Journal du temps qui passe

Journal du temps qui passe

-

Documents
86 pages

Description

Je commence un journal, j’ai envie de l’écrire.
Quelques phrases intimes, sans artifice.
Un endroit où je peux poser ma plume, sans réfléchir à ce qui pourrait m’arriver de meilleur.
J’ai un cœur d’artichaut sans épine. Il en a reçu des secousses, tant pis.
Je garde pour moi ce qui devrait déplaire. J’ai appris à me connaître.
Je ne veux pour rien au monde faire un retour en arrière.
J’ai partagé des émotions avec de grandes personnes qui connaissaient mon envie d’écriture.
Elles savaient me lire et me parler à cœur ouvert de leurs opinions.
Je ne leur ai rien demandé de plus.
Chaque jour une page se tourne, je n’ai point de regret.
Par expérience, par amitié, j’ai publié des pages entières jour après jour l’infini !
Au début j’ai presque hésité à me confier sur un mur de silence. Mes élans devenaient nostalgiques.
Les jours passaient et j’éprouvais comme un besoin de continuer à publier mes histoires.
Vécues ou imagées, peu importe, je l’ai fait !

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 22 mars 2017
Nombre de visites sur la page 40
EAN13 9781326982416
Langue Français
Signaler un problème
Journal du temps qui passe ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥Jeanine GHIRARDELLI Édité par La librairie des inconnus 2
 3
Je commence un journal, j’ai envie de l’écrire.
Quelques phrases intimes, sans artifice.
Un endroit où je peux poser ma plume, sans réfléchir à ce qui pourrait m’arriver de meilleur.
J’ai un cœur d’artichaut sans épine. Il en a reçu des secousses, tant pis.
Je garde pour moi ce qui devrait déplaire. J’ai appris à me connaître.
Je ne veux pour rien au monde faire un retour en arrière.
J’ai partagé des émotions avec de grandes personnes qui connaissaient mon envie d’écriture.
Elles savaient me lire et me parler à cœur ouvert de leurs opinions.
Je ne leur ai rien demandé de plus.
Chaque jour une page se tourne, je n’ai point de regret.
Par expérience, par amitié, j’ai publié des pages entières jour après jour l’infini !
Au début j’ai presque hésité à me confier sur un mur de silence. Mes élans devenaient nostalgiques.
Les jours passaient et j’éprouvais comme un besoin de continuer à publier mes histoires.
Vécues ou imagées, peu importe, je l’ai fait !
4
Tout ce qui peut briser, secouer, nous isoler, je l’ai écrit en toute modestie en le transformant par une simple réalité de la vie.
Rien n’est impossible, il fautdonner aux personnes que l’on aime.
Il ne faut pas hésiter à transmettre, le crier, il ne faut jamais renoncer.
Le temps ne compte pas il faut se lâcher.
Se procurer un temps de réflexion avant d’aller jusqu’au bout.
Je n’ai pas de mérite, je passe mon temps à essayer de comprendre ce qui pourrait être changé ou amélioré.
Mon état d’esprit est serein et ma vie monotone. Je ne m’en plais d’aucune façon, j’aime ma vie.
Je n’ai rien à regretter, mon vécu est bien vécu.
Je suis une âme entière et dévouée, mon bonheur se situe dans le partage, mon bonheur est entier.
Je me contente de peu à la fois. Je ne réclame pas la lune, je préfère regarder scintiller les étoiles.
J’ai commencé à écrire mon premier journal intime à seize ans, je l’ai fini quatre ans après.
Il a été publié trente ans plus tard.
De mon adolescence il ne me reste que quelques images, certains je les ai effacés à tout jamais !
 5