Observations du C. Albert-Luynes, sur une dénonciation faite contre lui au Comité d

Observations du C. Albert-Luynes, sur une dénonciation faite contre lui au Comité d'aliénation et domaines réunis

-

Documents
8 pages

Description

impr. de Guérin (Paris). 1794. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 1794
Nombre de lectures 2
Langue Français
Signaler un abus

A
OBSERVATIONS
DU C. ALBERT - LUYNES,
Sur une Dénonciation faite contre ZMt
au Comità^^lfpTtqtion et Donzaines
/-\ --~ 1/11:155
réunis. /'? i. ;*# 'V\
; 1 --
IL vient de paroître un écrit, imprimé à
rImprimerie Nationale , ayant pour titre ;
Mémoire à la Convention nationale , au sujet
des domaines vplés par le plus indigne favori
de nos anciens tyrans * présenté et lu au Co-
mité d'aliénation et domaines réunis 3 etc. S
et dont il paroît que 'çe comité a arrêté l'im-
pression.
Cet écrit n'est qu'une compilation de tout
ce qui a été imprimé contre le connétable de
- Luynes , par @ ses ennemis, avant et depuis sa
mort , arrivée en 1621.
La France étoit alors divisée par des fac-
tions ; chaque parti faisoit imprimer contre ses
adversaires des diatribes , des anecdotes inven-
tées par la haine et par l'envie de nuire; les
auteurs avoient grand soin, par prudence, cle
a
taire leur nom; les imprimeurs imitoient cette
discrétion. Tous ces écrits , dictés par la pas-
eion, furent oublies aussitôt que publiés. Ceux
qui restent ont été conservés dans la poussière
de quelque bibliothèque , et ne font preuve
aujourd'hui que de l'esprit de parti qui les a
en fantés.
Il &e présente une première réflexion que la
justice des représentans du peuple s'empres-
sera de saisir : c'est qu'une dénonciation, fon-
dée sur des témoignages de l'espèce de ceux
qu'on m'oppose ne mérite pas beauconp de
créance. Le dénonciateur qui agit sur la foi de
semblables écrits, doit nécessairement errer :
c'est ce qui est arrivé à l'auteur de celui au- •
quel je réponds.
- Si ces libelles furtivement imprimés, sur
lesquels il appuyé sa dénonciation, paroissent
être favorables à son système , il est beaucoup
d'autres ouvrages solides avec lesquels il seroit
facile de réfuter ses assertions ; mais il faut
écarter les uns et les autres , et ne s'attacher
qu'à des faits certains.
L'auteur de la dénonéiation dit que
Louis XIII fit don au connétable de Luynes
des biens confisqués sur le maréchal et la ma-
réchale d'Ancre. Quelle preuve a-t-on de ce
fait ? Je sais que les historiens le rapportent;
mais ils ne disent pas en quoi consistoient ces
biens. Le maréchal et la maréchale d'Ancre
possédoient sans doute des biens jneubles et
des biens immeubles. Il y a tout lieu de croire
que, s'il a été fait don au connétable de Luynes
de quelqu'un de ces biens, ce n'a été que d'une
très-petite partie.