Pétition des hommes de couleur de la Guadeloupe

Pétition des hommes de couleur de la Guadeloupe

Français
9 pages

Description

Impr. de E. Duverger (Paris). 1830. France -- Colonies -- Histoire. In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1830
Nombre de lectures 3
Langue Français
Signaler un problème

PETITION
DES
HOMMES DE COULEUR
DE LA GUADELOUPE,
PETITION
DES
HOMMES DE COULEUR
DE LA GUADELOUPE.
« Les gens de couleur libres savent qu'ils sont
« des affranchis ou des descendans d'affranchis,
« et qu'à quelque distance qu'ils soient de leur
« origine, rien ne peut les rendre égaux aux blancs
« ni leur faire oublier le respect qu'ils leur doi-
« vent; mais comme les blancs, ils jouissent des
« droits civils que la liberté leur accorde ,
« sous la discipline qu'exige le régime colonial. «
(Ordonnance anglaise du 1er novembre
1809. Code de la Martinique, vol. 5 .
p. 405 , appliquée par arrêts de la Cour
de la Guadeloupe, des 28 mars, 27
avril 1827 , 22 juillet et 6 août 1826.)
PARIS,
IMPRIMERIE DE E. DUVERGER,
RUE DE VERNEUIL, N° 4.
MARS 1830.
AUX DEUX CHAMBRES.
NOBLES PAIRS,
MESSIEURS ET TRÈS HONORABLES DÉPUTES,
DAIGNEZ nous excuser si nous venons encore ap-
peler votre attention sur la condition misérable dans
laquelle nous sommes place's par la législation colo-
niale.
On nous a fait des promesses depuis quinze ans ;
mais qu'avons-nous obtenu? Parmi les ordonnances
royales promulguées au nom de Sa Majesté, y en a-
t-il une seule qui nous ait relevés de l'état d'ilotisme
où nous sommes réduits par des arrêls de règle-
ment, des arrêtés ou ordonnances coloniales, et
par des lettres ministérielles, qui nous ait rendu l'é-
galité civile, l'égalité devant la loi que nous garan-
tissaient les ordonnances de Louis XIII et de
Louis XIV, ces anciennes chartes des colonies,
qu'on cite comme des monumens vénérables de la
sagesse de nos rois, mais qu'on n'exécute plus dans
ce qu'elles ont de favorables à la classe des gens de
couleur libres, et qu'on élude môme dans leurs autres
dispositions ?