Long cours
22 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Long cours

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
22 pages
Français

Description

Extrait de la publication Poul Anderson – Le Chant du Barde Long cours Poul Anderson 2 Extrait de la publication Poul Anderson – Le Chant du Barde Le Bélial’ vous propose volontairement des fichiers dépourvus de dispositifs de gestion des droits numériques (DRM) et autres moyens techniques visant la limitation de l’utilisation et de la copie de ces fichiers. • Si vous avez acheté ce fichier, nous vous en remercions. Vous pouvez, comme vous le feriez avec un véritable livre, le transmettre à vos proches si vous souhaitez le leur faire découvrir. Afin que nous puissions continuer à distribuer nos livres numériques sans DRM, nous vous prions de ne pas le diffuser plus largement, via le web ou les réseaux peer-to-peer. • Si vous avez acquis ce fichier d’une autre manière, nous vous demandons de ne pas le diffuser. Notez que, si vous souhaitez soutenir l’auteur et les éditions du Bélial’, vous pouvez acheter légalement ce fichier sur notre plateforme e.belial.fr ou chez votre libraire numérique préféré. 3 Extrait de la publication Poul Anderson – Le Chant du Barde Nouvelle extraite du recueil Le Chant du barde, les meilleurs récits de Poul Anderson proposé et dirigé par Jean-Daniel Brèque. ISBN : 978-2-84344-457-9 Parution : septembre 2012 Version : 1.0 — 26/09/2012 © 1957 by Poul Anderson.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 11
Langue Français

Exrait

Extrait de la publication
Poul Anderson – Le Chant du Barde
Long cours
Poul Anderson
Extrait de la publication
2
Poul Anderson – Le Chant du Barde
Le Bélial’ vous propose volontairement des fichiers dépourvus de dispositifs de gestion des droits numériques (DRM) et autres moyens techniques visant la limitation de l’utilisation et de la copie de ces fichiers. Si vous avez acheté ce fichier, nous vous en remercions. Vous pouvez, comme vous le feriez avec un véritable livre, le transmettre à vos proches si vous souhaitez le leur faire découvrir. Afin que nous puissions continuer à distribuer nos livres numériques sans DRM, nous vous prions de ne pas le diffuser plus largement, via le web ou les réseaux peer-to-peer. Si vous avez acquis ce fichier d’une autre manière, nous vous demandons de ne pas le diffuser. Notez que, si vous souhaitez soutenir l’auteur et les éditions du Bélial’, vous pouvez acheter légalement ce fichier sur notre plateforme e. b e l i a l . f rou chez votre libraire numérique préféré.
3
Poul Anderson – Le Chant du Barde
Nouvelle extraite du recueilLe Chant du barde, les meilleurs récits de Poul Andersonproposé et dirigé par Jean-Daniel Brèque. ISBN : 978-2-84344-457-9 Parution : septembre 2012 Version : 1.0 —26/09/2012 © 1957 by Poul Anderson. © 2010, Le Bélial’ pour la traduction française © 2012, Le Bélial’, pour la présente édition Illustration de couverture © 2010, Caza.
4
Poul Anderson – Le Chant du Barde
Extrait de la publication
5
Poul Anderson – Le Chant du Barde
Extrait de la publication
6
Poul Anderson – Le Chant du Barde
Long cours
Titre original :The Longest VoyagePrix Hugo 1961 InAnalog Science Fiction/Science Fact, décembre 1960 Première publication française : inFiction n° 186(juin 1969) Nouvelle traduite de l’américain par Michel Deutsch Traduction révisée par Jean-Daniel Brèque pour la présente édition
7
Poul Anderson – Le Chant du Barde
Ce récit valut à Poul Anderson le premier de ses sept prix Hugo. Pour la première fois, sans doute, il parvenait à un degré de maîtrise dans l’art de la science-fiction qui le propulsait au rang de classique du genre. Une expédition terrienne fait naufrage sur une autre planète, en fait sur la lune d’une géante gazeuse. Les survivants sombrent dans la barbarie puis, au fil des générations, rebâtissent péniblement une civilisation, ou plutôt plusieurs. Vient alors un âge des découvertes, où les explorateurs d’un royaume éclairé sillonnent le globe à bord de leurs caravelles. Et dans une île sauvage du Sud les attend une surprise… Sans trop déflorer le sujet, soulignons la grande intelligence avec laquelle ce texte est construit : les habitants de ce monde vivent dans la crainte émerveillée de l’astre gigantesque qui dévore leur ciel; de même, le souvenir de la planète mère — assimilée à un paradis perdu — imprègne toute leur culture; et le narrateur, le jeune Zhean, est éperdu d’admiration pour le capitaine Rovic, à ses yeux un modèle en toute chose. Poul Anderson a réussi le prodige de tisser des correspondances entre l’individuel, le collectif et le cosmique. Au service d’un thème qui lui est cher : la liberté de choisir son destin.
Extrait de la publication
8
Poul Anderson – Le Chant du Barde
QUAND, POURLA PREMIÈRE FOIS, nous entendîmes parler du Vaisseau céleste, nous étions sur une île du nom de Yarzik, pour autant que les langues montaliriennes puissent se plier à reproduire d’aussi barbares syllabes. Près d’une année s’était écoulée depuis que leSauteur d’oravait quitté le port de Lavre et nous estimions avoir fait la moitié du tour du monde. Les goémons et les bernacles alourdissaient notre pauvre caravelle à tel point que, toutes voiles dehors, c’était à peine si elle parvenait à se traîner sur les flots. Le peu d’eau potable qui restait dans les tonneaux était verdâtre et fétide, les biscuits grouillaient d’asticots et les premiers signes de scorbut venaient d’apparaître chez certains des membres de l’équipage. « Quelsque soient les risques, il faut aborder quelque part», avait décrété le capitaine Rovic. Je me rappelle avoir vu s’allumer une lueur dans ses yeux. Tout en caressant sa barbe rousse, il avait murmuré : « D’ailleurs, il y a longtemps que nous ne nous sommes enquis des Cités dorées. Peut-être, cette fois, recueillerons-nous des renseignements sur ces lieux. » Gardant le cap sur la planète ogresse, qui s’élevait chaque jour plus haut dans le ciel à mesure que nous avancions vers l’ouest, nous franchîmes une étendue d’eau si vaste qu’il y eut recrudescence de propos séditieux. Au fond de mon cœur, je ne pouvais blâmer l’équipage. Imaginez-vous, messeigneurs… des jours et des jours durant, nous ne voyions rien hormis les eaux bleues, l’écume blanche et les lointains nuages du firmament des tropiques ;nous n’entendions rien sinon le vent, le choc sourd des vagues, les craquements de la charpente et parfois, la nuit, une colossale aspiration accompagnée d’un impétueux clapotis quand un monstre marin crevait la surface des eaux. C’était par trop terrifiant pour de simples matelots, des hommes illettrés qui croyaient encore que le monde était plat. Mais, en outre, il y avait Tambur, éternellement suspendue au-dessus du beaupré, et qui poursuivait son ascension de sorte qu’un jour nous serions obligés de passer à l’aplomb de ce corps tumultueux… et les marins se demandaient à voix basse ce qui le maintenait dans le ciel. Un dieu courroucé n’allait-il pas le faire fondre sur nous ? Aussi une délégation de l’équipage se rendit-elle auprès du capitaine Rovic, des garçons rudes et robustes qui lui demandèrent fort timidement et respectueusement de faire demi-tour. Mais leurs camarades étaient massés sous la passerelle, corps musclés et noueux tannés par le soleil, vêtus de kilts en lambeaux, une dague ou un cabillot au poing. Certes, les officiers rassemblés sur la dunette étaient armés de sabres et de pistolets, mais nous n’étions que six, y compris le gamin effrayé que j’étais alors et le vieux Froad, l’astrologue, dont la robe et la barbe blanche inspiraient le respect mais qui n’eût guère été efficace dans un combat. Rovic observa un mutisme prolongé après que le porte-parole eut formulé l’exigence de l’équipage. Le silence s’épaississait et, bientôt, il n’y
Extrait de la publication
9
Poul Anderson – Le Chant du Barde
eut plus que la clameur du vent dans les haubans et le bruissement vide de l’océan roulant vers les frontières du monde. Grande était la magnificence de notre maître: il avait revêtu un justaucorps écarlate et chaussé des bottes à retroussis en apprenant que la délégation venait lui demander audience; son casque et son corselet polis brillaient comme miroirs. Son plumet balayait l’éblouissante coiffure d’acier et les éclairs que lançaient ses bagues faisaient étinceler les rubis dont était incrusté le pommeau de son épée. Lorsqu’il prit enfin la parole, ce ne fut pas le beau langage d’un gentilhomme de la Cour qu’il employa mais le parler rustre de son enfance de petit pêcheur andayite. « Commeça, on veut rebrousser chemin, les gars? Avec ce vent favorable et ce chaud soleil, maintenant qu’on a fait la moitié du tour du globe ?Vous êtes indignes de vos pères! Ne connaissez-vous donc point la légende ?Jadis, toutes choses se pliaient aux volontés des hommes et, s’il nous faut travailler aujourd’hui, c’est à cause de la paresse d’un homme d’Anday !Car, voyez-vous, ça ne lui suffisait pas d’ordonner à sa hache de couper des arbres et à ses fagots de rentrer tout seuls à la maison : quand il leur a dit de le porter, Dieu s’est mis en colère et lui a retiré son pouvoir. Encore qu’il ait octroyé en compensation à tous les hommes d’Anday chance en mer, chance aux dés et chance en amour. Eh bien, qu’est-ce que vous voulez de plus, les gars ? » Éberlué par cette réponse, le porte-parole de la délégation se tordit les mains, rougit, jeta un coup d’œil sur le pont et répliqua en bredouillant que nous allions tous périr misérablement… de faim ou de soif, noyés ou écrasés sous cette horrible lune, à moins que nous ne basculions une fois parvenus au bord du monde… leSauteur d’orétait allé plus loin que tout autre vaisseau depuis la Chute de l’homme et, si nous rentrions immédiatement au port, notre gloire vivrait éternellement… « Mais,la gloire, est-ce que ça se mange, Etien? rétorqua Rovic, toujours aimable et souriant. Nous avons affronté les sauvages et les tempêtes, oui-da, et nous avons aussi joyeusement ripaillé. Mais, que diable, nous n’avons pas vu la moindre Cité dorée alors que nous savons qu’elles nous attendent quelque part, bourrées de trésors promis à l’aventurier assez hardi pour les mettre à sac. Qu’as-tu donc dans les tripes, mon gars ? T’es-tu engagé pour une croisière d’agrément ? Que diront les étrangers ? Comme ils se gausseront si nous faisons demi-tour, les arrogants cavaliers de Sathayn et les pouilleux colporteurs de Woodland! Et ce n’est pas seulement de nous qu’ils riront, mais de tous les habitants de Montalir ! » Ainsi les railla-t-il. Il ne toucha qu’une seule fois son épée, la tirant à moitié du fourreau, comme s’il pensait à autre chose, quand il leur rappela comment nous avions résisté à l’ouragan au large de Xingu; mais ses interlocuteurs se remémorèrent la mutinerie qui avait suivi la tempête, au cours de laquelle cette même épée avait percé de part en part trois marins
Extrait de la publication
10
Poul Anderson – Le Chant du Barde
armés qui s’étaient ligués pour attaquer le capitaine. En s’exprimant ainsi dans leur patois, il leur disait qu’il était prêt à oublier le passé… s’ils y consentaient. Ses promesses égrillardes évoquant le bon temps qu’ils se donneraient parmi les tribus païennes et lascives qui restaient encore à découvrir, les légendes de trésors enfouis qu’il leur débita, ses appels à leur orgueil de marins et de Montaliriens apaisèrent les craintes. Puis, quand il les vit enfin malléables, il abandonna son ton provincial. Dressé sur la dunette, son casque empanaché flamboyant tandis que, au-dessus de lui, flottait le pavillon de Montalir, délavé par le vent et les embruns, il s’écria sur le ton qui convient à un chevalier de la Reine : « Voussavez maintenant que je n’ai point l’intention de virer de bord avant que nous ayons contourné ce vaste globe pour apporter à Sa Majesté le présent qu’il nous appartient en propre de lui offrir, et qui ne se limite ni à l’or, ni aux esclaves, ni même au rapport sur ces terres lointaines qu’attendent la Reine et sa très excellente Compagnie des Aventuriers marchands. Non ! Ce que nous brandirons entre nos mains pour lui en faire don, le jour où nous serons à nouveau amarrés aux docks de Lavre, ce sera notre exploit: nous aurons fait ce que personne au monde n’avait osé entreprendre avant nous, et nous l’aurons fait pour la gloire de Sa Majesté. » Il resta immobile quelques instants, dans le silence lourd de la rumeur de la mer, puis dit calmement : « Rompez ! », tourna les talons et regagna sa cabine. Ainsi continuâmes-nous notre route quelques jours encore. Les hommes, domptés, manifestaient quelque enthousiasme, et les officiers veillaient à dissimuler leurs doutes. J’étais moi-même fort occupé, non tant par les besognes administratives pour lesquelles j’étais payé ni même par mes études, car j’aspirais à devenir capitaine de vaisseau, que par l’assistance que j’apportais à Froad l’astrologue. Sous ces cieux cléments, il pouvait se livrer à son travail même à bord de la caravelle. Peu lui importait que nous coulions ou que nous continuions à naviguer : il avait déjà vécu plus d’années que le commun des mortels. Mais la connaissance du firmament qu’il lui était loisible d’acquérir sous ces latitudes, c’était autre chose. La nuit, debout sur la dunette avec son quadrant, son astrolabe et son télescope, il évoquait dans la lumière qui ruisselait sur lui un saint à barbe de neige des vitraux de la cathédrale de Provien. « Regarde, Zhean. » Sa main fine désignait un objet au-dessus de la mer étincelante et moirée, par-delà le ciel pourpre et les rares étoiles qui osaient encore se montrer… Tambur. Énorme, à minuit elle était à son plein et occupait plus de sept degrés, écu barré de sinople et d’azur, broché de sable, et l’on voyait ces pièces honorables courir le long de sa surface. La luciole
Extrait de la publication
11