M. le marquis de Saint-Phalle... (Signé : Tisseron et de Sainte-Vallière...)

M. le marquis de Saint-Phalle... (Signé : Tisseron et de Sainte-Vallière...)

-

Français
8 pages

Description

impr. de Mme de Lacombe (Paris). 1853. Saint-Phalle, Mis de. In-8° , 4 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1853
Nombre de lectures 28
Langue Français
Signaler un problème

M. LE MARQUIS DE SAINT-PIIALLE,
Membre du Conseil général de la Nièvre ,
Maire de Sain t-Ben in -d'Azy,
Chevalier de la Légioii-d'Honneur.
De tout temps, la noblesse française s'est mon-
trée courageuse et vaillante sur les champs de
bataille; il n'est pas une des familles de cette
illustre caste qui n'ait à enregistrer quelques
traits de bravoure , de piété ou de désinté-
ressement , accomplis par quelques-uns de ses
membres.
Cependant, les révolutionnaires n'ont point
reculé devant les négations les plus audacieuses.
Ils ont attaqué tout ce qu'entourait la vénération
publique. Mais, ce qu'ils ne sauraient détruire ,
c'est le prestige des grands noms qui ont illustré
la France dans le passé; car, à ces noms histori-
2 ARCHIVES DES HOMMES DU JOUR.
ques, se rattachent les plus glorieux souvenirs,
les traditions les plus respectables.
Ces réflexions s'appliquent particulièrement à la
famille de M. le marquis de Saint-Phalle.
M. de Saint-Phalle est le chef d'une des plus
anciennes et des meilleures familles de la Nièvre,
transplantée, depuis plusieurs siècles, en Bourgo-
gne et en Nivernais. Ses alliances avec les pre-
mières maisons de France, celles des de Courte-
nay , de Foix, d'Harcourt, de Damas, de Chastellux,
de Bourbon-Busset, de Chabannes , etc., prou-
vent combien cette famille a été toujours honorée
et considérée.
t.. j:
M. de Saint-Phalle appartient à l'opinion
légitimiste. Indépendant par caractère et par po-
sition, il n'a jamais sollicité ni désiré les faveurs
d'aucun gouvernement. Sa seule ambition a été
d'être utile à ses concitoyens dans l'exercice de
fonctions gratuites. n:
Dans toutes les circonstances difficiles que nous
avons traversées, il a toujours pensé que chacyn
se devait tout entier à son pays, que, tout en
conservant ses convictions et son indépendance,
il était du devoir d'un bon citoyen de ne pas
abandonner les fonctions qu il tenait de l'estime