout que le rendez-vous était déjà dépassé d'un quart d'heure, Isabelle se pointe à l'entrée de l'établissement, rayonnante comme un soleil printanier. En l'apercevant, Philippe se lève d'un bond pour aller l'accueillir et l'amener par la main à sa table.

Elle est vêtue légèrement en cette chaude journée de juillet, ce qui ne fait que rehausser son sublime charme naturel. Jupe à plis genre écolière et camisole moulante en tricot de coton; tout pour enflammer l'ardeur de Philippe, déjà très excité par cette péripétie providentielle.

– Ce que t'es jolie ! s'exclame-t-il, ne pouvant dissimuler son admiration.

– Merci pour le compliment, lui répond-elle gentiment, tout à fait consciente de l'effet qu'elle produit sur les hommes en général et sur ce mâle vulnérable en particulier.

– Prend place. J'appelle le serveur, suggère-t-il d'une longue révérence de la main en tirant la chaise de la dame et en la replaçant contre ses jambes pour qu'elle s'y assoit.

– Merci ! lui dit-elle, d'un sourire reconnaissant.

– Tu aimes le champagne ? que demande Philippe en ouvrant la carte des spiritueux.

– Absolument !

– Ok ! Je vais commander leur meilleure bouteille, juste pour toi.

– C'est gentil !

– Ça va ! Il n'y a rien de trop bon pour une femme de ta classe.

Le repas se déroule allègrement, composé de mets succulents et arrosé de bulles enivrantes, le tout agrémenté d'une conversation captivante.

– Au fait, je ne connais rien de toi, improvise Isabelle.

– Ah oui ! T'as bien raison. Il est temps que je me présente. Je suis ingénieur en électronique. Je conçois des appareils d'instrumentation pour l'industrie en général, au sein de ma propre entreprise que j'ai créée il y a trois ans.

– Intéressant ! T'as quel âge ?

– 30 ans.

Avertissement

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.