Notice sur les eaux minérales de Carmaux, Tarn (par J. Camboulives) et analyse de ces eaux, par M. T. Filhol,...

Notice sur les eaux minérales de Carmaux, Tarn (par J. Camboulives) et analyse de ces eaux, par M. T. Filhol,...

-

Français
11 pages

Description

1854. In-8° , 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1854
Nombre de lectures 10
Langue Français
Signaler un problème

NOTICE
SL'It LUS
EAUX MURALES DE CARMAIX (Tarn),
ET ANALYSE DE CES EAUX-
PAR
M. T. FILHOL,
Docteur ès-sciciiccs et en médecine, Professeur chargé du cours de Chimie à l'Ecole
de Médecine et à la Faculté des Sciences de Toulouse, etc., etc.
NOTICE
SUR
LES EAUX MINÉRALES
¥HÈ CAUMAVSlt (Tara).
La vallée de Carmaux possède, comme chacun sait, des
mines de houille abondantes et qui se distinguent par la
qualité du minerai. Malgré que la population de celle
localité eût, depuis bien des années, son attention constam-
ment dirigée vers ces richesses intérieures de la terre, elle
avait cependant omis de remarquer une source précieuse
d'eau minérale qui se trouve à côté des mines de houille et
qui semble avoir été placée là pour corriger les dégradations
fréquentes , les affaiblissements rapides que les rudes
travaux des mineurs, l'air peu favorable qu'ils respirent
parfois, la nourriture peu restaurante dont quelques-uns
_ 4 —
sont obligés de faire usage, impriment aux organisations
de ces ouvriers. Ce n'est qu'en 1832 que cette source a été
remarquée.
Il était d'ailleurs facile dans un temps de sécheresso
comme celle qui régnait alors, do remarquer le sédiment
rouge et abondant que l'eau minérale ainsi isolée sur un
terrain desséché, déposait autour de la source, et, sur
cette simple indication de sa qualité ferrugineuse, elle fut
conseillée à quelques malades.
Les bons effets qu'elle produisit fixèrent sérieusement
l'attention des médecins de la contrée, qui jugèrent h
propos de la soumettre à l'examen de M. Lamothe , phar-
macien, à Albi, pour qu'il en fit l'analyse.
Il est à regretter qu'on ait laissé dans l'oubli le mémoire,
plein de mérite sous tous les rapports, que fit M. Lamothe
au sujet des eaux de Carmaux. Cet oubli n'était pas do
nature à populariser notre établissement, aussi no fut-il
fréquenté pendant longtemps que par les malades de
l'endroit ou des lieux voisins. Mais quoique connues dans
un cercle fort restreint, les eaux de Carmaux ont suffisam-
ment manifesté leurs importantes propriétés, et les cures
remarquables qu'on leur doit sont plus que suffisantes pour
justifier la valeur qu'on leur accordait à priori.
D'après les faits nombreux et bien authentiques de
guérison que nous pourrions citer, il n'est plus permis
de garder le silence, et nous nous croyons obligé d'indi-
quer à ceux de nos confrères qui ne le connaissent pas
encore , un agent thérapeutique dont ils peuvent retirer les
meilleurs effets. Ces faits, d'une valeur incontestable, suffi-
raient pour assurer à notre établissement un avenir
prospère.
Néanmoins , pour donner à nos confrères toutes les
garanties désirables , nous avons pensé qu'il était utile
d'invoquer l'autorité d'un homme dont la science et les
talents suffisamment connus, nous dispensent de faire
l'éloge.
M. le professeur Filhol, sur notre demande , a bien
voulu se rendre à Carmaux, au mois d'octobre dernier,
pour faire, à la source même, la partie des opérations
chimiques qu'il ne pouvait pas faire dans son laboratoire.
Voici le résultat de ses recherches .■
1° PROPRIÉTÉS PHYSIQUES.
Cette eau est limpide, incolore, elle répand une légère
odeur ferrugineuse ; sa saveur est franchement otramen-
taire; sa température est de 11°,5 ; sa densité est égale