Opinion de M. Malouet, sur l

Opinion de M. Malouet, sur l'organisation de la marine militaire, prononcée dans la séance du 14 janvier 1791 ([Reprod.]) / impr. par ordre de l'Assemblée nationale

-

Français
18 pages

Description

[de l'Impr. nationale] (Paris). 1791. France. Marine -- Ouvrages avant 1800. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1791
Nombre de lectures 1
Langue Français
Signaler un problème

x
MICROCOPY RESOIUTION TEST CHART
»N6S IOIOo
2)
THE FRENCH REVOLUTION
RESEARCH COLLECTION
LES ARCHIVES DE LA
REVOLUTION FRANÇAISE
UK
A
0 P I N I O N
D E
M. M A L O U E T,
SUR Vorganifation de la manne militaire^ prononcée
dans la fiance du 1 4 janvier
IMPRIMÉE PAR ORDRE de l'Assemblée nationau.
MESSIEURS,
MEMBRE de votre comité, j'ai concouru au travait
qui vous eft préfenté, fans en admettre toutes les
oifpofitions je me propofois donc de vous foumettre
quelques obfervations fur le projet de décret; mais
je crois devoir m'expliquer en cet inftant fur un nou-
veau plan qui vous. a été propofé dans des mémoires
diftribués hier & avant-hier. Je fais ce qu'il en
coûte pour attaquer des cernes protégés par une
Opinion deJM. Malouet.
(2)
grande puilfance qu'on appelle aujourd'hui l'opinion
SE, non cette qui «fuite des vérités fenties,
& du jugement réfccli: de toiis les bons efprits, mais
du mouvement impétueux des volontés & des intérêts
doSns oui repouffent avec empire toute contra-
les difcuffions de votre comité ont
été é tranfmifes dans tous lesjorts, & on y fignale les
prétendus ennemis des navigateurs.- Ces confidé-
Sons ne m'arrêtèrent jamais, & je dirai jufqu'à la
fin tout ce que je crois jufte & utile.
L'organifation du corps militaire de la marine doit
être, comme toute autre opération du corps légiflatif,
conférée fous le rapport de fint.érêt géneral; .In eft
ici ni efprit, ni intérêt d6 corps, ni aucun préjuge
Ci puiflè vous en impofer mai; aufli, frappés des
abus que nous avons à reformer, nous devons nous
préferver de tout entraînement vers des idées abfo-
lument. neuves dont aucune expérience ne vous pré-
Le corps militaire de la marine a été jufqu'à préfent
r»riv-iémé un intervalle immenfe féparoit fes officiers
Se ceux de la marine marchanda ceux-ci n'ont ong-
temps fervi fur les vaiffeaux de l'état qu'en qualité de
matelots ou d'aides-pilote. Dans là dernière guerre,
en les appelant momentanément en qualité d'officiers
a xïairï, on a créé pour eux le grade de fous-lieu-
tenant dc vaiffeaux dans lequel ils refloient fans avan-
cement. C'eft dans l'armée de terre comme dans celle
de mer & dans toutes les fondions publiques cette
dillinétion humiliante pour la claffe la plus nombreufe
de la nation, qui a le plus accéléré & motivé le redref-
fement -de tous les griefs.
Mais aflurés maintenant de l'égalité politique, la
réparation des anciennes injuttices peut elle avoir
d'autre mefure que celle même de l'mtérêt gênerai;
À 2
& après avoir mis fur la même ligne tous les citoyens
pouvons-nous confondre auffi tous les fervices, toutes
les fondions ? deevz-vous, comme on vous le propofe,
n'établir qu'une feule marine nationale, fans aucune
diftindion de marine militaire ou de marine du com-
jnerce ?
C'eft la première queftion à décider avant d'entrer
dans les détails de l'organifation, & c'eft celle que je
vais traiter.
La plus étonnante conception de I'efprît humain
eft fans doute d'avoir ofé fe confier aux vents &
aux flots dans l'elpérance de leur commander, & le
chef-d'oeuvre de l'art efl d'y réuffir afi'ez foûvent,
pour qu'on puifTe regarder comme un malheur d'être
viorne de cette audace. Mais fi les hommes avoient
imaginé la navigation comme un moyen de plus de
s'attaquer & de fe détruire; fi cet art fublime étoit
néceffairement lié à celui de la. guerre, il n'y auroit
pas de plus détectable & de plus folle invention; tout
nous indique au contraire que des befoins mutuels &
des projets de fecours, de lumière & de communi-
cation entre les peuples, formèrent les premiers na-
vigateurs. Tel efl encore aujourd'hui l'objet éminent
& la fin naturelle de la navigation. Le premier mou-
vement des hommes qui fe rencontrent dans les vaftes
déferts de l'océan, fera toujours de s'aborder en frères
& ,de fe fecourir en amis, quand ils ne craindront
pas refpeftivement d'être attaqués en ennemis.
Ainfi cette profeflion vouée plus particulièrement
aux relations fociales des différens points du globe
follicïte la paix entre les hommes par la raifon qu'selle
eft toujours en guerre avec les élémens, & qu elle a
befoin de recueillir contre eux toutes fes forces.
Ainfi lorfqué nos pâmons, nos fanglantes difeoroles
transforment un vaifleâu" en place de guerre, c'eft
par une véritable violation des moeurs, des habitudes"
& de l'intérêt des navigateurs.- On ne fauroit donc
confondre en principe la navigation commerciale &
la force maritime armée encore que les mêmes
hommes puiffent alternativement remplir les deux
deftinations.
Depuis les flottes des Phéniciens & des Cartaginois,
jïifqu'à celles de nos temps, modernes, fur les vaif-
ieaux d'Alexandre, fur ceux' de -Charlemagne
qui défendoit par des vaiffeaux armés les côtes
de fes vaftes états de l'embouchure de l'Elbe
jufqu'à celle du Rhône, comme fur les efcadres de
Louis XIV, on a toujours diflingué les hommes qui
formoient l'équipage de ceux qui compofoient la
carnifbn. On appeloit chez les anciens & même chez
les modernes, les premiers, mariniers, & les autres,
gens de guerre les deux profeffions n'avpient rien de
commun que les périls.- Nous avoms confervé de
cette dénomination ce qu'on appelle encore aujour-
d'hui la garnifon des vaiffeaux uniquement compofée
de foldats & un corps de cantonniers, exclufivement
confacrés au fervice du canon; mais depuis la con
quête du nouveau monde, les armemens des flibuf-
tiers & enfuite ceux des corfaires, ont aflbcié plus
fréquemment les gens de mer aux exercices militaires
& à toutes les manœuvres des combats.-
Je fuis donc loin de penfer que les navigateurs foient
étrangers aux talens & aux manoeuvres de la guerre
& que le courage qui brave les tempêtes foit infé-
rieur à celui qui, préfente au feu de l'ennemi mais
je dis que pour remplir ce fervice avec fuccès il
faut y être exercé il faut en avoir pris les habitudes
'& Téfprit & les moeurs, ou fur les corfaires ou fur
les vâmeaux de guerre il faut avoir recherche de
préférence à toute autre cette deftination qui efl